Le ministre russe de la Défense accuse les Etats-Unis d’entraîner les éléments de Daech

Daech
Formation d'éléments de Daech. D. R.

La coalition sous commandement américain utilise un camp de réfugiés dans la province syrienne d’Al-Hasakah pour entraîner des combattants opposés aux forces gouvernementales, affirme le ministère russe de la Défense, cité par Sputnik.

La coalition internationale dirigée par les Etats-Unis contribue à former de nouveaux groupes armés sur le territoire syrien, affirme le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit dans un communiqué. Réunis sous le nom de «Nouvelle armée syrienne», ceux-ci sont déployés dans l’est du pays, où se trouve le camp de réfugiés d’Al-Hasakah, utilisé par des conseillers américains depuis six mois afin d’entraîner des combattants affluant des quatre coins de la Syrie, selon le Centre.

«De nouveaux détachements armés, baptisés Nouvelle armée syrienne, se forment à partir de groupements éparpillés dans un centre d’entraînement près d’un camp de réfugiés, sous la direction d’instructeurs américains des Forces d’opérations spéciales», indique le communiqué.

Selon les propos recueillis auprès des réfugiés qui ont séjourné dans le camp d’Al-Hasakah avant de regagner leurs maisons à l’issue d’une formation, les détachements seraient transférés dans le sud de la Syrie afin de faire face aux troupes gouvernementales, poursuit le document.

En parlant de la situation qui règne à Al-Hasakah, le communiqué ajoute qu’en dépit des déclarations faites par la coalition, celle-ci continue d’interagir avec les terroristes restant en Syrie. Ces derniers sont près de 750 à être concentrés dans la zone, concluent les militaires russes, s’appuyant sur les propos tenus par les réfugiés rentrant dans les régions reprises à Daech. Selon eux, les combattants réunis dans le camp proviennent dans leur majorité des détachements de Daech ou du Front Al-Nosra chassés de Raqqa, Deir Ez-Zor, Abou-Kamal et des territoires à l’est de l’Euphrate.

R. I.

Comment (4)

    Chaoui
    16 décembre 2017 - 11 h 51 min

    A quand des ruptures diplomatiques avec ces ces criminels US qui sont les pires ennemis non seulement des musulmans dans le monde mais encore des pays du Tiers Monde et de tout ce qui n’est pas occidental ?
    Pour moins que ça, notre pays, l’Algérie, avait dans les années 70 formellement rompu nos relations diplomatiques avec eux, fermant sur le champ leur « Ambassade » qui est aujourd’hui devenu le siège névralgique de leur Cia, Nsa et autres services barbouzes qui nous espionnent et fomentent des complots et contre-nous et contre les pays de la région.
    Rien que la destruction de l’Irak aurait justifié une telle rupture. On ne peut pas dire que ce qui se passe en Syrie ne nous concerne pas.
    Que l’Algérie retrouve, comme hier, son rôle et, dépassant les enjeux économiques et autres considérations secondaires, prenne cette décision de rupture…Elle sera assurément aussitôt suivie par nombre de pays…C’est là l’un des seuls moyens de faire cesser les crimes de ses Us tant au Moyen Orient qu’en Afrique où ils ont ces toutes dernières années implanté plus de…100 bases !!!
    La chanson de « la lutte contre le terrorisme » a fait long feu. TOUT le monde SAIT que ce sont EUX les..maîtres d’oeuvre avec la complicité des bédouins du Golfe et de la France, sans oublier la contribution active de notre « voisin » de l »ouest…
    Go homme US ! Dégagez de chez-nous ! Now !

    7
    3
      awrassi
      16 décembre 2017 - 12 h 54 min

      Entièrement d’accord avec vous. D’autant que ce ne sont pas les USA qui dirigent le monde, mais Israel qui dirige les USA. Et Israel n’a que faire des musulmans …

        Chaoui
        16 décembre 2017 - 15 h 46 min

        Ça coule de…source. Je n’ai pas besoin de citer les ennemis de l’humanité…Qui ne sait pas que ce sont EUX les VRAIS dirigeants des US ? Personne.

      Anonyme
      16 décembre 2017 - 16 h 22 min

      Tu parles de l’Algérie du temps d’El-Houari Boumedienne, Allah yerrahmou !
      Les hommes de cette trempe n’existent plus de nos jours. Pour ceux d’aujourd’hui, ce ne sont plus les principes moraux et la défense des causes justes qui les intéressent, mais beaucoup plus le soutien de ces puissances afin qu’ils puissent perdurer au pouvoir avec l’aval de ces dernières. Et ce genre de soutien n’est jamais gratuit. Il ne s’accorde d’ailleurs que sous certaines conditions qui, le plus souvent, touchent directement à la souveraineté des États et finissent par les prendre en otage avant de les affaiblir…. augmentant ainsi leur niveau de vassalité et, comme l’avait si bien démontré Malek Bennabi, leur «colonisabilité» !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.