La confédération des syndicats autonomes demande des augmentations de salaires

CGATA, grèves, augmentations de salaires
La CGATA réclame, en menaçant de faire grève, des augmentations de salaires. D. R.

Par Hani Abdi La Confédération générale autonome des travailleurs algériens (CGATA), regroupant plusieurs syndicats autonomes, dont ceux de l’éducation, qui a appelé à une grève d’une journée aujourd’hui, réclame des augmentations de salaires. Cette confédération, qui compte, entre autres, l’Unpef, le Snapest, le SNTE, le Satef, le Snapap et le Cela, estime que le pouvoir d’achat des salariés qu’ils représentent a beaucoup diminué et leurs revenus doivent ainsi être ajustés selon le rythme de l’inflation qui ne cesse d’augmenter.

Assurant que leur mouvement de grève a été bien suivi, ces syndicats veulent par leur action attirer l’attention des pouvoirs publics sur leur plateforme de revendications, dont l’abrogation de l’article 87 bis du code du travail, la révision du régime indemnitaire et la retraite anticipée. La CGATA dit vouloir dénoncer par cette grève la précarité persistante de l’emploi, le clientélisme, le favoritisme, le harcèlement contre les syndicalistes de tous les secteurs d’activité. Un harcèlement qui va jusqu’au licenciement abusif.

Les syndicats de l’éducation, qui font partie de cette confédération, ajoutent à ces revendications, qu’ils adoptent entièrement, celles relatives à leur secteur, comme, par exemple, le statut particulier 12-240, la revalorisation des heures supplémentaires, l’amélioration des conditions de travail des corps communs, la révision de la décision ministérielle relative aux examens professionnels et la consécration de suffisamment de postes à toutes les catégories pour plus d’égalité. Ces cinq syndicats comptent observer deux journées de grève les 20 et 21 du mois courant. Une manière pour eux de maintenir la pression sur le gouvernement afin qu’il accède à leurs revendications.

H. A.

Comment (11)

    Amazigh DZ
    14 février 2018 - 20 h 20 min

    la consécration de la démocratie et les droits de gréve en Algérie sont a l’image de l’ane qu’on lui a offert un bouquet de fleur !!!
    la démocratie=la dévocratie.

    3
    1
    cherif
    14 février 2018 - 18 h 27 min

    Aujourd’hui cinq de nos vaillants soldats sont décédés ,paix à l’heure âme et condoléances à leurs proches. Pendant ce temps des énergumènes sans honte bue et irresponsables, médiocres et inconscients sont en gréve et demandent l’impossible ,prennent en otage la société et surtout nos enfants et nos malades. Basta. Bas les masques.

    4
    1
    Anonyme
    14 février 2018 - 17 h 48 min

    A voir la tête des gens qui manifestent,on sent la manipulation islamiste.
    Qu ont ils fait de bon pour être augmenté?
    Le secteur de l éducation a périclité,jamais le niveau des élèves n’a été aussi faible de plus la dégaine de ces enseignants n inspire aucun respect.
    Dans les administrations c est le laisser aller total ,ils se mettent tous dans un bureau pour discuter et ils laissent les guichets vides ou alors ils feignent une panne d internet….tout pour faire râler le citoyen .
    Alors surtout il faut pas y aller au moment de la prière ,c est haram de leur demander quoique soit!!!!
    Tous ces gens ont été gâtés à tel point qu ils ne savent plus ce qu est un vrai travail…il faut leur serrer la ceinture et celui qui n est pas content il n a qu à changer de métier et se relever les manches de toute façon foutu pour foutu il vaut mieux tout reprendre à zéro..

    11
    1
    Amazigh DZ
    14 février 2018 - 15 h 35 min

    a mon avis ces pseudos syndicats a la solde des islamo-wahhabites et les grévistes devraient étre déporter au sud du pays pour travaux forcé ou d’intérêts générale a savoir planter les petits pois, les pommes de terre…………
    sur certains points j’approuve les méthodes expéditives de Sissi !!

    9
    2
    Tinhinane-DZ
    14 février 2018 - 14 h 56 min

    Incomparable avec nos enseignants des années 80. Charisme, propreté, dignité, intelligence, éthique, discipline.
    Regardez moi cette photo. On dirait des femmes de ménage et des portiers ( avec tous mes respects à ces citoyens). Je crois que le civisme doit commencer par le respect de son apparence.
    L’Algérie doit exiger un comportement décent et professionnel aux enseignants. Ils doivent respecter leur profession. Le niveau des enseignants est une autre catastrophe.
    L’école s’est transformée en une écurie religieuse qui forme des ignorants pour satisfaire les Al-Saoud.
    Ayez pitié de nos enfants. Vous détruisez leur vie.

    19
    1
    DZ
    14 février 2018 - 14 h 36 min

    Foutez nous ces charlatant et ces charlatantes dehors. Purifiez l’école Algérienne de la graine des terroristes du FIS. Des âmes perdues dans l’intégrisme obscurantiste qui se prennent pour des enseignants. Comment a t-on laissé ces Bel-Hamar enseignés nos enfants.

    24
    3
    cherif
    14 février 2018 - 14 h 31 min

    Il est temps d’imposer une « dictature éclairée » , nationaliste . La démocratie se mérite. Malheureusement une bonne majorité de notre peuple à l’image de ces soi-disant éducateurs , ou soi-disant médecins et leurs syndicats et d’autres ne sont pas encore matures et sont loin de mériter toute cette trop grande liberté. Ils n’ont, hélas, pas compris que l’intérêt du pays passe avant l’intérêt personnel ou corporatif et que sans travailler dur, on ne peut pas avancer.

    15
    3
    meli
    14 février 2018 - 14 h 10 min

    regardez moi c’est enseignantes a deux balles, comment elles son vêtues: on dirait qu’on est a la mecque, franchement mal vêtues, pas du tout maquiller, elle devraient se laissé poussé une barbe ces wahhabites intégristes!!!
    Ou sont nos enseignantes d’hier, élégantes et fraîches comme des roses sortie juste du jardin?? et sa sans compter le niveau de l’enseignement. Un exemple: une enseignante dit a ma fille et aux élèves « dites moi pourquoi il s’est formé un trou dans la couche d’ozone ». Eh bien vous savez quelle est l’explication qu’elle a donné à cette question? la voila la réponse: « parce que le bon Dieu est en colère contre nous ».
    c’est pour vous dire…

    12
    3
    Anonyme
    14 février 2018 - 13 h 49 min

    Avant d’augmenter les salaires, il faut augmenter le niveaux des enseignants.
    Des enseignantes viennent éplucher les petits pois en classe, SVP!! Ce n’est pas une blague.
    Des enseignants qui harcèlent les élèves qui ne sont pas de l’idéologie wahhabite. Des enseignant désordonnés même dans leur apparence.
    Nous n’avons pas des enseignants dignes de ce nom, nous avons des imams de la zaouia wahhabite et des cuisinières en classe. Nous n’avons pas encore des enseignants en Algérie.

    15
    3
      Anonyme
      14 février 2018 - 14 h 58 min

      Surtout pendant le ramadan.
      On a vu toutes les recettes pendant le cours.

      11
      1
    Anonyme
    14 février 2018 - 13 h 42 min

    Ça se passe en Algérie ou en Arabie Wahhabite ? ( photo)

    12
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.