L’Algérie est le pays le moins touché par le «recrutement» de terroristes

recrutement
La luttte antiterroriste continue. New Press

L’Algérie a combattu et vaincu le terrorisme seule, grâce à une approche multisectorielle cohérente, qui ne s’est pas limitée à la seule dimension sécuritaire, a indiqué à Washington l’ambassadeur conseiller en charge des questions sécuritaires internationales, El Haouès Riache.

«Le terrorisme a été vaincu en Algérie grâce à la combinaison d’un vaste ensemble de politiques et stratégies militaire, politique, religieuse, économique, sociale et éducationnelle», a déclaré M. Riache lors d’une conférence organisée par le think tank américain Center for Strategic and International Studies (CSIS) sur le thème «La sécurité au Maghreb : identifier les menaces, évaluer les stratégies et définir le succès».

M. Riache, qui s’exprimait lors du premier panel de la conférence consacré à l’expérience des trois pays, l’Algérie, la Tunisie et le Maroc, dans la lutte contre l’extrémisme violent, a souligné que l’un des critères pour mesurer ce succès est «le très faible nombre» (ils sont estimés à 170) de recrues algériennes dans les rangs des groupes terroristes, citant le rapport du cabinet de consulting américain The Soufan Center qui avait classé l’Algérie en 2016 comme le pays le moins touché par le recrutement terroriste dans le monde en dépit de sa proximité géographique des zones affectées le terrorisme. Grace à sa riche expérience dans ce domaine, «l’Algérie a maintenu la pression militaire et sécuritaire» sur les groupuscules terroristes, qui tentent de survivre, a-t-il expliqué. «Ce sont de petits groupes qui ne représentent plus de menaces pour l’économie, le fonctionnement des institutions et les populations», a relevé l’ambassadeur. En détaillant l’approche algérienne dans la lutte antiterroriste, M. Riache a relevé que les responsables algériens avaient «très vite compris que la réponse à l’extrémisme violent ne doit pas se limiter exclusivement à la seule dimension sécuritaire». Il s’agissait aussi «d’isoler les groupes terroristes et de les empêcher de répandre leur idéologie extrémiste dans la société en renforçant la confiance des Algériens dans les institutions de l’Etat», a-t-il souligné, précisant que «des politiques et des stratégies ont été progressivement mises en œuvre pour atteindre cet objectif». Et d’ajouter que «trois approches structurantes ont été lancées : le processus de réconciliation nationale, la promotion de la démocratie comme antidote à l’extrémisme violent, et la politique de déradicalisation multisectorielle» à laquelle ont contribué tous les acteurs de la société afin d’éliminer les sources du radicalisme.

C’est ainsi que le processus de réconciliation nationale, entamé en 1995 par la loi sur la Rahma (Clémence) et couronné en 2005 par la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, adoptée par référendum populaire, a permis à des milliers de terroristes de renoncer aux armes et de retourner au sein de leurs familles, a-t-il rappelé. Le dispositif, a-t-il précisé, offrait l’extinction de toutes les poursuites judiciaires contre les terroristes qui acceptent de déposer les armes à l’exception des personnes ayant participé à des crimes, des massacres, à des attentats explosifs ou à des viols.

Aujourd’hui, l’Algérie figure parmi les pays «les plus sécurisés au monde», a affirmé M. Riache, rappelant qu’elle a figuré à la septième place au classement 2017 des pays où les habitants se sentent en sécurité, établi par l’institut de sondage américain Gallup.

Invité au cours de ce débat à s’exprimer sur l’état de la coopération sécuritaire au Maghreb, M. Riache a précisé que l’Algérie a toujours œuvré à son renforcement aux niveaux bilatéral, régional et international. Il a rappelé, à juste titre, que les autorités algériennes ont empêché en 2016 des centaines de Marocains de rejoindre les camps de l’organisation Etat islamique (Daech, EI) en Libye, via l’Algérie, en alertant les autorités marocaines de ces mouvements suspects. «Nous avons le même objectif, combattre le terrorisme», a-t-il affirmé.

M. Riache a rappelé que l’Algérie qui «a souffert du terrorisme seule et a eu à l’affronter et le vaincre durant les années 1990, avant même la manifestation des grands actes de terrorisme international, déployait également des efforts pour accroître la coopération sécuritaire aux niveaux africain et international».

En plus d’être un membre actif du Forum mondial de lutte contre le terrorisme (CGTF), l’Algérie abrite le siège du Centre africain d’études et de recherches sur le terrorisme (Caert), le siège du Mécanisme de coopération policière africaine (Afripol) et copréside par ailleurs avec le Canada le groupe de travail du CGTF sur l’Afrique de l’Ouest.

R. N.

Comment (3)

    Moskosdz
    6 décembre 2017 - 17 h 58 min

    Les islamistes n’ont rien de concret à nous ramener et rien de bien à nous proposer pour notre bien-être,ils sont là juste pour endoctriner et lobotomiser les pauvres afin de les fanatiser en brigades de martyrs dévoués à la cause divine devenant ainsi source de violence,depuis l’horreur commise au nom de l’islam pendant la décennie noire,les Algériens ont compris que dieu ne les a pas mandaté pour défendre sa cause,car tout être humain en serait incapable.




    7



    0
    LE NUMIDE
    6 décembre 2017 - 15 h 24 min

    LES ALGERIENS , c’est à dire les berbères, commencent à se réveiller surtout depuis 1992 … ils commencent à comprendre le déshonneur et la faillite de la condition de mercenaire terroriste arabo-wahabiste au service des rois arabes de Las Vegas et de leurs Chouyoukhs salfistes et frères musulmans qui envoient leurs enfants à Londres et à Boston et envoient les enfants des autres au Jihad du Nikah en Syrie et en Irak sous la bannière de Daesh et Nosra .. VOILA LA VERITE .. Seulement comme la dit le général Lamari , la victoire sur l’Intégrisme islamiste wahabiste n’est pas encore totalement acquise …Seule la prise de conscience Algérianniste et historique berbère chez les algériens peuvent les sauver du mercenariat et de son cauchemar ..la berbérité seule peut sauver la nation algérienne .. La berbérité n’est pas du tout l’ennemie des peuples arabes libres et des autres peuples qui résistent à l’impérialisme israélien et au Harem arabo-wahabiste au Moyen orient , elle est l’ennemie de leurs mercenaires en Afrique du Nord .. la Berbérité a cessé d’être une catégorie ethnique en Algérie comme le prétend la propagande de la 5eme colonne de la trahison et du Harem wahabo-sioniste ( les algériens sont berbères pour être libres et citoyens et respectés dans le monde et s’en fichent qu’ils soient d’origine kabyle ou jijelien , chaouia ou nememcha , oranais , tlemcenien , sahraoui , touareg , mozabite , arbi , turc ou phénicien que sa tante soit arabe ou que son cousin soit balkanique ou africain etc..) …On ne choisit pas ses parents mais on choisit sa dignité et sa liberté ; donc la Berbérité , l’Amazighité est devenue non plus seulement une identité mais encore une nécessite idéologique et politique de Libération nationale et une carte géostratégique qui garantit notre puissance et notre SURVIE … pour les algériens c’est devenu vital d’être berbère : Soit tu vivras en Numide soit tu mourras en esclave




    30



    2
    Thami
    6 décembre 2017 - 13 h 39 min

    Le nombre de recrues Terroristes au profit de Daech est proportionnel au niveau de pauvreté de chaque pays notamment en Afrique du Nord




    7



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.