La décision de Bouteflika sur Yennayer provoque une grève générale au Maroc

Maroc amazigh
Le Maroc imitera-t-il son voisin de l'Est ? D. R.

Par R. Mahmoudi – Depuis la consécration en Algérie du jour de l’an amazigh comme fête nationale, les partisans de tamazight au Maroc s’agitent et se mobilisent pour pousser les autorités à emboîter le pas des voisins sur cette revendication à très forte charge symbolique pour ces militants.

Ainsi, après le lancement d’une pétition exigeant la prise en charge «immédiate» de cette demande, laquelle n’a recueilli que quelques milliers de signatures, plusieurs associations culturelles et ONG, à l’image du Mouvement Twadda n’Imazighen et du Congrès mondial amazigh, dont le lien avec le Makhzen n’est pourtant un secret pour personne, ont appelé à une journée de grève générale, dans le monde du travail comme dans les établissements scolaires, le 13 janvier (Yennayer est normalement célébré le 12 janvier de chaque année) pour protester contre l’indifférence des autorités marocaines par rapport à cette revendication.

Dans leur déclaration, ces associations ont lancé un appel à tous les partis politiques et à l’ensemble des citoyens pour prendre part à cette action inédite qui risque d’aggraver un peu plus la situation sociale qui règne actuellement au royaume, avec la propagation des mouvement de contestation.

Ces associations ne s’expliquent pas l’attitude des autorités, et notamment celle de l’actuel Premier ministre, l’islamiste Saadeddine El-Othmani, qui leur paraissait plus sensible à leur cause, pour ses «origines amazighes» (sic). Elles disent ne pas comprendre ce silence, alors que Yennayer a été récemment reconnu comme «héritage commun de l’humanité», mais évitent de faire nommément référence à l’exemple algérien sur cette question, alors que c’est bien la seule motivation réelle de toute cette agitation des militants de tamazight marocains depuis quelques jours. Car, il est un fait que la consécration de Yennayer jour chômé et payé n’a jamais figuré auparavant comme une priorité chez ces associations marocaines de défense de la langue et de la culture amazighes.

Cette soudaine levée de boucliers et ce durcissement simulé ne peuvent avoir qu’un sens : préparer le terrain à une décision royale qui rattraperait le retard accusé sur cette question inhérente à la promotion de la culture amazighe par rapport au «voisin de l’Est».

R. M.

Comment (43)

    Anonyme
    5 janvier 2018 - 19 h 09 min

    YENNAYAR EST ALGÉRIEN !!! le reste c’est du plagia made in Mokkoko




    8



    2
    Anonyme
    5 janvier 2018 - 9 h 20 min

    Ces marocains ont volé même le drapeau de la JSK.
    Un jour le mekhzen va nous voler notre drapeau ainsi que notre l’hymne national.
    Ces MAKKAKS ont déjà commencé à falsifier l’histoire en s’accaparant de la Reine des AURÈS DYHIA/KAHINA et de IBNOU-KHLDOUN,…etc.
    Leur pillage dépasse les limites, il est temps de mettre de l’ordre. TROP C’EST TROP




    14



    4
    ????!!!!!!!!
    4 janvier 2018 - 20 h 53 min

    Usurpation Marocaine, on à rien à voir avec ce pays !!!!?




    12



    5
    Oued Zenati
    4 janvier 2018 - 12 h 56 min

    @Lamiss, le drapeau berbere adopté par les marocains est juste le fanion de la JSK qui est devenu l’emblème des amazighs algériens en 1980 lors des émeutes de 1980 que les médias français ont qualifié « printemps berbère ». En 1980 aucun marroki n’osait brandir le petit doigt et encore moins un drapeau face à leur maître-tortionnaire HassanII. Les services secrets marocains ont fait adopté aux amazighs marocains le drapeau des algériens pour 2 raisons: 1/ se mettre dans la poche les contestataires algériens (MAK) afin de les orchestrer contre l’Algérie. 2/ Nier l’existence du véritable drapeau des berbères marocains qui est celui de la république du Rif, drapeau taché par le sang de milliers rifains massacrés par le makhzen. Aussi Les berbères marocains qui brandissent le drapeau de la JSK et oublient le drapeau du RIF ne sont qu’une mascarade de l’histoire




    22



    4
    Zaatar
    4 janvier 2018 - 7 h 34 min

    Et ça, avec le fait que notre président est encore assis sur son fauteuil. Lorsqu’il se tiendra debout … ça ne sera plus une grève chez le Makhzen, ça sera le soulèvement populaire et le renversement de la monarchie…




    11



    12
    diogene
    3 janvier 2018 - 22 h 22 min

    YENNAYER appartient à tous les amazighs du monde , comme 1er HIGERIE à tous les musulmans et La Sainte SILVESTRE ( 1er janvier) à tous les chrétiens du monde et même à tous les personnes qui se revendiquent.




    16



    26
      Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
      4 janvier 2018 - 1 h 44 min

      yennayer est propre au anciens algériens c’est à dire les numides. on en a que faire des mokokos. après que nous ayons transcrit yennayer comme étant algérien, là oui vous pouvez nous suivre pas de souci. yennayer = dzayer, ça sonne a des milliers de miles




      28



      12
      Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
      4 janvier 2018 - 1 h 48 min

      alors comme ça votre amazighité est devenue une religion ? pour arnaquer doublement ?




      22



      8
    Algérie Authentique !
    3 janvier 2018 - 22 h 08 min

    que c’est pathétique ces enfantillages de mokokos , les gamins jaloux ça me débecte ! le temps de la maturité viendra t-il un jour ? le moukhrib s’assumera t-il tel qu’il est sans chercher à copier l’Algérie ? rien n’est moins sur hélas car ses lacunes sont multiples et sa haine coriace ! les commentateurs ont surement deviné juste : c’est le mekhnez qui fait bouger ses troupes pour simuler une espèce de revendication culturelle infondée pour mieux légitimer un pillage de plus du patrimoine algérien , car Yenayer est algérien et ce drapeau brandit par des groupies du mekhnez avec au centre une animatrice du mekhnez , ce drapeau est une création algérienne et symbolise l’Algérie avec ses trois strates géographiques et culturelles.




    27



    15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.