La Coface confirme le «risque C» pour l’Algérie

Alger Coface
La Coface classe à 61% le risque de troubles sociaux en Algérie. New Press

La Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (Coface) a estimé, aujourd’hui, que l’économie algérienne devrait continuer à ralentir en 2018, même si le secteur pétrolier a enregistré une «forte croissance». «Même si le secteur pétrolier a enregistré une forte croissance au cours de l’année, il n’a pas compensé le ralentissement de l’activité hors pétrole. En 2018, l’économie devrait continuer à ralentir», a-t-elle précisé dans son rapport annuel sur les risques et prévisions sur 160 pays et 13 secteurs, soulignant que, depuis 2014, le soutien public à l’activité a permis de limiter l’impact de la baisse du prix du pétrole sur l’économie algérienne.

Toutefois, a-t-elle relevé, face à l’épuisement des ressources financières de l’Etat et la baisse des dépenses publiques, la croissance algérienne a ralenti en 2017. C’est sur ces éléments d’analyse que la Compagnie a classé l’Algérie, pour la deuxième année consécutive, dans la catégorie «C» avec un risque d’impayés des entreprises «élevé». Dans la même catégorie figurent, entre autres, l’Afrique du Sud, l’Arabie Saoudite, le Pakistan et l’Ukraine.

Dans le secteur des hydrocarbures, la Coface a considéré que la reconduite des quotas dans le cadre de l’accord Opep devrait limiter la croissance du secteur pétrolier «déjà pénalisée» par le manque d’investissements et l’arrivée à maturité de certains champs. «Une nouvelle loi visant à accroître l’attractivité du secteur auprès des investisseurs étrangers en limitant les restrictions imposées aux compagnies étrangères devrait être mise en place en 2018 mais ses effets ne devraient pas être visibles à court terme. «L’activité hors pétrole devrait montrer des signes d’essoufflement», a indiqué, dans son analyse, cette Compagnie d’assurance.

Par ailleurs, elle pense que la poursuite du soutien à la consommation en augmentant les dépenses sociales «se fera au détriment de l’investissement public», et l’impact de cette mesure sur le pouvoir d’achat des ménages «devrait être limité par la hausse de l’inflation». Elle a estimé, sur un autre plan, que les barrières à l’importation tendent à «accroître le prix des produits étrangers». «Les mesures visant à réduire la facture des importations ont permis une baisse de ces dernières en 2017 et de nouvelles mesures visant à limiter la diminution des réserves de change devraient être appliquées en 2018.»

«Les IDE en direction de l’Algérie devraient néanmoins s’accroître », a-t-elle ajouté, relevant, en outre, la légère diminution du déficit public en 2017 qui reste cependant à «à deux chiffres». La légère hausse du prix du baril au cours de 2017 a permis une augmentation des recettes fiscales mais les dépenses n’ont que faiblement baissé. Bien qu’en légère diminution, le déficit public devrait rester conséquent en 2018, selon la Coface.

Parmi «les points forts» de l’Algérie, la Coface cite les importantes réserves de pétrole et de gaz, notamment le gaz de schiste, son potentiel dans les domaines des énergies renouvelables et du tourisme et la situation financière extérieure «solide» avec un «très faible» endettement extérieur et les importantes réserves de change. Les «points faibles» qu’elle énumère sont le chômage des jeunes, la «forte» dépendance aux hydrocarbures et les lourdeurs bureaucratiques.

R. E.

Comment (18)

    Anonyme
    25 janvier 2018 - 18 h 26 min

    Pourquoi accepter d être taxés par la c…asse? Anti khafafich

    Ammar
    25 janvier 2018 - 11 h 46 min

    COFACE a donné la garantie que l’ALGERIE va bien et l’avenir est prometteur et stratégiquement préparé LES ALGERIENS à céder et éloigner toute concurrence!?

    Ammar
    25 janvier 2018 - 11 h 40 min

    COFACE a donné la garantie que l’ALGERIE va bien et l’avenir est prometteur et stratégiquement préparé LES ALGERIENS à céder et éloigner toutes concurences!?

    2
    1
    Kassaman
    24 janvier 2018 - 13 h 32 min

    Nous avons des usines qui poussent comme des champignons, notre production bas des records chaque année dans l’agriculture, l’acier, le ciment etc. Les projets d’infrastructures se poursuivent sans relâche.
    Nous ne sommes quasiment plus endetté, des réserves en devises et en or conséquentes et pour couronner le tout les prix des hydrocarbures repartent à la hausse!
    Et avec tout ça cette coface nous colle un C. C’est risible et cela condamne avant tout les entreprises françaises qui n’oseront pas venir faire des affaires ici. Tant pis pour eux.

    7
    4
    Madaure
    24 janvier 2018 - 10 h 33 min

    Du Bashing Algérie et on sait très bien pour qui roule la Coface noyauté par les nostalgiques de l’Algérie Française et par leurs rejetons. On en marre de cette sempiternelle anti Algérie. Pour info, le FMI, la BM et la BAD disent le contraire de cette organisme.

    4
    5
    Bell
    24 janvier 2018 - 7 h 17 min

    Messieurs vos commentaires sont du parti unique que l’Algérie va bien et nous vivons mieux que le peuple français de koufar mais que vos salafistes ont rendu hallal les aident sociaux. La caf. La sécurité sociale. Pole emploi.les mairies. etc.. Remplir les cadis chez l’armée du salut.lorganisation chrétienne.

    4
    9
    Moh
    23 janvier 2018 - 22 h 27 min

    POINTS FAIBLES:
    – Forte dépendance aux hydrocarbures et problèmes d’utilisation de cette rente.
    – Lignes de fracture entre le pouvoir et la population
    – Taux de chômage des jeunes élevé
    – Poids excessif du secteur public
    – Lourdeurs bureaucratiques, faiblesses du secteur financier et environnement des affaires problématique

    14
    2
    Aziz Aït Oufella
    23 janvier 2018 - 19 h 26 min

    Cet organisme appellé « coface » machin-bidule je ne sais quoi…, spécule dans un ensemble vide (phi) comme le disent si bien nos matheux, et voudrait à dessein nous faire croire que l’Algérie se dirige irrémédiablement vers la guerre civile et même plus… à son effondrement total. Que nenni ! Et au risque de déplaire à cet organisme qui obéit aux ordres de l’Empire, je peux lui dire qu’elle peut se foutre le doigt dans l’oeil et même jusqu’au coude…..!!! L’Algérie ne sera JAMAIS mise à genoux tout simplement parce qu’elle sera défendue avec rage et acharnement PAR SES PROPRES ENFANTS QUI LA SAUVERONT…..!!!!! Promis.

    31
    9
      anonyme
      24 janvier 2018 - 19 h 40 min

      Aziz Aït Oufella
      23 janvier 2018 – 19 h 26 min

      Merci pour cette juste réponse.

      2
      2
    abder16
    23 janvier 2018 - 18 h 48 min

    Il y a des commentaires qui vont droit au coeur. Ce que je viens de lire ici; m’ont tout simplement enchante.

    12
    8
      Anonyme
      24 janvier 2018 - 2 h 11 min

      ….et d’autres qui vont droit aux chiottes.

      6
      8
    swaro
    23 janvier 2018 - 18 h 29 min

    on ne compte plus les contradictions « dirigées » de ce machin qui se nom coface, et la france vous la classez ou ? avec plus de 1000 milliard de dette, bien entendu la maroc avec ses caisses vident et qui vie a credit du FMI du quatar, des pays du golf en entier, vous ne dites pas que ses agents administratifs ne sont plus payés depuis 1 an, tout va bien au pays des femmes mulets qui meurt ettoufées , des rifains qu’on broient dans des bennes a ordure, des sahraouis qu’on humilie et torture a longueur d’année, jacob cohen raison de dire que azoulay et un bon dirigant de l’ombre peut importe le nombe de sujet marocains qui meurt de faim et qui compte sur chaque ramadan pour mendier le jour de leilat a qadr (vue hier sur la chaine 1 marocaine !!) reportage sur la mendicité a casa, eh bien j’ia été surpris de voir un théologien accredité dire a la télé que c’est permis de mendier toute l’année au maroc et ne rien dire sur l’abondon du roi des pauvres a ces memes pauvres.

    17
    8
      Lyes Oukane
      24 janvier 2018 - 2 h 37 min

      @ Swaro . Le dette française est de 2270 milliards d’euros soit environ 2700 milliards Us $ . Elle s’endette de 2700 euros de plus chaque seconde qui passe ( Voir le site : Dette Publique .fr ) ! Quant au maroc ,bla mel goulek ,c’est le pays le plus endetté de la région MENA . Ils sont dans la mélasse jusqu’au trognon .Les Tunisiens c’est pas mieux . Ca fanfaronne et ca postillonne mais il suffirait que nous leur demandions de nous rembourser ne serait ce que 10% de ce qu’ils nous doivent et c’est le pays en entier qui part en cacahuète pour des décennies . s’il fallait classés le maroc je lui mettrait  » X  » ( comme les films … ) et un  » Z  » pour les zigotos à nos frontières est .

      11
      5
    oihane
    23 janvier 2018 - 18 h 14 min

    Ah la France et son éternel amour pour la mer… en Algérie!

    Puisque la coface sait faire des prévisions, je veux dire des supputations, sur d’éventuels troubles en Algérie et ailleurs, on aura compris que FAFA spécule toujours sur les mêmes, pourquoi donc cette « coface » ne prévoit-elle pas 80% de risques de soulèvement social et économique? dans une france embourbée dans sa dette publique colossale, qui a augmenté de 22 milliards d’euros, au second trimestre pour atteindre 2231,7 milliards fin juin 2017, soit 99,2 % du PIB, selon l’insee ?

    Ou alors ce serait la poudreuse à la sauce française pour provoquer les pseudos troubles virtuels qui risqueraient de survenir ici et là, sauf chez eux, où dix millions de français vivent en dessous du seuil de la pauvreté?

    15
    6
    HANNIBAL
    23 janvier 2018 - 17 h 43 min

    Comme par hasard , le royaume de Shlomo VI n’apparait pas et pourtant ça manifeste depuis plus d’un an ,
    il faut reconnaitre que cette officine a un siège a casabordel et que le subtile classement est fait dans un riadh
    une raison de plus pour couper tout lien financier et commercial avec cette france !!

    26
    12
    El Kenz
    23 janvier 2018 - 17 h 26 min

    Encore un rapport bidon qui prouve sa non fiabilité au premier coup d’oeil des gens avisés. Le Maroc qui connait une crise économique aiguë, étouffante avec un endettement qui avoisine 80% du PIB et des troubles sociaux partout ( le Rif, Tandara,Jerada,Hoceima, Meknes, Agadir…), touchant l’ ensemble des segments ,est comme par hasard mieux classé que l’ Algérie. Le tout récent rapport du Washington Institut, élaboré par le juif sioniste Aaron Zelin ,classant les pays dont les citoyens sont plus nombreux dans les rangs des groupes terroristes An Nosra et Deich. Ce rapport classe l’ Algérie comme grand fournisseur de terroristes et exclu le Maroc connu pourtant comme le deuxième plus grand fournisseur de terroristes( 4000 à 4800 éléments) après la Tunisie ( 5000 à 6000 éléments prouve que ce genre de machins sont. La Coface juge qu’au Maroc tout va bien, puisque tout lui appartient, économie roi et reine sauf le petit dont elle oublie jusqu’à l’ existence.

    29
    9
    TOLGA - ZAÂTCHA
    23 janvier 2018 - 17 h 22 min

    Mais qui est donc, cette coface pour se permettre d’avancer de telles absurdités…? Depuis un certain temps, on remarque que tous les organismes français de presse et autre oiseaux de mauvaise augure ne font qu’écrire et prédire que les pires catastrophes pour l’ALGÉRIE… ET BIEN messieurs, AU RISQUE DE VOUS DÉCEVOIR PLEINEMENT : IL NE SE PASSERA ABSOLUMENT RIEN ! ET MÊME RIEN DE RIEN EN 2018 OU EN 3018….! SORRY DE VOUS DÉCEVOIR…

    38
    11
    nectar
    23 janvier 2018 - 17 h 11 min

    La COFACE, cet oiseau de mauvaise augure, qui a toujours mal classé l’Algérie pour la soumettre au diktat des banques françaises et occidentales durant surtout la décennie noire ou la situation financière de l’Algérie était catastrophique, en plus la grande insécurité imposée par le sanglier à deux pattes (terrorisme islamiste)..

    29
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.