Le Cnapeste appelle à des rassemblements lundi à travers toutes les wilayas

Benghebrit, Cnapeste, grève, dialogue
Benghebrit a posé des préalables pour ouvrir un dialogue sérieux avec les grévistes. New Press

Par R. Mahmoudi – Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste) a appelé les enseignants grévistes à des rassemblements demain, lundi, devant les sièges de l’éducation nationale à travers toutes les wilayas du pays, pour protester contre l’impasse actuelle dans le secteur de l’enseignement, apprend-on de source proche de ce syndicat.

Les initiateurs de cette action entendent protester notamment contre les menaces brandies par la ministre de l’Education nationale, Mme Nouria Benghebrit, et contre les préalables qu’elle a posés pour ouvrir un dialogue sérieux avec les représentants des grévistes, à savoir surtout celui d’arrêter le débrayage au niveau de toutes les wilayas.

Pour rappel, la ministre avait entamé, il y a quelques jours, des négociations avec les représentants du bureau du Cnapeste de la wilaya de Béjaïa, mais a vite renoncé à les poursuivre en raison de la présence «impromptue» des membres du conseil national de ce syndicat, et notamment de son porte-parole, Messaoud Boudiba, lors de ces discussions.

Dans le même registre, la directrice de l’éducation de la wilaya de Blida, Ghenima Aït Brahim, a annoncé dimanche que plusieurs enseignants grévistes affiliés au Cnapeste à Blida «ont arrêté la grève déclenchée par le syndicat depuis près de trois mois et ont regagné leurs postes de travail», après la menace de la direction de prendre des mesures disciplinaires à leur encontre, rapporte l’agence officielle APS. Une information que nous n’avons pas pu vérifier de source neutre.

R. M.

Comment (5)

    Rani Zaafane
    12 février 2018 - 13 h 03 min

    Le Cnapest n’est ni plus ni moins qu’un groupe d’opportunistes qui ne cherchent que leurs intérêts en poussant au pourrissement; ils ont été habitués à faire du chantage et à obtenir gain de cause en raison d’un Etat faible qui cherche la paix sociale au détriment de l’école.Cette fois, ils sont tombés sur un os en la personne de Mme Benghebrit qui a réalisé que ce ne sont que des charlatans qui défient L’Etat et la justice.Le fait de ne pas reconnaître une décision judiciaire qui a déclaré illégale cette gréve équivaut à une rébellion contre la République.Une action en vue de la dissolution de ce syndicat devrait être intentée indépendamment des poursuites individuelles et que ça serve d’exemple aux autres.




    0



    0
      Argentroi
      12 février 2018 - 14 h 19 min

      Rani Zaafane, s’il ne tenait qu’à Benghebrit, il y a longtemps qu’elle se serait démarquée de cette basse besogne qui est de réprimer une grève légitime devant les agressions qui attentent à notre quotidien en ne citant à titre d’exemple cette inflation qui nous affame de plus en plus. De quelle république tu parles, la république où les analphabètes construisent des villas cossues et roulent en carrosse et en face d’eux des docteurs d’universités attendent depuis des décennies qu’on leur attribue des logements et connaissent des fins de mois difficiles !
      Et quand il s’agit de donner l’exemple en matière d’état fort, qu’on commence d’abord à exiger des factures d’achat, et pourquoi pas de vente, aux différents commerçants et qu’on interdise le change illégal – que certains qualifient par un euphémisme qui les arrange de « parallèle » – des devises en plein centre de toutes les moyennes et grandes villes d’Algérie.
      Cette grève démontre clairement que l’Algérie profonde a du ressort et qu’elle sait rappeler à l’ordre. Chacun se morfond pour le sort de ses enfants mais se fout des autres et de la paix sociale!! Rares sont les parents qui savent ce qui se passe à l’école.
      Et si on veut de la répression comme tu le préconises, il ne faut pas se plaindre quand la soupape sautera. Le rôle de la grève est d’offrir le moyen de dialoguer, non pas en position de faiblesse pour les grévistes, mais à armes égales au moins.




      1



      0
    Djemel
    12 février 2018 - 5 h 52 min

    Espérant qu’ils seront reçus par des manifestants pour leur faire comprendre que les algériens refusent les adaptes du « toujours plus ». Par leurs revendications sans fin et la qualité médiocre de leur enseignement, ces professeurs continuent à causer beaucoup de tort à l’Algérie. Ils ont mis à genoux l’école publique. Les cours privés qu’ils donnent à leurs propres élèves reflètent une absence de l’éthique et une rupture totale avec les valeurs de leurs parents et grands-parents.




    4



    0
      Argentroi
      12 février 2018 - 8 h 48 min

      Djemel, quand tu espères que des grévistes seront accueillis par des manifestants, nous on veut bien croire que ces manifestants ne soient pas des baltaguias briseurs de grève à la solde des affameurs qui ne soucient nullement de la cherté de la vie et de l’explosion des prix. Pour ce qui est de l’école algérienne, il y a belle lurette qu’elle est à genoux et Benghebrit ne fait que tirer un âne déjà mort (dez fi h’mar meïte). Et pour la qualité de l’enseignement, le reproche est à adresser à tes politiques qui offrent des 4×4 rutilants à des bergers et des logements, qu’ils revendent, à des baltaguias tandis que des enseignants universitaires sont sans logement et qui dépensent la moitié de leur maigre salaire entre loyer et frais de transport et qui ne leur reste rien en fin de mois pour pouvoir acheter un livre qui servira peut-être à parfaire leur enseignement. Qui se soucie de l’école? Il n’y a aucun débat, ni au gouvernement, ni à la pauvre APN, ni au sein de notre société démembrée. Et les seules réactions qu’on peut avoir, c’est les insultes comme les tiennes contre un corps de métier qui se débat contre la médiocrité, contre sa médiocrité qu’il refuse qu’elle le terrasse.




      1



      2
        Zoro
        12 février 2018 - 17 h 22 min

        @ Argentroi : une personne de mes connaissances est inspecteur retraité. Vers la fin des annees 60, à ses debuts dans l enseignement, il a eu des proposition de la part de l EGA, Sonatrach et sonelec qu il a refusé pour la noblesse du metier qu il exercait pensait il, actuellement il peine a joindre les bouts du mois, c est grace a la fripperie qu il arrive a s habiller correctement pour maintenir un standing auquel il fut habitué. Son tacot il y a longtemps qu il s en est debarrassé un F3 lui sert de logis dans l attente du f1 auquel nul ne saurait échappé .
        SigneZORO…..Z…..




        1



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.