Pourquoi les pays de l’Afrique de l’Ouest se méfient du régime de Rabat

Mohammed VI va d'échec en échec, pour ne pas dire d’humiliation en humiliation
Mohammed VI à Abuja. Derrière les sourires de circonstance, des intérêts opposés. D. R.

Par Amine Ben – La diplomatie marocaine, pilotée par le monarque Mohammed VI en personne, va d’échec en échec, pour ne pas dire d’humiliation en humiliation. Ainsi, après son échec cuisant au Sommet UA-UE d’Abidjan, qui a vu la participation de la RASD se concrétiser, au grand dam du souverain marocain et de son parrain français, le Maroc se voit fermer la porte de la Cédéao.

La propagande marocaine, en effet, fait un grand bruit autour de cette hypothétique adhésion qui était prévue pour ce samedi 16 décembre lors du 52e sommet de la Cédéao à Abuja. Une adhésion renvoyée aux calendes grecques, le Nigeria, poids lourd au sein de cette organisation, y étant fortement opposé et ayant renvoyé toute décision à un sommet extraordinaire des chefs d’Etat pour le début de l’année 2018.

Un os jeté à la diplomatie marocaine et, surtout, à un monarque qui pensait qu’il était en mesure de faire l’unanimité pour adhérer à une communauté avec laquelle le Maroc a très peu d’affinités, comme n’ont cessé de l’affirmer d’influents groupes du secteur privé nigérian, mais aussi d’anciens diplomates et des universitaires vigoureusement opposés à l’adhésion du Maroc.

Pour le secteur privé nigérian, tout comme pour nombre d’entrepreneurs sénégalais, qui ont commandé une étude sur les implications économiques de l’adhésion du Maroc, la crainte est forte de voir les entreprises marocaines se faire le relais de multinationales françaises.

Au Nigeria, l’Association des industries manufacturières a fait pression sur les parlementaires et certaines voix ont appelé à une sortie du Nigeria de la Cédéao en cas d’adhésion du Maroc, y voyant un coup tordu de certains pays francophones de la communauté. En outre, la question de l’appartenance du Maroc à l’espace géographique et géopolitique ouest-africain demeure posée, d’autant que le Maroc n’a aucun prolongement naturel vers l’Afrique de l’Ouest et a voulu faire l’impasse sur sa colonisation du Sahara Occidental.

Les économistes rappellent que la Cédéao s’est affirmée depuis les années 1990 comme une organisation d’intégration politique. L’approfondissement laborieux de cette intégration ne peut se faire que dans un espace géographique bien délimité. «Ouvrir la porte à l’adhésion de nouveaux Etats de régions voisines, fussent-ils historiquement proches et solidaires, reviendrait à faire courir un risque majeur de dilution de la dimension politique fondamentale de la Cédéao et de perturbation de l’architecture institutionnelle de l’Union africaine, censée s’appuyer sur des communautés régionales aux contours bien définis», fait remarquer un expert africain.

Cet expert observe également que, selon le protocole de 2001, «l’Etat est laïc et demeure entièrement neutre dans le domaine de la religion ; chaque citoyen a le droit de pratiquer librement, et dans le cadre des lois en vigueur, la religion de son choix en n’importe quel endroit du territoire national». Or, selon la Constitution marocaine, «l’islam est la religion de l’Etat, qui garantit à tous le libre exercice des cultes, mais l’Etat marocain n’est pas laïc et n’a pas vocation à le devenir». Pour lui, «soit le Maroc sera un pays membre dispensé de certaines obligations, soit son entrée à la Cédéao fera reléguer au second plan la dimension politique de l’intégration régionale au profit des seules considérations économiques et commerciales».

Autant dire que le Maroc risque d’attendre longtemps aux portes d’une organisation à laquelle il pensait adhérer en distribuant des prébendes. Qui plus est, en décrétant la fin de l’UMA, le Maroc a lâché la proie pour l’ombre. Une tendance actuelle de la diplomatie royale, faite de coups d’éclats, de gesticulations et d’effets d’annonces sans lendemains.

A. B.

Comment (24)

    Chaoui
    16 décembre 2017 - 12 h 04 min

    Arrête de « geindre » ! Si tu lis la presse africaine et notamment de l’Ouest tu verrais que les Peuples Africains ne nous mettent pas sur le même plan que le…Maroc et ont une toute autre image de nous et de notre politique, toujours fidèle à notre Continent non pour le vendre comme voudrait le faire le Maroc mais pour le défendre. Si l’Algérie voulait adhérer à la Cédéao, elle serait autrement accueillie et les bras ouverts.




    14



    8
    HANNIBAL
    16 décembre 2017 - 11 h 13 min

    Imaginez le nombre de présidents Africains qui ne se précipitent pas aux pieds de BaboucheVI, qui se gaussent sur son passage et le désignent comme le bouffon de la France!! tous les écrits de la presse Propagandiste qui vantent la grandeur d’esprit de sa majesté Shlomo VI qui s’est planté sur toute la ligne!! et plus le mensonge est gros, plus le mar’oké zatel sous l’effet du haschich y croit et le prend pour l’émir des croyants, alors que pour le commun des mortels il n’est que l’amir des maztolènes qui maltraite son peuple qui lui voue un culte divin et le prend pour Apollon!! s’il y avait un guiness du mensonge il serait en tete!!
    le roitelet est devenu la risée de l’Afrique et regrette d’avoir réintégré l’UA: il songe déja a la quitter n’ayant pas atteint ses objectifs d’expulser la RASD!!
    Et, comble du malheur, il se retrouve sur la photo de famille avec Brahim Ghali, son ennemi juré.
    cette victoire diplomatique est encore due au fait du roi éclairé comme tout les fiascos accumulés tel que le pipeline Nigéria-mar’ok, qui reste une bulle de gaz.
    2017 a été l’année de l’ouverture diplomatique, s’ouvrir et quémander des relations avec Cuba, je vois là une note de pragmatisme makhnaziène qui a échoué! Et surtout de vouloir rencontrer Donald Trump a Miami qui l’a humillié en refusant de le voir!!! et rebelotte, il a refusé de le rencontrer a Paris.
    Tous ces Couacs qui s’accumulent sont le travail de cette stratégie royale. En tentant de renouer et d’amadouer l’Afrique du Sud, El mar’ok a mis un genou à terre; quant a l’adhésion à la CEDEAO – annoncée en fanfare qui ne se fera pas en 2018 – c’est un cinglant camouflet aux prétentions royales, qui restent sur un strapontin. va t’il finir l’année 2018 en opprimant son peuple et mentir
    en faisant croire que le Sahara Occidental est « terra nullius » et leur faire prendre des vessies pour des lanternes?? je me pose la question: est ce que ce royaume va finir l’année 2018 ?




    17



    8
    Anonyme
    16 décembre 2017 - 10 h 28 min

    Le Maroc c est le b…. ou viennent les pédophiles et les détraqués sexuels ! et l argent récolté ira dans les caisses des sionistes afin de massacrer les pauvres palestiniens !




    18



    8
    Chris Coleman
    16 décembre 2017 - 9 h 45 min

    La prochaine gifle pour Mongole VI est attendue pour après demain lundi 18 décembre, avec la publication de l’Arret de la CJUE sur l’accord de Pêche entre l’UE et le Régime du Makhnez et qui va préciser comme pour l’Accird Agricole que les eaux territoriales font parties intégrantes du Sahara Occidental lequel est déjà un pays distinct du Maroc.




    22



    5
    anti khafafich
    16 décembre 2017 - 4 h 00 min

    « Qui plus est, en décrétant la fin de l’UMA, le Maroc a lâché la proie pour l’ombre. » on s’en fiche de l’UMA, un projet sioniste du roitelet h2 qui voulait rouler Chadli dans la farine. On n’arrête pas de dire que cette race de marocains veulent s’accaparer l’histoire de la région, car dans les livres d’histoire ancienne le Maghreb veut dire toute la région de l’Afrique du Nord. Alors, arrêtez de les aider dans leur projet de falsification, qu’ils délaissent le mot Makhreb pour Marrok et ensuite on parlera de cette cet UMA qui ne verra jamais le jour vu les traitres entourant ce pays qui donne sans compter.




    30



    12
    Kahina
    16 décembre 2017 - 1 h 21 min

    Je crois que l’Afrique a bien compris que c’est la France et les sionistes qui déposent une demande d’adhésion via leur représentant Moumou le Haschich.




    38



    11
    Chaoui
    16 décembre 2017 - 0 h 53 min

    Ma prédiction vient de se confirmer…
    Il y a quelques semaines, je répondais à un marocain convaincu mordicus que son rayonnant « royaume » allait être accueilli au mois de décembre de cette année 2017 au sein de la Cédéao comme membre à part entière et que cette décision n’était selon lui qu’une « simple formalité » après l’acception en septembre dernier de la demande d’adhésion du Maroc par son SEUL allié sénégalais Ouattara, je lui avais rétorqué qu’il pouvait toujours…rêver…, et que les 15 pays constituant cet ensemble régional de l’Afrique de l’Ouest n’allait certainement pas être aussi sots…
    Lorsque la Cédéa se réunira de nouveau début 2018 sur la question, le Maroc sera alors définitivement fixé…(comme il l’avait été auparavant de ses « amis » européens qui ont TOUS refusé sa demande d’adhésion à l’Europe…).




    38



    14
      Ali
      16 décembre 2017 - 2 h 48 min

      Ouattara est Ivoirien pas sénégalais




      23



      0
        Chaoui
        16 décembre 2017 - 9 h 00 min

        Oui. C’est vrai. Autant pour moi.




        13



        6
    Anonyme
    16 décembre 2017 - 0 h 08 min

    Après le refus des pays de l’UE c’est au tour des pays de la CEDEAO de refuser de fréquenter une feodale Narco-monarchie absolue.




    29



    12
    Hafraoui
    16 décembre 2017 - 0 h 04 min

    Quid du Gazoduc Lagos-Tanger ? Je parie que ce projet va lui aussi rester sur maquette et mourir dans les tiroirs du Makhzen.




    27



    8
      Chaoui
      16 décembre 2017 - 3 h 49 min

      il n’y a JAMAIS eu de « maquette » de ce projet de gazoduc qui partirait du Nigéria pour passer par le…Maroc. Et pour cause : c’est juste du vent. De l’esbroufe visant à forcer notre pays à le réactiver, car initialement, il y a une dizaine d’années, il était effectivement envisagé de construire ce pipeline en ligne droite via notre pays avant que des considérations non politiques mais d’ordre économiques (coût/rentabilité + projection du prix du baril…) ne nous amènent à temporiser et geler ce projet.




      24



      8
      Chaoui
      16 décembre 2017 - 8 h 55 min

      Ce projet est évalué à un coût de plus de…20 milliards !
      Où veux-tu que le Maroc aille trouver une pareille somme et de surcroît juste pour 1 projet quand :
      1) sa dette publique est de 85% de son PIB ;
      2) qu’il n’arrive même pas à payer les intérêts de sa dette, laquelle dette s’élève à plus de…85 milliards de dollars (voir sites FMI et Banque Mondiale…) ;
      3) que dans le classement des pays en matière des IDE, il est à la place des pays sous développés….(notamment sur les taux de scolarisation et d’analphabètes…).




      22



      6
        Messaoud
        16 décembre 2017 - 9 h 53 min

        @Chaoui. Mimi6 pensait financer son projet de Gazoduc Lagos-Tanger avec les 23 Milliards de dollars générés par son Haschich chaque année, mais depuis la déclaration de Messahel sur la « Machine à Laver » les narco-dollars du Makhzen les choses ont changé paraît il.




        20



        3
    Anonyme
    15 décembre 2017 - 23 h 48 min

    meme la tunisie veut devenir un membre du cedeao parce que l’algérie ne veut pas comprendre que nous vivons dans les autres temps!!!




    13



    21
    Kader
    15 décembre 2017 - 23 h 44 min

    Les pays de l’Afrique de l’ouest, notamment les pays anglophones,, ont certainement compris que le Maroc est une succursale commerciale de la France pour ses produits obsolètes.




    31



    6
    Bennani
    15 décembre 2017 - 23 h 39 min

    Et dire que la presse propagandiste du Régime du Makhnez de ce jour considère ce report (qui est un refus diplomatique) comme une éclatante victoire diplomatique de Mongole VI puisque les titres de leurs articles disent  » l’adhésion à la CEDEAO est déjà actée et se fera en 2018 lors d’une réunion extraordinaire ».
    Enfin heureusement que le ridicule ne tue pas sinon le Maroc aurait disparu depuis belle lurette.




    23



    9
    Rachid Djha
    15 décembre 2017 - 23 h 13 min

    C’est certainement le début des effets de la déclaration de Messahel relative à la »Machine à Laver » des 23 Milliards de dollars générés chaque année par le Haschich du Régime du Makhnez dont une partie est transformé par le Mongolien M6 en investissement personnel via son Holding dans les pays africains.




    35



    14
    Moskosdz
    15 décembre 2017 - 23 h 12 min

    Faut vraiment être idiot pour ne pas comprendre qu’une association avec les narcotrafiquants est hors la loi.




    32



    12
    MDAMAR
    15 décembre 2017 - 23 h 12 min

    l’ Afrique n’a peut-être pas oublié les propos méprisants de Hassan II à l’égard des dirigeants africains, les traitant de joueurs de tam tam. Majesté M6 , votre défunt père vous a légué un passé noir,alors ….qui revient sur ses pas ,se fatigue.




    34



    10
    Jean_Boucane
    15 décembre 2017 - 22 h 44 min

    Franchement meme les mokokos pourtant lobotomisé par cette monarchie ne croit plus a leurs salades… c’est pour vous dire le degrés de mensonge raconté par la presse propagandiste du makhzen!




    30



    12
    Hamid1
    15 décembre 2017 - 22 h 13 min

    Ce monarque veut rendre le peuple africain comme ses sujets et soumis à sa volonté. Il se prend pour la lumière de l’humanité.
    Comme disent les occidentaux, il te donne une tranche de jambon du cochon que tu lui as donné, autrement dit, mieux vaut n’avoir aucune relation avec ce pays tant que ça sera une monarchie.




    39



    13
    jaber
    15 décembre 2017 - 22 h 00 min

    Pour nuire à notre pays, le « commandeur des croyants » est prêt à adhérer à n’importe quelle organisation, même si elle réunit aztèques, incas, mayas, etc…

    Les dirigeants africains ne sont pas dupes, ils savent distinguer le bon grain de l’ivraie, le sort de l’UMA ne doit pas être étranger à ce refus.

    Un proverbe africain dit : « Si tu vois une chèvre dans le repaire d’un lion, aie peur d’elle ». Malgré ses tentatives, la chèvre n’a pas réussi à pénétrer dans le repaire du lion.

    Bonne soirée.




    38



    14
    karimdz
    15 décembre 2017 - 21 h 54 min

    Le marouk est un protectorat français, accepter que le grand bordel intégre la CEDAO c est accepter le retour du colonialisme, CQFD.




    56



    16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.