Privatisations : Djamel Ould-Abbès se fait remonter les bretelles

Ould-Abbès FLN
Ould-Abbès semble s'être trompé sur ses déclarations. New Press

Par Hani Abdi – Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès change, de ton par rapport à la question des privatisations. Après avoir laissé entendre que le gouvernement d’Ahmed Ouyahia allait privatiser toutes les entreprises publiques, le patron de l’ex-parti unique fait un rétropédalage en plaidant tout le contraire sur les colonnes d’un journal arabophone.

Ainsi, Djamel Ould-Abbès, qui a lancé un avertissement en direction du chef de l’Exécutif contre toute velléité de privatisation des entreprises stratégiques, précise qu’il n’a jamais douté des «bonnes intentions» du gouvernement, assurant que la charte sur le partenariat public-privé, signée le 23 décembre dernier par le Premier ministre, le secrétaire général de l’UGTA et le patron du FCE, était claire : elle ne concernait ni de loin ni de près les entreprises stratégiques telles que Sonatrach, Sonelgaz, Air Algérie, SNTF… Et cette charte parle d’ouverture de capital et non de privatisation.

Le SG du FLN, qui va rencontrer le secrétaire général de l’UGTA et le président du FLN ce mercredi, au siège national du parti, change de ton vis-à-vis du Premier ministre, qu’il a sévèrement critiqué lors de son intervention musclée à Souk Ahras. Selon des sources sûres, les attaques du SG du FLN contre l’action gouvernementale ont agacé les hauts responsables du pays. Son insistance sur la question des privatisations lui aurait valu des remontrances. Nos sources assurent que Djamel Ould-Abbès s’est fait remonter les bretelles par la Présidence de la République.

Après avoir tenté de court-circuiter l’action du gouvernement, en semant le doute sur ses objectifs, le patron du FLN s’est fait taper sur les doigt et contraint d’apporter des précisions publiques pour lever toute équivoque sur la position de l’ex-parti unique par rapport à la nouvelle orientation économique.

H. A.

Comment (14)

    OMAR
    3 janvier 2018 - 14 h 43 min

    RIEN QUE DES DECLARATIONS
    QUELLES NOUVELLLES CHANSONS??
    OU REPLIQUES BIDONS??
    DU POSITIF A L HORIZON???
    THAT IS THE QUESTION

    Anonyme
    3 janvier 2018 - 9 h 28 min

    Monsieur, toute honte bue, je sais tout, pouvez-vous m’expliquez la logique qui vous fait dire qu’ouvrir le capital d’une entreprise publique n’a rien avoir avec la privatisation!!??

    5
    1
    Zaatar
    3 janvier 2018 - 8 h 08 min

    On remet au gout du jour la valeureuse chanson de Slimane AZEM. Hetch dhel maire, nek dhel maire, kou yiouene dheghnagh yetsdhabir, Hetch dhel maire, nek dhel maire, nahssal aouik dhi elka3 el bir. Tu es maire, je suis aussi maire, et chacun de nous décide. Tu es maire et je suis maire, ainsi nous restons coincés au fond du puits. C’est ce qui me fait dire que notre pays est bien au fond d’un trou.

    6
    2
    Fuji Yama
    3 janvier 2018 - 2 h 31 min

    FLN+UGTA: 2 clowns séniles qui dansent le Tango au rythme de la
    derbouka du FCE:
    Tabtab…Tab.Tab.Tab…TabTab…

    il est temps de coffrer ces dinosaures du Jurassique au musée
    de la Paléontologie.

    9
    1
    Lghoul
    2 janvier 2018 - 23 h 24 min

    Trouvez moi un seul bénéfice pour le pays que tous ces grabataires offrent ou pourront offrir ! Quelle est au juste leur utilité ,pour le pays et son économie ? Quel est leur rôle ? Que font ils en dehors de passer leur temps à parler entre eux, à mentir et à montrer des visages ridicules ? Ces gens doivent être pris par le collet et jetés dans un environnement glacial. Aucune valeur ajoutée, rien absolument rien ! En plus à 84 ans ce type ne veut même pas aller en retraite alors que des travailleurs de moins de 50 ans sont mis en retraite de force. Avons nous besoin d’un front pour libérer le pays en 2018 ? Nous devrions plutôt nous libérer de tous ces charlatans qui ont ni queue et ni tête.

    17
    1
    Felfel Har
    2 janvier 2018 - 22 h 26 min

    Il faut avouer qu’avec lui, à la tête du SG du FLN, on s’amuse tellement qu’on oublie nos soucis quotidiens. C’est la valse à quatre temps, un pas en avant, un en arrière et un autre sur chaque côté. Chaque fois qu’il apparaît, je me remémore cette berceuse, une « chanson douce que chantait ma maman, en suçant mon pouce le soir en m’endormant » (Henri Salvador) : « Ainsi font, font les petites marionnettes……. trois ptits tours et puis s’en vont. » Il nous manquerait, s’il venait à nous quitter prématurément.

    11
    1
    Anonyme
    2 janvier 2018 - 22 h 04 min

    Pour paraphraser Larbi Ben M’Hidi notre héro national Allah yarhmou, je dirais à ce grand militant de la flagornerie, de l’obséquiosité, de la servilité et de l’à-plat-ventrisme:
    == « DONNEZ-NOUS VOS BRETELLES, ON VOUS DONNERA NOS CEINTURES QU’ON FINIT PAS PAS DE SERRER » ===

    14
    1
    Anonyme
    2 janvier 2018 - 20 h 57 min

    a son age il fait le clown, c grave

    20
    3
    Sagesse
    2 janvier 2018 - 20 h 48 min

    Chacun veut montrer que c’est lui le patron….et, fatalement, el babor yeghghreq !
    Jalousies de petits gamins !

    12
    5
    Umeri
    2 janvier 2018 - 18 h 59 min

    Il y a deux catégories d’ individus, certains travaillent, font face aux difficultés, cherchent comment s’en sortir, parfois ils réussissent, d’autres fois, ils échouent.L’autre catégorie, celle a laquelle, appartient Ould Abbas, brasser du vent, mentir comme il respire, contempler ceux que font les autres,dénigre, car c’est gratuit. Le F L N, subventionné par l’Etat, ce qui permet a ce (…), de faire des virées un peu partout dans le pays, pour endormir ceux qui l’écoutent.Fanfaron comme lui, introuvable, il retourne sa veste, au gré du vent, c’est une véritable girouette.

    16
    1
    co5
    2 janvier 2018 - 18 h 48 min

    « Le SG du FLN, qui va rencontrer le secrétaire général de l’UGTA et le président du FLN » du FCE
    IL EST LA POUR FAIRE CHAUFFER LE « KOURSI », il n’est pas qualifié pour disserter sur les affaires économiques.

    11
    2
    Yacine
    2 janvier 2018 - 18 h 45 min

    Je n’ai jamais rien compris à la posture de ce soit disant docteur et son charabia ! Il fait souvent fausse route dans ses discours et se fait toujours remonter les bretelles , à son âge , par qui de droit à El Mouradia !
    Il pense que pour exister , car le FLN n’existe que par la grâce de ceux qu’il sert et la fraude massive , le sieur Ouled Abbas est obligé de chanter un refrain et son contraire 24 heures après !
    C’est pour cela que l’Algérie est malade depuis 1962 ! Elle est malade de son faux FLN , ses faux révolutionnaires et sa fausse identité , et sa fausse démocratie !
    Vivement que cette génération de faux responsables lâche le pouvoir au profit de la jeunesse qui constitue la majorité écrasante du peuple algérien , seul gage de renouveau !

    14
    1
    Tangoweb 54
    2 janvier 2018 - 18 h 41 min

    On est pas girouette pour rien, aujoudhui on se la joue nationaliste défenseur des acquis de la révolution socialiste et le lendemain lorsque on se fait tirer les oreilles on s écrase et on change de discours, c est ça lorsqu on a pas de personnalité on change au gré du vent.

    22
    5
    l'epervier
    2 janvier 2018 - 18 h 23 min

    tous pourris , c’est des charognes en fin de parcours.

    22
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.