Renégociation des accords UE-Maroc : la société civile sahraouie crie au scandale et met en garde

Le mandat accordé par le Conseil de l’UE à la Commission européenne reste secret
Pour ces organisations, la Commission européenne veut ignorer ou contourner un arrêt de la CJUE. D. R.

Une centaine d’organisations de la société civile sahraouie ont exprimé ce samedi leur «profonde préoccupation» face aux négociations entre l’UE et le Maroc visant à inclure les produits issus du Sahara Occidental occupé dans leurs accords commerciaux sans le consentement du peuple sahraoui, condamnant une approche de la Commission européenne «destructrice et insoutenable».

«Nous exprimons notre profonde préoccupation face aux négociations en cours entre le Maroc et la Commission européenne visant à inclure le Sahara Occidental dans les accords commerciaux avec le Maroc sans le consentement du peuple sahraoui à travers son représentant légitime, le Front Polisario», ont écrit ces organisations, issues des territoires occupés, des territoires libérés, des camps de réfugiés à Tindouf et de la diaspora, dans une lettre à la Commission européenne.

Ces mêmes organisations ont exprimé aussi de «sérieuses réserves» sur l’attitude de la Commission européenne, affirmant que la volonté persistante de la Commission européenne d’ignorer ou de contourner un arrêt de sa plus haute juridiction «porte atteinte aux droits fondamentaux du peuple sahraoui» et «permet la poursuite de l’exploitation illégale des ressources naturelles du Sahara Occidental». Elles ont souligné à ce titre, qu’à ce jour, «aucun examen sérieux de ce processus (de négociations) n’a été autorisé», le mandat accordé par le Conseil de l’UE à la Commission européenne en mai dernier afin de négocier avec le Maroc une modification du texte de l’accord de libéralisation des produits agricoles étant resté secret.

Regrettant que l’Exécutif européen n’ait fait aucune tentative pour s’engager avec le Front Polisario en tant que représentant légitime du peuple sahraoui, les organisations sahraouies rappellent que la CJUE a, pourtant, statué qu’aucun traité commercial entre le Maroc et l’UE ne peut légalement s’appliquer au Sahara Occidental sauf si le peuple du Sahara Occidental y consent. «La CJUE, en décembre 2016, a définitivement décrété que le Maroc n’avait pas de souveraineté sur le Sahara Occidental, réaffirmant la position de la Cour internationale de justice, des Nations unies et de l’Union africaine. Elle a également affirmé que le Sahara Occidental est un territoire non autonome, que le peuple du Sahara Occidental est le propriétaire exclusif des ressources naturelles du territoire, et que tout accord concernant les ressources naturelles du Sahara Occidental nécessite le consentement des représentants du peuple sahraoui», ont-elles souligné.

Les organisations de la société civile sahraouie ont rappelé à ce titre que la résolution 34/37 de l’Assemblée générale des Nations unies a établi que le Front Polisario est le représentant légitime du peuple du Sahara Occidental. «Comme l’a souligné l’avocat général de la Cour de justice le 10 janvier 2018, le territoire est sous occupation partielle du Maroc et le droit international humanitaire s’y applique», ont-elles ajouté. Dénonçant l’opacité des négociations entre l’UE et le Maroc, les organisations de la société civile sahraouie ont déploré la démarche de la Commission européenne qui «cherche maintenant à engager un processus de consultation après la conclusion d’un accord négocié avec le Maroc».

Selon ces organisations, «de nombreux groupes (sahraouis) ont reçu une invitation de la Commission européenne pour assister à une réunion de consultation à Rabat», jugeant «profondément préoccupant» que l’UE organise une consultation avec les Sahraouis au pays de l’occupant «sans garantie que le Maroc n’exercerait pas une influence sur les parties participantes, y compris par l’intimidation et la menace de violence ou de représailles». De plus, ces consultations, ont-elles poursuivi, «ne tiennent pas compte des Sahraouis vivant dans les parties non occupées du territoire (du Sahara Occidental) ou dans les camps de réfugiés».

Pour les organisations sahraouies de la société civile, l’approche de la Commission européenne est «profondément destructrice et insoutenable» et «contrevient directement au droit européen et international». Cette approche «renforce et finance l’occupation illégale du Maroc et menace de saper le processus politique des Nations unies et les efforts de l’Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies au Sahara Occidental», ont-elles ajouté, affirmant leur refus de participer au processus actuel de consultation organisé par la Commission européenne, qui s’appuie sur le Maroc et des entités soutenant l’occupation du Sahara Occidental.

Ces organisations conditionnent leur participation à ce processus à l’organisation d’une consultation «légitime, ouverte et crédible» qui garantit «la sécurité des participants pour pouvoir parler librement» et à un «engagement de l’UE à agir de bonne foi en vue de trouver une solution légale et juste à l’occupation du Sahara Occidental». Elles ont, en outre, appelé la Commission européenne à ne pas confondre les expressions «populations sahraouies» et «peuple du Sahara Occidental» avec «populations locales» et «populations du territoire». «Ces concepts sont fondamentalement différents. Consulter les organisations marocaines, les parlementaires et les entreprises au sujet du Sahara Occidental ne peut jamais remplacer le consentement du peuple sahraoui», ont-elles mis en garde.

Rappelant que l’exploitation des ressources naturelles du Sahara Occidental ne bénéficie pas à son peuple, les organisations ont soutenu que cette exploitation tend à renforcer l’emprise économique illégale de la puissance occupante, le Maroc, sur ce territoire. Elles ont réaffirmé à ce titre leur «détermination inébranlable» à réclamer des réparations pour cette exploitation illégale des ressources naturelles du Sahara Occidental. Les organisations de la société civile sahraouie ont exhorté dans ce contexte l’Exécutif européen à «s’engager de manière constructive avec le Front Polisario» en tant que représentant légitime du peuple sahraoui et partie aux pourparlers de paix de l’ONU et à se conformer à la décision de la CJUE.

R. I.

Comment (15)

    Anonyme
    6 février 2018 - 13 h 48 min

    Le maroc n’a jamais eu le sens de l’équité et du gagnant-gagnant. Son côté fourbe l’a toujours emporté et je ne vois pas pourquoi la R.A.S.D. négocie avec des traîtres reconnus mondialement. Les Sahraouis devraient lire  » l’Emir Abdelkader » et prendre en considération ce qu’il a dit des marocains : « les poils ne poussent pas dans la paume de la main » et « il vaut mieux faire confiance à un chien qu’à un marocain ». oua lahdith kiass.




    0



    2
    Hamid1
    4 février 2018 - 21 h 07 min

    C’est quand même curieux ces déséquilibre de droit international qui est à la carte.
    Pour l’invasion du kowiet, il a suffit que de quelques petits mois pour régler la situation et faire payer sévèrement le colonisateur de ce dernier pour le remboursement des dégâts engendrés y compris les balles utilisées par la coalition, et là, ils font perdurer la souffrances des peuples qui ne demandent que leur droits élémentaires.
    Il faut que les sahraouis sachent vraiment ce qu’ils veulent, soit ils acceptent de devenir des sujets du débile mental et qu’ils récupèrent leurs concitoyens qui sont dans notre territoire ou qu’ils reprennent la lute armé en la portant dans les endroit stratégique du royaume.




    3



    3
    Dz14
    4 février 2018 - 16 h 05 min

    Je vois que les prostituées marocaines pullulent ici vu le nombre de pouce en bas…
    Allez plutot faire le tapin sur les trottoirs de marakech vos clients allemands vous attendent…




    14



    7
      TARZAN
      4 février 2018 - 17 h 50 min

      oui tu as remarqué toi aussi! mais c’est moi qui bat tous les records des dislike. je suis devenu leur bête noire car je dis la vérité qui fait découvrir leur vice et leurs manipulations. à un moment donné ils se sont solidarisés entre eux pour me faire passer pour une sous race marocaine et eux pour des algériens patriotes. avec nous ils inversent les rôles. ils disent de nous qu’on est des chiens des français alors que leur pays est la continuité de la france et le paradis des pédophiles français, notre culture devient d’origine marocaine alors que c’est les algériens qui leur ont appris les bonnes manières, ils disent qu’ils ont une histoire de 12 siecles et nous un pays qui existe depuis 50 ans, alors que le maroc a été façonné en long et en large par des algériens (ziri ibn atiya, tarek ibn ziad, abdelmoumen premier calife almohade, les banu mérine, les meknassa, ..) le maroc n’a gagné aucune guerre ou simple bataille depuis que le monde existe et prétendent être un royaume??? mais ils ne veulent pas voir que leur histoire c’est 12 siecles d(‘adoration et la prosternation pour des rois venus d’une tribu de bandits orientaux et installés par isarel, le pire c’est qu’ils disent que leur roi dealer est un descendant de notre prophète saaws. ils insultent notre prophète qui a une descendance de criminels et dealer et qui poussent leur peuple à la prostitution et à la sorcellerie. pour les marocains avant 1962 entre la tunisie et le maroc y avait un trou immense.




      12



      5
    Anonyme
    4 février 2018 - 11 h 13 min

    ILS FAUT FAIRE PARLER LES ARMES POINT BARRE!!! UNE BALLE DANS LA TETE DE TOUS CEUX QUI APPROCHENT DE CE TERRITOIRE!!!




    16



    14
    TARZAN
    4 février 2018 - 9 h 23 min

    PAR AILLEURS LE MAROC VA DÉPOSER SA CANDIDATURE POUR LE MONDIALE 2026, LES AFRICAINS DOIVENT SE POSER LA QUESTION AVEC QUELLES FRONTIÈRES LE MAROC VA T-IL DÉPOSER LE DOSSIER. ATTENTION LE MAROC JOUE LA CARTE DE LA PROPAGANDE POUR LA MAROCANITE DU SAHARA OCCIDENTAL. ATTENTION A LA MANIPULATION MAROCAINE VICIEUSE ET TROMPEUSE. PAS DE POLITIQUE ET DU COLONIALISME EN FOOTBALL. SAHRAOUIS MOBILISEZ VOUS DES MAINTENANT




    26



    18
    Anonyme
    4 février 2018 - 9 h 05 min

    UNE SEULE REPONSE CONTRE LE VOL ET LE RECEL: ATTAQUES ARMEES ET C’EST L’Europe QUI ASSUMERA LES CONSEQUENCES JURIDIQUEMENT ET MORALEMENT. VOILA COMMENT IL FAUT PARLER!!




    20



    15
    Rachid Djha
    4 février 2018 - 5 h 07 min

    L’ autre Paradoxe Marocain : Un peuple qui crève de faim et meurt de soif et un roitelet qui joue au colonisateur.




    27



    16
    BabElOuedAchouhadas
    4 février 2018 - 4 h 42 min

    Le peuple Sahraoui doit persévérer dans sa lutte d’indépendance en sachant :
    1/- que tout colonialiste ne comprend que le langage de la force,
    2/- que la France à chanté durant 132 années que l’Algérie était française et pourtant…




    25



    17
    Mohamedz
    4 février 2018 - 4 h 28 min

    Vouloir négocier son indépendance comme l’ont fait les Palestiens avec les Accord d’Oslo en 1984, est une erreur stratégique de la part de la RASD et ce n’est certainement pas le peuple Palestinien qui va aujourd’hui me contredire.




    22



    13
    Med Benhamou
    4 février 2018 - 4 h 19 min

    Tant que la France continue à détenir ce Droit de Veto au Conseil de Sécurité de l’ONU, le Maroc ne quittera jamais le Sahara Occidental à moins que l’armée du Polisario décide de reprendre les armes au motif que le Maroc n’a pas respecté les dispositions du Cessez-le-feu de 1991 prévoyant la tenue du Référendum en 1992 sur la base du recensement effectué par l’Espagne en 1974, suivi juste après ce Cessez-le-feu, par la mise en place de la MINURSO qui veut dire très simplement Mission des Nations Unies pour l’organisation du Référendum au Sahara Occidental.




    21



    15
    Paris75011
    4 février 2018 - 3 h 57 min

    Le dossier du Sahara Occidental est devenu existentiel pour le Roitelet et sa prédatrice famille d’ou son entêtement à s’y maintenir à tout prix sauf contre le langage de la force des armes.
    A bon.entendeur, salut.




    21



    13
    M'hamed HAMROUCH
    4 février 2018 - 3 h 44 min

    Il faut que les Responsables de la RASD comprennent une fois pour toute que le Maroc est devenu pour la France ce qu’est «Israël» pour les Yankees et que par conséquent, s’ils ne veulent pas que le peuple du Sahara occidental fini comme le peuple Palestinien, c’est à dire aux oubliettes, ils doivent reprendre leur lutte armée qui avait fait connaître au monde entier leur juste cause avant le Cessez-le-feu de 1991.




    21



    15
    Ziad Alami
    4 février 2018 - 3 h 32 min

    Je continue à dire et à écrire que l’indépendance du Sahara occidental est au bout du fusil de son peuple et que tout le reste n’est que du bla bla bla et une perte de temps que le Mongolien M6 est en train de mettre à profit pour asseoir sa colonisation du Sahara occidental en opérant à de vastes mouvements de transhumance par le transfert de marocains issus des Régions pauvres du Maroc vers les principales villes du Sahara occidental selon le modèle israélien en Palestine, à l’effet d’un changement démographique de la population autochtone et faire de ces colons marocains, la population majoritaire du Sahara occidental et ce, en perspective d’un Référendum devenu un passage obligatoire.
    Il faut savoir qu’actuellement et selon une étude scandinave il ya au Sahara occidental 4 colons marocains pour un Sahraoui autochtone.




    21



    15
    El kenz
    4 février 2018 - 0 h 46 min

    Les donneurs de leçons Européens en droit, liberté et démocratie viennent de se mettre nus en privilégiant le vol des richesses d’un peuple occupé au détriment un arrêt pourtant prononcé par leur propre CJUE.. Bravo pour cette ignoble hypocrisie qui a le mérite de nous permettre de vous la rappeler à chaque fois ou vous osiez venir nous casser les couilles avec vos faux vertus .




    26



    17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.