La Corée du Nord est-elle une réelle menace pour la paix et la sécurité mondiales ? (II et fin)

Nucléaire Corée
Neuf pays possèdent l’arme nucléaire. Ici, Kim Jonj-un inspecte une bombe à hydrogène. D. R.

Par Dr Mehenou Amouzou – La politique américaine vis-à-vis de la Corée du Nord depuis les années 1990 à ce jour

Sous l’administration de Bill Clinton, président des Etats-Unis, le gouvernement américain avait contacté son homologue nord-coréen pour que les deux pays améliorent leurs relations. Cette nouvelle relation chaleureuse aiderait les deux pays. Les Etats-Unis fourniront le matériel dont avait besoin les Nord-Coréens pour traiter leur énergie afin d’acquérir l’autonomie. Il est bon de rappeler que la Corée du Nord avait déclaré qu’elle voulait la technologie nucléaire dans le but d’accéder à l’électricité nucléaire et non pour la bombe. L’accord était que le gouvernement nord-coréen devrait geler ou éliminer son programme d’armes nucléaires et d’essais des missiles. Un point très important de l’accord de la Corée du Nord était de permettre à l’AIEA d’effectuer des inspections de routine des installations nucléaires et d’être présente dans les activités sur ces installations nucléaires et de contrôler leur prolifération. En échange, les Etats-Unis feraient l’effort de construire deux réacteurs nucléaires d’eau légère en Corée du Nord pour compenser la perte d’énergie nucléaire. L’année retenue pour les construire était 2003. En attendant, les Etats-Unis avaient promis de suspendre les exercices militaires avec la Corée du Sud. Pour la guerre de Corée en 1953, dans les termes de l’armistice, les Etats-Unis avaient promis de normaliser leurs relations politiques et arrêter de considérer la Corée du Nord comme étant le pays commanditaire du terrorisme et méritant des sanctions. Tous deux devaient s’employer à veiller et se battre contre la menace ou l’utilisation d’armes nucléaires. Les Etats-Unis fourniraient 5 000 tonnes par an de carburant lourd.

Pourquoi plus de 60 ans après la fin de la guerre de Corée aucun traité de paix n’a été signé ?

Le colonel Lawrence Wilkerson a pris sa retraite en 1997 et a commencé à travailler comme conseiller du général Powell et chef d’état-major. De 2002 à 2005, ce dernier était secrétaire général du ministère des Affaires étrangères américaines. Il est distingué adjoint professeur de gouvernement et de politique publique au Collège de William et Mary. Ce colonel en retraite, Lawrence Wilkerson, a récemment publié dans le magazine conservateur américain. Dans son écrit, il a fait une analyse objective de la situation de la Corée du Nord. Des responsables supérieurs des deux côtés (américains et nord-coréens) ont participé à des réunions dans lesquelles l’accord qui était prévu d’être signé est finalement tombé aux oubliettes. Dans cette revue, le colonel a également déclaré qu’il était présent en 2002 lorsque ces questions ont été portées à l’attention du président Bush et de l’assistant secrétaire à l’Asie de l’Est, Jim Kelly. Selon les services de renseignements, les Etats-Unis avaient constaté que les Nord-Coréens trichaient. Jim Kelly, secrétaire adjoint pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, s’est donc rendu à Pyongyang. Il a confronté Kang Sok-ju et Li Gun, qui ont admis d’une manière très directe qu’ils avaient, en effet, cette stratégie de couverture face au non-respect des engagements des Etats-Unis dénoncé par le colonel Lawrence Wilkerson. Les Nord-Coréens pensaient alors en ces termes à propos des Américains : «Puisque vous ne respectez pas vos engagements dans le cadre que nous nous sommes convenus, nous continuons nos projets. En effet, nous avons un programme alternatif.»

Ce que les services de renseignements ne peuvent déterminer, c’est quand les Nord-Coréens ont véritablement commencé cette stratégie de couverture. Est-ce avant même d’entrer dans les pourparlers avec les Etats-Unis, pendant les entretiens ou réellement parce que les Etats-Unis n’ont pas respecté l’accord et tout ce qu’ils avaient promis de réaliser ? Le colonel Wilkerson s’est demandé pourquoi les Nord-Coréens pensaient que les Etats-Unis ne pouvaient pas respecter leur engagement ! Ils ont supposé que les Etats-Unis n’étaient ni en mesure de respecter l’accord signé avec la Corée du Nord ainsi que la Chine, le Japon et d’autres pays, ni de tenir leur promesse d’aide financière qui n’est jamais parvenue. Pendant ce temps, l’Organisation coréenne pour le développement énergétique, qui était le consortium mis en place selon l’accord entre les Etats-Unis et la RPDC, était financée par d’autres, comme le Japon, la Chine, etc. La Corée n’a jamais pu profiter de ces fonds jusqu’en 2003. Tout ce qui avait été convenu et mentionné dans l’accord n’était pas tenu, y compris la fourniture des 5 000 tonnes par an de carburant lourd par les Etats-Unis. L’accord a été laissé vide de sens, et la Corée du Nord a poursuivi ses tests des missiles et ses essais nucléaires. Colonel Wilkerson a déclaré que sa réaction aurait été identique s’il avait été à la place des Nord-Coréens.

Il semble que certaines personnes au Congrès des Etats-Unis aiment continuer les jeux de guerre. Mais dans quel but ? Quel en est le prix ? Nous avons pu le constater pour la Syrie avec Bashar Al-Assad, l’Iran avec Rouhani, la Corée du Nord, avant le colonel Kadhafi et Saddam Hussein. De toute évidence, les Etats-Unis souhaitent que ces régimes disparaissent ou changent. Le colonel Wilkerson a déclaré que les exercices militaires faisaient voler des avions chargés de bombes le long de la zone démilitarisée parce que les Etats-Unis ont prévu des exercices massifs pour aller de pair avec la diplomatie. Cette décision serait très significative et représenterait un retour des années 1994-1995.

La plupart des Occidentaux pensent que la Corée du Nord est un pays paranoïaque et veulent une action immédiate contre elle. En réalité, pourquoi les Occidentaux n’ont-ils pas pris des mesures contre ce pays ? Peut-être parce que ce pays dispose d’une armée très disciplinée et bien formée. Les armes classiques peuvent détruire la capitale de la Corée du Sud et ses environs avec ses plus de 25 millions d’habitants tout en provoquant de graves dommages au Japon. Selon la majorité des pays, la guerre en Irak en 2003 était justifiée par le fait que Saddam Hussein était un homme criminel qui avait retourné des armes chimiques contre son propre peuple, tuant ainsi plusieurs milliers de personnes. L’Irak était capable de développer les armes nucléaires en l’espace de quelques mois et d’atteindre l’Europe et les Etats-Unis avec. Les Occidentaux traitaient Saddam Hussein de fou. Pendant la guerre contre l’Iran et contre les Kurdes, ils respectaient, équipaient et conseillaient Saddam Hussein. A cette époque, ce dernier était toujours le bienvenu pour ensuite finir par être capturé et pendu. La guerre de la coalition américaine a fait des millions de morts irakiens, des millions de déplacés. Les Etats-Unis ont perdu des centaines de milliers de soldats dont la moitié est retournée malade à force d’être exposée aux irradiations et souffrant de symptômes face auxquels les médecins sont impuissants. Beaucoup se sont suicidés. Même si l’Irak à l’époque avait pour président un dictateur en la personne de Saddam Hussein, le pays était stable, ce qui est loin du chaos qu’il est devenu.

Mouammar Kadhafi était le président de la Libye, un pays très stable. Il n’y avait pas de chômage, tout citoyen possédait une maison et l’éducation était accessible gratuitement. Si vous étiez accepté dans une université étrangère des Etats-Unis et d’Europe, l’ancien gouvernement libyen attribuait une bourse d’études à tous. Dans certains pays qui ont agressé la Libye, les étudiants sont déjà très endettés et finissent par abandonner leurs études. Mouammar Kadhafi était peut-être un dictateur, mais la majorité de la population bénéficiait de soins gratuits. Il a fait irriguer le désert pour augmenter la croissance alimentaire de son pays. Aujourd’hui, la Libye est devenue le paradis pour le terrorisme contre lequel l’Occident est en lutte quotidienne. Le terrorisme qui frappe l’Europe n’a quasi jamais existé du temps de Mouammar Kadhafi vivant. La Libye possédait une grande quantité d’armes chimiques et essayait d’avoir la technologie nucléaire pour protéger son pays contre les envahisseurs. Certains pays l’ont convaincu de détruire toutes ces armes. Il a accepté et, deux ans après avoir rendu ces armes, il est assassiné et le pays détruit. La Libye était le pays d’Afrique qui avait le plus haut niveau de ressources réparties entre ses habitants. Les bombardements de l’OTAN ont ramené ce pays à un état primitif.

Le président de la Corée du Nord a été témoin de ces scénarios d’attaques et de régimes changés de l’extérieur. Il a déclaré publiquement qu’il ne renoncerait pas à avoir le nucléaire, qu’il continuera jusqu’à ce que le pays ait sa propre bombe, la seule force de frappe que l’envahisseur respecte. Ils ont examiné et étudié minutieusement ce qu’il s’est passé avec les autres pays. A ce propos, le président Poutine a fait ces commentaires lors des dernières réunions des Brics : «Président Poutine condamne ces exercices de la Corée du Nord, le comprend compte tenu de l’exemple de l’Irak et la Libye.» A ce propos, il déclare : «Nous ne pouvons pas oublier ce qui est arrivé en Irak et en Libye.» La Corée du Nord ne va certainement pas l’oublier non plus.

Selon l’avis de la délégation de Me Blake qui a visité la région asiatique, la présence massive de militaires américains en Asie entrave les relations entre la Chine, la Corée du Sud, la Corée du Nord et le Japon. Cette présence militaire, les Américains l’utilisent comme moyen de pression contre la Chine et la Russie et les manœuvres de guerre sont restés un aspect important pour les Américains dans leur quête de domination de la région.

Selon la délégation des avocats internationaux experts en criminologie, les armes nucléaires de la Russie et de la Chine ne servent qu’à dissuader les attaques américaines ! Des déclarations des gouvernements russes et chinois montrent leur consternation et anxiété. Si les moyens défensifs de la Corée du Nord lui attiraient une attaque américaine, ils risqueraient, eux aussi, d’être attaqués par les Américains. Dans cet état de crainte et de suspicion, tout peut arriver. Tout ceci ramène à une question : pourquoi s’opposer à l’autodéfense de la Corée du Nord, à ce qui pourrait encourager l’établissement d’un accord de non-agression, ce qui pourrait amener à retirer ses armées de la péninsule coréenne ? Dans cette zone, les Américains ont des capacités nucléaires et, présentement, ils procèdent à l’installation d’un système de défense antimissile THADD qui menace la sécurité de la Chine et celle de la Russie.

L’occupation du pays par les Américains et l’ex-Union soviétique a confirmé la décision, en concertation avec les Américains, la Chine, le Japon et l’ex-Union soviétique, excepté les Coréens, de diviser la Corée en deux : la Corée du Nord et la Corée du Sud. La guerre de Corée n’était pas une guerre civile mais une guerre mondiale ; les perspectives de paix et réunification sont encore lointaines.

Selon Wikipedia, il y a cinq pays qui ont adhéré au Traité de non-prolifération des armes nucléaires. Ce sont les Etats-Unis, la Russie (ex-Union soviétique), le Royaume-Uni, la France et la Chine. L’inde, le Pakistan et la Corée du Nord n’y ont pas adhéré, mais ont effectué des essais nucléaires. L’Israël dispose d’une force nucléaire non déclarée et le Japon a la capacité technologique d’y accéder très rapidement. La bombe pakistanaise a été développée avec l’aide technique des Etats-Unis, qui en conserveraient encore aujourd’hui le contrôle.

Tous ces pays mentionnés ont l’arme nucléaire et cela fait partie de leurs stratégies de dissuasion contre toute force de déstabilisation. La politique de base nord-coréenne est de rechercher la paix et non d’entendre presque tous les jours le tambour de guerre. La Corée du Nord ne veut pas être dans les prochains jours ajoutée à la liste des pays qui sont détruits complètement l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie, etc. car, si tel est le cas, la Corée du Nord deviendrait la porte d’entrée internationale du terrorisme aux portes de la Russie, de la Chine et du Japon.

Dr M. A.

Détenteur d’un Master in Business de l’European Advanced Institute of Management, ainsi qu’un Certificat en finances et investissement à Paris (France). Il a complété ses études dans les Relations internationales et les stratégies politiques et de défense et a obtenu son doctorat de philosophie en finances.

Ont contribué à cet article : Raymond Bernhard West ; Fundacion Paraiso Sin Fronteras ; Leroy Bryant, Paul Kokou Amouzou, Morgan Lewis, Amouzou Nkrumah Production, Nouho Kamara, Leroy Bryant, Mme Dominique Mazarin & Vassiriki Traore.

 

Comment (4)

    Alfa
    18 janvier 2018 - 22 h 34 min

    Un journaliste et critique de Montréal qui n’as pas apprécié les critiques récurrentes à l’égard de la Corée du nord et voulant s’assurer par lui-même s’en alla faire un tour à Puyang Yung la capitale de la RDP.
    Ce qu’il déclara à la TV de Montréal en revenant avait laissé tout le monde bouche bée.
    Ce qu’il déclara par la suite a fait réagir toute la presse Montréalaise.
    Il avait dit: Montréal devrait avoir honte de s’appelait une métropole c’est une poubelle à ciel ouvert, plein de saleté, comparé à Puyang Yung. Les gens là-bas vivent le plus normalement du monde comme n’importe quel peuple dans le monde, ils sont heureux et aiment leur pays.
    Un jour ou l’autre les 2 Corées vont se réunir et donneront une leçon de civisme à cet impérialisme Américains, c’est enchâssé dans leur constitution. Une énorme pancarte s’élève à l’entrée de l’aéroport: « UN JOUR NOUS NOUS VENGERONS DES ÉTATS-UNIS. » C’est la promesse faite par leur leader il y a plus de 60 ans.




    1



    2
    Fuji Yama
    18 janvier 2018 - 15 h 25 min

    Kim Jon-Un est le Little Big Man,
    qui nargue la Maison Blanche, et le challenger qui fait râler Trump.
    Les Américains ne veulent pas comprendre que Kim Jon-Un a tout
    compris, et ce depuis la division des 2 Corée, et depuis les épisodes sanglants, en Irak,en Syrie et en Libye.
    Les US ne supportent pas non plus de voir ce même Little Big Kim
    Jon-Un accumuler succès après succès , lors des lancements tests
    de missiles,effectués récemment
    dans la région. Cerise sur le gâteau :
    Kim J.U est adulé par son peuple,

    Décidément, K.JU a tout pour s’attirer les foudres de Trump
    et celles de Washington !




    2



    4
    Anonyme
    18 janvier 2018 - 11 h 42 min

    Bravo à la Corée du Nord. On ne peut pas reprocher aux dirigeants Nord Coréens de tout faire pour que leur pays soit craint et respecté car finalement, la Corée du Nord sera tôt ou tard respectée quelques soient les aboiements des pays occidentaux quant au caractère « dictatorial  » supposé de ce pays. L’arme nucléaire est la seule garantie de non agression. Les Nords Coréens l’ont compris car ils sont dotés d’intelligence, de sagacité, de perspicacité, de discipline. Ils sont cartesiens et aiment réellement leur pays.
    Bien évidemment, telles ne sont pas les caractéristiques des pays arabes (tous) ; pays faibles dirigés par des hommes faibles et médiocres, souvent vassaux des grandes puissances et n’ayant d’autre alternative que de subir et de voir le monde façonné par les puissants sans avoir voix au chapitre tout en baignant dans l’anarchie, le sous développent économique et intellectuel, l’islamisme, les tabous, les incohérences et les approximations. C’est pour cette raison que la Corée du Nord ne sera jamais la Libye, l’Irak, la Syrie ou un autre pays arabo musulman.
    Être capable de fabriquer un missile balistique nucléaire quand on est sous embargo relève de l’exploit et de l’excellence. Cela donne un aperçu sur la rigueur, l’intelligence et l’efficacité d’un peuple et sa volonté de se hisser vers le haut et intégrer le cercle des puissants. Les USA, les Anglais, les Russes , les Chinois, les Français. … finiront par tirer leurs chapeaux devant la sagacité, la clairvoyance, l’entêtement et l’intelligence des Nords Coréens et finiront par accepter la situation de fait accompli imposée par la Corée du Nord qui vient de rentrer dans le cercle très fermé des puissances nucléaire: les USA, la Russie, l’Angleterre, la Chine, la France, l’Inde, le Pakistan et Israël.




    8



    4
    El Kenz
    18 janvier 2018 - 10 h 48 min

    Les Usa et la mafia terroriste, criminelle nommée Israël sont le plus grand danger qui menace la paix et la sécurité dans le monde. Sans ces deux voyous le monde serait tranquille et prospère.




    5



    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.