Assemblage automobile : le nombre des opérateurs sera «très limité»

automobile assemblage
Il y aura dorénavant cinq assembleurs pour l’automobile et cinq pour les camions. New Press

Le nombre des opérateurs sur le marché local d’assemblage automobile sera «très limité», a déclaré, jeudi à Alger, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, annonçant que le gouvernement s’apprêtait à «mettre de l’ordre» dans ce marché dans le cadre d’une démarche rationnelle visant à éviter une saignée des devises.

«Il n’y aura pas 50 producteurs de véhicules légers ou lourds (en Algérie), la liste sera très limitée (…) c’est un marché qui va être rétréci et qui sera monopolisé. Nous comptons sur ceux qui sont sur place pour tenir la balle», a déclaré Ouyahia lors de l’inauguration de la 26e édition de la Foire de la production algérienne (FPA).

Il s’adressait à des concessionnaires qui voulaient décrocher des autorisations pour démarrer des activités d’assemblage automobile en Algérie. Il a, à ce titre, fait remarquer le nombre très important de minoteries en Algérie qui profitent d’une multitude de facilitations, de la farine subventionnée à titre d’exemple, sans pouvoir relever le défi de l’exportation.

Cette démarche du gouvernement est surtout dictée par l’amenuisement des réserves de change du pays du fait de la baisse des cours de pétrole, selon lui. «Si on a arrêté d’importer 500 000 véhicules/an, soit 6 milliards de dollars, ce n’est pas pour importer 600 000 ou 800 000 kits aujourd’hui. Les 500 000 véhicules étaient importés à l’époque où nous avions 174 milliards de dollars (de réserves de change, Ndlr) mais aujourd’hui, à novembre, nous n’en avons que 98 milliards de dollars», a-t-il argué.

Il a fait savoir, à ce titre, que le ministère de l’Industrie a enregistré à ce jour 60 demandeurs pour l’assemblage de véhicules en Algérie. «Il y a trop de demandes sur l’automobile (assemblage automobile, Ndlr) et nous (gouvernement) n’allons pas consommer toutes les devises de l’Algérie en important des kits, nous mettrons de l’ordre dans ce marché», a-t-il affirmé en constatant que beaucoup d’opérateurs essayent de se lancer dans cette activité sans même attendre d’avoir les agréments nécessaires.

En s’adressant à un autre concessionnaire qui a déjà investi le marché de l’assemblage, il a dit à propos du nombre d’assembleurs qui y seront retenus : «Dans l’avenir, vous serez cinq pour l’automobile et cinq pour les camions» sans donner plus de détails.

Nous n’avons plus de devises à gaspiller et dites-le à vos amis du secteur : aujourd’hui, ça leur semblera une démarche gouvernementale un peu brutale  mais il faut qu’ils pensent aussi que, dans quatre ans, ils risquent tous de baisser les rideaux», a-t-il lancé à l’égard d’un assembleur de véhicules.

Trois opérateurs activent actuellement sur le marché d’assemblage de véhicules légers en attendant l’entrée en production de deux autres.

R. E. 

Comment (3)

    nefnef
    25 décembre 2017 - 22 h 16 min

    Il faut viser la vraie construction et inciter les constructeurs à renverser l’équation de 20% a 80% pour l’exportation. L’Afrique est maintenant à un marché dynamique pour la croissance de véhicules de tout typés sans en mettant en compte l’Europe. les constructeurs voient, l’Algerie comme une basé d’opération en Afrique du Nord sauf pour Renault et Peugeot. Car il voit l’Algerie comme attirant. Mais le gouvernement doit donner des instructions claires avec un accompagnement jusqu’à réalisation des buts. Ouyahia à TJS ce genre de déclaration parce qu’il a peur de s’ouvrir sur le monder pour ne pas perdre ses décisions politiqués. Maintenant, on peut limiter, mais il faut toujours laisser les portes ouvertes aux constructeurs, car les choses peuvent changer dans le futur.

    Anonyme
    23 décembre 2017 - 11 h 27 min

    Bien sûr que le concessionnaire de véhicules de luxe installé sur les hauteurs d’Alger qui a réussi à arnaquer l’Etat en vendant des véhicules non encore dédouanés (du temps où ouyahia était chef gouvernement) sera autorisé à « monter ses voitures!

    Soltane
    22 décembre 2017 - 22 h 34 min

    Ouyahia le spécialiste de la gestion par l interdit !…au lieu de conditionner l implantation des fabricants de véhicules par l’ obligation d’exporter 50 ou même 80 % ,Non lui il ferme la porte devant tout le monde!….la même démarche que Teboun qui a fini dans la poubelle!…un remaniement ministériel dites vous ? …eh bien il touchera en premier lieu le pose Premier Ministre !!!! (…)

    3
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.