Yennayer, tamazight : Bouteflika a-t-il désamorcé la crise en Kabylie ?

yennayer tamazight Bouteflika
Manifestation pour la promotion et la reconnaissance de la langue tamazight. New Press

Par R. Mahmoudi – Qualifiées d’«historiques», les décisions prises par le chef de l’Etat pour la consécration de Yennayer journée chômée et payée mais, surtout, pour la création d’une académie de la langue amazighe et la promulgation prochaine d’une loi organique devant régir la généralisation de l’enseignement et de l’utilisation de cette langue nationale ont été accueillies en Kabylie avec un enthousiasme largement partagé.

Si les partis politiques et le mouvement associatif n’ont pas encore réagi officiellement à ces annonces, les commentaires des militants et autres activistes de la cause amazighe sont globalement positifs. «En attendant la mise en œuvre effective de l’officialisation de tamazight, Yennayer est jour de fête, chômée et payée», a écrit sur sa page Facebook un cadre du RCD, d’habitude très incisif envers le pouvoir en place. Les plus sceptiques essaient d’y déceler des lacunes, mais sans toujours y parvenir. Exemple de ce commentaire d’Arezki Aït Larbi, éditeur et ancien animateur du MCB : «Rien d’officiel n’a été annoncé. On peut toutefois confirmer sans se tromper que le 12 janvier 2018 sera chômé et payé : il tombe un vendredi. Idem pour le 12 janvier 2019 : ce sera un samedi.»

Djamel Ikhloufi, enseignant de la langue amazighe à l’université de Béjaïa et militant du Rassemblement pour la Kabylie (RPK), se réjouit de ces décisions et écrit pour exprimer sa satisfaction : «Seule la lutte pacifique paie.»

Même du côté des adversaires traditionnels de tamazight, les réactions sont, pour une fois, enthousiastes. Premier à avoir commenté l’événement, le chef du MSP, Abderrezak Mokri, a salué les décisions prises par le Président de la République, estimant qu’après ces mesures, la langue amazighe va atteindre son «âge de maturité» pour accéder à un statut effectif de langue officielle du pays.

Cela dit, les plus concernés par ces décisions, à savoir notamment les collectifs d’étudiants et de lycéens des wilayas de Béjaïa, Tizi Ouzou et Bouira, qui avaient déclenché les contestations de début décembre, ne se sont pas encore prononcés. Ils ne le feront certainement pas avant la reprise des cours la semaine prochaine. Lors de leurs dernières réunions, ces collectifs avaient décidé de maintenir la grève et les contestations jusqu’à la satisfaction de l’ensemble de leurs revendications, dont, faut-il le rappeler, la promotion de tamazight ne représentait qu’un volet. L’autre volet concerne l’annulation des mesures «antipopulaires et antisociales» de la loi de finances 2018.

Etant donné que, sur le terrain, les slogans relatifs à tamazight sont, de loin, les plus mobilisateurs, le mouvement estudiantin de Kabylie, largement dominé par les activistes du MAK et de l’extrême-gauche (PST et PT), n’aura, logiquement, plus de raison pour revenir à la protesta, sauf s’il trouve d’autres mots d’ordre susceptibles de galvaniser les foules. Chose qui, à l’heure actuelle, paraît tout à fait aléatoire. C’est pourquoi il faut peut-être s’attendre à une décantation idéologique rapide au sein de cette nébuleuse. Même si le marasme et les blocages multiples dont souffre cette frange de la population, et qui sont le véritable carburant de ces contestations, demeurent toujours sans réponse.

R. M.

Comment (72)

    Tangoweb 54
    29 décembre 2017 - 17 h 49 min

    Nous pauvre peuple ils nous ont … avec le problème de l Amazighite pour faire la pilule des augmentations de tous les produits de consommation, c est qu,en Algerie et en Algerie seulement lorsque un produit est augmenté c est pour l éternité, y a aucun espoir qu’ un jour le prix de ce produit redescend, même c est le Brent atteins 200 dollars




    3



    3
    hami
    29 décembre 2017 - 16 h 44 min

    au delà des considérations politiques ou sociologiques que pourrait véhiculer cette reconnaissance d’un patrimoine qu’est Yennayer,
    je m’interroge sur le contenu des commentaires et des articles portant sur cette fête qui l’associent à la seule region de Kabylie.Or cette fête est la fête de tous les algériens qui la célèbrent avec ferveur dans tous les coins et recoins de notre vaste pays.Ce qui atteste de l’identité berbère de notre population de l’est à l’ouest et du Nord au Sud.
    Cette reconnaissance de Yennayer qui est un pilier de notre identité,de notre culture est un grand acquis en ce sens qu’elle scelle notre identité berbère ,maghrébine en nous démarquant de cette identité wahabo-islamiste (je précise bien islamiste) que tente de nous coller les baathistes wahabo-islamistes.ENNAYER comme on l’appelle dans ma région et le MOULOUD ont marqué mon enfance et je les célèbre aujourd’hui avec mes enfants avec autant de ferveur qu’autrefois.Le fameux treez de Ennayer qui est un mélange de confiserie de toute sorte et de fruits secs (noix,amandes,cacahuetes,raisins secs,abricots etc..) fait la joie des petits et des grands.
    Restera les deux autres piliers de notre identité qui sont nos langues maternelles (la Derdja et le tamazigh) parlées par la majorité de notre population et qui sont reléguées au second plan officiellement par rapport à la langue arabe dite classique.




    6



    3
    Anonyme
    29 décembre 2017 - 15 h 26 min

    « Avec tamazight langue officielle la langue arabe n’a qu’à bien se tenir!! .L’Algérie fera un pas de géant dans le domaine du savoir et du progrès! »
    Pour ceux qui l’ont pas compris. C’est de l’ironie et une forte de sarcasme!!!




    5



    5
    salim samai
    29 décembre 2017 - 11 h 33 min

    Boutef…WISE & SMART MAN!
    Les abrutis CREENT les conflits á partir de RIEN nourrissant la DIVISION!
    Les Hommes d´Etat renforcent la COEXISTENCE & L`UNIION!
    Ils gerent aussi les problemes potentiels pour les eliminer, trouver des solutions et AVANCER!

    Notre AUTOMASSACRE SUICIDAIRE & SANGLANT des annees 1980 aurait pu etre EVITÈ par un Bon Gestionnaire de Problemes et le DIALOGUE de toutes les parties!.
    On ne GONFLE pas un probleme! On le DEGONFLE et le trivailise!




    5



    6
    Le Patriote
    29 décembre 2017 - 9 h 25 min

    @ Karimdz 28 décembre 2017 – 15 h 00 min
    Tu dis une chose et son contraire. Tu louvoies en parlant d’herbe sous les pieds. En cette période de sécheresse, aucune herbe ne pousse. La seule herbe qu’on trouve est celle que notre « ami » le roi déverse sur notre pays depuis une décennie. Comme pour expier son pêché, il nous envoie (ou ses amis d’ici le font à sa place) un entraîneur pour éduquer notre jeunesse.
    Tu affirmes que « l’enseignement du tamazigh va être un échec » mais tu donnes la raison qu’il est loin d’être maîtrisé par tous les berbères » sans préciser q’ils ne sont que 10% de la population, concentrés essentiellement dans leur région-ghetto.
    Et tu termines par une énormité que seuls les minoritaires peuvent pondre, en soutenant sans rougir et toute honte bue que tu préfères » qu’on apprenne le tamazigh à l école plutôt que le français, langue de l occupant, et qu on privilégie comme langue étrangère ». Ainsi la langue de l’occupant doit être remplacée. C’est époustouflant comme comme objectif qui nous permettra de voyager à Tiei Ouzou sans risquer d’être mal reçu et de ne pas être servi s »ils découvrent que tu parles arabe. La seule langue qui y soit tolérée voire encouragée est le français langue de l’Occupant qui continue de pousser à la division du pays. Et ce n’est pas une coïncidence que ces faux événements ont été précedé par la visite l’ambassadeur de France au siège du FFS….




    5



    4
    Bled-Zaouia
    29 décembre 2017 - 8 h 08 min

    La nation des Zaouïas et le cheikh à toujours raison,meme quand il a tort c,est toujours la faute des autres,drole de Zaouïas dirigée par des cheikhs incompétent et athé




    5



    9
    Rayes Al Bahriya
    29 décembre 2017 - 5 h 40 min

    L’Algérien n’ira pas à l’école le ventre vide.

    TAmazighTH… oui….quand thamezoughth est

    À l’écoute….

    L’ouïe et l’esprit.

    Vive l’Algérie eternelle….




    6



    9
      Anonyme
      29 décembre 2017 - 12 h 12 min

      il n’y a qu’à voir le nombre de « je n’aime pas » qui accompagnent les commentaires des vrais Algériens qui sentent le danger de ces mesures prises pour faire plaisir à une minorité et surtout à la France. ils te donnent raison quand tu dis: « Vive l’Algérie éternelle ». Ton affirmation sous-tend l’esprit étroit qui activent à diviser le pays, à renier l’apport de la langue arabe qu’ils veulent « éradiquer »




      5



      7
    Anonyme
    29 décembre 2017 - 3 h 16 min

    @ Bouzorane Mon pauvre Monsieur ,tu n’as pas encore compris que bientôt ,tu vas parler le kabyle (officiel) en plus de l’arabe et du chaoui comme tous les autres algériens!




    6



    13
    zine el abidine
    29 décembre 2017 - 1 h 59 min

    C’est bon .une decision courageuse,merci PRESIDENT.Concernant le 12 janvier est in vendredi.Je m’excuses mais en AMERIQUE,le week end c’est samedi et dimanche,alors si le jour ferie est in samedi ,ils donnent le vendredi repos et si c’est le dimanche ,ils te donnent le lundi parcequ’ils dissent que le weekend est in droit.Bonne idee je pense.Bonne annee .




    4



    9
    Mouloud
    28 décembre 2017 - 21 h 11 min

    @Bouzorane.
    Oui tu as raison nous sommes des Algériens et fiers de l’être. Des Algériens avant tout, nous ne prosternons devant ni les traites de la péninsule arabique ni devant aucun autre berbère en dehors de nos frontières. La République reconnaît que des Algériens, avec ses 3 constantes et ceux qui sont Algériens qui parlent la derja, les athées ou qui pratiquent une autre religion pourvu qu’ils se considèrent comme Algérien et Républicain.




    19



    12
    Errai
    28 décembre 2017 - 21 h 09 min

    Question qui me taraude l’esprit: Est-ce la langue qui pousse ceux qui s’en revendiquent vers le progrès ou bien c’est la chose inverse qui doit se produire? De grâce arrêtons d’incriminer la langue pour justifier notre incapacité dans tous les domaines essentiellement dans le domaine de la création et du savoir. Il est admis me semble-t-il que c’est l’innovation qui précède le concept et non le concept qui crée l’innovation. Donc le défaut se trouve fi-moulaha comme dirait l’autre et non dans la langue elle-même.




    11



    6
      Ali
      29 décembre 2017 - 3 h 05 min

      Avec tamazight langue officielle (avec forte dose kabyle) la langue arabe n’a qu’à bien se tenir!! .L’Algérie fera un pas de géant dans le domaine du savoir et du progrès!




      8



      16
    Farid1
    28 décembre 2017 - 19 h 11 min

    Espérons que les gens prennent ça comme une avancée … et non pas une faiblesse du pouvoir..
    Car à part les authentiques berbéristes, ceux qui défendent leur identité, les autres n’en ont cure… Les autres veulent beaucoup plus..




    9



    15
      Bouzorane
      28 décembre 2017 - 19 h 35 min

      Et espérons que vos « authentiques berbéristes » soient surtout d’authentiques Algériens. Au diable les berbéro-nord-africanistes qui veulent mettre l’Algérie sous tutelle nord africaine. Ces berbéro-nord-africanistes n’ont rien à envier, en terme de trahison, aux arabo-islamistes.. Arabo-islamistes et berbéro-nord-arficanistes sont tous des larbins à la solde des étrangers. Les uns se prosternent devant leurs « frères » saoudiens, egyptiens, etc.. les autres se prosternent devant leurs « frères » marocains. Nous sommes berbères certes, mais nous sommes Algériens. Nous n’avons pas de frères en dehors de nos frontières NATIONALES… Seuls l’Algérie compte. Seule l’Algérie existe




      16



      21
      karimdz
      28 décembre 2017 - 20 h 46 min

      Il y aurait donc d authentiques berberes et beaucoup de faux berbères, voila qui augure une scission parmi les berberes, qui est plus berbere que l autre ?

      Pourrais tu nous définir les caractéristiques de l authentique berbère ?

      La reconnaissance de la dimension berbere ne me choque pas, mais il est pas question non plus qu une minorité impose sa loi à la majorité des algériens, il y a des limites.

      Et encore une fois, il n y a plus de place à la contestation et aux revendications.




      9



      9
    Bouzorane
    28 décembre 2017 - 18 h 53 min

    Les chaouis disent « Yennar » pas yennayer. Et c’est fêté le 14 janvier pas le 12




    8



    18
    Nasser
    28 décembre 2017 - 17 h 13 min

    chaque région à sa spécificité que l’ on ne peut feindre d’ ignorer car c’ est une richesse qui ne se marchande pas, alors tel un héritage culturelle nous nous devons’ en tenir compte et les faire vivre pour maintenir l’ unité de notre pays avec toutes ses diversités.




    16



    3
    ZORO
    28 décembre 2017 - 16 h 55 min

    Il est inconcevable de feter yenneyer alors que la momie de notre illustre PHARAON ,se trouve en Egypte ,notre prochaine revendication doit etre le rapatriement de son sarcophage et sa pyramide qui sera implantee a ALGER, comme symbole de la cohesion, fraternite et destin commun des Algeriens.
    SigneZORO. ….Z…..




    8



    26
      Lyes Oukane
      29 décembre 2017 - 2 h 01 min

      Ouais ,tu peux toujours essayer d’accrocher la pyramide à ton cheval Tornado et la traîner jusqu’à ta tanière . Quand tu auras fini ,envois nous une photo .




      10



      1
        Zoro
        29 décembre 2017 - 13 h 00 min

        Droit de réponse àLyes you can!
        Chachnok n as pas besoin de Zoro ,il a ses esclaves sur le dos desquels il a bâti sa pyramide et je vois que tu en fais parti et je sais que
        YES YOU CAN !
        SIGNEZORO. …Z….




        3



        3
    SIONISME = WAHABISME !!
    28 décembre 2017 - 15 h 49 min

    Une chose à dire l’ALGÉRIE UN JOUR, L’ALGÉRIE POUR TOUJOURS !




    20



    9
    dellelelkhir
    28 décembre 2017 - 15 h 13 min

    BARA’KAT min el BO’LI’TIK. l’Histoire reprend ces DROITS.




    12



    11
    Les Egares.
    28 décembre 2017 - 15 h 04 min

    ..Y’a @annonime 14h13.soit tu es un Wahabite espion des Saouds qui voit l’Algerie échapper a l’influence de l’Arabisme Wahabo Saouds Sioniste ou soit tu es un agent perturbateur manipulateur qui a une poutre dans l’oeil …va voir ailleurs si on y est




    16



    6
    Les Egares.
    28 décembre 2017 - 14 h 52 min

    Enfin justice est faite !!🙌👍👍…La consécration de l’origine historique de l’Algérie qui fut envahie par les Romains puis les Arabes du Golfe ensuite par les Turcs suivi de la France et en fin l’indépendance ..enfin Algerien …mais les Arabes du Golfe voudraient recoloniser l’Algérie par l’exportation du Wahabisme Khawaridjs et Arabisée totalement l’Algérie et Afrique du nord , Asie , …le monde Wahabite …la Secte Wahabite par l’arabisation a outrance !!!…l’Algérie dit Stop , nous avons nos origines , notre histoire et fiers de notre indepandence culturelle , religons diverses , athes , linguistique , une Algerie Algérienne avec toute sa diversité qui fait la richesse Algérienne . .La Nation Algerienne .




    37



    17
    Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
    28 décembre 2017 - 14 h 21 min

    bouteflika n’a pas oublié qu’il vient d’une région qui a vu naitre chechonk, un roi de beni snouss qui etait allé jusqu’en egypte pour battre ramsès et introduire sa lignée ans la pharaonie. il n’ a pas non plus oublié qu’il vient d’une région qui a vu naitre les zianides et dont un de ses fils, en l’occurence yaghmoracen, qui parlait en tamazight aux populations de tlemcen, quoi de plus normal ! cette décision est un point de non retour, il faut regarer le futur et travailler la nation algérienne comme ont fait les américains et ceux qui ont calqué son modèle




    34



    11
      Anonyme
      28 décembre 2017 - 15 h 12 min

      Les zianides sont originaires de l’Est du pays, poussés vers l’Ouest par les hilaliens ces zianides se sont scindés en deux frères ennemis (zianides, mérinides) les Mérinides qui ont occupés et construit l’Est du Maroc, et les zianides sont restés dans l’Ouest du pays.
      La décision de Bouteflika est saluée, enfin l’Algérie se algérianise.




      24



      16
        Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
        28 décembre 2017 - 15 h 24 min

        on ne veut pas de régionalisme, les Zianides sont de tlemcen et algériens avant tout. je respecte ton avis mais je ne suis pas obligé de te suivre dans ton raisonnement, chaque partie de l’Algérie a eu des hommes selon la spécificité de chaque région et qui font un seul pays




        19



        4
          Anonyme
          28 décembre 2017 - 17 h 21 min

          Il n’est pas du tout question de régionalisme, mais c’est de l’histoire qu’il est question, en voilà la preuve de ce que j’avance.
          Origine des Zianides Les Banu Zayan sont une tribu berbère zénète9,10,11,12 originaire des Aurès13. D’origines nomades, ils étaient refoulés au XIe siècle par les hilaliens jusqu’aux confins du Maghreb extrême9, ils s’allient à Abd al-Mumin qui les installe dans la partie occidentale de l’Oranie, ils se comportaient en tant que vassaux des Almohades9.
          Selon une autre hypothèse, les Zianides seraient les descendants d’el Qâsim (qui sont descendant des Idriss), mais cette hypothèse n’est pas attestée par Yaghmoracen Ibn Zian, le fondateur de la dynastie. Ainsi, ayant entendu des généalogistes qui voulaient le faire descendre de Mahomet qui était une pratique courante chez les dynasties islamiques d’Afrique du nord14, s’exprima en langue berbère locale et dit à peu près ceci: « Nous avons obtenu les biens de ce monde et le pouvoir par nos épées et non par cette ascendance. Quant à son utilité dans l’autre monde, elle dépend de Dieu seul »
          Wikipédia




          7



          7
          #@$&#*µ£%¨¨²=
          28 décembre 2017 - 21 h 08 min

          tu as choisi ton camp, celui du régionalisme. Le mien est dans mon pseudo, il signifie: « vive l’Algérie une et indivisible ».




          13



          9
          Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
          29 décembre 2017 - 3 h 53 min

          wikipedia !!! je te renvoie a Ibn khaldoun tome 4, il n’a pas du tout dit ce que tu cites sur wikipedia, ce site que tout le monde peut écrire ce qu’il veut. J’aimerai vraiment avoir une discussion avec toi. athala fi rouhak sahbi




          2



          3
      ZORO
      28 décembre 2017 - 18 h 53 min

      Mon ami Anti kafafich, ce n est qu aujourdhui que tes problemes vont commencer, je ne. crois pas que tu seras en mesure de t accaparer Chachnock faisant de lui un enfant de Beni snous ,il est tres prisé et revendiqué meme par les lybiens pour Faire de son sarcophage et sa pyramide une attraction pour les touristes.




      5



      11
        Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
        28 décembre 2017 - 23 h 29 min

        sahit khouya zoro, sais tu que pas longtemps les libyens avaient un roi de la région de mostaganem ?




        8



        3
      Anumidi
      28 décembre 2017 - 23 h 24 min

      Voilà une réflexion pleine de sagesse.Vous avons notre propre histoire , nous sommes une nation.Nous ne devons avoir aucun complexe vis-à-vis d’autres nations , qu’elles se situent en Orient ou en Occident.




      9



      1
    Anonyme
    28 décembre 2017 - 14 h 13 min

    Le titre trahit à lui seul le caractère régional voire régionaliste d’une revendication minioritaire d’une minorité manipulée par la France, sous-tendant un activisme entretenu de division.Les masques ont fini par tomber et le tamazight, inventé par les Pères-Blancs n’a que faire des dialectes dérivés: le m’zabi; le targui; le chaoui; le chennoui. La prochaine revendication demandera à n’en pas douter que la soi-disant Académie à naitre, soit implantée, comme il se doit, à TiziOuzou.




    17



    41
      karimdz
      28 décembre 2017 - 15 h 00 min

      Comme l a si bien dit un algérien, Bouteflika leur a coupé l herbe sous le pied, il n y a plus aucune raison de revendiquer et de se rebeller. Wait and see…

      Sans vouloir être de mauvaise augure, l enseignement du tamazigh va etre un échec, car à l instar de l arabe littéraire, il est loin d etre maitrisé par tous les berberes qui ont des dialectes différents, sans parler de l écriture pour laquelle il y a désaccord.. Il faudra des décennies et encore !

      Ceci dit, je préfére qu on apprenne le tamazigh à l école plutot que le francais, langue de l occupant, et qu on privilégie comme langue étrangères l anglais le chinois.




      13



      23

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.