Lutte antiterroriste et sécurité : les 5+5 promettent d’unir leurs forces

5+5 Sahel Alger
Réunion du dialogue 5+5 à Alger ce dimanche 21 janvier. AP

Par Sadek Sahraoui – La 14e conférence des ministres des Affaires étrangères du Dialogue des 5+5, qui réunit l’Algérie, l’Espagne, la France, l’Italie, la Libye, Malte, le Maroc, la Mauritanie, le Portugal et la Tunisie et dont les travaux se sont clos cet après-midi à Alger, a montré une grande convergence de vue entre les représentants des pays participants sur les principaux dossiers qui préoccupent l’espace euro-méditerranéen. Le constat est valable en tout cas pour la crise libyenne, le conflit malien, la problématique des migrants irréguliers, la lutte contre le terrorisme et le conflit israélo-palestinien. Il en est de même pour les défis politiques auxquels la région est confrontée.

Dans une longue déclaration adoptée à l’issue de leur rencontre, les ministres des Affaires étrangères du Dialogue des 5+5 se sont ainsi engagés, dans le cas, par exemple, des conflits libyen et malien, à faire appliquer l’accord de Skhirat et le plan de paix conclu à Alger en 2015 par les différents acteurs maliens. S’agissant du volet politique, ils ont plaidé en faveur du «renforcement du dialogue et de la concertation dans le cadre du Dialogue des 5+5 en vue d’une convergence de vues et d’actions sur les questions régionales d’intérêt commun».

Au plan de la sécurité régionale, les ministres des Affaires étrangères des 5+5 ont convenu également de promouvoir une «approche solidaire et une coopération renforcée de lutte contre le terrorisme, son financement et ses connexions avec le crime organisé transnational lié à tous types de trafics illicites». A ce propos, les ministres se sont dit encourager «l’échange d’expériences en matière de prévention de la radicalisation, de dé-radicalisation, de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme, notamment à travers la démystification du discours terroriste par la réhabilitation pleine et entière des victimes». A l’occasion, ils ont exprimé leur «préoccupation face au retour des combattants terroristes étrangers».

S’agissant des migrations irrégulières, les chefs des diplomaties du Dialogue 5+5 ont estimé que le développement était la clé pour résoudre cette question cruciale. Dans leur déclaration finale, ils ont, d’ailleurs, souligné «le lien étroit entre la migration et le développement» et indiqué qu’ils veulent «travailler pour une migration sûre, régulière et bien gérée». Le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a souligné, de son côté, «l’importance de la promotion de projets ayant un impact en termes de création d’emplois et de renforcement des capacités nationales, ainsi que le traitement des causes profondes de la migration irrégulière», une position reprise, d’ailleurs, par la déclaration finale des pays membres des 5+5.

Pour les représentants de ces dix pays, la gestion des flux migratoires doit concilier mobilité et lutte contre la migration irrégulière, et prendre en compte les «dimensions de sécurité et de développement économique et social ainsi que le respect des droits de l’Homme et de la dignité humaine». «La Méditerranée a été longtemps une zone de fracture. Aujourd’hui, les défis auxquels nous sommes confrontés (…) nous amènent à vivre ensemble, à travailler ensemble», a souligné M. Messahel, qui a coprésidé la réunion avec son homologue français, Jean-Yves Le Drian. La question maintenant est de savoir si toutes ces bonnes intentions seront suivies d’effets sur le terrain.

A noter que le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, était présent à cette rencontre. C’est la première visite d’un ministre marocain des Affaires étrangères en Algérie, depuis celle effectuée en 2012 par l’ancien MAE, Saâdeddine Othmani.

S. S.

Comment (11)

    Kahina-DZ
    22 janvier 2018 - 15 h 07 min

    La seul solution est la suivante:

    Les chefs d’État africains doivent cesser de siphonner leur peuple. Il faut combattre la corruption qui gère ces pays africains. La France doit cesser de corrompre les dirigeants africains.
    Ces chefs d’État doivent arrêter d’offrir le sous-sol africain aux français. L’Afrique regorge de richesses naturelles siphonnées par les pays à vocation coloniale.
    Que la France et ses alliés laissent l’Afrique se développer.

    * La peine capitale aux narcotrafiquants du mekhzen.




    3



    0
    moms
    22 janvier 2018 - 11 h 57 min

    salam!C est une réunion pour la postérité ou pour le fun rien de digne d’intérêts! ,l Algerie doit traité avec la russie ,la chine ,le bresil,l’inde




    1



    0
    anonyme
    22 janvier 2018 - 9 h 16 min

    1) Depuis quand le Portugal est-il un pays méditerranéen ?
    2) Cette réunion sert un autre objectif, je vous le dis, qui n’est pas à notre avantage. Depuis plusieurs années, l’Europe subventionne l’Algérie à hauteur de 300 millions par an pour la « sécurité ». Elle vient donc nous dire quoi faire, en français … Les patriotes algériens ne sont pas au gouvernement. C’est ma conclusion.




    6



    3
    Tinhinane-DZ
    22 janvier 2018 - 6 h 17 min

    Vous prenez les gens pour des imbéciles ou quoi.
    La drogue du palais Haschisch va unir sa force contre elle même ??
    Continuez votre léthargie. Bonne continuation.
    Rien ne changera.




    6



    7
    Chaouidesaures
    22 janvier 2018 - 6 h 01 min

    On remarque avec stupeur qu’il n’y avait pas là moindre allusion au conflit qui oppose le Polisario au Maroc ! Serait -ce que le Royaume et son protecteur la France ont imposé l’agenda et conditionné la présence de Bourita à cette conférence?




    8



    8
    Rayés Al Bahriya
    22 janvier 2018 - 5 h 53 min

    La question du narco terrorisme a été délibérément
    Mis de côté.
    La RAM transportait du hashish ou QUOI ?
    En tout y a pas de fumier sans feux…
    El fahem yefhem




    6



    9
    Kahina-DZ
    22 janvier 2018 - 5 h 02 min

    Laissez l’ANP gérer le pays, fatigués de vos déclarations à deux sous.
    Les promesses qui font arroser le Haschisch marocains.




    10



    8
    Anonyme
    22 janvier 2018 - 4 h 55 min

    Une déclaration vide.
    Que du vide.
    Le Maroc récolte 25 Milliards de $ en tuant nos jeunes avec leur sale drogue, et on se permet des déclarations nulles pales.




    10



    7
    Kahina-DZ
    22 janvier 2018 - 4 h 52 min

    Nous sommes toujours au stade de promesses ??
    La drogue marocaine a de beaux jours devant elle ….

    KHORTI FI KHORTI




    9



    8
    L'EPERVIER.
    22 janvier 2018 - 1 h 57 min

    rien de bon avec les francais et les marocains . leur sale politique est incompatible avec la notre.




    15



    6
    Anonyme
    22 janvier 2018 - 0 h 44 min

    et le volet DROGUES du marrok !!!




    12



    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.