Festival international de malouf : au bon souvenir de Mohamed-Tahar Fergani

Cette édition correspond avec le premier anniversaire du décès du maître du malouf, El-Hadj Mohamed-Tahar Fergani
Cette 10e édition correspond avec le premier anniversaire du décès du maître El-Hadj Mohamed-Tahar Fergani. D. R.

Le public constantinois, passionné de musique authentique, a rendez-vous, lundi prochain, avec le lancement de la 10e édition du Festival international de malouf qui durera quatre jours, et ce, au théâtre régional de la ville, a annoncé, samedi, le commissaire du festival, Samir Guenez.

S’exprimant lors d’une conférence de presse animée au palais de la culture Mohamed-Laïd-Al-Khalifa, M. Guenez a affirmé que le Festival international de malouf, qui revient après une année d’absence sous le slogan «Le malouf enrichit le patrimoine», à l’initiative du ministère de la Culture, est «ouvert à tous les artistes constantinois sans exception». Le même intervenant a également souligné que le budget alloué à ce festival a augmenté cette année de 15 à 17%, comparativement au budget de la 9e édition de l’année 2015.

M. Guenez a précisé, par ailleurs, que l’organisation de cette édition coïncide avec le premier anniversaire du décès du maître du malouf, El-Hadj Mohamed Tahar Fergani, faisant savoir que la soirée d’ouverture, intitulée «Aswat el madina» (les voix de la ville), sera animée par l’orchestre Cirta du malouf, sous la direction du maestro Samir Boukridira. Cette soirée, qui verra également la présence de grandes personnalités de l’art constantinois, à l’instar de Kamel Bouda, Hacène Bramki, Segueni Abderrachid, Riad Khelfa, Khaled Amir, Adel Maghouache, Malek Chellouk, sera marquée par un hommage rendu aux défunts artistes Laïd Fenikh et Nadir Bouda.

R. C.

Commentaires

    Anonyme
    5 décembre 2017 - 16 h 16 min

    il n’est pas constantinois!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.