Le Grand Prix Assia Djebar 2017 à Merzak Bektache, Mustapha Zaarouri et Noureddine Saadi

Djebar
Noureddine Saadi a reçu le Grand Prix Assia Djebar à titre posthume. D. R.

Le jury du Grand Prix Assia Djebar du roman 2017 a dévoilé, jeudi dernier, les lauréats de la troisième édition lors d’une cérémonie organisée au Centre international des Conférence (CIC). Rappelons que 71 œuvres étaient en lice.

Avant la remise des prix, la présidente du jury, Naget Khedda, a exposé son évaluation des œuvres littéraires. Dans son discours critique mais optimiste, elle a mis en exergue les œuvres de jeunes écrivains, la diminution de la production en langue arabe et l’évolution quantitative des romans en tamazight.

Le prix du roman en langue arabe a été décerné à Merzak Bektache pour La Pluie écrit ses mémoires, le prix amazigh a été attribué à Mustapha Zaarouri pour D wagi i d assirem-iw (c’est mon espoir). Le prix en langue française est revenu à titre posthume à Noureddine Saadi pour son roman Boulevard de l’Abime.

Etaient présents à la cérémonie le ministre de la Communication Djamel Kaouane, le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi, des membres du gouvernement ainsi que de nombreux artistes.

R. C.

Commentaires

    zyriab
    24 décembre 2017 - 17 h 10 min

    Merzak Baghtach a toujours montré une sensibilité exacerbée Sa plume toujours d’une délicatesse extraordinaire Enfin reconnu dans son propre pays Alors qu’il écrit depuis l’age de 10 ans Il est vrai quà un certain moment méprisé par l’élite francophone à cause de son arabité et ses écrits en langue arabe Il a fallu qu’il soit victime d’un attentat du GIA qui lui avait reconnu son talent pour avoir grâce aux yeux de cette élite qui ne jurait que par « Camus »




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.