La guerre a commencé au FLN : Tliba devant le conseil de discipline

FLN Tliba
Baha-Eddine Tliba répondra de ses actes devant sa direction. New Press

Par Karim B. – Baha-Eddine Tliba va être sanctionné. C’est ce que révèle le quotidien arabophone El-Bilad. Le député d’Annaba sera traduit devant le conseil de discipline par la direction de son parti, le FLN, suite à ses dernières actions visant à constituer un comité de soutien à un cinquième mandat en faveur du président Bouteflika.

Djamel Ould-Abbès, qui a été le premier à se prononcer sur le soutien de l’ancien parti unique au maintien du président en exercice en poste après la fin de son mandat en 2019, interprète l’agitation médiatique de son député comme une tentative de court-circuiter le patron du FLN, seul habilité, apparemment, à communiquer sur la très sensible question liée à l’élection présidentielle qui se tiendra l’année prochaine.

Des sources informées avaient révélé à Algeriepatriotique que l’empressement du secrétaire général du FLN à appeler à un cinquième mandat avait incommodé la Présidence de la République. Ce qui signifierait que la sortie de Djamel Ould-Abbès, tout autant que celle de Baha-Eddine Tliba – proche d’Amar Saïdani – sont des manœuvres isolées qui ne sont pas «instiguées» par le cercle présidentiel.

Le FLN se met ainsi dans une position de double adversité. La première, interne, qui risque de provoquer des remous et de déboucher sur un nouveau mouvement de redressement qui pourrait coûter sa place à Ould-Abbès. Ce dernier subirait ainsi le même sort que ses prédécesseurs Amar Saïdani et Abdelaziz Belkhadem. La seconde, externe, qui le met déjà aux prises avec son frère-ennemi, le RND, dont le secrétaire général dirige le gouvernement bien que le FLN soit le parti «majoritaire» au Parlement.

La bataille s’annonce rude avant même que le président de la République ait fait part de ses intentions. Les différents protagonistes se livrent une guerre de position en attendant la décision de Bouteflika de rempiler ou de se retirer. Dans les deux cas, aussi bien le FLN – qui se réunifiera pour la circonstance, intérêts communs obligent – que le RND s’aligneront comme un seul homme derrière celui qui dirigera le pays à partir de 2019. Si Bouteflika reste, ils lui jureront fidélité. S’il part, ils crieront en chœur : «Le roi est mort, vive le roi !»

K. B.

 

Comment (39)

    Anonyme
    7 février 2018 - 12 h 43 min

    qu est qu ils racontent ces opportunistes ? Nous avons deja notre candidat pour 2019 nous les abstentionnistes ! il faut raser les hommes du passe et leurs politique qui fait fuir nos medecins et cadres !




    2



    0
    Docteur Haïder
    6 février 2018 - 21 h 13 min

    CECI n’est qu’une fiction »La présidence a émis un communiqué dans laquelle elle déclare que Abdelaziz Bouteflika renonce à se présenté à un 5 ème mandat »,ce communiqué a surpris plus d’un ,même les gens qui prétendent être dans le secret des arcanes du pouvoir sont pris de vitesse,y compris DOA. Après cette annonce c’est le branle bas de combat qui s’installe partout dans tous les cercles du pouvoir,il y a certains qui se demandent qu’est-ce qu’ils vont devenir ils s’interrogent ,ils essayent d’appeler un ponte bien au courant de ce qui se trame la haut,celui-ci leur dit je suis comme vous je n’ai pas pu obtenir la moindre info à ce sujet,je suis abasourdi il dit que c’est terrible pour nous qu’allons nous devenir,puis quelqu’un se nourrissant beaucoup des palabres du sérail dit qu’il connait désormais le nom de la personnalité qui prendra les règnes du pouvoir,celui-ci dit cette personne est vraiment inconnu dans le bataillon il leur déclare que celui-ci a été choisi par la présidence pour briguer le poste,mais ils estiment que ce candidat est vraiment quelqu’un de tout à fait improbable,avec l’inquiétude qui ne cesse de grandir et de peur de se trouver éjecter en rade,ils décident de soutenir cette personne,puis la sentence tombe cette personnalité n’est même pas algérienne il déclare qu’elle est étrangère mais aime beaucoup notre pays,ces derniers se regardent entres eux ,puis disent il nous faut bien le soutenir quand même.Mais après une période d’incertitude la présidence annonce finalement que le 5 ème mandat aura bien lieu et c’est l’actuel qu’il va le briguer,mais entre temps la présidence à identifier toutes les personnes qui allaient soutenir le président fantomatique puis elle décident de les parquer dans une immense aire en déclarant que ces gens là ont tenté de vendre le pays à un étranger.Alors confisquons leur tous ce qu’ils ont pris depuis qu’ils gravitent au sein de l’état.C’est une des meilleurs nouvelles qu’on a eut à connaitre depuis notre indépendance disent les algériens,C’est le plus grand purgatoire




    1



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.