Messahel reçoit une délégation parlementaire turque

ministre Messahel
Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères. New Press

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a reçu, lundi à Alger, le président de la Commission des affaires étrangères de la Grande Assemblée nationale turque, Volkan Bozkir, qui conduit une délégation parlementaire.

L’audience s’est déroulée au siège du ministère des Affaires étrangères, en présence du président de la Commission des affaires étrangères, de la coopération et de la communauté à l’étranger à l’Assemblée populaire nationale (APN), Abdelhamid Si Afif.

La délégation parlementaire turque, en visite de travail et d’amitié de quatre jours en Algérie, aura des entretiens avec des hauts responsables au sein de l’Etat, des parlementaires et des personnalités politiques.

R. N.

Comment (6)

    karimdz
    25 décembre 2017 - 21 h 01 min

    L Algérie a raison de préserver ses relations avec la turquie, meme si son président a une position très ambigu, notamment sur le dossier syrien.




    2



    4
      Anonyme
      26 décembre 2017 - 12 h 39 min

      Et oui 40 % des algériens des koulouglis de père janissaires




      0



      5
      MGM
      26 décembre 2017 - 12 h 44 min

      Les turcs ils voulaient récupérer les koulouglis




      1



      5
        Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
        26 décembre 2017 - 18 h 25 min

        même réponse à toi le mokoko de service, progéniture des touristes, je vais te faire un petit tutoriel sur les enfants de l’Algérie. l’Algérie a reconnu les états unis d’amérique, vos maîtres à présent, 35 ans avant les turcs qui n’vaient qu’une simple alliance nominale. l’Histoire de l’Algérie est jalonée de positions, de sang et de cadavres que vous n’aurez pas même dans vos rêves d’esclaves : https://history.state.gov/countries/algeria




        3



        1
    Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
    25 décembre 2017 - 20 h 39 min

    les turcs commencent a changer de position, dans peu de temps la turquie sera complètement dans le giron de la russie on espère, il faut les encourager.




    6



    4
    Anonyme
    25 décembre 2017 - 19 h 54 min

    Notre confiance dans la politique de la Turquie et d Erdigan est completement ebranlee,La confiance n existe plus depuis l engagement de la Turquie et ses services de renseignements dans les crimes commis contre la Syrie et son peuple.Par ailleurs l etroite relation economiques et militaires avec Israel nous incitent a revoir et reconsiderer nos rapports avec la Turquie.Les interets de notre pays semblent etre ailleurs




    6



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.