L’Arabie Saoudite met fin à l’interdiction des cinémas

Arabie cinéma
L'Arabie Saoudite autorise l'ouverture de salles de cinéma. D. R.

L’Arabie Saoudite va autoriser l’ouverture de salles de cinéma à partir du début de 2018, levant une interdiction en vigueur depuis plus de trente-cinq ans contre ces lieux, a annoncé, lundi, le ministère de la Culture. Les autorités vont délivrer dès à présent les permis d’exploitation, selon la même source.

«C’est un moment clé dans le développement de l’économie culturelle dans le pays», a déclaré le ministre de la Culture, Awad Al-Awad dans un communiqué.

Même si les salles étaient interdites, le cinéma saoudien commence à être reconnu internationalement. La comédie romantique Barakah Meets Barakah de Mahmoud Sabbagh a ainsi été projetée à la Berlinale tandis que Wadjda de Haifaa Al-Mansour a été en 2013 le premier film national à participer aux Oscars du meilleur film étranger.

Parmi les autres réformes sociétales, Ryad a annoncé en septembre la fin de l’interdiction de conduire pour les femmes à partir de juin 2018.

R. C.

Comment (7)

    Hamid1
    16 décembre 2017 - 12 h 44 min

    A quoi sert notre ministre de la culture si ce n’est justement de fermer tout les lieux culturels.
    On n’a pas voulu un peuple de lumière même si on avez que les retombées indirectement pour suivre comme des aveugles des guides sortis de l’enfer du diable et dérangés gravement psychologiquement et physiquement.




    1



    0
    Anonyme
    11 décembre 2017 - 23 h 00 min

    Commca les Wahabite pourront voir des films de Daesh le Clouwn …Salman a la plage..Déjà les Saouds sont un vrais cinéma a eux tout seuls…Des Cinémas Wahabite derrière un Nikab…pauvres ploucs wahabites




    0



    1
    Lghoul
    11 décembre 2017 - 22 h 07 min

    Ce n’est qu’un debut. Dans quelques annees, tout ce qui fut haram deviendra halal et vis versa a tel point ou tous ceux qui ont renonce leur algerianisme en suivant l’ecole du diable deviendront fous. Voila le resultat pour ceux qui donnent leur cervelle pour etre prise en charge par des bedouins dont seuls deux organes fonctionnent: Le ventre et le bas ventre.




    6



    1
    awrassi
    11 décembre 2017 - 21 h 14 min

    Hollywood a besoin d’argent ! Je vois un Saoudien épouser un autre Saoudien dans une trentaine d’année !!!




    2



    2
    Jaber
    11 décembre 2017 - 19 h 11 min

    Je suppose que dans ces cinémas on verra certainement en boucle les films « Al-Rissala » et « Farès Beni Ayad », et non pas la « Bataille d’Alger » ou « Le vent des Aurès ».

    Bonne soirée.




    3



    1
    Argentroi
    11 décembre 2017 - 18 h 38 min

    Je viens de comprendre pourquoi en Algérie toutes les salles de cinéma ont été démantelées ou laissées à l’abandon. J’imagine si un investisseur privé voulait ouvrir des salles de cinéma, une levée de boucliers l’en empêcherait, d’ailleurs lui-même s’interdirait cette initiative. Vous avez vu comment on suit un film quand il est sous-titré en arabe, le temps de déchiffrer et l’action est déjà passée. La culture arabe est nulle, même pas un grand studio de doublage. Tout cela pour laisser le citoyen des pays arabes se complaire dans des représentations rétrogrades et le priver de s’intégrer, de s’immiscer dans le monde moderne. Ah, pour créer des armées terroristes, l’argent est là, les initiatives aussi. Quand on aura des salles de cinéma partout en Algérie où le public peut voir des grandes productions doublées en arabe, tamazight, on peut dire qu’il y a une avancée. Quel délice de voir un film en 3D en plein air l’été; au Sud, c’est en salle climatisée. Peut-on rêver encore de ce grand chantier culturel en Algérie ?




    6



    0
    Anonyme
    11 décembre 2017 - 16 h 56 min

    Grace à cet émir éclairé l’Arabie saoudite va faire un grand bond dans la modernité et l’Algérie la remplacera au royaume de l’obscurantisme religieux arabe.




    4



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.