Yennayer fête nationale : Haddad qualifie la décision d’«historique»

Pour le président du FCE, la charte ne signifie nullement la privatisation des entreprises publiques
Ali Haddad, président du Forum des chefs d'entreprises. New Press

Par Hani A. – Le président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Ali Haddad, réagit sur sa page Facebook aux décisions prises par le président Bouteflika pour la promotion de tamazight. «C’est avec une grande émotion que j’ai appris les décisions historiques annoncées par Son Excellence le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à l’issue de la réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue ce mercredi», écrit Ali Haddad, pour lequel «cette journée est à marquer d’une pierre blanche tant ces annonces, qui consacrent Yennayer journée chômée et payée et accélèrent la création de l’académie algérienne de la langue amazighe, vont dans le sens de la préservation de notre héritage identitaire».

Le précisent du FCE affirme que «ces avancées majeures viennent s’ajouter à celles déjà enregistrées sous l’impulsion de notre président de la République qui a élevé dans la Constitution tamazight langue nationale et officielle». Pour le patron des patrons, le président Bouteflika a encore une fois donné «une leçon de démocratie en restant à l’écoute du peuple et de ses revendications, renforçant ainsi la cohésion sociale et l’unité nationale».

H. A.

Comment (17)

    anonyme
    29 décembre 2017 - 14 h 04 min

    On a plus divisé que rassemblé
    Désormais rien ne sera plus comme avant
    Chacun voulant à travers son identité asseoir sa suprématie sur l’autre
    ça sera « koul tayr yalka belkah »
    Bravo pour les apprentis sorciers qui nous gouvernent
    Ps/ Normalement ce Ali (…) n’a pas à intervenir ici

    2
    2
    MELLO
    29 décembre 2017 - 13 h 20 min

    Effectivement, Haddad n’attend que les décisions fakhamatouhou pour se lancer dans un soutien inconditionnel. Pourquoi, il ne s’est pas prononcé lorsque des milliers d’écoliers se sont précipités dans la rue pour exiger la reconnaissance officielle et pratique de tamazight?. Cette décision , fort importante , n’est pas un cadeau du président , c’est une revendication de longue date qui aurait pu avoir sa reconnaissance sans ces centaines de morts et d’handicapés lors des manifestations d’Avril 80 puis de Juin 2001.
    Quant à l’académie BERBERE, ce n’est pas sa création qui pose problème, mais beaucoup plus sa composante humaine. Car si on doit avoir des  » HADDAD « dans cette institution , le problème reste poser. En parlant des vrais spécialistes de la langue amazighe, nous pouvons en citer quelques uns, entre autres, bien sûr : Mohand Akli Haddadou, Younes Adli, Boualem Rabia, Brahim Tazaghart, Mohand Akli Salhi, Ramdane Achab, Salem Chaker, Hend Sadi, Youcef Necib, Badi Dida, Nora Tigziri, Rabah Kahlouche, Said Chemakh et la liste est encore très longue. Parmi ces noms, la majorité est titulaire d’un doctorat en langue et culture amazighe.

    1
    1
    Salamat
    28 décembre 2017 - 14 h 37 min

    Cher compratiote @Rani Zaafane, absolument d’accord avec vous pour dire que cette décision n’a rien d’historique.

    Elle est juste une décision prise suite aux récents évènements en Kabylie ! Les services de renseignements et le service communication de la Présidence ont conseillé à Bouteflika d’annoncer des choses que les berbéristes attendent légitimement depuis belle lurette comme Yennayer , nouvel an berbère, jour férié, chômé et payé ! De même pour l’Académie berbère qui aurait dû être créée aussi depuis belle lurette. Où est « l’historique » là dedans, ya tonton Haddad !

    10
    7
    LOUCIF
    28 décembre 2017 - 12 h 55 min

    En principe puisque Haddad représente le patronat, la logique voudrait qu’il n’ait pas à donner son avis, ni un jugement public en tant que président des patrons, surtout sur une décision politique comme celle-ci. En effet son rôle, c’est de défendre les intérêts des patrons, des entrepreneurs, point barre !
    D’ailleurs, puisqu’il en parle et félicite le Président pour cette décision, on peut se demander pourquoi auparavant il ne s’est jamais avancé, n’a donné le moindre avis sur cette question! Le renard!!! Mais comme on sait que dès que Bouteflika décide de quelque chose, il faut lui brosser immédiatement les chaussures jusqu’à les rendre reluisantes!!! Quand il s’agit de Bouteflika, on peut tout se permettre et sauter sur l’opportunité de lui rappeler que le FCE est toujours là, à ses côtés et le soutient… ad vitam æternam! ah, le renard !!!!

    10
    3
    EL FELLAG
    28 décembre 2017 - 12 h 20 min

    Le faite que ce monsieur félicite cette décision cela démontre qu’il bien une arrière pensée ou une arnaque de la part de ce régime

    12
    3
    Zaatar
    28 décembre 2017 - 11 h 54 min

    Lui a toujours raté l’occasion de se taire….

    13
    2
    mdigouti bessah
    28 décembre 2017 - 8 h 35 min

    «C’est avec une grande émotion que j’ai appris les décisions historiques annoncées par Son Excellence le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à l’issue de la réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue ce mercredi»

    Bessaha alik laâkouba pour un poste ministériel et pourquoi pas plus
    l’Algérie n’est plus entre de bonnes mains et ils font passer leurs lois scélérates au nom d’un président qu’on n’a ni vu ni entendu parler depuis belle lurette

    17
    9
    Abou Stroff
    28 décembre 2017 - 8 h 32 min

    Pour le patron des patrons, le président Bouteflika a encore une fois donné «une leçon de démocratie en restant à l’écoute du peuple et de ses revendications, renforçant ainsi la cohésion sociale et l’unité nationale». rapporte H. A..
    l’auguste boss des boss ne se serait il pas embourbé dans la maniement des concepts?
    en effet, bouteflika a décidé, seul, de déclarer yennayer, fête nationale et journée chômée et payée!
    cette décision personnelle à laquelle n’ont été associés ni la « représentation » nationale, ni le peuple dans son ensemble, représenterait elle la quintessence de la démocratie?
    PS: j’i la nit impriçion que si ali ne fit qui carissi dans lou sansse di pwal pour obtinir di favours, son plis.

    19
    7
    anonyme
    28 décembre 2017 - 8 h 21 min

    C’est Haddad et compagnie qui commandent
    On a tout vu dans ce pays dont je suis dorénavant etranger

    14
    8
      EL-ASSÂALATOU
      29 décembre 2017 - 16 h 20 min

      …. L’Algérie sera Algérienne in-chaa-Allah elle ne sera jamais Égypchienne, ni Tayhouditane, ni Iranienne et encore moins Afghane. Il y’a eu beaucoup de martyrs et de héros qui se sont sacrifiés et je peux vous garantir que ces dignes et honorables fils de l’Algérie profonde ne seront pas partis pour rien et que le moment est arrivé de reprendre le flambeau de leurs idéaux qui étaient de mettre leur patrie sur la voix de la démocratie, du progrès et de la justice pour tous. Tout Algérien digne de ce nom se doit de soustraire son pays des griffes du Bâathisme qui a gangrenait sous l’égide du FLN postindépendance tous les rouages de notre société et de notre économie leur politique étant : Khalate ha, âarbase ha, allah la tefra. Vous avez réussis à mettre, ce beau pays riche par ses ressources humaines et naturelles, à genoux mais il ne s’effondrera jamais, car ses véritables fils veillent.
      Pour ce qui est de Haddad, vous avez raison, il est loin d’avoir les compétences pour gérer quoi que ce soit et j’en conviens avec vous qu’il y a des Algériens cent mille fois plus qualifiés et experts pour être sa place. Mais par les temps qui courent il vaut mieux un Haddad que 10 Ould-Abasse, 100 Sâadani et 1000 Tliba assemblés. Vive l’Algérie Algérienne !!!

    Rani Zaafane
    28 décembre 2017 - 8 h 00 min

    Cette décision n’a rien d’historique ,c’est une suite logique des décisions prises ces dernières années.Elle intervient d’ailleurs tardivement dans le but d’apaiser les esprits en Kabylie suite aux dernières événements.C’est de la poudre aux yeux ni plus ni moins.

    15
    13
    moh
    28 décembre 2017 - 5 h 40 min

    Je parie que meme si Bouteflika n’avait pas insaturé ce jour comme jour férié il aurait trouvé la parade de justifier aussi ce refus. Ainsi vont les girouettes qui s’accomodent au gré des vents.

    6
    1
    Vox Populi
    28 décembre 2017 - 2 h 17 min

    La Décision Historique serait que ce Haddad cède son poste à une personne qui justifierait de
    meilleures qualifications et de compétences plus avérées que les siennes. Ras le bol de la médiocrité sordide dont font preuve certains responsables!

    19
    3
    Amazighkan
    28 décembre 2017 - 1 h 37 min

    Je suis d’accord cette décision est courageuse même si je regrette qu’elle ne soit pas prise au temps où Le Président était bien portant. Je n’ai jamais voté pour vous M. Le Président mais pour la prochaine élection, je voterai pour votre frère Saïd, c’est sûr et certain.

    12
    16
      l'autre
      28 décembre 2017 - 2 h 07 min

      Amazighkan
      28 décembre 2017 – 1 h 37 min
      Je suis d’accord cette décision est courageuse même si je regrette qu’elle ne soit pas prise au temps où Le Président était bien portant

      Comme quoi il y a du louche la dessus; qui a pris vraiment cette décision?
      Ah! et puis quelle hypocrisie
      Comme par miracle et du jour au lendemain on encense celui qu’on traitait de tous les noms allant jusqu’à voter pour son frère
      Bravo ils se sont pliés à vos caprices comme tjrs
      Rien n’est gagné rassure toi, l’autre camp à aussi son mot à dire

      13
      12
        Amazighkan
        28 décembre 2017 - 10 h 22 min

        @L’autre camp
        Votre interrogation sur qui a pris la décision est légitime mais est ce vraiment une première ? LES AUTRES décisions équivalentes à cette décision prises depuis 1962 étaient elles partagées par l’ensemble des algériens ? Il me semble que non, alors ce n’est que justice et c’est loin d’être un caprice. L’autre camp puisque c’est ainsi que tu te positionnes pourra toujours manifester pacifiquement comme vos « frères » kabyles pour demander le double de ce que vous avez déjà. Pathétique !

        7
        5
    Anonyme
    28 décembre 2017 - 1 h 30 min

    Il a le culot de donner son avis pour encenser une fois de plus Bouteflika.
    Il me semble que Bouteflika n est pas le roi des sujets d un pays qui s appelle Algerie mais un simple président « élu  » par ce même peuple qui revendique depuis plusieurs années ses vraies racines amazigh…..ce n est pas un cadeau qu à fait Bouteflika c est juste un retour et une reconnaissance de la vraie histoire de notre peuple spoliee par des mensonges identitaires.
    Nous ne sommes pas arabes,nous sommes des algeriens amazigh…….
    Même du temps de la colonisation et dans l ouest du pays où nous ne parlions que la darja, nous fêtions « Ras el Am »avec de grands repas familiaux et des bonbons pour les enfants que l on mettait dans une Gasàa avec le plus jeune des enfants pour les distribuer……comme quoi

    24
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.