Le Conseil des ministres a eu lieu aujourd’hui : ce qu’il en est ressorti

Bouteflika Conseil des ministres
Bouteflika a présidé le Conseil des ministres. D. R.

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a présidé, mercredi à Alger, une réunion du Conseil des ministres. Voici le texte intégral du communiqué de cette réunion :

«Son Excellence Monsieur Abdelaziz Bouteflika, président de la République, a présidé une réunion du Conseil des ministres, ce mercredi 22 novembre 2017, correspondant au 3 Rabie El-Aouel 1439.

Le Conseil des ministres a entamé ses travaux par l’examen et l’adoption du projet de loi relative à l’apprentissage, présenté par le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels. L’Algérie possède un dispositif de formation et d’enseignement professionnels en mesure de prendre en charge 600 000 stagiaires chaque année.

Ce dispositif est notamment encadré par une législation qui a déjà subi plusieurs amendements, et qu’il s’avère utile de refondre totalement en tenant compte de la Constitution révisée qui dispose que l’Etat œuvre à a promotion de l’apprentissage, orientation déjà prise en charge dans le programme du secteur pour la période en cours.

Le projet de loi qui accorde une place centrale à l’apprentissage propose une démarche qui s’adapte aux besoins de l’économie nationale et qui associe largement les entreprises et les employeurs. Ainsi, il est prévu l’implication des employeurs dans la définition des besoins en matière de formation et d’apprentissage ainsi que l’ouverture de toutes les entreprises présentes dans le pays, à l’accueil des apprentis. L’encadrement de l’apprentissage sera assuré par les pouvoirs publics, y compris avec la création d’un corps d’inspecteurs dédiés. Le projet de loi prévoit également des encouragements aux apprentis à travers le versement d’un présalaire et la garantie de leurs droits sur les brevets de leurs inventions éventuelles.

Enfin, un dispositif de conciliation est prévu pour statuer sur les éventuels litiges lors de l’exécution des contrats d’apprentissage. Intervenant à l’issue de l’approbation de ce projet de loi, le Président de la République en a salué l’avènement, et appelé l’ensemble des secteurs d’activités, et notamment les opérateurs économiques, à s’associer pour la promotion d’une formation et d’un apprentissage professionnels de plus en plus performants au service d’une économie nationale plus compétitive.

Le Conseil des ministres a également examiné et adopté un projet de loi modifiant et complétant la loi du 4 août 2004 relative aux conditions d’exercice des activités commerciales, présenté par le ministre du Commerce. Cette révision a pour but de promouvoir la modernisation de la gestion des activités commerciales ainsi que leur régulation de manière plus efficace au profit des consommateurs. A ce titre, le projet de loi propose d’abord un ancrage juridique à l’avènement du portail électronique au niveau de l’administration du commerce, avec le concours des services de la justice. Ce portail, accompagné de l’utilisation de la signature électronique en la matière, permettra l’accomplissement par voie électronique de nombreuses procédures relatives à la création des entreprises.

En second lieu, le projet de loi introduit un assouplissement procédural au profit des candidats à l’exercice d’une activité ou d’une profession réglementée. Ce faisant, la délivrance du registre du commerce se fera préalablement à l’obtention des différentes autorisations requises auprès des autres administrations compétentes. En troisième lieu, la révision de la loi sur les conditions d’exercice des activités commerciales permet d’améliorer le service commercial au profit du consommateur, notamment en relation avec les fermetures annuelles des entreprises pour raison technique ou pour congé annuel, question pour laquelle sont prévues des obligations et, le cas échéant, des sanctions pour défaut de permanence et de garantie de continuité du service.

Le Conseil des ministres a poursuivi ses travaux avec l’examen et l’adoption d’un projet de loi portant amendement de la loi de 2009 relative à la protection du consommateur et à la répression des fraudes, qui a été présenté par le ministre du Commerce. Cette révision a pour but de palier les insuffisances de ladite législation apparues après dix années de mise en œuvre. A ce titre, il est notamment proposé d’enrichir cette législation, notamment en matière (i) de spécifications de conformité, (ii) de modalités du service après-vente, (iii) de mesures conservatoires pour des produits suspectés de contrefaçon, (iv) de clarifications de régime de l’admission temporaire notamment au niveau des établissements spécialisés et des zones sous-douanes, (v) et enfin d’adaptation du régime de sanctions prévues pour la protection des consommateurs et la répression des fraudes.

Après l’approbation de ces deux textes, le président Abdelaziz Bouteflika a invité l’administration chargée du commerce, mais aussi les autorités locales et les services de sécurité à unir leurs efforts dans la lutte contre toutes les formes de fraudes économiques et commerciales qui portent atteinte à la santé et au pouvoir d’achat des consommateurs, et qui portent atteinte également à l’épanouissement d’une activité économique saine, respectueuse des lois et des règles de la concurrence loyale. Le chef de l’Etat a également demandé à la justice d’accompagner la lutte contre les fraudes économiques et commerciales d’une application rigoureuse et dissuasive de la loi. Dans le même temps, le Président de la République a salué l’avancée dans la modernisation des procédures de l’administration du commerce et a pris note également du lancement par le gouvernement d’un chantier pour l’accélération de la numérisation et de la modernisation du service public.

A ce titre, le président Abdelaziz Bouteflika a instruit le gouvernement de conduire cette action avec dynamisme et harmonie pour en faire bénéficier pleinement les citoyens, ainsi que le fonctionnement des services de l’Etat, dans une plus grande célérité et une transparence accrue. En outre, le Conseil des ministres a examiné et adopté un décret présidentiel portant approbation d’un avenant au contrat du 17 janvier 2010 conclu entre Alnaft, Sonatrach, ainsi que les sociétés étrangères Enel, Repsol et GDF Suez pour l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures sur le périmètre dénommé «sud-est Illizi, blocs 232 et 241.a».

L’avenant en l’objet consiste au transfert à titre gracieux au profit de Sonatrach des parts détenues par les sociétés étrangères Enel et GDF Suez sur le champ sus cité. Ce faisant, la compagnie nationale détiendra 64,5% des parts sur ce champ alors que la société Repsol en possédera 35,5%.

Par ailleurs, le Président de la République a approuvé la conclusion d’un marché en gré à gré simple entre l’agence Algérienne des autoroutes et la société chinoise Citic pour la finalisation du dernier segment de 84 km de l’autoroute Est-Ouest entre la localité de Dréan et la frontière avec la Tunisie. Dans ce cadre, le Président de la République a instruit le gouvernement pour que la réalisation du tronçon se concrétise dans les meilleurs délais.

Par ailleurs, le chef de l’Etat a instruit le gouvernement de prendre les dispositions appropriées pour assurerg sans délai, le paiement des créances détenues par des entreprises publiques, privées et étrangères ayant fourni à l’Etat des prestations en biens ou en réalisations.

Le Conseil des ministres a, par la suite, examiné et adopté des décisions individuelles de nominations et de fin de fonction à des fonctions supérieures de l’Etat.

Enfin, le Président de la République a saisi cette réunion du Conseil des ministres pour inviter les citoyens et les citoyennes à participer massivement aux élections de ce jeudi en vue de renouvellement des Assemblées populaires communales et de wilayas.

Le chef de l’Etat a également rappelé que les Assemblées locales qui seront élues pour les cinq prochaines années constitueront sur le terrain l’outil de valorisation des ressources publiques au bénéfice des citoyens et seront également un échelon essentiel de la modernisation du service public à laquelle le pays est attelé au bénéfice des usagers et de l’Etat.»

R. N.

Comment (2)

    elhadj
    23 novembre 2017 - 11 h 35 min

    avec l incapacité de réguler le marche interieur,assainir la situation de l informel,lutter efficacement et sanctionner avec rigueur la corruption, le retrait inexpliqué de l impôt sur la fortune pour une meilleure justice sociale etc etc le citoyen demeure peu convaincu de l efficacité sur le terrain des décisions prises




    0



    0
    selecto
    22 novembre 2017 - 20 h 08 min

    Il y a deux sortes de lois en Algérie, des lois écrites pour pour le petit peuple et des lois non écrites au profit des escrocs en cols blancs et avec passeports diplomatiques.
    Tu voles une baguette tu passes des années derrières les barreaux.
    Tu voles le trésor public tu bénéficies de l’immunité et la protection de la justice.
    Ainsi va notre pays jusqu’à nouvel ordre..




    12



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.