Le théâtre algérien en quête de son public d’antan

theâtre algérien
Ziani Cherif Ayad. D. R.

Le metteur en scène théâtral Ziani Cherif Ayad a souligné, samedi à Oran, que le théâtre algérien est en quête de retrouver le public d’antan.

Animant, en compagnie de la romancière Leila Aslaoui, une conférence dans le cadre du Café littéraire créé au Théâtre régional Abdelkader-Alloula d’Oran, M. Ziani a fait savoir que le théâtre dispose aujourd’hui d’un public qui a, toutefois, régressé dernièrement, déclarant qu’«auparavant, il y avait un grand public qui nous débattait sur des questions techniques, dont la lumière et l’espace».

Le metteur en scène de la pièce théâtrale Bahidja, produite cette année, adaptée du roman de Leila Aslaoui intitulé Sans voile et sans regret, a estimé nécessaire le retour d’un tel public qui incite à la création de grandes œuvres théâtrales.

Le même réalisateur a appelé à la mise en place de stratégies pour relancer le théâtre algérien en renforçant la formation et en s’intéressant à l’expression corporelle sur scène, surtout pour les jeunes comédiens.

La romancière Leila Assaloui a salué l’adaptation de son ouvrage en œuvre théâtrale, soulignant que son roman est un témoignage vivant du drame de la décennie noire.

Elle a affirmé que son histoire est inspirée de faits réels, sauf qu’elle a changé les noms de personnages et de régions, exhortant les écrivains et les dramaturges à s’investir dans les œuvres littéraires et artistiques abordant la mémoire nationale afin de contribuer à éclairer la lanterne des générations futures et à l’écriture de l’histoire.

La pièce Bahidja sera reproduite samedi soir au TRO Abdelkader-Alloula, après avoir été présentée à Alger.

Les rencontres du Café littéraire du Théâtre régional d’Oran se tiennent une fois par mois, en présence d’artistes, romanciers et intellectuels. Le TRO œuvre à l’ouverture d’une médiathèque pour reproduire des œuvres du TR d’Oran et du Théâtre national algérien (TNA) devant des chercheurs et des universitaires.

Il s’agit d’un total de 98 pièces, a indiqué le directeur du TRO, Mourad Senoussi, lors de cette rencontre.

R. C.

Commentaires

    salah khiar
    26 novembre 2017 - 9 h 55 min

    Rien de plus futile, de plus faux, de plus vain, de plus nécessaire que le théâtre.
    Louis Jouvet « Acteur, Artiste, Enseignant, Metteur en scène » (1887 – 1951)




    3



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.