HCA : «La promotion de l’amazighité concerne toutes les régions du pays»

la promotion de l’amazighité concernait toutes les régions du pays
Si El-Hacemi Assad. New Press

Le secrétaire général du Haut Commissariat à l’amazighité (HCA), Si El-Hachemi Assad, a indiqué, jeudi à Touggourt (Ouargla), que la promotion de l’amazighité concernait toutes les régions du pays.

S’exprimant en ouverture du 5e Colloque national sur l’action de volontariat, organisé à la salle des fêtes de Tebesbest (Touggourt), M. Assad a affirmé que «la promotion de l’amazighité est une question qui concerne toutes les régions du pays, au regard de sa dimension nationale».

Le SG du HCA a soutenu, lors de la cérémonie d’ouverture, à laquelle a assisté l’ambassadeur de Palestine en Algérie, Aïssa Louai, que «nous partageons la célébration de Yennayer, dont la clôture des festivités se dérouleront dans la région et dont nous célébrons pour la première fois le caractère officiel, grâce à la décision du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de l’officialiser en tant que fête nationale».

Le choix de la commune de Blidet Amor pour abriter la clôture de ces festivités a été motivé par le fort lancement l’an dernier de la célébration de Yennayer et dont la réussite a été comme un signal fort pour la reconnaissance de l’année amazighe, a-t-il ajouté.

Si El-Hachemi Assad s’est, en outre, félicité des activités menées par l’Association algérienne des jeunes intellectuels, «une association active, modèle pour le mouvement associatif», qui, dit-il, travaille «avec professionnalisme et perspicacité» et qui est un «partenaire» du HCA.

Le membre du bureau de Touggourt de l’Association algérienne des jeunes intellectuels, Faouzi Bouras, a indiqué que l’action bénévole a de tout temps marqué la société amazighe au niveau de la région d’Oued-Righ.

L’objectif de la rencontre est de lancer le message que l’Etat a besoin de l’implication de la société civile à travers le lancement d’activités bénévoles ciblant les différents domaines, dont la sensibilisation sur les divers maux sociaux et leurs dangers, l’hygiène du milieu et l’entraide sociale, a affirmé M. Bouras.

Initiée par le Haut Commissariat à l’amazighité (HCA), avec le concours de l’Association algérienne des jeunes intellectuels, ce 5e Colloque national autour de l’action de volontariat, s’étalant sur trois jours, prévoit une série de communications afférentes au thème, dont «Le conseil national socioéconomique et son rôle dans la mise en œuvre des objectifs du développement durable», «Les caractéristiques de l’action associative réussie», «La situation du mouvement associatif de Touggourt» et «La société civile et le soutien au développement local».

Deux ateliers, l’un dédié à l’examen de «la gestion des projets» et l’autre au «budget participatif de la commune comme orientation de développement», seront également animés dans le cadre de cette rencontre.

Placée cette année sous le thème de la célébration du nouvel an amazigh (2968), dont la clôture des festivités est prévue dans la commune de Blidet Amor, cette rencontre prévoit aussi la mise sur pied d’une exposition de produits d’artisanat et de plats traditionnels de la région d’Oued-Righ et des activités culturelles axées sur la promotion de la culture et la langue amazighes dans ses différentes variantes.

R. N.

Comment (17)

    Anonyme
    20 janvier 2018 - 9 h 46 min

    Je suis pret a apprendre un dialecte ou une langue etrangere si son usage me garanti une retombée financiere positive et immediate si au contraire je dois le faire juste pour satisfaire des gai lurons qui veulent assujetir leurs compatriotes quelque peu differents d’eux je les renvoi se balader dans leur fantasmes.




    20



    8
      kaci
      21 janvier 2018 - 10 h 22 min

      On s’en tape que tu sois ou non d’accord. N’apprends pas Thamazight on en veut pas de toi




      0



      14
    ARGELINO
    20 janvier 2018 - 9 h 42 min

    HCA conseil pour l’émancipation du dialecte kabyle (appelé faussement t’mazight )au détriment du chaoui du targui etc…




    20



    7
      kaci
      21 janvier 2018 - 10 h 17 min

      HCA: Haut conseil à l’Assimilation.
      L’Etat arabe donne en charité pièce par pièce, l’identité berbère en la subordonnant à l’Etat arabe imposé de force suite au coup d’Etat de 62.




      0



      14
    dadi
    20 janvier 2018 - 7 h 37 min

    bientôt derdja langue officielle




    12



    9
    Errai
    19 janvier 2018 - 22 h 31 min

    L’algerianité est une racine, toutes les autres composantes ne sont que les branches de ce gigantesque arbre.
    Je suis Algerien et je ne me suis jamais demander si j’étais arabe, kabyle, tergui, chaoui ou autre. De toute manière qui pourra me catégoriser dans l’une ou l’autre de ces branches et s’il s’en trouverait quelqu’un qui puisse le faire quel sera le critère à adopter: le lieu de ma résidence ou la langue dans laquelle je m’exprime ou bien me soumettra-t-il à un test ADN ?
    Je pense que le débat de l’identité que certains veulent nous imposer est un débat biaisé à partir du moment où une partie de la composante de cette Algerianité veut imposer ses certitudes à toutes les autres parties.
    La sagesse serait de reconnaître que nous sommes avant tout tous des Algeriens égaux en droits et en devoirs quelque soit la branche qui nous porte.




    11



    7
    Anonyme
    19 janvier 2018 - 16 h 22 min

    @ Kaci votre position s’apparente au racisme anti arabe est elle ne peut qu’etre que destructrice car generatrice de fitna,si vraiment vous vous dites Algeriens il faut exprimer du respect pour les autres Algeriens sinon identifiez vous au Mak.




    27



    9
      kaci
      21 janvier 2018 - 10 h 20 min

      L’Etat arabe est illégitime c’est un fait. Les arabes c’est en orient. Sinon pourquoi avoir importé des egyptiens arabiser ceux qui seraient dejà arabes? Mensonge qui rejoint le grand vide ethique de l’Etat arabe qui repose sur un coup d’Etat..




      0



      13
    lhadi
    19 janvier 2018 - 14 h 09 min

    Ce povre griot de la république des lettres mortes veut courber l’hameçon à la mesure de la bouche du poisson.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    13



    11
    Anonyme
    19 janvier 2018 - 11 h 31 min

    L’Etat arabe ne me repprésenterait jamais. Faites vous en une bonne raison. Ce n’est ni de la méchanceté ni de la bonté. L’arabie saoudite n’est pas la kabylie comme l’Afrique du nord ne soit arabe…




    16



    32
    kaci
    19 janvier 2018 - 11 h 28 min

    Non à l’Etat arabe et l’arabe officielle. On ne peut jongler longtemps avec l’identité d’un peuple. L’Etat arabe est juste un acte d’un groupuscule téleguidé depuis le Caire. De l’illégitimité on aboutit jamais à la legitimation par esoufflement du peuple dominé.




    18



    33
    Anonyme
    19 janvier 2018 - 10 h 55 min

    Le fait d’apprendre le Tamazight ne pose pas de problème, et c’est je pense la même chose pour l’apprentissage d’autres langues du monde. Le problème c’est lorsque certains individus se mettent en spectacle devant et pensent être des « superstars » de l’Amazigh.




    27



    15
    ZORO
    19 janvier 2018 - 10 h 49 min

    Si El hachemi nous a appris il y a quelques jours qu il existe 13dialectes et 3 graphies dont se servent
    13 ethnies differentes, il faut les respecter et aider a se developper disait il.Le voila aujourd’hui qu il parle de l existence d une langue Tamazigh????, Peut être que ces 13 dialectes se sont unifiés au cours d une semaine et qu un amalgame des 3 graphies servira pour ecrire ce TAmazigh ,ou SAmazigh, surement pas MAmazigh a moi qui a unit les algeriens depuis 15 siecle.
    SIGNE.ZORO. …Z……




    35



    20
      MELLO
      19 janvier 2018 - 18 h 28 min

      Et comme ça, dépité et outré, je me pose la question suivante : comment avec autant de tares et de défauts que nous traînons depuis que le monde est monde nous avons été capables de chasser la colonisation ? Comment avons-nous été capables d’un tel acte d’héroïsme et de solidarité ? Comment avons-nous été capables de mettre de coté nos petites différences et ressusciter les liens qui nous unissaient les uns aux autres depuis des siècles, Est-ce un accident de l’histoire ? En lisant quotidiennement tes avis, en parcourant les sites et les réseaux sociaux et où que j’aille à travers notre pays, l’odeur du séparatisme si fermenté réveille mes angoisses.




      12



      15
    Anonyme
    19 janvier 2018 - 7 h 42 min

    Notre point de rencontre c’est notre Algérianité ,quiconque veut deplacer ces repéres se trompe parceque nous aussi nous sommes fiers d’etre arabes et nous respectons les algeriens amazighs.




    30



    18
    Anonyme
    19 janvier 2018 - 7 h 19 min

    Non je regrette je suis Algerien mais je ne suis pas Amazigh et ce n’est pas Ferhat M’heni ou n’importe quel illuminé qui va m’imposé un dialecte qui m’est etranger à ma naissance.




    36



    23
      gargotier
      19 janvier 2018 - 12 h 45 min

      C’est hadj moussa/moussa el hadj.
      Ils denoncent le soit disant diktat arabe mais veulent faire exactement la meme chose avec leur langue.
      Non je ne suis pas et ne serai jamais un amazigh!! je suis un algerien arabe! qui respecte tous les autres algeriens!




      31



      16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.