Exclusif – Le gendre du commandant Azzedine Hamza Hadjouti s’est suicidé

Commandant Azzedine
Commandant Azzedine. D. R.

Algeriepatriotique a appris de sources sûres que le gendre du commandant Azzedine s’est suicidé en faisant usage de son arme, alors qu’il venait d’être interpellé par les services de sécurité. Hamza Hadjouti, qui avait été arrêté alors qu’il rendait visite à son père hospitalisé, a trompé la vigilance des agents, a sorti une arme de poing – avait-il une autorisation de port d’arme ? – et s’est tiré une balle à l’intérieur du véhicule à l’approche du siège des services de sécurité en charge de l’enquête sur une série d’affaires d’escroquerie et de trafic d’influence dans lesquelles le concerné est impliqué. Se sachant pris au piège, le gendre du commandant Azzedine n’a semble-t-il pas eu d’autre choix que de se donner la mort, tant les accusations qui l’accablent sont gravissimes, a-t-on appris.

Hamza Hadjouti a notamment escroqué un grand avocat connu sur la place d’Alger à qui il a extorqué plusieurs milliards, de même que l’épouse du défunt Salah Boubnider, victime des agissements de cette même personne qu’elle a accusée, dans un communiqué rendu public, de l’avoir ruinée. «Victimes d’une  escroquerie qui nous a ruinés, mes fils et moi, nous avons déposé, le 14 octobre 2013, une plainte au parquet de Chéraga contre Zerari Rabah alias commandant Azzedine, son gendre Hadjouti Hamza et sa fille Chellali Fifi pour escroquerie, faux et usage de faux et émission de chèque sans provision», avait annoncé l’épouse de feu Boubnider. L’affaire avait connu son épilogue devant la cour d’appel de Tipasa qui a rendu son verdict condamnant au plan pénal les inculpés pour «escroquerie, faux et usage de faux et émission de chèque sans provision» et ordonnant au plan civil la restitution des sommes extorquées aux victimes. La famille Boubnider est allée jusqu’à solliciter l’intervention du président Bouteflika pour lui demander de «faire respecter les lois de la République».

Le commandant Azzedine a allégué, dans une déclaration rendue publique et reprise par certains médias, que son gendre avait été «enlevé» et «assassiné». Mais nos sources sont formelles : pris à la gorge par les nombreuses affaires qui allaient le conduire inéluctablement en prison, Hamza Hadjouti a préféré mettre fin à sa vie.

K. B.

Comment (36)

    AGHILS KOSEILA
    2 décembre 2017 - 17 h 12 min

    azul fellawen ,salem ,
    Franchement c’est malheureux ce qui est arrive. mes sinceres condoleances a cette famille meurtrie ,mes pensees pour cette victime ravie a fleurs de l’age. quant a la cause ,on ne va vite aller en besogne. possible un accident ,une bavure ,possible une liquidation et possible egalement un suicide. nous ne connaissons pas encore les aboutissants de cette affaire. nous laissons l’affaire a la justice de nous faire la lumiere sur cette affaire un delicate et mysterieuse. ma compassion profonde pour LE COMMANDANT SI AZZEDINE…. TANEMIRT AR TIMLILIT.




    0



    0
    et le sang froid dans tout ça...?
    1 décembre 2017 - 9 h 06 min

    moi je dirais que la thése de kidnapping grace à 20 flics , thése acclamée par le cdt azzdine …c’est du khorchef car tout simplement trop d’incertitudes à gérer : et donc la seule thése plausible reste le suicide car se sentant pris à la gorge aprés les escroqueries blablabla….mais bon :on est loin du sang froid d’un certain DSK !!!




    0



    2
    BEKADDOUR Mohammed
    29 novembre 2017 - 4 h 43 min

    Les Algériens qui ont mal de « Tout ça », tous, lettrés ou illettrés, n’ont qu’UNE solution : Écrire Ensemble Une Supplique, Une Lettre Ouverte à Monsieur Satan, lui demander une trêve de quelques années, comme fit Abdelkader avec l’armée française, sauf que cette fois , Un Algérien averti en valant Deux, Il n’y aura pas 132 années de Satanisme, comprende Amigo ? France n’a pas quitté El Jazaïr tant que nous n’en finissons pas avec S/SATAN, et sur ce point notre AZ_EDDINE sera d’accord, n’est-ce pas Mon Commandant, …!




    1



    1
    Anonyme
    28 novembre 2017 - 15 h 51 min

    Il n’a rien pris le pauvre. Salah sawt le3rab n’a rien pris le pauvre. C’est le moudjahid qui s’est retrouvé planton dans une société nationale ou un ministère qui a pris des milliards, des immeubles ici et là-bas.




    3



    0
    MOULA
    28 novembre 2017 - 11 h 51 min

    si c’est affaire d’escrocquerie qu’elle le role du DRS? pouqu’oi n’a ton pas embarqué de la meme manière les autres escros et grand voleur pourtant recherché par la justice et avec un mondat interntional!!!




    7



    0
    MOULA
    28 novembre 2017 - 11 h 44 min

    avez vous déja vu quelqu’un arreté puis embarqué tout en portant sur lui une arme? bizare vraiment




    11



    1
    Anonyme
    27 novembre 2017 - 22 h 34 min

    Dommage pour commandant Azzedine. C un moudjahid qui a crû avoir fait uniquement son devoir,à l’indépendance il n’a rien pris alors qu’il le pouvait ; même l’immeuble dont il jouissait il ne l’avait pas accapare’ ou acquis,croyant au socialisme de l’epoque. Il a été comme beaucoup d’autres surpris par l’ouverture d’apres boumeduene,l’ouverture du marché,vers la course aux affaires et à l’argent. Ce qui l’a perdu.




    8



    2
    Anonyme
    27 novembre 2017 - 22 h 20 min

    K.B. ! ce ne sont pas les symptômes qu’il faut traiter mais mais la maladie elle même ! Ma propre, en mon absence d’Algérie avait voulu déposer un dossier co disait’elle c « comme tous le monde ! ces autres dames n’ont pas fait un 1/10 de ce que j’ai fait pour la révolution ….. » m’avait-elle crié au visage lorsque je l’ai grondé d’avoir tenté de se rabaisser et se transformer en parasite de la nation. Des mecs de fameuse « faimille révolutionnaire »l’ont arnaqué avec plusieurs millions en lui rapportant une copie et non un original de l’introuvable « trois volet.
    C’est ce ministère des parasites de la nation qu’il faut dissoudre et orienter son faramineux budget vers des secteurs de développement ! Il suffit de faire une enquête totalement administrative répertorier les veuves encore vivantes quelques dizaines de milliers et couper le robinet d’une façon ferme et absolu à tous les autres parasites quelque soit leur sexe, leur âge et leur ascendance.
    Tant que ce problème n’est pas résolu la nation algérienne est menacée de destruction. Le féodalisme reveille les vieux démons des révolutions violentes et destructrices.




    3



    3
    LOUCIF
    27 novembre 2017 - 21 h 33 min

    Certains algériens n’arrivent pas à faire la part des chose:

    1/- d’abord on est tous d’accord que le Commandant Azzidine, de son vrai nom Rabah Zerari, est un grand baroudeur , un grand combattant et l’une des grandes figures de la guerre d’indépendance.

    2/- Lui , son gendre et sa fille adoptive ont voulu lancé , en plus de certaines activités, une grande entreprise immobilière qui n’ont pas su géré. Ils ont demandé des avances à des futurs propriétaires mais çà a foiré car ils ont utilisé l’argent (détournement ou autres) à d’autres fins ! Le projet a tardé à voir le jour et c’est à partir de ce moment là que certains futurs propriétaires (dont les Boubnider) se sont inquiété et ont demandé le remboursement des avances ! La famille du Commandant Azzedine ont voulu joué sur la personnalité et les connaissances du Commandant , mais çà n’a pas marché ! Ils ont crié à la hogra, ils ont fait appel à des proches de Bouteflika etc…, ils ont crié aux loups mais çà n’a pas marché car ils étaient dans le tort flagrant !

    3/- Le gendre du Commandant sachant qu’il en faute, et devant le scandale qui a prit de l’ampleur, il a préféré mettre fin à ses jours ! C’est une arnaque, çà n’a pas marché , point final ! Il y en a beaucoup comme cette historie dans notre pays malheureusement !




    10



    3
      Anonyme
      28 novembre 2017 - 17 h 39 min

      On a rien à foutre de ton « commanbdant azeddine »
      c’est précisément cette façon de nous mettre la guerre d’Algérien sur le plateau qui n’est plus acceptable. Soit on ouvre un débat sur cette guerre sans aucune exclusion et donc permettre à toutes personne ayant vécu cette terrible de s’exprimer à commencer d’abord et avant tout ceux qui combattaient les armes à la main qu’il étaient dans le FLN, le MNA ou dans les harkas. tant que ce sont les mêmes bonhommes ou leur rejetons qui visent un énième droit d’hyper citoyen qui se transforment peu à peu en secte féodale vorace, et bien, les algériens deviendront de plus en plus imperméables à tout ce que touche à la guerre d’Algérie ils peuvent même devenir totalement allergiques et ça sera une situation légitime. Depuis un demi siècle, on nous bassine avec cette guerre on nous met devant la scène les « fils » parfois qui se battent comme des chiffonniers à l’intérieur même de l’assemblée nationale en insultant mutuellement et insultant tous les algériens au passage, depuis plus 50 ans ils crient au pseudo-patriotisme en visant sans cesse de nouveaux droits réservés alors qu’aucun d’entre eux n’a passé le service national. La situation doit s’arrêter avant que ça ne soit trop tard.




      5



      5
    amar
    27 novembre 2017 - 20 h 04 min

    A méditer




    0



    0
    Omar
    27 novembre 2017 - 17 h 50 min

    Tous des pourritures accusateurs et accusés




    6



    2
    mouatène
    27 novembre 2017 - 16 h 58 min

    ce qui a retenue mon attention c’est une seule et unique phrase.  » hamza hadjouti a escroqué une GRAND AVOCAT, à qui il a soutiré PLUSIEURS MILLIARDS. mes amis, je vous laisse le soin de faire la comparaison entre CET AVOCAT et tous les pilotes d’air algérie et tous les commandants de bord de la CNAN. aucun de ces derniers ne possède autant d’argent alors qu’un habile orateur en possède de la « ch’kara » comme dirait l’autre. en principe cet avocat est justiciable et en pénal. au moins nous avons un apérçu sur les nouveaux riches d’algérie.




    13



    4
      BEKADDOUR Mohammed
      29 novembre 2017 - 4 h 28 min

      @ mouatène
      27 novembre 2017 – 16 h 58 min
      ————————————————–
      Les avocats du Diable sont parfois Le Diable Lui Même, Le Diables et Les Siens
      sont perdants, y compris, comme ce gendre, ceux qui en font leur pourvoyeur de fonds : Au Fond, El Jazaïr est tombée dans les rets du Diable, TOUT SIMPLEMENT ! Où es-tu ya Sidi Abdelkader, Sidi Bouamama, Lalla Fatma, Sidi Boumédiène ?




      1



      3
    Rayes Al Bahriya
    27 novembre 2017 - 15 h 09 min

    Regardons le Grand Cmdt Azeddine.

    Je vous donne L’ALGÉRIE s’il en faut ….car

    Vous le meritez …..

    Quand au reste c’est du feu de paille.

    Il a tout donné pour une ALGÉRIE libre…..

    Merci mon CommAndant….

    Take a look …plz.

    https://m.youtube.com/watch?v=zCDzanSvntY




    3



    6
      Lahlou
      28 novembre 2017 - 1 h 44 min

      Comment peut-on admettre qu’un soi-disant héros de la lutte d’indépendance, de surcroît un Commandant de l’ALN et membre de l’EMG, donne du « mon général à un criminel de guerre comme Bigard ?
      Le retour du refoulé ( esprit de colonisé) dans sa nudité. Ou est-ce les 20 années d’indépendance et toutes les dérives et désillusions vécues qui ont poussé ce « baroudeur » a mettre en avant ses intérêts personnels…et chercher à se réhabiliter aux yeux des dirigeants français? Ceux qui ont toujours refusé de reconnaître les crimes commis par l’armée française contre les algériennes et algériens depuis 1830.




      2



      4
    nasser
    27 novembre 2017 - 14 h 28 min

    c’ est vraiment pathétique passer du statut… de combattant à celui de détrousseur j’ en arrive à me demander si ce n’ est pas la marque de fabrique cert&ins algériens au passé flou qui polluent la société civile, quel exemple donnez vous à vos proches????




    11



    0
    Mabrouk
    27 novembre 2017 - 13 h 19 min

    Il était en état d’arrestation à bord du véhicule d’un service de sécurité, donc encadré par deux agents à l’arrière. Ensuite au cours de l’arrestation et par mesure de sécurité il est fouillé à corps. Au stade actuel, à moins que l’enquête, révélera d’autres éléments, la bavure est béante.




    18



    1
    MDAMAR
    27 novembre 2017 - 10 h 25 min

    Avocat milliardaire, familles d’escrocs, gendre bien épaulé avec une femme qui a fait  » la grande école » du tbal3it , révolutionnaires qui devraient penser à l’au-delà tombent dans le jeu du quitte ou double, famille qui veut faire l’arroseur s’est fait arroser. Mme Boubnider….c’est lamentable pour votre mari ELLI IKHALET ROUHOU LENOUKHALA YANGBOU EL DJADJ. Commandant Azzedine : l Algerie vous respecte, à votre âge, on ne défend pas une personne louche, fût-il votre fils. قل الحق ولو على نفسك قل الحقوان كان سيف على رقبتك




    11



    2
    amar
    27 novembre 2017 - 9 h 34 min

    Il ne nuira plus..une fin presque prévisible. Fin d’une courte vie consacrée à escroquer les gens..des plus démunis aux plus riches. Son chemin, malheureusement pour lui, a croisé celui du Commandant et est arrivé ce qui devait arriver.
    Ils n’ont qu’à s’en prendre à eux mêmes au lieu de chercher ailleurs des coupables.
    Comme l’a dit si justement maître Ait Larbi au cours d’une plaidoirie : « Zerari Rabah a tué le Commandant Azzedine ». j’’ajouterai pour ma part : le Commandant Azzedine a-t-il existé? (…)




    14



    6
    Anonyme
    27 novembre 2017 - 7 h 42 min

    Juste après l’indépendance on eut droit au best-seller « ON NOUS APPELAIT FELLAGA ». Le valeureux adjoint de Zighoud Youcef, Salah Boubnider était surnommé pendant la guerre « Colonel Saout el Arab » : à chaque fois qu’il préparait une bataille, il disait à ses troupes: « ndirou 3amalya yahdro 3liha fi saout el arab » . Le casting défini, on attend la publication (à titre posthume) de la suite de cette sordide affaire: « ON NOUS APPELAIT ESCROCS ». …




    12



    3
    zaatar
    27 novembre 2017 - 7 h 34 min

    Un preuve de plus que c’est pourri jusqu’à l’os chez nos dirigeants et autres responsables quels que soient leurs rangs et où qu’ils se trouvent. Les escroqueries sont en Milliards, même en centaines et milliers de milliards… inutile de poser la question d’ou viennent ces milliards pour l’escroqué. Pour l’escroc c’est clair, il a escroqué un autre escroc… Tant qu’il y a la rente pétrolière, on lira assez souvent des feuilletons pareils.




    22



    4
    Hami
    27 novembre 2017 - 1 h 33 min

    C’est un mensonge hydro . Quant à vous cmdt honte à vous.




    6



    3
    Zombretto
    27 novembre 2017 - 0 h 51 min

    J’ai lu le livre du commandant Azzedine « On nous appelait des Fellaghas » il y a presque 40 ans de ça et j’avais admiré son courage et ses ressources physiques et mentales. Je trouvais certaines des exploits qu’il a rapportés vraiment incroyables, dignes de Hollywood. Maintenant je me demande s’il n’a pas tout imaginé. Je suis certain que beaucoup de passages sont des mensonges, car on ne devient pas menteur et escroc dans son vieil âge, on l’est depuis son adolescence ou son enfance. Quelle déception ! Quelle honte !




    35



    6
      ALI
      27 novembre 2017 - 2 h 01 min

      @ZAMBRETTO, Moi aussi ,j’ai lu »On nous appelait Fallaga » à sa publication en France fin 70. Je ne pense pas, qu’il a inventé quoique ce soit! Qu’il aurait embelli et aurait passé sous silence certains événements c’est tout à fait possible! Voyant les faux moudjahidines et les résistants de la 25 heure s’enrichir , il a du se dire « moi, le vrai résistant,blessé 13 fois,capturé 2 fois, je vais prendre ma part de gâteau,hors du système,il s’est retourné vers l’escroquerie ,en escroquant des escrocs !!




      19



      6
        Rascasse
        27 novembre 2017 - 6 h 29 min

        Effectivement c’est cela notre drame ; ces gens là considèrent l’Algérie comme un butin de guerre ils ont tous cette réflexion : moi aussi je veux ma part c’est une marque de fabrique du FLN tous sans exception depuis le simple sympathisant, heureusement que mon âge ne m’a pas permis de lire ces gens, j’admire par contre ceux narrés par le peuple, ces pervers narcissiques ont réussi à biaiser l’histoire a leur convenance et celle de leurs rejetons, ainsi que leur affaires




        19



        1
          Anonyme
          28 novembre 2017 - 18 h 33 min

          moi je suis ne apres 62 et j exige moi aussi ma part de pétrole et de gaz ! et 10 OOOM2 DE TERRAIN PA RAPPORT A TOUTE LA SUPERFICIE DDU TERRITOIRE ALGERIEN ET UN RAPPEL DE 62 A NOS JOURS SINON JE PRENDRAI MES RESPONSABILITÉS HISTORIQUES §




          4



          0
        Anonyme
        27 novembre 2017 - 14 h 12 min

        @Ali : Je ne me rappelle pas tout ce qu’il a dit dans le livre car ça fait trop longtemps que je l’ai lu moi aussi, mais je me rappelle par exemple qu’il a été blessé 13 fois. Maintenant je me dis : qui sait si c’est vrai ?
        Il y avait un homme dans mon village qui avait pris le maquis à l’âge de 78 ans en 1954. Il a fait la guerre jusqu’à la fin, en 1962. Ancien moudjahid avec pension, pompe à essence, etc. Finalement, vers 1964 ou 1965, certains des autres moudjahidine du village ont commencé à se poser des questions. Qui l’a jamais vu combattre ? Comme il était si vieux, il ne pouvait pas garder le rhytme avec les autres, alors il « opérait » toujours tout seul. Les gens se sont rendu compte que tout ce qu’ils savaient de lui est ce qu’il avait dit lui-même, comment il a tendu une embuscade ici et là et a tué tant de militaires français, comment il a été poursuivi et comment il a échappé aux français, etc. Aucune des actions qu’il avait rapportées n’avait de témoins. Finalement, certains ont commencé à se demander s’il n’était pas plutôt du côté de la France pendant toutes ces années. Tous ce temps pendant lequel il était supposé être au maquis, il était peut-être chez les militaires français à les aider ? Personne n’avait de preuves, mais beaucoup ont simplement pensé que c’était possible car les histoires qu’il racontait sur ses propres exploits étaient tout simplement trop difficiles à croire pour un homme de son âge. Par exemple, il a dit qu’une fois il était poursuivi par l’armée française et il s’est enroulé dans son burnous tout sale de boue et de fumée, si bien qu’il ressemblait plutôt à un rocher parmi les autres rochers. Les militaires ont fouillé à quelques centimètres autour de lui mais ne l’ont jamais repéré. Et il racontait d’autres trucs du même genre. C’était mon oncle et je l’aimais bien, mais même moi j’ai commencé à me poser des questions à un certain moment.




        14



        0
          Anonyme
          28 novembre 2017 - 2 h 06 min

          Je connais une histoire similaire. Elle concerne un homme qui se faisait passer pour un grand blessé de guerre et qui, a l’indépendance, a récolté une villa, une pension, et… la présidence à vie d’une association nationale qui revendiquait l’indemnisation par le France des victimes civiles de la guerre de libération. Cela lui a ouvert certains portes y compris en France qui voulait le « neutraliser » et étouffer l’affaire. Il était effectivement handicapé ( il n’avait qu’un seul bras) ce qui rendait son histoire crédible pour ceux qui ignoraient les faits. La vérité est toute autre : notre « grand blessé » avait été amputé du bras suite à une morsure de serpent mal soignée ayant entraîné une gangrène et donc l’ablation du bras pour le sauver d’une mort certaine. Son frère étant un authentique moudjahid, décédé après l’indépendance des suites des graves blessures contractées durant sa vie au maquis, personne n’a osé le démasquer.




          7



          0
        La Pointe
        27 novembre 2017 - 20 h 08 min

        Je sais que tu penses à « La Bataille d’Alger ». Et moi aussi.




        3



        0
      Djaffar
      27 novembre 2017 - 3 h 53 min

      Les héros sont morts les armes à la mains et ceux qui ont survécus ont été marginalisés comme les veuves de chouhada.

      La mère d’Ali la pointe est morte en 2008 hébergée chez des proches à Miliana après avoir passé sa vie à courir de bureau en bureau pour un misérable logement pour finir sa vie dedans.

      les autorités locales de Miliana sa ville d’origine était au courant de sa demande de logement comme le wali comme Bouteflika et même Yacef Saadi le responsable de son fils, tous lui ont tous répondu par un silence méprisant, Allah yarhamha.




      48



      0
        Moh
        27 novembre 2017 - 21 h 46 min

        Bonjour Djaffar, en 2015 j’ai lu un article dans un journal dont je ne me rappelle plus le nom qu’une veuve de chahid qui vivait dans un bidonville qui s’appelait cité Beaucheraye à Alger est décédée suite à une crise cardiaque après avoir été exclue de la liste des bénéficiaires malgré l’ancienneté de sa demande.
        Pourquoi cette haine ?




        3



        1
      Anonyme
      28 novembre 2017 - 17 h 49 min

      Il faut un vrai débat sur la guerre d’Algérie pour connaître la vérité un débat avec les combattants du FLN et du MNA mais aussi les harkis et des historiens ainsi que des journalistes algériens patriotes, neutres dans l’absolu et patriotes en précisant que patriote ne veut pas forcément dire FLN très loin de là !




      2



      1
    icialG
    27 novembre 2017 - 0 h 20 min

    faut admettre et reconnaître q il y a pas mal de monde qui devrai se faire sauter la caboche pour les raisons que tout le sait et ferme les yeux




    12



    1
    Hydro
    26 novembre 2017 - 21 h 45 min

    Depuis quand faut-il une autorisation de port d’arme en Algérie pour obtenir une arme?
    Si vous saviez le nombre de gens (et souvent issus de la lie de la société) ayant des armes de guerre, vous seriez étonnés!!!
    De toutes façons pour moins de 50000 DA (300 euros) vous pouvez vous procurer une arme de poing de certains modèles autrichien ou italien. Les armes de fabrication russe restent introuvables sur le marché noir et demeurent propriété de l’Etat.
    Étant donné l’insécurité totale dans laquelle est plongé le pays, c’est un phénomène très grave. L’Etat fait semblant d’ignorer ces pratiques.




    17



    12
      Anonyme
      27 novembre 2017 - 2 h 27 min

      Avons nous un État




      31



      7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.