L’intrigant retour du député controversé Tliba sur le devant de la scène politique

Tliba FLN
L'homme d'affaires controversé Baha Eddine Tliba. New Press

Par R. Mahmoudi Le retour de l’incontournable député FLN Baha Eddine Tliba est symptomatique d’une mutation politique ou, en tous les cas, de quelque chose qui reste à décrypter. Quelque chose doit bouger au sein de son parti, resté figé pendant trop longtemps mais certainement, aussi, dans le sérail politique dont le FLN est la véritable antichambre. On ne va pas jusqu’à dire que Tliba a remplacé le trublion Amar Saïdani dans son rôle de porte-voix des murmures du pouvoir mais son apparition à ce moment précis pour relancer la propagande du cinquième mandat est en soi un signe que, quelque part, les résistances se corsent et que les clivages, jusque-là contenus, ne tarderont pas à s’étaler sur la voie publique.

En parlant sur un ton aussi sentencieux, Tliba cherche-t-il à provoquer la réaction des supposés adversaires d’un cinquième mandat pour le chef de l’Etat et à les faire sortir de leur «soutien tactique» ? Parle-t-il réellement au nom des partisans du cinquième mandat ? Que pèse-t-il dans le débat politique actuel ?

Le retour de ce député-homme d’affaires ne peut être sans lien avec les dernières mesures économiques qui ont été prises par le gouvernement, dont principalement le Pacte public-privé qui coïncide avec l’entrée en vigueur des nouvelles restrictions imposées aux importateurs. C’est peut-être là que les décantations politiques tant attendues – ou redoutées, c’est selon – vont peu à peu s’opérer pour permettre une meilleure visibilité des enjeux que les démagogues en fonction s’évertuent à occulter ou à déplacer.

On peut imaginer que les victimes de la politique économique du gouvernement soient amenées, pour défendre leur position ou essayer de faire contrepoids, à parasiter les desseins politiciens que nourriraient certains prétendants à la magistrature suprême, dont l’actuel locataire du palais de la rue Docteur-Saâdane, et songent à peser de tout leur poids pour obliger ces derniers à revoir leur copie. Le bras de fer est lancé sur une double voie.

R. M.

Comment (26)

    Chaoui
    29 décembre 2017 - 3 h 38 min

    Le parcours de cet énergumène comme ce qu’on l’autorise à faire et y compris sa médiatisation comme ses soutiens sont aussi scandaleux que désolant.
    Qu’est devenu NOTRE Algérie, cette Algérie pour laquelle des centaine de milliers des nôtres ont donné leur vie au titre desquels des proches à moi ! Cette Algérie pour laquelle mon père et mes oncles se sont battu et qui, EUX, n’ont JAMAIS rien demandé en retour, ni gratification, ni avantage, ni passe droit, demeurant d’honorables et modestes citoyens !!!
    Ça gronde dans le pays. Et ça gronde dans les Aurès.

    A3zrine
    27 décembre 2017 - 23 h 01 min

    Cette assemblée est à l’image du pays qu’elle représente, elle n’est guère pire ni mieux.

    Anonyme
    27 décembre 2017 - 20 h 53 min

    Si lui il est député moi je suis Bernard Tapie ; sors du kawa svp monsieur….il a plus une dégaine de patron de cabaret ou de discothèque mais c est mon ressenti perso . un député usurpateur peut etre qui se retrouve à faire de la politique alors qu il en a jamais vraiment fait comme ds bcps d assemblée nationales ds d autres pays pour seulement leurs propres intérêts perso.

    Chaoui Ou Zien
    27 décembre 2017 - 20 h 46 min

    Comme dit le dicton bien algerien ( en attendant qu’il soit vole par les mokokos), zir emteki, ma idhahak, ma ibeki.

    Anonyme
    27 décembre 2017 - 18 h 45 min

    L’ingratitude de certaines personnes accueillent comme des princes dans une nation qu’elle n’est pas la leur;mais ils trouvent les moyens de la dépouillé et la saccagé;dis moi ceux qui gouvernent et je te dirais qui es-tu

    Anonyme
    27 décembre 2017 - 16 h 44 min

    Il a dépensé un milliard pour devenir Algérien, parait-il.
    Il va dépenser combien pour devenir président de l’APN. C’est son objectif avant de devenir président de l’Algérie

    14
    didouche
    27 décembre 2017 - 16 h 20 min

    Apparemment ,leur patron Macron leur a donné le feu vert pour la succession.tous les patriotes de ce pays, qu’ils soient dans l’armée,les forces de sécurités,les syndicats,les vrais partis politiques,le patronat,le mouvement associatif et les intellectuels doivent oublier leurs divergences et se mobiliser comme un seul homme pour libérer la patrie des griffes de membres de cette mafia prêts à vendre le pays aux américains,français et roitelets du golf, pourvu qu’ils restent au pouvoir et aient leur petite part du gâteau.vive l’Algérie libre et indépendante,gloire à nos martyrs.

    19
    1
    Anonyme
    27 décembre 2017 - 15 h 19 min

    a non !! thabou yejri mourana debane we namouss aya jibouna wahed serieus et competent
    ya si tliba etre algerien de nos jour ces juste d’avoir nee dans cet terre algerienne et la tes d’origine algerienne de souche OR donner de l’argent pour etre ALGERIEN et une erreur monumentale pour toi et pour ton nom .
    il insulte un autre depute
    https://www.dailymotion.com/video/x4hzan8

    6
    2
    Didouche
    27 décembre 2017 - 12 h 54 min

    le peuple Algérien a raté l’occasion de faire aboutir sa révolution en 1962 puis en 1992 avec la venue du grand patriote Boudiaf, que dieu ait son âme.
    les parasites assoiffés de pouvoir et d’argent avec le soutien de l’ex puissance coloniale ont réussi à faire main basse sur notre pays. depuis 1999 nous assistons à un plan machiavélique visant à domestiquer le peuple algérien et à neutraliser toute volonté de sortir notre pays de la médiocrité, de la corruption et de la voyoucratie. il nous faudrait un véritable sursaut comme en 1954 et veiller à ne pas répéter les erreurs du passé.

    26
    1
      Genseric
      27 décembre 2017 - 21 h 03 min

      Le problème c’est qu’il n’y a plus le même type d’hommes de 1954.

    Anonyme
    27 décembre 2017 - 12 h 33 min

    Quand l Algerie sera gouverné par de vrais hommes et pas par des appareils de partis opportunistes, nous ne verrons plus la tête de ces débiles affairistes et autres « politiques » qui donnent envie de vomir devant notre impuissance à changer des choses.

    32
      Genseric
      27 décembre 2017 - 21 h 08 min

      Ce jour là arrivera lorsqu’on aura de vrais partis d’opposition dont les responsables activent au péril de leur santé (pour ne pas dire de leur vie) et pas des partis de salon tels qu’ils en existent actuellement .

      2
      1
    Anonyme
    27 décembre 2017 - 11 h 52 min

    L’ex patron de la chama est devenu un houmme boulitique qui exige au non du peuple Algérien un 5eme mandat.
    Où va l’Algérie avec ces trabendistes de l’APN.

    36
    1
    Anonyme
    27 décembre 2017 - 11 h 38 min

    Oh si j’avais le pouvoir, j’aurais désinfecté l’APN de ces macro- parasites qui mangent sur le dos du peuple.
    l’ignorance et la chakara gèrent l’Algérie.

    33
    1
    Tinhinane
    27 décembre 2017 - 11 h 07 min

    Tliba sort de son silence pour défendre l’extension de son ventre et de ceux qui le soutiennent. Les barons de l’import-import veulent un 5eme mandat. On dirait que les barons de l’import-import se sont accaparé de L’APN.

    34
    1
    Kahina
    27 décembre 2017 - 10 h 56 min

    Le ministre du commerce sera t-il capable de dégonfler le ventre de Tliba ?? TLIBA le tunisien nous dit: Il n’y a pas le 4 eme sans le 5eme mandat… Un ancien vendeur de Chema/Tabla décide du destin de l’Algérie!!!!!
    Oh mon dieu, épargne le pauvre peuple Algérien (…)

    36
    2
      abdel
      27 décembre 2017 - 18 h 34 min

      ce pesonnage n’est que le réflet d’une societé devenue indifférente au sort d’un pays, aux mains d’individus exogenes a ce peuple,après tout pourquoi ne pas éxiger ,comme aux usa,que la personne qui postule a la présidence soit née obligatoirement en algerie

      12
      1
        Lyes Oukane
        28 décembre 2017 - 8 h 48 min

        @ Abdel . Non ,pas seulement  » né en Algérie  » Sinon ,après les marocains ,les tunisiens nous risquerions d’avoir un malien ,un nigérien , un camerounais , un chinois … aux commandes du pays . Pour moi ,il faudrait que chaque homme ou femme du gouvernement ,sénateur ou député soit algérien pur jus ( jusqu’à quatre à cinq générations en arrière minimum ) . Peu importe ou il est né .

        2
        2
    Selecto
    27 décembre 2017 - 10 h 48 min

    Aucun parti ne mérite la confiance du peuple.
    Seul l’ANP la mérite.

    13
    10
      Hade-Tnine
      27 décembre 2017 - 12 h 37 min

      Mais alors que fait notre glorieuse ANP pour nous rendre la monnaie de la pièce en écrasant toute cette faune sauvage qui ne cesse de dévorer notre pays???

      60
      3
        Anonyme
        27 décembre 2017 - 12 h 54 min

        C’est ma question aussi
        Que fait l’ANP pour protéger le peuple de cette vermine

        20
        3
          Rani Zaffane
          27 décembre 2017 - 14 h 38 min

          Quand vous dites que fait L’ANP?! vous suggérer l’intervention de l’Armée en politique et peut être même en économie ,alors que c’est son interventionnisme depuis 1962 qui a fait que l’Algérie soit dans cette situation.Je croyais que ce temps là était révolu à jamais, et puis, ce n’est pas de la démocratie ce que vous avancez.
          Si nous étions dans un pays où c’est l’élite qui gouverne, les énergumènes comme Tliba et consorts se feraient tout petits.

          18
          1
    Nectar
    27 décembre 2017 - 9 h 15 min

    Tliba n’est qu’un maillon d’une chaîne d’opportunistes et de khobzistes made in FLN..Dans les années 60 l’Algérie était la Mecque des révolutionnaires, aujourd’hui elle est devenue le Paradis de tous les mafieux du monde, sous couvert dune économie débridée…

    39
    2
    elhadj
    27 décembre 2017 - 8 h 50 min

    il est tout a fait normal que les gens qui se sont constitues subitement des fortunes ces dernières annees ;occupent des sièges; ont élargi leurs influences souhaitent pérenniser la fluctuation de leurs affaires juteuses
    (…) le pays et le peuple ont besoin d un renouvellement générationnel de dirigeants qui répondraient aux exigences de la situation pour redresser la gestion, lutter contre la corruption, rétablir la confiance citoyenne,en un mot un president jeune, compétent et capable de représenter dignement le pays a travers le monde,

    18
    3
    MoiNews
    27 décembre 2017 - 7 h 41 min

    l’Algérie la nation des frères et sœurs et de cousins et cousines des traîtres et d’ex collabos la république familiale,sans cette grande famille,l’Algerie elle serait parmi les nations les plus puissantes,que faire la faute aux opportunismes de ses citoyens ou el mektoub,fort possible à la malédiction d’Allah de ne pas respecter le serment fait à nos combattants

    28
    1
    Djemel
    27 décembre 2017 - 5 h 53 min

    Il y a urgence pour encadrer le lobby par une loi. On ne peut pas être président d’un conseil d’administration ou chef d’une entreprise privée et au même temps occuper un poste politique (député, maire, ministre…)… Les deux fonctions sont incompatibles.

    27
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.