Décision de Trump : l’Algérie va-t-elle convoquer l’ambassadeur américain ?

Donald Trump. D. R.
Donald Trump. D. R.

Par Houari Achouri – Personne en Algérie, ni dans le monde, n’en doutait, mais avec sa décision de reconnaître El-Qods comme capitale d’Israël, Trump a tenu à le confirmer : les Etats-Unis ne sont pas du côté de la légalité internationale et encore moins du côté de la justice.

Le président américain est allé à l’encontre de la quasi-totalité de la communauté internationale et a agi au mépris de ce que pensent les Palestiniens, dont il a foulé au pied tous les droits.

L’Algérie a réagi par un simple communiqué du ministère des Affaires étrangères à «la décision de l’Administration américaine de reconnaître El-Qods Echarif comme capitale d’Israël». Le communiqué des AE «dénonce avec force cette grave décision», mais se limite à exprimer «une très grande préoccupation». L’Algérie appelle à la mobilisation de «la nation arabe et islamique et la communauté internationale dans son ensemble» pour «le respect des droits nationaux du peuple palestinien et du statut international de la ville sainte».

Est-ce suffisant comme réaction face à une atteinte flagrante et délibérée contre les «droits inaliénables du peuple palestinien frère» auquel l’Algérie a réitéré, à cette occasion, son «soutien total» ? Faut-il s’attendre dans les moments qui viennent à ce que l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger soit convoqué par notre ministère des Affaires étrangères pour lui signifier cette réprobation et lui expliquer que la décision de Trump «fait peser de lourdes menaces sur la paix, la sécurité et la stabilité d’une région névralgique déjà fortement meurtrie»?

C’est un usage diplomatique que l’Algérie pratique, comme ce fut le cas en octobre 2015, lorsque le ministère des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de France à Alger après que le ministre de la Communication (Hamid Grine à l’époque), détenteur d’un passeport diplomatique, a fait l’objet d’une fouille jugée «inacceptable» à l’aéroport d’Orly. Mais, il s’agissait là de relations bilatérales et, de toute évidence, d’une situation exceptionnelle.

La dérive diplomatique des Etats-Unis, qui les conduit de façon unilatérale et en violation du droit international à reconnaître El-Qods comme capitale d’Israël, n’a rien d’exceptionnel. On ne compte plus les ingérences de diverses natures dans les affaires internes des autres pays, et particulièrement les agressions militaires. Sur tous les continents, les dirigeants des Etats-Unis se croient autorisés à envenimer les relations internationales et à les conduire au bord de la guerre.

Plus spécialement, les Etats-Unis continuent de mettre en pratique une politique dépassée et anachronique de sanctions économiques et commerciales, comme le prouve le cas du blocus exercé contre Cuba depuis près de 60 ans. Il y a quelques mois, le président Trump a signé le mémorandum présidentiel de sécurité nationale sur le renforcement de la politique américaine envers Cuba, qui consiste principalement à durcir ce blocus pour empêcher le développement économique et social de ce pays et, en définitive, nuire au bien-être du peuple cubain. Qu’y a-t-il de plus condamnable par la communauté internationale ?

En fait, ce sont tous les pays qui devraient convoquer les ambassadeurs américains à leurs ministères des Affaires étrangères !

H. A.

Comment (23)

    الهوارية في فرنسا
    8 décembre 2017 - 16 h 27 min

    Trump a donné El Qods à Benyamin Natanyahou pour faire plaisir à son gendre Juif qui a épousé sa fille, une femme aux mœurs légères une bombasse quoi
    Trump est une espèce de trouduq, ElQods appartient aux Musulmans et on ne cède pas un lieux de culte millénaire pour faire plaisir à une prostituée sur le seuil de perdre son mari juif




    4



    4
    Kahina
    8 décembre 2017 - 16 h 05 min

    NON, l’Algérie ne doit pas être plus arabe que les arabe.
    L’Algérie ne doit pas jouer à la chaire à canon pour ces pays arabes.
    L’Algérie n’a pas vendu El-Qouds pour vouloir la récupérer.
    Les pays arabes ont vendu El-Qouds et font semblants de s’indigner. Ces kharabes hypocrites.




    8



    2
      Hamid1
      9 décembre 2017 - 8 h 05 min

      Vous avez tout à fait raison chère amie,
      Il faut rappeler que des algériens ont donné de leurs vies pour les libérer, je ne parle pas de l’appui diplomatique, financier et militaire à coût de milliards.
      D’abord, nous ne faisons aucun poids face à la première puissance mondiale, d’autre part, il faut voir les pays qui se disent musulmans qui ont fait la course pour avoir des relations diplomatiques avec cette entité monstrueuse quand pendant ce temps ils déclarent la guerre au pays musulmans voisins (comme notre voisin de l’est) et dans les pays du golfe font pareil en détruisant toutes les républiques musulmanes.
      Tout ce qui était dans nos capacités, nous l’avons fait, au delà, nous ne sommes pas le bon dieu.




      2



      2
    foufi
    8 décembre 2017 - 14 h 30 min

    Notre pays n’a malheureusement pas les moyens de sa politique.Durant ces 50 annees d’indépendance gaspillées on aurait pu devenir un grand pays capable de placer ses pions .On a perdu du temps dans des débats stériles portant sur une langue nationale qui n’est pas parlé par le peuple,qui n’est pas adapté aux défis scientifiques actuels mais qui reste confiné dans le cocon religieux qui prone la médiocrité et la stagnation.Ouyahia a parlé en Arabe à Paris non pas pour répondre aux fameux écarts de Macron à Alger,mais plus pour s’adresser à la jeune génération qui rejettent cette langue pour le peu d’ouverture qu’elle leur procure.Ces jeunes l’ont démontré lorsqu’ils se sont massés devant le CCF la veille du 1er novembre.Nos gouvernants persistent et signent pour cette langue qui a tjrs été mal enseignée.Elle es utilisée avec l’islamisme loin de notre Islam ancestral comme une arme de paupérisation de la jeunesse.Quant à la decision de Trump,la meilleure facon pacifique est de manisfester contre le non respect par trump et netanyahu des resolutions de L’ONU concernant le statut de Jerusalem.La violence ne fera que donner raison à trump.




    8



    0
    Mas umeri
    8 décembre 2017 - 10 h 26 min

    Trump étant dans de mauvais draps, puisque des sénateurs U S sont entrain de réunir les preuves pour décider de son empêchement, alors il multiplie les provocations, a l’endroit des mexicains, des migrants,des musulmans, de la Corée du Nord, de l’Iran,de la Russie et maintenant pour faire diversion, il déclare Jérusalem (Elqods) capital de l’entité sioniste,s’imaginant taper fort, pour se tirer d’affaires, alors que les palestiniens, meurtris par 72 longues années d’occupation et de meurtres, ainsi que la communauté internationale, sont opposés a cette décision irréfléchie et appellent a de véritables négociations, entre palestiniens et israéliens, sur ce haut symbolique pour les trois religions monothéistes et sur l’avenir des peuples de Palestine.




    9



    3
    Anonyme
    8 décembre 2017 - 9 h 16 min

    Elle n’a pas à le convoquer et se mettre dans la gueule du loup pour des pays arabes qui personnifient la lâcheté, le larbinisme, l’aplat ventrisme etc…. Par contre, elle doit impérativement se retirer de la ligue arabe et à partir de là, ses prises de position ne seront que plus visibles pour ces peuples arables qui se décideront peut-être à prendre l’exemple de nos Hassiba, BenM’hidi et tous les valeureux chouhadas tombés au champ d’honneur.




    14



    4
    ALGERIEN ET FIER .
    7 décembre 2017 - 22 h 55 min

    Donald Trump est un homme dangereux. Son ignorance de l’histoire et de la géographie, son simplisme extravagant, ses humeurs radicales et racistes le rendent encore plus dangereux pour la paix dans le monde. Ses anecdotes ne me font pas rire.Plus personne ne se fait d’illusion sur l’équilibre mental du président américain Donald Trump. Les médias s’amusent à publier ses bêtises et à en rire comme si c’était un jeu entre délinquants. Or M. Trump est un chef d’État, un homme dont la responsabilité dépasse les frontières de son pays. Chaque mot compte et peut avoir des conséquences désastreuses. Quand on voyait Charlie Chaplin en dictateur s’amuser autour du globe, on riait, même si ces rires étaient amers, car on savait que chacun de ses gestes, chacune de ses décisions allait se traduire en massacre d’êtres humains dont le seul crime était d’être juifs. Le Dictateur était un film prémonitoire. Chaplin avait anticipé le malheur qui allait frapper notre humanité. Aujourd’hui, on ne va pas comparer Trump à Hitler. Ce serait stupide. Mais on devrait cesser de rigoler à chaque dérapage de M. Trump. Car il tient son pouvoir et sa puissance de millions d’électeurs qui pensent comme lui, nourrissent un racisme évident contre les Noirs et les étrangers surtout s’ils sont Arabes et musulmans.En décidant d’installer l’ambassade américaine à Jérusalem, il savait qu’il allait provoquer une vague de protestations et de violence pas seulement dans le monde arabe mais bien au-delà. C’est une provocation de plus dans un dossier dont la complexité est immense. Les précédents présidents américains ont essayé, avec plus ou moins de succès, de résoudre ce conflit. Il s’agissait chaque fois de rendre justice au peuple palestinien dont une grande partie de ses territoires est occupée par Israël. Il s’agissait aussi de garantir à Israël un État où il vivrait en paix avec ses voisins palestiniens.Jérusalem est une ville extraordinaire parce qu’elle est la mémoire du monde, la rencontre des trois monothéismes, la ville d’une haute spiritualité. Il faut la célébrer non en tant que capitale d’un État, mais en tant que lieu où l’Esprit élève les consciences vers une espérance de fraternité et de paix.Donald Trump vient de la saccager. Il en a fait un symbole politique en totale contradiction avec son histoire et son destin. Il l’a réduite à un statut administratif dont le but est d’expulser du présent toute tentative de dialogue, tout essai de négociation pour en finir avec un conflit qui dure depuis 1948, depuis plusieurs générations. C’est le moyen qu’a trouvé le président américain pour déclarer la guerre aux Palestiniens et aussi aux Israéliens épris de paix et de justice.M. Trump est un homme dangereux. Son ignorance de l’histoire et de la géographie, son simplisme extravagant, ses humeurs radicales et racistes le rendent encore plus dangereux pour la paix dans le monde. Ses anecdotes ne me font pas rire. Sa politique sans vision, sans intelligence ni du cœur ni de la raison, fait de lui l’homme dont la planète devrait se méfier.Nous sommes hélas tous concernés par les décisions de M. Trump. C’est le seul État qui engage le monde avec lui quand il prend une décision.Le monde avait déploré l’invasion de l’Irak par G. W. Bush. Une intervention illégale, basée sur des mensonges. De 2003 à aujourd’hui, ce pays est devenu un lieu où le chaos a permis au terrorisme de se développer et de faire le malheur du monde. C’est en Irak que Daech est né et que le «califat» d’Al Bagdadi a été proclamé. C’est sur les débris de ce pays ravagé qu’est né «l’État islamique» qui fait lutte contre le monde civilisé.M. Trump voudrait dépasser la catastrophe créée par Bush. Il a livré Jérusalem à la guerre et a rendu toute négociation impossible. Qui peut l’arrêter? Seul le peuple américain pourrait mettre fin aux provocations délirantes d’un homme capable de mettre le feu à la planète.




    26



    7
    Anonyme
    7 décembre 2017 - 21 h 52 min

    Si les pays arabes et musulmans avaient du nif ils couperaient plutot leurs relations diplomatiques avec cette entité terroriste




    16



    2
    Anonyme
    7 décembre 2017 - 21 h 49 min

    Ce veau engraissé n’essaie que de laver son humiliation par la magnifique Corée du nord et pour faire effacer cet affront il nous berne avec El Qods capitale de Sion
    Jamais et jamais El Qods ne sera la capitale des sionistes
    et qu’il aille se fracasser sa PETITE cervelle sur le mur des Maghrébins




    13



    2
    benchikh
    7 décembre 2017 - 21 h 27 min

    Encore une autre bêtise de Mr le courtier ,combien a -t-il empoché pour ce geste inacceptable .Si c’est fait ,le pays qui bouge face à ce dingue aura plus de chance pour s’en sortir vainqueur .L’Algérie est bien placée pour freiner ce fou qui fait ses pas par intuition à la façon du jeu de poker. Nous avons une diplomatie qui fait bouger les choses sur le terrain,combattons- le avec cet instrument qui peut nous ramener beaucoup de gains.




    10



    3
    Algérie Authentique
    7 décembre 2017 - 20 h 44 min

    convoquer un ambassadeur ? Grand Dieu non! ça n’est pas inscrit dans notre constitution, ce ne sont pas nos manières, l’algérie s’occupe de son propre territoire, n’en sort pas et demande toujours à ceux qui ont épuisé tous les moyens pacifiques et qui sont sur le point d’en découdre, de « se mettre à la table des négociations » …, l’ignoble grand blond a fait sa déclaration , il a broyé les enfants palestiniens en détruisant leur avenir , la paix ne sera pas pour demain et les enfants ne souriront pas à Noel mister trump!




    17



    6
    Izirdhi !
    7 décembre 2017 - 20 h 00 min

    Trump fait et feras tous qu’il voudra,il n’y a rien en face ouallou que bek bek qlaouechs, les khorrotos sont de sacrés guerriers mais a condition que ca se soit entre eux sinon aucun pays arabomusulmans je dit vraimant aucun na obtenu son indepance avec les armes a l’exception de l’algerie et encore quand on vois l’insolense de macron a alger franchement je me pose des questions, vous imaginez plus de 80 millions d’habitants en turquie, iran,egypte sans compter les autres pays israel ce putain de pays 5 ou 6 millions font plier tout le monde,vous allez dire que c’est avec l’aide des USA mais alors comment l’indochine a donné une fessée a la france et aux USA .ibn khaldoun a tout dis ! Peace




    22



    2
    karimdz
    7 décembre 2017 - 19 h 18 min

    Que peut on attendre d un président américain qui quand il n est pas prisonnier du lobby isra heil lien, est lui même sioniste ? La politique étrangère américaine a toujours été axée sur la défense des intérêts isra heil liens en apportant son soutien illimité et inconditionnel.

    La décision américaine ne fait en réalité que précipiter la politique d épuration ethnique de l état sioniste qui vise à vider par tous les moyens, les palestiniens, chrétiens ou musulmans qui vivent sur leur terre ancestrale. Tout est planifié, les sionistes savent que cela entrainera une nouvelle escalade, intifida coté palestinien, et opération armée de grande envergure contre le Hamas dans le ghetto de GAZA.

    L etat sioniste vise à travers le daech, sa politique d épuration, ses actes terroristes à travers le monde et revendiquées pour les besoins de la propagande par des pseudos organisations islamistes, à semer le désordre, le chaos, pour pouvoir parvenir à son objectif bien connu, la création du grand isra heill, un état qui irait du nil à l euphrate.

    Comment pourrait en être t il autrement, quand on connait l état des relations entre l amérique et certains pays musulmans, particulièrement les états du golf qui sont inféodés aux deux états criminels us et sioniste, qui forment l axe du mal dans le monde.

    Hélas pour les palestiniens, des moments encore dures les attendent, car il n y a rien à attendre aussi bien des pays musulmans que des pays occidentaux, jusqu’au jour où un mouvement authentique musulman fera son apparition et cela Dieu seul connait sa venue.




    25



    1
    Citizen DZ
    7 décembre 2017 - 19 h 02 min

    trump soit il est inconscient, soit il est fou en faisant peser de lourdes menaces sur la paix, la sécurité et la stabilité d’une région névralgique et dans le monde.
    si dans les deux cas, il est entrain également de mettre en péril et en danger tous les ressortissants US dans le monde.
    certains ambassades US préviennent et avertissent leur ressortissants de limiter leur déplacements de peur d’actes terroriste.
    trump veut marquer de son empreinte son mandat, en déclarant un conflit destructeur majeur ou une 3eme guerre mondiale en s’attaquant aux migrants mexicains, ses démélés avec cuba en passant par le conflit avec la corée du nord, en interdissant l’accés a certains pays musulmans sur le territoire US et sa derniére décision de reconnaitre Jérusalem capitale d’israel………et bien d’autres agressions et provocations.
    a mon avis ca ne servirait a rien de convoquer l’ambassadeur US, laissons d’abord les « vrais » arabes et les citoyens US réagir pour faire dégager ce trump ennemi destructeur de l’humanité ensuite on verras la suite.
    certains ambassades US dans les pays arabes et asiatiques sont en alerte « orange ».




    17



    2
    Où sont les femmes ....!
    7 décembre 2017 - 18 h 43 min

    La France qu’on critique a au moins eu le courage de le dire hier face à des caméras que Macron était contre cette décision unilatérale contraire aux résolutions de l’ONU et qui va peser lourd dans les prochains jours , semaines , mois à venir .
    y’a t-il quelqu’un chez nous qui puisse faire franchement la méme remarque à ce débile de trump ?




    19



    7
    Felfel Har
    7 décembre 2017 - 17 h 18 min

    Le timing de la décision de Trump est la résultante de la compromission des arabes (MBS n’a-t-il pas récemment demandé à Abbas d’accepter l’accord de paix américain?) et de l’exigence de certains sénateurs républicains et démocrates (soumis à la botte de l’AIPAC) qui ont négocié leur vote en faveur de la réforme fiscale contre cette reconnaissance. Le « joker » dans cette situation est la rue arabe, sachant que ses dirigeants sont timorés et apeurés, et que tenir tête au duopole USA-Israël pourrait leur être fatal. Alea jacta est! Rien ne va plus, les dés sont lancés, le sort en est jeté et advienne que pourra! L’Algérie ne fera pas exception, elle rouspètera du bout des lèvres. Il y a longtemps que le lion ne rugit plus. Édenté et aphone, il n’effraie plus personne, il se contente de miauler timidement. Pour avoir oublié que « l’union fait la force », les Arabes sont condamnés à vivre dans la honte. Tout est perdu, même l’honneur!




    21



    2
    Didouche
    7 décembre 2017 - 17 h 09 min

    convoquer ! vous rêvez, plutôt supplier pour que Sir Trump daigne accepter le règne clanique et éventuellement monarchique.




    12



    2
    Anonyme
    7 décembre 2017 - 16 h 48 min

    Cette question rend la profondeur du vide de sens de l’immonde arabe et de l’algerie arabe par defaut.




    6



    4
    moms
    7 décembre 2017 - 16 h 34 min

    salam! Avec les Arabes il n’a vraiment rien craindre les saouds sont sous leur protectorat ,les autres arabes maghrebins ou autres sont des peureux et des corrompues historiques .c est fichue pour les Arabes il ont atteint le point de non retour!!




    13



    3
      Felfel Har
      7 décembre 2017 - 19 h 41 min

      Sous la houlette de MBS, les Arabes se sont alliés au diable juste pour contrer un pays musulman, en l’occurence l’Iran. Même si Israël phagocytait toute la Palestine, ils regarderaient ailleurs. Ils n’oseraient surtout pas se regarder dans un miroir de peur de voir la pitoyable image qu’il leur renverra. Que feront -ils quand l’appétit d’Israël exigera l’occupation de leur propre territoire?




      19



      0
    Anonyme
    7 décembre 2017 - 16 h 08 min

    Bon,soyons serieux et regardons les choses du point de vue juridique.Le secretaire general de l ONU l a declare qu il ne reconnait pas cette decision de TRUMP qui est en fait celle de son gendre Jared Koushner,le mari de sa fille qui est de confession juive et de sa fille qui s est convertie au judaisme comme l exige la loi Hebraique.Il faut rappeler dans ce cadre les resolutions prises par le conseil de securite de l ONU:
    La résolution 476 du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée le 30 juin 1980 déclare nulle et non avenue la décision d’Israël de modifier le statut de Jérusalem. (En effet l’assemblée législative d’Israël a vote la loi de Jérusalem. Cette loi institue Jérusalem comme capitale « une et indivisible » de l’État d’Israël.)
    La résolution demande de mettre fin à l’occupation de Jérusalem. Elle déplore le refus continu d’Israël de se conformer aux résolutions du conseil de sécurité. Elle confirme que toutes les mesures législatives et administratives qui modifient le caractère et le statut de la ville sainte de Jérusalem n’ont aucune validité en droit.
    La résolution a été adoptée le 30 juin 1980 par 10 voix pour, 4 abstentions (France, Norvège, Portugal, Royaume-uni) et 1 voix contre (États-Unis).
    Conséquences
    Au moment de la résolution, 45 États représentés en Israël avaient leur ambassade à Jérusalem, parmi lesquels la Bolivie, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, la République dominicaine, l’Équateur, le Salvador, le Guatemala, Haïti, les Pays-Bas, Panama, l’Uruguay et le Venezuela ; les autres pays étaient représentés à Tel Aviv.
    13 pays ont déplacé leur ambassade à la suite de la résolution ; le Costa Rica et Salvador l’ont relocalisée à Jérusalem en 1982 jusqu’en 2006, date à laquelle leurs ambassades sont à nouveau déplacées vers Tel Aviv.
    Trois pays disposent de leur consulat général à Jérusalem : la Grèce, le Royaume-Uni et les États-Unis.

    RESOLUTION 478
    La résolution 478 du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée le 20 août 1980 demande à Israël de mettre fin à l’occupation de Jérusalem. Elle demande aussi de mettre fin aux modifications du caractère juridique et géographique de la ville. Cette résolution fait suite au non-respect par Israël de la résolution 476 du 30 juin 1980. Une décision condamnant la loi de Jérusalem votée par la Knesset la même année. Cette loi institue Jérusalem comme capitale « une et indivisible » de l’État d’Israël.
    La résolution condamne la loi, affirme qu’elle constitue une violation du droit international et que les lois prises par Israël au sujet du statut de la ville sont nulles et non avenues. Elle enjoint aux États membres ayant une représentation à Jérusalem de les retirer.

    La résolution a été adoptée le 20 août 1980 par 14 voix pour, aucune contre et une abstention (États-Unis)
    Les États-Unis ont voté contre la résolution 476 sans utiliser leur droit de veto. Ils se sont abstenus lors du vote de la résolution 478. Néanmoins en 1995 le congrès vote le Jerusalem Embassy Act. Il indique que Jerusalem devrait être reconnue comme la capitale de l’État comme date limite.Le congres fait notamment etat d argument religieux.il releve que d’Israël et que l’ambassade des États-Unis devrait y être établie. Le 31 mai 1999 est fixé comme date limite.Le congres fait notamment etat d argument religieux.il releve que Jerusalem est le centre spirituel du Judaïsme, et que la liberté religieuse y est garantie depuis 1967. En 2003, le congrès a réaffirmé sa position dans le « Foreign Relations Authorization Act » section 214. Les présidents successifs n’ont pas mis ces décisions en application en se référant au privilège de l’exécutif en matière de relations extérieures. De fait les États-Unis sont tenus par les décisions du conseil de sécurité qui ont force de traités.
    Donc il faut manifester en force et exiger le respect des resolutions de l ONU 476 et 478 votees par le conseil de securite et ont force de lois.Il faut boycotter l administration et l ambassade des USA pendant le presidence de Trump le tout sans porter atteinte aux symboles americains comme le drapeau et le respect du peuple americain,il faut porter ce message propre et juste a l opinion americaine,qui serait astreinte a voter un empechement pour « demissionner »Trump avant la fin de son mandat.Les Algeriens sauront reagir dans le calme et le respect pour faire respecter la legalite internationale.Fier d etre Algerien




    39



    4
    momo
    7 décembre 2017 - 15 h 56 min

    Laissons d’abord les arabes réagir (probablement en applaudissant et les plus téméraires en souriant sous cape) puis nous le convoquerons pour leur déclarer la guerre.




    10



    7
      anonyme
      7 décembre 2017 - 20 h 46 min

      On ne va pas faire la guerre a leur place. La notre on l’a faite a plusieurs reprises depuis 1830 pour liberer notre pays du joug colonial. Maintenant on veut se concentrer sur ceux qui ont adopte les facheuses habitudes de la france depuis leur occupation du pouvoir en 1962. Yakhtouna, on a assez de problemes.




      5



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.