Le comité de suivi de l’application des résolutions de l’Eucoco se réunit au siège du MAE sahraoui

La délégation algérienne est conduite par Abdelhamid Si-Affif
Il faut mener des campagnes pour la reconnaissance de l’Etat sahraoui. D. R.

Les membres du comité de suivi de l’application des résolutions de la Conférence européenne de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (Eucoco) a passé en revue, vendredi au siège du ministère des Affaires étrangères sahraoui, au camp Chahid El-Hafed des refugiés sahraouis, les recommandations issues de la conférence de Paris en octobre dernier.

Ils ont évoqué, lors de cette rencontre conduite par le président du Parlement sahraoui, Khatri Eddouh, les conclusions de la rencontre de coordination entre les régions sahraouies concernées par l’application des résultats de travaux de la coordination européenne de solidarité avec le peuple sahraoui.

La rencontre a également permis d’aborder des questions essentielles susceptibles d’élargir les soutiens politique et humanitaire et de consolider les campagnes de sensibilisation autour du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance, conformément aux résolutions des Nations unies et de l’Union africaine, et d’assurer aussi une présence qualitative de plusieurs pays pour plaider et intervenir au niveau de la 4e commission de l’ONU de décolonisation.

Les participants ont, par ailleurs, mis l’accent sur la nécessité de mener des campagnes de sensibilisation et de mobilisation de l’opinion internationale en faveur de la reconnaissance de l’Etat sahraoui à travers, entre autres, l’approche des partis, des parlements, de la société civile et des syndicats.

D’autres questions de grande importance ont été débattues, à l’instar des droits de l’Homme et de l’intensification de l’action dans le cadre d’une campagne internationale pour la libération de l’ensemble des détenus politiques croupissant dans les geôles marocaines et l’adhésion à la démarche du plus grand nombre d’avocats internationaux de différents pays européens.

S’agissant des ressources naturelles, les membres de la commission ont souligné l’importance de bénéficier de l’expérience de l’association britannique ayant introduit une action en justice contre l’accord de pêche, et de rechercher d’autres associations pour actionner la justice contre les pays et les sociétés impliquées dans le pillage des ressources naturelles sahraouies.

L’accent a aussi été mis lors de cette rencontre sur la nécessité d’œuvrer pour la promulgation de recommandations du Parlement européen en faveur de l’accroissement de l’aide humanitaire à hauteur de ce qu’elle était en 1998, d’initier une large campagne d’explication et de vulgarisation de la situation et des besoins des réfugiés sahraouis et d’intensifier et de coordonner les efforts visant à amener le Haut Commissaire aux refugiés ainsi que la directrice du programme d’aides de l’Union européenne «Echo» et de la directrice de l’Agence suédoise de coopération internationale, à entreprendre une visite dans les camps sahraouis.

Plusieurs responsables et ministres du gouvernement sahraoui ainsi que des représentants de la société civile sahraouie, ont pris part à la rencontre.

La délégation de parlementaires algériens, conduite par le président de la Commission des Affaires étrangères, de la coopération et de la communauté à l`étranger, Abdelhamid Si-Affif, a eu, pour sa part, l’occasion de visiter le siège de l’Association des disparus et des détenus sahraouis et de s’enquérir de près des doléances de cette association de défense des droits de l’Homme.

R. I.

Comment (4)

    HANNIBAL
    13 janvier 2018 - 14 h 16 min

    Je ne vois plus les slogans chimériques d’une certaine presse inféodé au makhnaz crier victoire aprés que Melchior Wathelet leur a mit le coup de grace en invalidant l’accord de peche qui a fait pschitt au reve de grandeur duei Shlomo VI qui absent de la scène, charge Bourita de prendre contact avec la Minurso pour organiser un référendum le royaume des psychotropes se trouve acculé au compromis et n’a d’autre choix d’accepter cette porte de sortie sans conditions , en oubliant son rève éphémère de régner sur le Sahara Occidental et d’en piller ses ressources , le makhnaz a peut etre comprit trop tard que le mar’ok était un temple de soulagement pour l’UE et que cette servilité le fait tourner en bourrique pour revenir au point de départ et ça fait 42 ans qu’ils se cachent derrière un mur de sable (…) Le maroc se devra de reconnaitre que le Sahara Occcidental n’était pas un territoire Terra Nullius (…) 2018 est l’année de l’Autodétermination !

    12
    6
    assa nezha
    13 janvier 2018 - 12 h 38 min

    Pour que la RASD soit définitivement indépendante, il faut que les Sahvraouis adoptent le tamzaghirt comme langue officielle et se mettent à parler kabyle. Ce qui aura pour conséquence d’irriter homo-michou escobar

    6
    11
    Abbès
    13 janvier 2018 - 10 h 26 min

    Très bonne chose et félicitations à la RASD pour ses éclatantes victoires diplomatiques de ces derniers mois.

    17
    6
    BabEIOuedAchouhadas
    12 janvier 2018 - 23 h 05 min

    Quelque soit les bonnes volontés des uns et des autres et face à l’entêtement du Roitelet M6 qui joue sur ce dossier son avenir et celle de sa famille Allaouite allochtone au Maroc, je continue à dire et à écrire que L’INDÉPENDANCE du Sahara Occidental est au bout du fusil de son peuple s’il ne veut pas que sa juste cause ne soit jetée aux oubliettes comme c’est le cas aujourd’hui pour la cause PALESTINIENNE.

    14
    13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.