Grève surprise à Air Algérie : l’accord entre la direction et les syndicats gelé

grève Air Algérie
Les éternelles victimes de ce mouvement de grève sont les mêmes : les voyageurs. D. R.

La trêve à Air Algérie aura été de courte durée. La menace de grève lancée par les syndicats des personnels navigants a finalement été mise à exécution. L’accord entre ces deux instances a été gelé, a appris Algeriepatriotique de sources informées.

Le ministre des Transports avait pris le dossier en main en invitant les représentants syndicaux au siège de son département pour désamorcer la crise suite à un précédent préavis de grève qi avait été annulé dans un premier temps. Mais ce n’était que partie remise, puisque seuls trois vols ont pu décoller ce matin de l’aéroport international Houari-Boumediene.

Ce mouvement de grève va provoquer d’énormes retards. Les voyageurs ont ainsi été mis devant le fait accompli et feront les frais de ce désaccord entre les travailleurs de la compagnie et la tutelle, chacun campant sur ses positions.

Air Algérie souffre d’un déficit budgétaire depuis de longues années. Appuyée sur l’Etat dont elle escompte l’aide, la compagnie n’a jamais réussi à percer et à améliorer son rendement. Les différents directeurs qui ont été parachutés à sa tête pour tenter de la redresser ont tous échoué.

Affaire à suivre.

S. L.

Comment (9)

    Anonyme
    22 janvier 2018 - 22 h 34 min

    Air Algérie est sur la corde raide, et si ça continue dans l’anarchie, l’asphyxie, et la paralysie
    (situation financière difficile (déficits), effectifs pléthoriques, en surnombre, productivité, et rentabilité très faibles)
    Air Algérie ira tout droit vers la restructuration (réorganisation), pour éviter sa faillite prévisible

    Felfel Har
    22 janvier 2018 - 16 h 06 min

    Où est donc notre mortellement patriote SG de l’UGTA? Sans doute, trop occupé à conspirer avec les « patrons » (et leur béquilles tapies dans l’ombre) leur entrée dans le capital d’AH. Cette EPE souffre en premier lieu d’une pléthore de personnel, ce qui plombe sa rentabilité financière, car elle paie en Frais du Personnel plus de la moitié de sa Valeur Ajoutée (ses « travailleurs » -certains ne font qu’acte de présence et abusent de certificats médicaux de complaisance- bouffent une grande part de la « richesse » créée. A celà s’ajoute un amateurisme flagrant dans la gestion des différents services. Ils ne savent ni diagnostiquer un problème, ni lui trouver une solution efficace. Leur salut ne doit pas venir que du Trésor Public sous forme de subventions pour couvrir leurs déficits d’exploitation. AH doit faire une cure d’amaigrissement et se soumettre à une gestion rigoureuse et chaque direction doit être érigée en centre de profits et non en centre de coûts. Je suis étonné que les recommendations du Rapport d’Audit du CERDAM (auquel j’ai participé dans les années 90) qui avait été commandé par le Ministère des Transports, n’aient pas été suivies d’effets. On l’a mis sous le coude, car ses recommendations n’allaient pas dans le sens voulu, à savoir une couverture totale et systématique des déficits par l’État (par des subventions) et un financement sur fonds publics des investissements de la société (acquisition d’appareils notamment). On cherche à provoquer sa faillite pour faciliter sa privatisation. L’État-propriétaire doit exiger un plan de compression du personnel pléthorique, le remplacement des cadres-dirigeants non performants (au besoin recruter à leur place des professionnels en management) et un plan de relance à court et moyen terme de cette entreprise (souvent présentée comme le pavillon national) qui, comme ses avions, peine à décoller car trop chargée.

    Adda
    22 janvier 2018 - 15 h 52 min

    Je l’ai dis et je le redis, en Algérie il n’y a que ceux qui sont grassement payés qui font la gréve. Ces Stewarts et hôtesses pour la plupart recrutés par piston (et je sais de quoi je parle) sans aucunes compétences particulières font la grève pendant que des milliers d’algériens ont payé des billets de voyages pour aller travailler, se faire soigner, a des rdv administratifs ou aux ambassades et qui se voient annuler ou refuser leurs services à cause de ces gens et en plus leur faire générer des frais supplémentaires parce n’habitant pas à Alger.
    Monsieur le ministre des transports, il y a des milliers de jeunes universitaires filles et hommes qui sont sans emploi et sont prêts à relever le défi de travailler chez Air Algérie avec les conditions actuelles et même moins alors décidez vous comment peut-on accepter d’être otages de ces gens qui font un travail très ordinaire et sont payés mieux que des universitaires pendant que de jeunes universitaires tiennent les mûrs et sont prêts a travailler pour le un tiers des salaires de Air Algérie ?

    5
    1
    Bilal
    22 janvier 2018 - 15 h 17 min

    Cedt normal , des bras cassés qui sont payés des million a rien foutre !!
    Tant que l’etat ne prenne pad une decision courageuse et foutre dehors ces fils et filles a papa de merde ça restera tiujours comme ça et c’est toujours a nous les emmigrés a casquer
    Merde ! Amener des pilotes militaires qui prennent le relais comme l’ont fait les americains. Et la on verra !!

    3
    1
    VIVE AIR ALGÉRIE !
    22 janvier 2018 - 14 h 15 min

    Il y a sabotage sur notre AIR ALGÉRIE et les commanditaires étrangés doivent être sanctionnés !

    3
    7
      Kassaman
      22 janvier 2018 - 21 h 23 min

      Il y a bien sabotage de notre pavillon national, mais pour le coup même pas besoin de la main de l’étranger les nantis et privilégiés de « l’ancien régime » s’accrochent à leur Indus avantages comme des sangsues.

    ARGELINO
    22 janvier 2018 - 14 h 00 min

    Le grand problème qui fait qu’air Algérie fait du surplace ou plutôt recule et donc ne résoudra jamais ses problèmes c’est la pléthore d’agents triés ici et à l’étranger embauchés à la carte et qui sont des fils , filles , épouses , parents de ministres et de hautes personnalités , quand « ils » décideront de foutre à la porte ses pique-assiettes alors et seulement alors air Algérie se portera beaucoup mieux. Allez chiche !!!

    LOUCIF
    22 janvier 2018 - 13 h 40 min

    On parle de grève surprise ! Moi je voudrais bien que des spécialistes de la loi du travail en l’Algérie nous explique si çà existe cette notion de « grève surprise » et si elle est légale ? Est-ce qu’il n’y a pas obligation pour les syndicats de prévenir avant de décider d’une grève ?? Est-ce que le service minimum existe en Algérie ou pas ? Est-ce que dans le cas de grève surprise les travailleurs perçoivent quand même leur salaire ou pas ??

    Merci à tous ceux qui nous éclaireraient sur ce sujet technique !

    Kassaman
    22 janvier 2018 - 12 h 24 min

    C’est à une véritable dictature des syndicats que nous faisons face.
    Voyageurs pris en otage budget de l’état racketté par des demandes inconsidérées et un sureffectif notoire.
    Ils ne sont pourtant pas les plus à plaindre.

    8
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.