Energie : l’Italie veut des relations durables avec l’Algérie

relations énergétiques
Pasquale Ferrara, ambassadeur d'Italie à Alger. F. R.

L’Italie veut des relations durables avec l’Algérie, notamment en matière d’approvisionnements en gaz, a affirmé lundi l’ambassadeur d’Italie en Algérie, Pasquale Ferrara, rapporte l’agence de presse officielle APS.

«Comme il s’agit d’un investissement très important, les entreprises dans le secteur de l’énergie cherchent par définition une relation durable. J’ai beaucoup de confiance que les négociations en cours (concernant les contrats de livraison du gaz arrivant à terme, ndlr) vont produire un bon résultat», a déclaré M. Ferrara en marge d’une rencontre organisée par le Club d’affaires algéro-italien.

L’ambassadeur était interrogé par la presse sur les récentes déclarations du PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, considérant que l’Europe «n’était pas très clair» sur ses objectifs d’approvisionnement en gaz et continuait d’imposer des conditions «inacceptables» à la partie algérienne.

«Je ne peux pas parler au nom des Européens, mais nous concernant, les discussions se déroulent très bien (…) C’est une perspective de longue haleine. Après, on pourra négocier des petits détails et des contraintes», a souligné M. Ferrara.

L’ambassadeur d’Italie a fait part également de l’intérêt du groupe énergétique italien ENI pour l’investissement dans le domaine pétrochimique et dans la prospection du pétrole et du gaz en offshore afin de «chercher de nouvelles possibilités énergétiques pour l’Algérie». Pour lui, ces projets – en cours de négociations – traduisent une «diversification des intérêts des entreprises énergétiques italiennes en Algérie».

Concernant une éventuelle installation du constructeur automobile Fiat Chrysler en Algérie, l’ambassadeur a indiqué qu’une délégation du groupe italien était en Algérie, il y a 10 jours, pour étudier ce dossier. Fiat Chrysler examine particulièrement les règles fixées par le gouvernement à travers le nouveau cahier des charges, a-t-il précisé. Il a par ailleurs souligné l’intérêt porté par les entreprises italiennes à l’investissement en Algérie dans les domaines du ciment, de la production d’ascenseurs, des travaux publics et des énergies renouvelables.

L’ambassadeur italien a réitéré l’appui de son pays aux efforts de l’Algérie dans la diversification de son économie, d’où l’importance de dynamiser le Club d’affaires algéro-italien (CAAI). Créé en juillet 2016 à Alger par le Forum des chefs d’entreprise (FCE) et l’ambassade d’Italie en Algérie, le club vise à mettre en place un cadre de coopération formel entre les entreprises des deux pays, permettant de favoriser davantage le développement de partenariats durables et plus diversifiés. Il s’agit d’une structure associative qui favorise la contact directe entre les opérateurs économiques algériens et italiens afin d’encourager les échanges commerciaux et promouvoir les opportunités de partenariat notamment en accompagnant les entreprises italiennes désireuses de s’installer en Algérie. Le CAAI compte, dans ce cadre, organiser au mois de mars prochain un séminaire consacré aux petites et moyennes entreprises (PME), selon la présidente du club, Graziella Ferrero. «Nous allons organiser fin mars un séminaire pour faire connaître l’expérience des PME/PMI italiennes, qui représente le noyau de notre économie et pour essayer de les mettre en contact avec des entreprises algériennes», a-t-elle précisé.

Le CAAI constitue un cadre adapté pour aider les entrepreneurs algériens à mieux mûrir leurs projets de partenariats avec les Italiens et promouvoir des échanges plus équilibrés entre les deux parties, a-t-il noté.

Pour rappel, l’Italie est le premier client de l’Algérie et son troisième fournisseur, avec un volume global d’échanges de près de 9,3 milliards de dollars en 2017. Les exportations algériennes vers l’Italie ont atteint 5,548 milliards de dollars, en hausse de 6,4% par rapport à 2016, tandis que ses importations ont diminué de 19,4% pour s’établir à 3,754 milliards de dollars, selon les statistiques les Douanes algériennes.

R. E.

Comment (5)

    Collaboration
    6 février 2018 - 22 h 10 min

    Les italiens sont les plus sincères et les plus fidèles à leurs engagements envers l’Algérie.
    Bienvenue aux entreprises italiennes en Algérie.




    5



    0
    Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
    6 février 2018 - 17 h 41 min

    Vive l’Italie, peuple bosseur et pas hypocrite comme les frenchys hautains et sionisés




    5



    0
    Felfel Har
    6 février 2018 - 13 h 37 min

    Vu d’ici, il est évident que la France est derrière cette « fronde » qui a pour objectif de faire plier l’Algérie. Rappelez-vous comment le client français de SH s’y est pris quand, après avoir refusé de renouveller le contrat à Long Terme de livraison de gaz, a ameuté la presse parce que l’Algérie n’a pas voulu lui livrer des quantités ponctuelles de gaz suite à des intempéries et une vague de froid. Le DG de SH a sans doute perdu son job pour avoir défendu les intérêts de son pays et après plainte officielle de l’Elysée. L’Italie a compris que son intérêt était de s’assurer des livraisons à long terme à un coût avantageux. Quant aux autres pays européens, ils sont libres d’acheter leur gaz là où ils veulent, ils le paieront plus cher,surtout s’il vient des USA. Les livraisons en bateau sont aléatoires en hiver (au moment où ils en ont le plus besoin) en raison du mauvais temps qui sévit dans l’Atlantique, sans compter les risques de marée noire. Dernière observation: les tentatives américaines de rapprochement avec l’Algérie cachent mal leur désir d’isoler la Russie, pour l’empêcher de vendre son gaz en Europe à travers ses gazoducs. Ne soyons ni anti-USA, ni anti Russie, juste pro-Algérie!




    12



    2
    Salah
    6 février 2018 - 12 h 51 min

    L’ITALIE était le seul pays Européen as être rester en Algérie pendant la décennie noir et avoir payer le prix en vie humaines aussi
    ALLAH YERHAM toute les victimes
    Ont devrais leur accordé plus d’avantage par apport aux autres pays




    14



    2
    Anonyme
    6 février 2018 - 10 h 47 min

    Le modèle des PME italiennes qui ont fait le succès de l’industrie italienne gagnerait à être reproduit en Algérie.




    17



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.