Le FFS répond aux attaques et met en garde les agitateurs

Le FFS refuse l’instrumentalisation de tamazight pour des considérations politiciennes
Le FFS refuse l’instrumentalisation de tamazight pour des considérations politiciennes. D. R.

Par Hani Abdi – Le Front des forces socialistes (FFS) fait une mise au point aux accusations selon lesquelles il se désengage du combat pour tamazight. A travers une intervention de son député, Djamel Bahloul, en marge du débat sur le projet de loi relatif aux TIC, le plus vieux parti de l’opposition clarifie sa position pour qu’il n’y ait plus de quiproquo.

«Le FFS ne pourra jamais participer à une opération de vote relative à tamazight parce que tamazight est indissociable de notre identité, de notre authenticité, de notre langue et de notre existence. Nous considérons ainsi qu’il est inconcevable qu’elle soit soumise à un quelconque vote ou référendum. C’est la position que nous avons exprimée et défendue dans plusieurs occasions», soutient M. Bahloul, soulignant que «le FFS a boycotté le vote sur la révision constitutionnelle de 2002 donnant à tamazight un caractère national, comme il avait refusé de voter pour la Constitution de 2016 consacrant tamazight comme langue officielle».

Le député du FFS précise que le parti milite pour la consécration de tamazight comme langue officielle depuis 1963, quand ses militants et fondateurs avaient pris le maquis contre le régime de Ben Bella. «Notre combat au FFS pour tamazight ne peut pas être dissocié de notre combat pour la construction d’un Etat démocratique et social respectueux des droits et des libertés individuelles et collectives», ajoute M. Bahloul.

Pour le FFS, tamazight est «le ciment de l’unité nationale», mais aussi de l’unité maghrébine. Il considère que tamazight unit et ne divise pas et que la Kabylie est le cœur palpitant du combat démocratique en Algérie. «Et nous sommes fiers d’être la première force politique de cette région.» Le plus vieux parti de l’opposition refuse ainsi de verser dans l’instrumentalisation d’un combat de toute une génération pour de pures considérations politiciennes.

«Ceux qui veulent utiliser la Kabylie pour un positionnement politique dans un avenir proche font fausse route. Ceux qui veulent allumer à nouveau la mèche en Kabylie, nous leur disons attention et encore attention !», poursuit Djamel Bahloul, qui dénonce la manipulation qu’il y a eu autour du fameux amendement présenté par une députée du PT lors du débat sur la loi de finances pour 2018. Le FFS affirme ainsi qu’il n’a de leçons à recevoir de personne sur le combat pour l’amazighité.

Il répond ainsi à la députée du PT qui l’a, entre autres, accusé d’avoir voté contre l’amendement sur la promotion de l’enseignement de tamazight qu’elle a proposé et qui a été rejeté par la suite par la commission des finances.

H. A.

Comment (9)

    Didouche
    13 décembre 2017 - 12 h 16 min

    Étant sympathisant du FFS,j’appelle ce parti démocrate et patriotique à faire le maximum pour sensibiliser la jeunesse de la Kabylie et ne pas laisser le terrain libre au pyromanes qui veulent envoyer cette jeunesse à la confrontation comme en 2001 qui s’est soldé par 125 morts et des centaines de blessés à des fins de luttes des clans au pouvoir alors que leurs rejetons gaspillent des milliards de dollars en occident.




    2



    0
    NON A' L'ETAT ARABE
    13 décembre 2017 - 9 h 45 min

    Le FFS et le RCD doivent nous expliquer comment et sur quelles bases theoriques et politiques avaient ils accépté leur adhèsion au parloir de la dictature, mais aussi comment peuvent ils admettre que cette Algerie soit arabe qui adhère à la ligue arabe qui fait partie de l »union magreb arabe », l’administration est arabe l’école est arabe. Quand toutes les valeurs de l’Etat en amont et en aval- leurs wilaya- sont foncierement arabisantes. Une constitutionette arabocentrique avec pour levier l’islam qui de fait reduit les femmes à objets. Où est l’incidence en valeur de Thamazight dans cette constitutionette dont l’original avait été confectionné dans un Cinema sous dictée de Nasser!?
    L’introduction de Thamazight dans ce contexte est une supercherie, preuve en est que l’arabe est obligatoire et Thamazight FACULTATIVE.
    Tous les algeriens seraient berbéres – disent les uns – mais on sous entend que cette masse d’assimilés à l’arabisation serait autorisé à imposer son choix à la kabylie qui refuse le fait accompli.
    L’enjeu est tout dans cette mystification, qui fait qu’il y a la ceux qui peuvent choisir et d’autres qui devraient suivre!!! Libre aux algeriens de choisir leur appartenance – d’ailleurs le point de dèmarcation était les massacres de 63 en kabylie, mais le point de non-retour est la décennie noire quand le choix des valeurs a èté fait clairement par beaucoup d’algeriens, quand le FIS rafflait toutes les régions seule la kabylie refusait le modele arabislamique.
    La preuve éclatante que nous ne sommes pas une seule algerie est dans le fait que meme apres 200 000 morts les algeriens (Etat et peuple) se déterminent à partir de la Oumma arabia islamia avec ses valeurs.
    Croire, ne pas faire le choix ou diluer les peuples dans un moule informe du triptyque arabité-islamité-amazighité n’est que de l’hypocrisie.




    5



    5
    Rascasse
    13 décembre 2017 - 8 h 57 min

    Je ne suis pas politicien mais je me pose deux questions:
    fallait-il voter l’amendement même si le RND MSP OU FLN l’aurait soumis??
    le PT n’essaie t’il pas de se positionner en Kabylie et de jouer avec le feu?




    4



    1
    manman1954
    13 décembre 2017 - 5 h 41 min

    @ Anonyme 12 décembre 2017 – 21 h 01 min
    Eh Marroqui, allez voir, chez vous, l’état dans le lequel se trouve la langue Amazigh. La moindre protestation identitaire ou économique des Amazighs marocains finit dans la répression et l’embastillement des protestataires. Retournez dans votre pays de m…. où les sbires de votre Makhzen, écrasent toutes revendications de quelque sorte que ce soit. N’oublions pas le pauvre poissonnier Rifain, d’El-Hoceima, Mohsin Fikri, compressé et exécuté dans une benne à ordure !




    3



    2
    Anonyme
    12 décembre 2017 - 21 h 01 min

    CHICHE
    QUE L’ETAT FASSE UN VOTE, ON VERRA SI VOTRE DIALECTE PASSERA
    C’EST POUR CA QUE VOUS REFUSEZ LE VOTE




    8



    13
      Amcum
      13 décembre 2017 - 4 h 18 min

      Tu es un marocain ou du MAK ??




      5



      3
      NON A' L'ETAT ARABE
      13 décembre 2017 - 7 h 28 min

      Un vote sur l’identité? c’est bete! Une identité n’est pas affaire democratique mais existentielle, les arabes utilisent l’islam pour arabiser puis coloniser. L’arabe ne sera jamais notre langue!




      8



      4
      Ath Ouacifs
      13 décembre 2017 - 7 h 39 min

      @ anonyme mais bien connu,
      Le secrétaire général du Haut Commissariat à l’amazighité (HCA) a rendu une visite de courtoisie à L’Expression. Il a abordé avec le directeur du journal, Ahmed Fattani, ainsi que le staff rédactionnel différents sujets liés à tamazight et sa promotion. Le secrétaire général du HCA a profité de l’occasion pour remettre en mains propres le 1er grand dictionnaire en tamazight (Amawal ameqran). Il aura fallu plus de 20 ans de recherches et de travaux acharnés à Abdelhafid Idres et ses collaborateurs pour achever le plus grand dictionnaire universel bilingue Tamazight-Français – Français-Tamazight. Cet ouvrage de 1 600 pages propose au lecteur plus de 65.400 mots. Mais l’originalité de cette oeuvre se situe dans l’illustration, elle consiste à mettre à chaque tête de lettre la photo et la biographie d’une personnalité ayant travaillé pour la culture berbère. Par exemple, vous ouvrez le dictionnaire à la lettre F, vous trouverez Mouloud Feraoun avec sa photo et sa biographie. Si vous ouvrez le dictionnaire à la lettre M par exemple, vous trouverez Mouloud Mammeri… etc. Un outil donc de référence contenant presque l’ensemble des mots de la langue amazighe qui a été offert à Ahmed Fattani en gage de ses efforts pour la vulgarisation de la langue berbère.

      Partager sur : Facebook del.icio.usDigg StumbleUpon Twitter




      2



      4
    El Haquiqua SVP
    12 décembre 2017 - 19 h 31 min

    Ya si Djamel Bahloul du FFS , tu es en train de gesticuler mais dis-nous est-ce que les députés FFS ont été d’accord ou pas avec l’amendement proposé par le PT relatif à la promotion de l’enseignement de tamazight à l’occasion du vote de la Loi des Finances 2018 ! La même question est posée aux députés RCD !

    Est-ce que le RCD et le FFS n’ont rien dit après le rejet par la commission des finances de l’APN de l’amendement sur la promotion de l’enseignement de tamazight proposé par le PT ?? Il ne faut pas embrouiller les gens ya sh’aab le RCD et le FFS , il faut être clair avec ceux qui vous ont élu !

    Je souhaite de tout coeur qu’aussi bien de la part du PT que de la part des journalistes en général de nous présenter et de nous relater objectivement et réellement ce qui s’est passé ! Est-ce que l’APN a refusé qu’inscrire une enveloppe en 2018 sur la promotion et l’enseignement de tamazight et si oui pourquoi ?? Bon dieu de bon soir où est la vérité …vraie ? J’en ai marre du flou médiatique !!

    PS : J’attends , en ce qui me concerne, des éclaircissements plus du côté des journalistes que du pouvoir ou des partis politiques ! Il est du devoir des journalistes de faire leur travail sans parti pris sur cette question, et de nous raconter précisemment ce qui s’est passé dans l’hémicycle, surout avec ce qui se passe dans la rue et qui peut déraper gravement à tout moment !




    9



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.