Statut d’El-Qods : l’ONU «très inquiète des risques d’une escalade violente»

L'ONU est inquiète des risques d'une escalade violente après la décision de Donald Trump
Vendredi de la colère à Ramallah. D. R.

L’ONU est «particulièrement inquiète des risques d’une escalade violente» après la décision de Donald Trump de reconnaître unilatéralement El-Qods comme capitale d’Israël, a affirmé vendredi au Conseil de sécurité Nickolay Mladenov, Coordonnateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Proche-Orient.

«Du 6 au 8 décembre» sont annoncés «trois jours de rage», a-t-il ajouté lors d’une liaison vidéo d’El-Qods organisée à l’occasion d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité convoquée à la demande de huit de ses membres après la décision américaine.

«El-Qods est la question la plus complexe» à résoudre dans le conflit israélo-palestinien, a-t-il aussi déclaré, en évoquant le «symbole de la foi chrétienne, juive et musulmane» que cette ville représente. Seule une «négociation entre les deux parties» peut décider de son avenir, a insisté le responsable.

Nickolay Mladenov a appelé les dirigeants du monde entier «à montrer de la sagesse» pour ramener le calme dans la région.

La réunion en urgence du Conseil de sécurité, composé de 15 membres, a été demandée par la Suède, la France, l’Italie, le Royaume-Uni, la Bolivie, l’Uruguay, l’Egypte et le Sénégal.

Plusieurs de ces Etats considèrent que la décision américaine viole des résolutions de l’ONU. Il s’agit d’une «violation de la légitimité internationale», a souligné l’ambassadeur égyptien, Amr Aboulatta, en évoquant une «ville sous occupation».

Son homologue suédois, Olof Skoog, a rappelé la résolution 2334, adoptée le 23 décembre 2016, qui souligne que le Conseil de sécurité «ne reconnaîtra aucune modification aux frontières du 4 juin 1967, y compris en ce qui concerne El-Qods, autres que celles convenues par les parties par la voie de négociations». Cette résolution avait été approuvée par 14 pays, les Etats-Unis dirigés alors par le démocrate Barack Obama ayant choisi l’abstention, ce qui avait permis l’adoption du texte.

«Le moment est venu d’avancer vers un accord de paix détaillé», a aussi réclamé le diplomate suédois.

La décision de Donald Trump a provoqué la fureur du monde arabe et suscité une réprobation générale des partenaires de Washington.

R. I.

Comment (4)

    awrassi
    9 décembre 2017 - 8 h 33 min

    L’ONU s’inquiète toujours des violences arabes, mais de celles d’Israel ! Je me demande encore comment on peut faire partie d’une organisation franc-maçonne dont le seul but est de créer un gouvernement mondial contrôlé par les Etats-Unis et Israel … La Banque mondiale, le FMI, l’UNESCO, l’UNICEF et toutes les ONG servent avant tout à effacer les nations et les peuples, leur histoire, leur originalité et leur identité !




    1



    0
    Judas
    9 décembre 2017 - 3 h 54 min

    Il n y a pas à s’inquiéter tous les pays violents sont sous développés, vivent des crises économiques chroniques et n’ont pas d’armes nucléaires. Leurs peuples vont crier , piller des magasins, brûler des drapeaux puis revenir chez eux le soir dégoulinant de sueur pour réchauffer les restes de leur repas de la journée , les ingurgiter avec le sentiment du devoir accomplie. Puis se mettre devant la télé dans un silence religieux pour écouter un cheikh disserter sur les sciences islamiques du pet et du woudou.




    1



    0
    Dakota
    9 décembre 2017 - 1 h 13 min

    Je me pose un question vis-à -vis des Américains US surtout ,les autres nations dites americaines ne sont pas épargné mais commençons par les grands sages de la super-puissance actuelle, je ne sais pas si je me trompe, mais que leur adviendraient-ils si un jour dans les temps futurs et lorsque leur influence dans le monde diminuera , des gens se proclamant descendants d’autochtones , donc des amérindiens leurs demanderaient réparation en demandant restitution du pouvoir et le droit de sol des territoires conquis soit par la force ou autre lors de conquêtes et expéditions coloniales , n’est-ce pas, ils reclameront la terre de leurs ancêtres qui leur a été voler il y a de cela plusieurs siècles par des gens venus d’Europe pour l’essentiel, et du monde dans une moindre mesure.




    2



    0
    Anonyme
    8 décembre 2017 - 23 h 23 min

    Tout les pays Zarabes demandent toujours aux mêmes aux palestiniens de se sacrifier.
    Et eux se goinfrent assis sur leurs divans regardant la télé qui annonçe les morts palestiniens qui tombent tous les jours pour 2 ème lieu le plus plus sacré El-Qods pour nous les musulmans après la Mecque et en 3 ème Médina.




    1



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.