Crise au FFS : Ali Laskri démissionne de l’instance présidentielle

FFS, instance présidentielle, Ali Laskri
L’ancien premier secrétaire du FFS, Ali Laskri. New Press

Par Hani Abdi – L’ancien premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), Ali Laskri, démissionne de l’instance présidentielle du parti, installée lors du 5e congrès tenu en 2013. Dans sa lettre de démission, Ali Laskri affirme qu’il expliquera ses motivations lors de la session du conseil national qui se tiendra les 16 et 17 février. «Je vous informe de mon retrait, en démissionnant en ma qualité de membre de l’instance présidentielle et coordinateur, à compter de ce jour et de remettre mon mandat aux militants qui m’ont élu lors du 5e congrès», a-t-il écrit.

Ali Laskri estime que, conformément aux statuts, sa démission devrait conduire à un congrès extraordinaire. «Conformément à l’article 48 des statuts, qui annonce que si le nombre des membres de l’IP est réduit à moins de trois, un congrès extraordinaire est convoqué pour élire une nouvelle instance présidentielle, mon retrait de cette instance implique automatiquement l’organisation d’un congrès extraordinaire sur le plan statutaire», a-t-il précisé, considérant ainsi qu’«un congrès extraordinaire est dans l’intérêt salvateur du parti, à travers l’élection d’une nouvelle instance présidentielle, ce qui va amener une nouvelle dynamique politique d’espoir de tout un peuple».

Par sa démission, dont il ne donne pas les raisons, Ali Laskri provoque ainsi une mini-crise interne au sein du plus vieux parti de l’opposition, qui n’en finit pas avec les démissions en cascade. L’instance présidentielle de laquelle démissionne Ali Laskri est composée de 5 membres. En décembre 2016, Rachid Hallet, membre de cette instance, a été exclu du parti. Après lui, c’est l’ex-premier secrétaire, Ahmed Betatache, qui a démissionné.

Le FFS risque ainsi de voir cette crise s’aggraver, surtout que beaucoup de cadres qui ont démissionné ces dernières années guettent le bon moment pour tenter de redresser le parti et de le faire renouer avec sa ligne historique.

H. A.

Comment (3)

    Anonyme
    12 février 2018 - 13 h 58 min

    Hassina Hammache ancienne secrétaire nationale qui a démissionné : Le bon travail c’est à l’histoire de juger et pour les partis politiques maintenant, la question qu’on se pose : Pourquoi un parti politique? il n’y a plus de contre pouvoir, qui est une locomotive pour la société et le problème est mondial, je pense qu’il faut aller vers d’autres formes d’organisation qui se feront sur une base virtuelle, les tics avancent à une vitesse vertigineuse on doit prendre conscience et d’aller de l’avant avec les nouvelles technologies.




    1



    1
    Anonyme
    12 février 2018 - 10 h 05 min

    avec le départ de Laskri on craint une déviation du FFS qui était toujours un parti arabo-berbère le défunt ait ahmed le voulait ainsi, on craint que sa tombe! et devient comme le RCD ou autre extrémiste! Laskri a fait un bon travaille!




    1



    1
    MELLO
    11 février 2018 - 20 h 46 min

    Mr Laskri est fatigué, il doit se retirer et laisser la place aux jeunes militants du parti, aux dents longues pour  » secouer le cocotier « . Depuis la disparition de Feu Hocine AIT AHMED, on assiste à une somnolence partisane du FFS. Le parti semble  » grippé » et n’amorce pas son décollage pour la mise en place de la conférence du consensus national telle que programmée par le leader disparu.
    Les textes du parti sont bien clairs , on attend maintenant la mise en exécution des statuts du parti:
    Article 45 : La Direction nationale du FFS est composée de :

    L’Instance Présidentielle
    Le Comité d’Ethique
    Le Secrétariat National
    Il est arrêté, au minimum, un pourcentage de 20% de femmes dans toutes les instances de la Direction Nationale.

    Article 46 : L’Instance Présidentielle est composée de cinq (5) membres élus par le Congrès national sur liste fermée au scrutin majoritaire à deux tours.

    Article 47 : L’Instance Présidentielle exerce ses fonctions dans la collégialité. Elle incarne l’unité et veille au respect de la ligne politique du parti conformément aux résolutions du Congrès national.

    Article 48 : Si le nombre des membres de l’instance présidentielle est réduit à moins de trois (3), un Congrès extraordinaire est convoqué pour élire une nouvelle Instance Présidentielle.




    2



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.