Ce que cache le mandat d’arrêt international contre Saïd Bensedira

mandat d'arrêt Bensedira
Le journaliste Saïd Bensedira. D. R.

Par Mohamed K. – Le journaliste exilé à Londres Saïd Bensedira a réagi au mandat d’arrêt lancé contre lui par la justice algérienne, hier, à la surprise générale. Le lanceur d’alerte, qui a révélé de nombreux dossiers liés à la corruption, au trafic d’influence et à l’octroi d’indus avantages à des proches de hauts responsables politiques et militaires, a fait part de son étonnement à la lecture des chefs d’accusation qu’il a qualifiés de «farfelus», en démentant tout lien avec les personnes arrêtées dans le cadre de l’affaire dans laquelle son nom a été cité comme étant la «tête pensante» de l’organisation criminelle qui vient d’être démantelée.

D’aucuns auront remarqué que les cercles qui sont derrière cette cabale contre le journaliste, qui dénonce les abus de pouvoir commis notamment par certains hauts gradés véreux, n’ont pas agi au moment où il s’attaquait de manière frontale au régime et, plus particulièrement, à l’homme fort du système de son vivant, à savoir le général Gaïd-Salah, mais ont attendu ce moment précis pour ce faire. Pourquoi ? Des sources interrogées par Algeriepatriotique croient déceler dans cette «sortie déroutante» de ces cercles occultes, qui continuent d’instrumentaliser la justice, une tentative de saboter les louables efforts entrepris par Abdelmadjid Tebboune pour mettre fin à la crise, en ouvrant la présidence de la République à des personnalités politiques respectées et sur lesquelles il compte s’appuyer pour mener son projet de «réconciliation nationale» à terme.

Ces sources en veulent pour preuve le changement de cap de Saïd Bensedira, qui a salué les dernières initiatives du chef de l’Etat et qui semble adhérer à la démarche d’Abdelmadjid Tebboune en l’encourageant à aller de l’avant dans la perspective d’un règlement rapide de la crise. Toujours selon nos sources, ce mandat d’arrêt international intervient au lendemain de l’annonce faite par le même Saïd Bensedira sur les audiences que le président Tebboune a accordées à d’anciens responsables des services du renseignement qui avaient été écartés par Gaïd-Salah. Les cercles qui se cachent derrière le mandat d’arrêt lancé contre le très actif journaliste sur les réseaux sociaux verraient dans cette initiative du successeur de Bouteflika une volonté de restructurer les services secrets dans un sens qui gênerait ceux qui sentiraient leurs intérêts menacés et qui craindraient d’être inquiétés une fois qu’il serait mis fin à leurs fonctions.

Ces sources notent, enfin, avec regrets, que les anciennes pratiques indélicates héritées du «court règne chaotique» de Gaïd-Salah sont demeurées intactes.

M. K.

Comment (42)

    Anonyme
    16 janvier 2020 - 14 h 25 min

    Si…
    Ce journaliste et aussi dangereux qu’on veut bien nous le faire croire…

    La question… est de savoir pour qui ?

    Si il n’y a rien à cacher alors place au débat contradictoire par média interposé…

    L’opinion publique est majeure.
    Elle sera à faire la part des choses elle-même…

    10
    7
      La Temps
      16 janvier 2020 - 16 h 06 min

      LA justice des Médias n est pas la justice…et de quel debat contradictoire tu parles…UNE régle en Droit c est a celui qui «  »accuse et attaque de fournir des preuves » » »

      8
      1
        Anonyme
        16 janvier 2020 - 21 h 49 min

        Il n’a jamais été question de justice…
        fusse t-elle des médias…

        Il y a quand même un ordre de
        priorité à respecter…

        Le débat public d’abord…

        Il ne faut pas aller vite en besogne…
        Être pressé et une preuve de
        lâcheté face à l’Éternel…

        1
        3
          Le Temps
          17 janvier 2020 - 10 h 45 min

          Ca ne veut rien dire..partout dans le Monde un Média (mediapart canard enchainé…ect ect…) procéde a de l investigation..confirme..s appuie sur un travail de la doc et des temoignages..ET S APPUIE sur un service JURIDIQUE au sein du journal avant de diffuser quoi que ce soit…

    Le Temps
    16 janvier 2020 - 12 h 57 min

    AH DONC CE monsieur comme beaucoup d autres oposants via skyp et youtube…sont super courageux car ils ont le statut de réfugié((((( on peut dialoguer sur la maniére que l OFPRA ou autre accorde ce statut et a qui)..et les Gosses qu on tabasse tout les mardi et Vendredi??????????? ILS SONT PAS courageux??

    11
    4
    Nationalisme marocain ou Dahir berbère du 16 mai 1930
    16 janvier 2020 - 4 h 39 min

    Azul,
    Je ne connais pas les sources de cet Article, mais s’il s’avère correct cela est triste.
    En ce qui concernes les autorités actuelles de l’ancien Protectorat Français du Maroc.
    A un moment donne, il faudra qu’ils dénoncent et rejettent définitivement l’Esprit et la Lettre du «Dahir berbère» Marocain du 16 mai 1930 rédigé pour le Marechal LYAUTEY et signe par le SULTAN de l’époque en respect a la mémoire du juste combat des véritables Nationalistes Marocains pour des Nations Souveraines et Libres en Afrique du Nord,
    Vive le Peupel Algerien Uni, Solidaire et Pacifique
    Vive la Nation Algerienne

    5
    7
    Zaatar
    15 janvier 2020 - 19 h 09 min

    Et le Hirak dans tout ça qu’est ce qu’il dit?

    6
    13
      Krimo
      16 janvier 2020 - 7 h 26 min

      Zaatar,

      Il n’a rien a dire.
      Ce « balanceur d’alerte » ne cherche que les feux de la rampe Une des alertes balancees par ce sieur concernerait un emir ou un abou schkoupi du genre, etabli en algerie pour affaires qui aurait pris la poudre d’escampette via l’aeroport (complicite de mise) avec dans ses valises 5 milliards de $$, rien que cela !!!!!!

      5
      4
        Zaatar
        16 janvier 2020 - 7 h 53 min

        Bonjour krimo,
        Finalement quelqu’en soit l’issue, on est mal barré.
        On n’aurait pas dû baisser les bras il y a bien longtemps. Cependant il n y avait pas beaucoup de bras.

        5
        3
          Krimo
          16 janvier 2020 - 10 h 15 min

          Zaatar,

          Bien le bonjour,

          Zaatar des 75 il y avait des bras et 2 ans plus tard bien plus. Le cycle avait commence en 58 (la seule chose qu’a daigne nous accorder le grand Charlot, dans son plan de Constantine, scolarite pour tous). Je t’assure qu’il y avait de la pate. Evoquer maintenant Kateb et sa bande d’illustres, Bennabi, Lacheraf et une foultide d’autres aines aussi consacres a leur juste niveau dans tous les domaines contemporains a leur epoque. Loin de moi l’idee d’en faire de Nobels ou les porter au pinacle mais la raison avait un bon sens.

          Pour paraphraser Brassens « C’étaient pas des gens de luxe ……. C’étaient pas des gens choisis par Montaigne et La Boetie ….. C’étaient pas des anges non plus ……… mais ….. Au moindre coup de Trafalgar ……C’est l’intelligenge qui aurait pris l’quart ….. »

          Tu me diras le systeme, qui te contredira mais si l’on avait investi la base en nombre ……. je te laisse conclure.

          Envers et malgre tout le HIRAK a fait sauter les barrieres, le sacro-saint « minna oua ilayna » et en son sein beaucoup de tetes bien faites qui doivent mettre en evidence le :  » chacun son travail et les vaches seront bien gardees  »

          Bien a toi

          P.S. pour …… il m’arrive de reecouter en boucle le « Je sais » de Gabin.

          4
          3
          Zaatar
          16 janvier 2020 - 14 h 49 min

          Merci pour ce petit rappel cher krimo.
          Tu as probablement raison pour les bras dans les années 70, il manquait la cohésion et la levée de concert sûrement. Il fallait les avoir aussi. Il y a des moments qu’on regrette forcément. Les copains d’abord que tu cites en illustre bien les moments en question.
          Le hirak a certes fait bouger les choses, il a même forcer à se reconnecter les neurones chez certains de nos décideurs, mais il reste encore du pain sur la planche et le plus dur est à venir et je sais que beaucoup en sont convaincus sans vouloir le dire. Bien à toi l’ami.

          5
          1
      Farida
      16 janvier 2020 - 16 h 43 min

      Toujours essayant de cacher ses amis illegitimes. toujours contre le Hirak. Mais le Hirak est cette epine dans votre gorge. Il n’ira jamais jusqu’a la victoire totale. Pendant ce temps vous pouvez rever qu’il n’existe pas.

      2
      4
        Zaatar
        17 janvier 2020 - 4 h 45 min

        Toujours creux dans ta caboche.

    Anonimaoui
    15 janvier 2020 - 17 h 31 min

    C’est ridicule de lancer un mandat contre un simple journaliste pour avoir dénonce les corrompus et les corrupteurs alors que ces gens là sont libres comme l’air aucune poursuite ni rien du tout. Le message est net et précis, si vous nous dénoncez on vous rendra la vie infernale grâce aux indus occupants de ce qui reste du DRS et au sieur Zeghmati, serviteur au delà de la mort de son maître AGS.

    23
    12
    Anonyme
    15 janvier 2020 - 17 h 21 min

    Et pourtant Bensdira a salué ( avec toute réserve) les initiatives de Tebboune.
    Ce qui veut dire qu’il y’a ceux qui ne veulent pas le dénouement de la crise en Algérie.

    21
    11
    VRAIMENT , JE PIGES QUE DALLE
    15 janvier 2020 - 14 h 56 min

    Et saidani pourquoi on le ramene pas par la peau du cou ? le gang est toujours en place , il y que quelques gueules qui ont changès , sinon tout est bon comme par le passè boutesrikien.

    34
    12
    Le Temps
    15 janvier 2020 - 14 h 15 min

    ..si ce Mr se dit journaliste.cela suppose de l investigation.des preuves..des temoignages..un vrai travail

    20
    13
    Felfel Har
    15 janvier 2020 - 13 h 30 min

    Au lieu de s’attaquer à des journalistes qui révèlent des actes avérés de corruption, le gouvernement de Tebboune ferait mieux de traquer l’argent volé et le rapatrier et d’arrêter les voleurs pour les juger en Algérie. Sinon, il risque de se voir impliqué dans une opération visant à couvrir des malfaiteurs et à camoufler la vérité.

    29
    15
    Anonyme
    15 janvier 2020 - 12 h 31 min

    Je parle souvent seul, et ça ne s’arrête pas à la petite parole qui sort directement de ma pensée du genre: « quel c… ce mec » « je suis moche aujourd’hui » non.

    2
    13
    Anonyme
    15 janvier 2020 - 12 h 18 min

    La plante carnivore (*) ou avortement d’un Etat de Droit en quatre (04) actes :

    1 – Attirer :
    Souvent, le piège produit aussi du nectar parfumé sécrété précisément à l’endroit où l’insecte devrait poser la patte. Sur les attrape-mouches, le liquide attractif est en même temps une glu qui colle et étouffe.

    2 – Capturer :
    Pratiquent des pièges à mâchoire. Les utriculaires chassent avec de petits réservoirs qui aspirent leurs proies par dépressurisation.

    3 – Digérer :
    Toute capture d’une proie stimule immédiatement la production d’un jus à la fois mortel et corrosif.

    4 – Assimiler :
    Après avoir digéré à l’extérieur, les plantes carnivores pompent tout ce qu’elles peuvent via les orifices de leurs glandes digestives.

    (*) Mr Mohamed K, toute ressemblance de cette plante avec le Pouvoir qui a imposé Tebboune n’est que pure imagination.

    9
    10
    Anonyme
    15 janvier 2020 - 11 h 39 min

    Si Bensidera s agite encore c est qu il a des informations qui lui parviennent et qui montrent une lutte féroce des forces derrière la façade tranquille de Tebboune.
    Qui veut la paix pour l Algérie ? Peu de pays et de magouilleurs donc ils vont manipuler X et Y pour quelques dollars…
    N oublions pas qu un corrompu ne pourra jamais changer!!!!

    43
    16
    Mounir Sari
    15 janvier 2020 - 11 h 38 min

    Cher Monsieur Mohamed K, permettez-moi tout d’abord de vous remermcier chaleureusement d’avoir répondu à mon commentaire.Personne ne peut nier qu’un tiers des ministres du nouveau gouvernement Tebboune on fait parti du gouvernement Bedoui.Depuis le 22 février, le mouvement populaire appelle justement à un changement radical y compris le changement de toutes les têtes ayant fait partie du système Bouteflika.Je pense que ce n’est pas trop demandé, vue ce que notre peuple a enduré depuis l’avènement de l’indépendance de notre pays.Quand le président Tebboune lui même est illégitime et que le plus jeune ministre soit disant des start up qui a un CV vide et qui faisait du chantage pour extorquer des fonds à ses clients, il est tout à fait dans mon rôle de citoyen Algérien de critiquer ce nouveau gouvernement.Bien à vous, Mounir Sari!!!

    45
    15
    Anonyme
    15 janvier 2020 - 9 h 59 min

    Du n’importe quoi car ça ne sert à rien. Ayant le statut de réfugié en grande Bretagne, il n’y a pas d’extradition possible

    27
    18
    Ayweel
    15 janvier 2020 - 9 h 50 min

    Étrange, très étrange, unbelievable, gayed saleh en son vivant n’a jamais ordonné de lancer un mandat d’arrêt contre ce journaliste malgré tout ce qu’il a dit de lui et de sa famille, des choses que seul un superman peut supporter, seul un personnage doté d’une sagesse et d’une patiente inimaginable peut ne pas réagir voilement. Maintenant je me pose vraiment la question sur toutes les décisions d’incarcération des hirakistes et les détenus d’opinion, si elles ont été vraiment prises par elgaid ou par des personnes occultes à la solde des officines étrangères dans le but est de créer le chaos, et qui travaillaient dans l’obscurité totale sans que elgaid lui même ne le sache. Il faut vraiment se poser cette question et de ce fait même la question sur la mort d’elgaid!!!!!!!!!?.; étrange decision!!!??!!? Il fallait commencer par lancer un mandat d’arrêt contre chakib et saidani qui ont ruiné l’Algérie et non un journaliste qui fait son travail …

    42
    14
      halloum
      15 janvier 2020 - 14 h 15 min

      Même s’ils ne peuvent rien contre sa personne, ils espèrent nuire à sa popularité pour saboter son audience auprès des gens qui croient encore en eux.

      5
      8
    Anonyme
    15 janvier 2020 - 9 h 33 min

    « Ces sources notent, enfin, avec regrets, que les anciennes pratiques indélicates héritées du «court règne chaotique» de Gaïd-Salah sont demeurées intactes ».

    Merci Mr Mohamed K. pour votre article et clairvoyante conclusion , il est inutile d’aller chercher d’autres sources ailleurs, elles sont sous nos yeux, il suffit de lire certains commentaires d’AP pour apercevoir la tentative de pérennisation de l’oeuvre de GS, donc de la Issaba, surtout la division du peuple et du Hirak.

    21
    9
    Anonyme
    15 janvier 2020 - 9 h 16 min

    Surtout aucun mandat sur Belaiz!!! Pourtant ses frasques sont lėgendaires!! Il se terre comme un rat!!!faudra le faire sortir de son trou!!!!

    30
    12
    Akvaly Dz
    15 janvier 2020 - 9 h 13 min

    « Louable » ? Rien n’est moins sûr. Je ne vois rien de louable, dans les dernières consultations de M. Tebboune, président désigné par une caste dirigeante obsolète, coupé du pays réel, sans liens avec le peuple, que par la corruption institutionnalisé, la répression des marches populaires, l’instrumentalisation de la force a l’égard du hirak et un mépris totale envers la révolution populaire, en restant sourd a toute revendication du peuple.
    Les services de renseignements dont M. Bensedira s’est dernièrement réjouis qu’ils puissent avoir été consulté par M. Tebboune, non rien d’un service de renseignements d’un pays ordinaires, ils sont plus de 90% de ses effectifs utilisé contre le peuple, pour le surveiller, ils ne sont rien d’autre que la police politique, dont la fonction première et le flicage de la population,, la police de la pensée dans un but de pérennisé le système.
    Le virage de certains cercles, de certains médias et personnes ces derniers jours, viennent conforté le haut degrés de méfiance du peuple envers certains personnes qui a un moment donné ont soutenus le mouvement du hirak. C’est une manoeuvre purement opportuniste, qui a profité de la situation pour utilisé le rapport de force a leurs profits et ils ne sont aucunement intéressé pour que l’état sois débarrassé du « système » dans tout ses rouages, mais de ce positionné au moment venu et apparemment le moment est venu pour eux! C’est ainsi que tout est fait pour démontrer que la révolution populaire du hirak est morte et ainsi donné du crédits aux « dialoguistes » que M. Tebboune rencontre.
    Les détenus du Hirak,sont loin d’être tous libérés, l’information est loin d’être libre, celle-ci demeure muselé, la répression est là et continue de plus belle contre le hirak.
    Et si le peuple demande une période de transition, M.Tebboune, président « élus » par les décideurs, entame un chantier aussi énorme que ces prédécesseurs, celui de la reforme de la constitution, mais l’énormité du chantier, c’est la corruption, par le mensonge, par la manipulation. Sinon ce chantier c’est le leurs et ne concerne nullement le peuple, dont il demeure sourd aux revendications principales, qui mineront le pays a un état civil et non pas militaire.
    Si nous étions en début des années 2000, le hirak serait véritablement vaincu par ces bas manoeuvres du régimes, mais nous sommes en 2020, l’informations si elle muselé, tenus en laisse, il y a que l’information c’est aussi celle que tout le monde s’échange et rédige, écrive, diffuse et visionne librement malgré l’état d’internet en Algérie. Et le hirak c’est l’Algérie entière même en dehors des frontières. Même avec hirak moins dense, le régime vantail est obsolète et formé d’incompétents il finira par plié sous les pressions de ceux qui restent mobilisés et ceux là sont encore dans la rue et pour longtemps si il le faut!

    33
    20
    Mounir Sari
    15 janvier 2020 - 9 h 11 min

    Je remarque que depuis Tebboune est aux commandes de ce pays, Algérie Patriotique a opéré un virage à 360° en censurant mes posts ou en les publiant à moitié!!!!

    40
    19
      Boume dit haine
      15 janvier 2020 - 10 h 11 min

      J’ai le même pressentiment. Il y’a un changement qui s’oppère progressivement.

      32
      11
      Anonyme
      15 janvier 2020 - 10 h 36 min

      Erreur ou lapsus ? faire un virage à 360° est revenir au même point. 180° ???

      22
      13
      Rédaction
      15 janvier 2020 - 10 h 39 min

      Cher Monsieur Sari,
      Merci pour vos commentaires que nous lisons avec un grand intérêt. Cependant, nous ne pouvons pas laisser passer des accusations à l’emporte-pièce, du genre « les 40 voleurs qui composent le gouvernement ». Accuser tous les membres de l’Exécutif d’être des prévaricateurs serait injuste. S’opposer au fait qu’ils en fassent partie est une autre paire de manche. Et c’est votre droit le plus absolu d’exprimer votre point de vue sur tout, y compris sur le contenu du site ; vos critiques, même les plus acerbes, sont les bienvenues.
      Fraternelle poignée de main,
      M. K.

      23
      31
        simka
        15 janvier 2020 - 11 h 14 min

        Salutation,
        il parait qu’un « simple tribunal » ne peut émettre de mandat d’arrêt international. C’est vrai ?

        13
        10
      Akvalt Dz
      15 janvier 2020 - 23 h 24 min

      Cher M. Sari,

      Ne vous en étonnez point, ce n’est qu’un réflexe nerveux, hérité d’un temps pas éloigné et si certain vois l’itérinaire changer de trajectoire, ce n’est point un raccourci, juste une possibilité d’un retour sur une route commune, comme on dit « rentré au bercail ». Qu’on ne si trompe pas, le caméléon change de couleur mais son aspect est le même. Si on peut être leurré par cet qualité a se fondre dans la foule…

      3
      2
      chaoui40
      16 janvier 2020 - 2 h 39 min

      Remarque pertinente : au vu du nombre de pouces vers le bas de certains commentaires pourtant argumentés, on se demande si AP ne soutient pas Teboune et les (ex-) nouveaux dirigeants !

      2
      2
    Ali-Vison
    15 janvier 2020 - 9 h 08 min

    Les absents ont toujours tort, est ce que monsieur Tebboune est irréprochables, non et Non, c’est qui,le fraudeur, le tricheur, dans un monde de droit, c’est bien lui, qui devrait être arrêté est jugé, ainsi Bouteflika, Bensalah, Bedoui, Belaiz, et les autres traîtres corrompus

    38
    14
    Ma Vérité
    15 janvier 2020 - 8 h 36 min

    Le mandat d’arrêt international devrait concerné les bandits et fraudeurs qui dirigent l’Algérie actuellement, et pas les personnes qui dénoncent les atrocités de ces derniers, ce monde n’a jamais été juste, et comme par hasard le vrai Moudjahid on l’accuse d’être un traître et Harki, et le traître Harki comme un héro de l’indépendance de ce pays, mais grâce à Dieu tout puissant nous a démontrer lesquels les traîtres Harkis, il suffit de regarder de l’état du pays à ce moment est vous avez la réponse

    41
    11
    Mounir Sari
    15 janvier 2020 - 8 h 32 min

    Il s’agit d’une cabale orchestrée par le général corrompu Bouazza Wassini qui a su imposer un quotas de 5 ministres au sein du gouvernement (…) de Tebboune!!!!

    40
    15
    Sansylo
    15 janvier 2020 - 8 h 31 min

    Les masques sont tombés , ce sont les généraux pro-AGS qui poussaient leur mentor au charbon, et maintenant qu’il a passé l’arme à gauche, les voilà entrain de chercher des poux sur les têtes de chauves.
    Division du peuple, haine, fitnas et tout est bon pour semer le chaos , pour ces véreux amis de AGS.

    Heureusement que les algériens , les VRAIS ,qui aiment leur pays, veillent au grain.

    47
    12
    Lghoul
    15 janvier 2020 - 8 h 24 min

    Aucun mandat sur khelil et bouchouareb par exemple ?
    Aucune audition sur boutef, le roi des 40 voleurs ?
    Mais on chasse l’homme qui donne des alertes.

    65
    12
      Le Temps
      15 janvier 2020 - 11 h 24 min

      Ce Monsieur annonce beaucoup de choses » »De sources bien informé » » et «  »des milieux autorisés » » l investigation ca se prouve du Moins pour certains dossiersl

      21
      8
        Lghoul
        15 janvier 2020 - 14 h 57 min

        Si ce qu’il dit est vrai – évidemment a bien vérifier – , la source n’a aucune importance.

        3
        7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.