Echec à l’intox

désinformation
La guerre médiatique a pris de nouvelles formes. D. R.

Par Kamel Moulfi – La désinformation à propos du «vote des députés contre une proposition de loi sur la promotion et la généralisation de l’enseignement de la langue amazighe» a trouvé preneur chez des Algériens disposés à avaler cette couleuvre servie par les séparatistes du MAK à travers les réseaux sociaux, mais aussi des organes de la presse écrite et électronique plus conventionnels. La facilité de transformer un tel mensonge en vérité s’explique, dans ce cas, par le désintérêt quasi-total des citoyens à l’égard des travaux de l’Assemblée populaire nationale, qui sont pourtant largement médiatisés par les circuits officiels.

L’article publié hier par AP montre comment ce fait, datant de presque deux ans, a été manipulé en détournant le sens d’une photo pour le déformer et le présenter comme un événement grave et d’une actualité brûlante. Le but recherché par le MAK – provoquer des troubles en Kabylie – n’a pas été atteint, même si la contestation a tenté de prendre forme localement.

La désinformation et l’intox médiatique visant l’Algérie ne sont pas des pratiques nouvelles. On se souvient de la campagne du «qui tue qui ?» montée de toutes pièces pour innocenter les groupes terroristes et isoler le «pouvoir» algérien et les forces qui combattent le terrorisme.

Cette «guerre médiatique» a pris de nouvelles formes. Les médias électroniques, qui diffusent l’information en instantané, sont les plus vulnérables. Ils n’ont pas le temps de vérifier ni l’authenticité ni la source de l’information et ne peuvent donc distinguer le faux du vrai.

La situation se complique quand les médias, tous supports confondus, sont exposés à la valse des démentis sur des faits difficilement vérifiables et pour lesquels l’enquête journalistique n’est pas aisée. L’illustration récente d’une telle situation a été fournie par l’épisode au centre duquel s’est retrouvé l’avocat Farouk Ksentini après ses révélations sur l’audience que lui aurait accordée le président Bouteflika et sur ce qu’il lui aurait dit concernant le cinquième mandat notamment.

K. M.

Comment (6)

    karimdz
    30 novembre 2017 - 20 h 50 min

    Que des medias étrangers hostiles à notre pays diffusent leurs torchons, rien de surprenant, mais que certains de nos médias se font l écho de cette propagande, comme dirait l autre, çà c est grave !

    La liberté de la presse qui devait être une alternative ou un complément à l information officielle, est instrumentalisé par certains médias algériens dont on se demande ou plutot dont on devine pour qui ils roulent.

    Je suis démocrate, mais quand on en arrive à de tels extrêmes, je suis pour la censure.




    4



    7
    Le Patriote
    30 novembre 2017 - 15 h 23 min

    Je suis Algérien et je n’aime pas les couleuvres. Mais celle-ci je l’ai avalée avec délectation car je n’en ai que foutre de ce jargon qui ajoute de la divsiion à la division. Les problèmes de l’Algérie sont ailleurs.




    4



    12
      Mello
      30 novembre 2017 - 17 h 40 min

      De quelle jargon ? De quelle division ? Un peuple uni, une Algerie unie autour de sa veritable identite’.




      11



      3
    Abou Stroff
    30 novembre 2017 - 14 h 56 min

    si la désinformation trouve preneur, c’est parce que l’information officielle n’est pas crédible et que nos augustes dirigeants nous mentent depuis 1962.
    d’ailleurs, il suffit de regarder les chaines algériennes, qu’elles soient publiques ou « privées », pour comprendre que quelque chose ne tourne pas rond au royaume du Danemark.
    PS: et maintenant, dans le cas de l’affaire ksentini, qui, l’algérien lambda, doit il croire?




    17



    1
    Judas
    30 novembre 2017 - 13 h 36 min

    La censure et le black out sur l’info font le lit de la désinformation et de la rumeur.




    12



    2
    Mello
    30 novembre 2017 - 13 h 16 min

    Ou est donc la communication au sein de l’APN ? Ce fait inedit , sur une langue qui a ete constitutionnalisee, reside , dans l’absence de communication au niveau de l’APN. Sinon comment laisser un tel bobard vehicule’ sur les reseaux sociaux et par une certaine presse liee’ au sensationnel. Heureusement, que les Kabyles , dont une large majorite’ est politisee, se sont comportes dignement en evitant de repondre a ces niaiseries venues des extremistes de tout bords. La sagesse de la Kabylie ,renseigne sur le niveau intellectuel de cette region qui ne pourra plus suivre tous ces ennemis de l’Algerie.




    15



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.