Al-Jazeera vole au secours des islamistes algériens après la débâcle

Al-Jazeera
Abderrezak Mokri, président du MSP. New Press

Par Sadek Sahraoui – L’internationale islamiste vient d’activer ses nombreux réseaux pour voler au secours des partis algériens affiliés au courant des Frères musulmans qui ont reçu une véritable déculottée lors des dernières élections locales. L’idée des soutiens étrangers des partis MSP, Ennahda et autres Al-Adala, est de tenter d’accréditer l’idée que la bérézina que ces formations ont enregistrée aux APC et aux APW n’est pas normale. Autrement dit, les islamistes algériens ont été spoliés de leur victoire par le «méchant» pouvoir algérien.

C’est la thèse que s’est proposé, en tout cas, de défendre de manière sibylline le site internet de la chaîne de télévision Al-Jazeera, bras médiatique du ministère qatari des Affaires étrangères et des Frères musulmans. Pour cet outil de propagande – que l’Egypte, l’Arabie Saoudite, le Bahreïn et les Emirats arabes unis ont menacé de faire exploser en plein vol dans le cas où il continuerait à persister dans ses travers –les islamistes algériens ont été clairement victimes de la fraude.

Al-Jazeera – qui se trouve depuis juin dernier dans l’œil du cyclone après que Riyad ait décidé de casser les reins à l’émir Hamad Ben Khalifa Al-Thani que le roi Salmane accuse justement d’encourager les islamistes de par le monde – ne prend bien sûr pas le risque de porter elle-même de telles accusations à l’encontre de l’Etat algérien. Elle les met tout simplement dans la bouche d’islamistes auxquels son mouchard (journaliste, ndlr) accrédité à Alger tend abondement le micro.

Comme le professionnalisme n’est pas le fort de cette chaîne, dont la raison d’être est de maintenir le monde arabe à l’âge de pierre pour mieux permettre à Washington et à Israël de l’asservir et de le dominer, son journaliste basé à Alger n’a pas jugé utile de recueillir l’opinion du ministre algérien de l’Intérieur contre ses accusations de fraude. Mais en fait, l’auteur de l’article voulait-il vraiment être impartial ? Assurément non puisqu’il n’est pas difficile de comprendre que l’objectif final du long article publié par Al-Jazeera sur son site internet est de battre en brèche les analyses de nombreux spécialistes de la scène politique présentant le courant, le discours et le projet islamistes algériens en déclin.

Il est évident donc qu’Al-Jazeera n’avait pas du tout intérêt à faire parler des gens qui auraient fait s’écrouler leur thèse en moins de deux. La seule prise de risque que s’est permis le journaliste d’Al-Jazeera a été d’avoir donné la parole un court moment au sociologue Nacer Djabi. Et il a certainement dû le regretter amèrement.

S. S.

Comment (19)

    LE NUMIDE
    3 décembre 2017 - 11 h 47 min

    Avant de s’inquieter sur les fraudes électorales en Algérie, le Qatar a t-il au moins la moindre élection chez lui ? au moins une élection de parents d’élèves, ou de basse-cour? les royaumes arabes et leurs mercenaires ici chez nous, qui vivent encore les ages Ommeyades et veulent les imposer aux autres, ILS N’ONT AUCUNE LEÇON A DONNER AUX PAYS BERBÈRES… Si au moins c’étaient des anglais ou des Grecs d’Athenes on aurait compris leurs prétentions démocratiques et leur fanfaronnades!!!




    10



    0
    abbas
    3 décembre 2017 - 10 h 36 min

    Bien dit @résistant,le problème est avant tout en nous même comme cette constitution qui confère au islamiste une tribune or que leur place est à la mosquée uniquement d,un point de vue spirituel j,insiste bien la dessus . Nous avons ausssi le sens inverse ou nous avons toute les plus belle lois du monde ou beaucoup de chez nous ne les respecte pas voir au dessus des lois..




    5



    0
    Anonyme
    3 décembre 2017 - 9 h 43 min

    L’Islam et l’arabe est cocktail de destruction massive.




    1



    9
    LE NUMIDE
    3 décembre 2017 - 2 h 29 min

    si les frères musulmans rentrent dans un pays , ruine et destruction de ce pays …. Le FLN infiltré par le Baath a fait entrer les frères musulmans égyptiens en Algérie comme on fait entrer le loup dans la bergerie ..Par cette politique aveugle le FLeN s’est ruiné et a ruiné le pays et il continue à le mener vers la mort certaine … A moins d’un miracle Berbère , l’Algérie comme nation et comme état , est condamnée à la disparition … et ça , même les Baathistes et les arabistes et les arabisants le savent




    5



    5
    citoyen algérien
    3 décembre 2017 - 1 h 44 min

    ces gens la et leur sponsors continuent a tuer des innocents au yemen pendant ce temps.
    ces partis MSP, Ennahda et autres Al-Adala et les anciens fisistes cette ligue des assassins et oulemas de Merde on ne les entend pas




    9



    0
      Helalibarek7Gmail.comom @gmail.com
      3 décembre 2017 - 12 h 34 min

      Je dirais simplement, quand on utilise dieu pour faire de la politique, c’est associer le sacré au mensonge.




      6



      0
    bango
    2 décembre 2017 - 23 h 39 min

    Mort aux islamo-cafards




    11



    0
    Algérie Authentique
    2 décembre 2017 - 20 h 45 min

    tant que ces rats opportunistes et violents seront visibles, tant qu’ils auront le privilège de siéger à l’apn , tant qu’ils auront le droit de se présenter aux différents scrutins, et ce malgré l’interdiction par la loi d’agréer toute formation politique basée sur la religion, loi datant des années 1990 me semble t-il, ils s’exprimeront et seront relayés par leurs homologues de l’internationale islamiste wahabiste inféodée au sionisme, qui vise comme chacun le sait à détruire les États républicains quasi séculiers tels l’Algérie – la liberté de conscience est inscrite à la constitution mais c’est vrai qu’il reste beaucoup à faire-. alors la solution c’est pas de couper la télé mais plutôt de leur couper les vivres, c’est à dire de stopper les deniers publics qui leur permettent de mener grand train et voyager en orient pour leur formation continue d’islamisme!




    12



    3
      Illusoire
      3 décembre 2017 - 0 h 08 min

      Je me demande qui les maintient bien nourrits et a la leche – juste au cas, ou les autres, venaient se mobiliser contre ce regime. C’est leur fonction: guardiens de la joomlookia islamia, ou aucune loi ne peut contredire, les dires de l’analphabet psychopathe du 7eme siecle d’arabie. Le dhimisme, ca marche a merveille. Ce bled est foutu – des que quelqu’un sait se servir de sa tete, il sait qu’il doit deguager, n’importer, mais deguager. Un de ces 4, il n’y restera plus que des enfants formate’s par l’ecole islamiste de boutertoura !




      4



      2
    Hamid1
    2 décembre 2017 - 20 h 37 min

    C’est une chaîne qui n’est pas là pour donner des informations comme on l’entend, mais plutôt une chaîne dont l’unique raison d’être est de faire de la propagande et de la désinformation aux profits des entités obscures et diaboliques.
    Comme toujours, comme avec le terrorisme, elle a ses cibles privilégiées pour déverser son venin ou manipuler la foule, quand pour d’autres pays monstrueux, elle les fait passer pour des surhumains dans leur humanisme et savoirs dans tous les domaines bien qu’ils soient encore dans la préhistoire sauvage et cruelle dans leur façon de vivre.




    9



    1
    BabEIOuedAchouhadas
    2 décembre 2017 - 20 h 33 min

    Le terrorisme salafisto-wahabite est né en Afghanistan en 1980 mais il a été achevé en Algérie et enterré en Syrie, même si je sais que ce commentaire ne va pas plaire au Sieur Hafid Derradji et ses compères.




    13



    1
    icialG
    2 décembre 2017 - 19 h 58 min

    ces personnes qui ont le recours facile a des service de pays étranger pour leurs déboires de politique intérieur aurais fait des bon harki au temps de la colonisation




    12



    1
    Nasser
    2 décembre 2017 - 18 h 29 min

    Ne jamais croire ni au Qatar, ni aux Al Saoud; ils sont de la même pâte et du même moule! Leur différend n’est que temporaire pour ne pas dire suscité afin cacher leur terrorisme et leurs soutiens aux terroristes islamistes après leur échec surtout en Syrie! Ce sont deux pays terroristes et assassins! Jamais rien de bon ne viendra d’eux quelque soit les « changements » qu’ils disent entreprendre!! C’est tout leur « système » de gouvernance et de pensée qu’il faut faire disparaître!




    16



    1
    Résistant
    2 décembre 2017 - 17 h 46 min

    @Abou Stroff
    Votre discours est contredit par la constitution algérienne qui a inscrit l’Islam comme religion de l’Etat. Dans ce cas, celle-ci n’est plus « confinable » dans la sphère privée. Cette dimension donne aux Islamistes une espèce de légitimité. Cela signifie concrètement, de leur point de vue, que si l’Islam est religion d’Etat, il doit par conséquent régir la vie des citoyens musulmans de ce pays (éducation, droit, politique…)
    Pour être en cohérence, ne faut-il pas d’abord réformer la loi ?




    16



    5
      Felfel Har
      3 décembre 2017 - 1 h 26 min

      Il est avéré que notre Constitution a proclamé que l’Islam est la religion officielle de l’État. Il est aussi vrai que la Loi sur les ACP (Associations à Caractère Politique) a interdit tous les partis basés notamment sur la religion. En violation de la loi, on a créé des partis « islamistes » qui ne reconnaissent ni la Charte Nationale, ni la Constitution (la mithak, la destour était le cri de ralliement du FIS) et on a laissé faire. On s’étonne ensuite que notre pays soit devenu la cible de l’internationale islamiste! Nous avons créé des monstres dont on ne sait plus quoi faire. Salutations!




      14



      0
      Abou Stroff
      3 décembre 2017 - 10 h 27 min

      en effet, mon discours n’est pas « porté » par la « constitution » (que l' »on » triture au gré des circonstances) qui n’est qu’un texte reflétant des rapports de force à un moment précis.
      j’ajouterai que parler de « religion d’Etat » est, me semble t il, une absurdité. car, que l’Etat soit défini comme un ensemble d’institutions (définition conventionnelle) ou comme un rapport (approche marxiste), il est tout ridicule de parler d’une religion d’Etat.
      puisque, jusqu’à preuve du contraire, SEULS les hommes ont une religion.
      PS: on peut remarquer que seules les sociétés arriérées (les sociétés où l’islam est la religion dominante, entre autres) exhibent la religion comme référence dans tous les domaines possibles et imaginables.




      9



      0
    karimdz
    2 décembre 2017 - 17 h 23 min

    al jazira n est qu une tele de propagande isra heil lienne qui n est plus regardé par beaucoup de monde. Laissons les braire.




    10



    1
    Moskosdz
    2 décembre 2017 - 16 h 37 min

    Cela ne date pas d’aujourd’hui,Al-Djazira a toujours été porte-parole des criminels sous-couverts d’islam au service de ses protecteurs Américains,Israéliens et Occidentaux.




    15



    1
    Abou Stroff
    2 décembre 2017 - 14 h 25 min

    « Al-Jazeera vole au secours des islamistes algériens après la débâcle » titre S. S..
    la chaine est le porte parole de la vermine islamiste et il serait tout à fait illusoire d’attendre un discours autre que le discours dans lequel elle excelle.
    cependant, il me semble qu’il est peut être temps d’être RADICAL dans l’approche de la problématique, c’est à dire de prendre le problème à la racine pour le dépasser d’une manière congrue.
    en effet, reconnaissons que la vermine islamiste défend le « monde ancien » (le monde dont la caractéristique principale est qu’il nie le travail comme UNIQUE créateur de l’être de l’homme et comme unique moteur de l’humanisation de l’être de l’homme) qui ne veut pas mourir, c’est à dire le monde où le rationnel est dominé par l’irrationnel sur la base duquel tout est estimé et évalué .
    ce monde ancien que défend la vermine islamiste, dans toutes ses composantes, est en lutte contre le « monde nouveau » (le monde dont la caractéristique principale est qu’il reconnait que le travail est l' »activité » qui crée l’être de l’homme et lui permet de s’humaniser) qui ne parvient pas encore à imposer ses valeurs.
    cette lutte est une lutte à mort et il est, me semble t il, suicidaire de considérer qu’il puisse y avoir un quelconque compromis entre ces deux monde aux visions TOTALEMENT antagoniques.
    en d’autres termes, il s’agit de réaliser que notre émancipation de la religion est une condition incontournable de notre émancipation en tant qu’être humain en devenir.
    si nous reconnaissons que « La misère religieuse est tout à la fois l’expression de la misère réelle et la protestation contre la misère réelle » (K. Marx) et que la religion permet, entre autres, d’amoindrir l’angoisse existentielle de l’être humain (l’être humain est le seul animal qui sait qu’il va mourir grâce à sa capacité à appréhender la tridimensionnalité du temps), il ne nous reste alors qu’à admettre que si la religion est nécessaire à l’individu, elle doit néanmoins être confinée dans la sphère privée pour que chaque individu humain soit libre d’affronter son angoisse comme il l’entend.




    28



    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.