Sofiane Djilali : «Tebboune compte libérer tous les détenus d’opinion»

Jil Djilali
Sofiane Djilali. D. R.

Par Mounir Serraï Le président de Jil Jadid, Sofiane Djilali, a fait part du contenu de l’entretien qu’il a eu ce mardi 14 janvier avec le président, Abdelmadjid Tebboune. Selon la déclaration rendue publique par son parti, Djilali a eu l’affirmation du président de la République que les détenus d’opinion qui se trouvent encore en prison vont bientôt retrouver leur liberté. «Le président de la République a affirmé qu’il suivait de près ces questions et que le processus judiciaire en cours permettra une libération rapide de celles et ceux qui sont en détention pour raison d’opinion». Il s’agit, entre autres, de la libération de Karim Tabbou, Fodhil Boumala, Samir Belarbi et Abdelwahab Fersaoui ainsi que tout autre détenu du Hirak.

Le président Tebboune, selon Djilali, a affirmé que le dossier de l’ouverture médiatique et de la levée du blocage des sites électroniques d’information vont trouver une solution «dans un proche avenir».

Sur la réforme de la Constitution, le plus grand chantier du président de la République, Sofiane Djilali a précisé avoir eu la confirmation de Tebboune qu’un très large débat sera ouvert sur l’avant-projet qui sera élaboré par la commission présidée par Ahmed Laraba. Ce débat va inclure la société civile et les partis politiques. Des débats contradictoires seront organisés par les médias audiovisuels publics, et ceux-ci ouverts à l’opposition, ajoute Djilali. Le président de la République a également assuré à Sofiane Djilali qu’à l’issue du débat des amendements, des rajouts ou des changements consensuels seront pris en compte.

«La forme du dialogue autour du projet de Constitution sera adaptée en fonction des propositions. Concernant les changements proposés par la Présidence, il s’agira de diminuer les prérogatives du président de la République, de renforcer le Parlement qui aura le pouvoir d’auditionner publiquement les ministres dans leur gestion et de censurer le gouvernement. Enfin, une séparation réelle sera opérée entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire», souligne encore le président de Jil Jadid qui a proposé dans ce sillage de «clarifier les dispositions constitutionnelles pour délimiter le champ du pouvoir sécuritaire, séparer le militaire du civil, tout en donnant les moyens à une sécurisation de l’Etat».

«Le référendum pour la Constitution sera suivi d’un amendement de la loi électorale et une élection législative serait envisageable avant la fin de l’année en cours», ajoute Sofiane Djilali, qui dit avoir abordé avec le président Tebboune plusieurs autres questions, dont celles de la démocratie participative, la territorialisation du découpage administratif, la refonte du fonctionnement des collectivités locales et la mise en cohérence des régions pour un développement économique et citoyen.

Selon lui, «le président de la République a réaffirmé que c’est grâce au Hirak que l’Algérie a pu se ressaisir et sortir d’une dérive dont les conséquences auraient été catastrophiques».

M. S.

Comment (24)

    Amina
    17 janvier 2020 - 12 h 00 min

    Y a rien a attendre des turques et des etrangers en particulier.

    Mouloud F
    16 janvier 2020 - 14 h 34 min

    Djilali :
    Cher confrère, je te reproche d’avoir été un soutien à Benflis peut être opportunément, peut être par une clairvoyance politique que je n’ai pas, moi le simple citoyen algérien.
    Je ne t’en voudrais certainement pas d’avoir pris les habilles de démocrates de la dernière minute, ton mentor est connu pour son sectarisme – je te rappelle ta position lors du mouvement berbériste des années 80 , tu n’étais rien qu’un étudiant et, rien d’autre ; mais déjà sommeillait en toi un individu sectaire, et raciste !! Tu peux m’attaquer en justice! je te laminerais.

    Tu es reçu par le Président, soit ! Mais réellement es tu un démocrate, prêt a accepter que le Berbères ou Amazigh soit reconnu comme représentant légitime de notre pays. Je n’ai rien contre l’algérien arabophone mais je hais les opportunistes .

    6
    1
    Lghoul
    16 janvier 2020 - 14 h 29 min

    Sofiane Djilali : «Tebboune compte libérer tous les détenus d’opinion»: Je ferai cette remarque: Ce titre n’est il pas une preuve que la justice n’existe pas ? Par ce titre, je comprendrai que c’est tebboune en personne qui décide de mettre qui il veut en prison pour ensuite libèrer qui il veut.
    Merçi d’avoir confirmé ce que les millions de citoyens scandent tous les vendredis et les mardis.
    On veut une justice indépendance, pas celle des téléphones.

    Anonyme
    15 janvier 2020 - 19 h 07 min

    Ce n est pas au president de liberer c est a la justice de se prononcer sur le maintien illegal des prisoniers d opinions et de declarer que leur emprisonnement est illegal et de les acquitter avec les excuses …Aucun Algerien ne doit etre arreter pour delit d opinion…la liberte d expression est garantie par la constitution…Le conseil constitutionnel doit etre saisi pour se prononcer sur l illegalite du maintien des prisoniers d opinion en prison

    13
    1
      Hoggar
      17 janvier 2020 - 7 h 12 min

      Le terme CORRUPTION a ete’ invente’ pour les partialite’s des juges, avant d’etre ettendu aux politiques. L’independance de la justice, ne veut point dire IMPUNITE’ !

    Yacine
    15 janvier 2020 - 18 h 47 min

    C’est incroyable ! Tebboune ne pourra pas trouver meilleur porte parole qu’en la personne de Djilali Sofiane qui louvoie un coup par ci du côté du peuple histoire de ne pas perdre la face devant le les citoyens , et un coup par là du côté du pouvoir histoire de montrer sa disponibilités à l’aider plutôt à s’éterniser qu’à partir comme il le prétend. Qu‘y’a t-il de changé dans l’attitude du pouvoir vis à vis du peuple en révolution qui justifierait toutes les courbettes ?
    Nous le savons depuis toujours qu’à chaque fois qu’il se sent mal , le pouvoir sort sa baguette magique : Appel au dialogue dans le cadre d’une commission de dialogue qu’il installe lui même et dont il fait passer ses délibérations et ses recommandations comme une lettre à la poste usant de toutes les pratiques , toutes les manipulations et tous les subterfuges , y compris le passage en force comme nous l’a montré la dernier coup de force électoral . Ce qui pose réellement problème et qui est révélateur de ses intentions, ce sont ses décisions et ses gestions unilatérales, ce qui veut dire qu’il n’accorde aucun crédit à la partie adverse et ne compte jamais lâcher les rênes même en théorie.
    Cela fait presqu’une année que le peuple dans son écrasante majorité demande le départ du système, quel est le signal que le pouvoir aurait donné pour donner ne serait ce qu’une illusion d’aller vers un changement de système ? Aucun ! Bien au contraire , tout montre qu’il fait tout pour rester éternellement le maître des lieux car il a toujours considéré qu’en face il y’a juste un troupeau de moutons avec quelques brebis égarées qu’il faut rentrer à l’étable ! Et c’est ce que fait Sofiane Djilali , qui sera bientôt suivi par Mokri , Djaballah et tant d’autres habitués des zerdas !!

    11
    2
    Appel au discernement !
    15 janvier 2020 - 17 h 56 min

    Appel au discernement, à la lucidité des hommes politiques, des partis dits « d’opposition », des personnalités diverses et des intellectuels en général :

    – le Hirak ne doit pas hésiter une seule seconde à déplorer, voire condamner, les personnalités et les chefs de partis politiques qui défilent en solo devant la Président pour écouter leur nouveau « gourou » Tebboune ! Il faut donc rappeler chaque fois que nécessaire à ces Hamrouche, Benbitour, Taleb Ibrahimi, Rahabi, Soufiane Djilali … and Co … et les futurs autres qui se rendent ou se rendront à la queue leu leu chez ce désigné président « élu » à 10 % max, qu’ils ne rendent pas service à la révolution citoyenne. Même si nous, le hirak, on ne les mettra jamais en prison et ne les jugeront jamais car on est des démocrates, ils savent très bien qu’ils ne font que crédibiliser Tebboune et le pouvoir ! Ils le savent mieux que quiconque, on n’a pas besoin de leur faire de leçon, ils connaissent mieux que nous le pouvoir,son sérail et ses méthodes ! çà c’est fait !

    – le Hirak, est une véritable insurrection citoyenne, une révolution citoyenne pour déloger ce pouvoir autoritaire militaire, pour changer de système et pour instaurer une nouvelle république, un véritable Etat de droit. Tout les démocrates en ont conscience.

    – le Hirak qui est une révolution citoyenne d’envergure nationale n’a pour seule finalité à sortir que les Vendredires et les Mardires pour seulement marcher et chanter dans la rue, combien même les slogans et leurs contenus sont très clairs et incontestablement révolutionnaires, avec une conscience politique de haut niveau, mais qu’il doit penser à son auto-organisation.

    – le Hirak s’il reste sans encadrement, sans perspective, sans délégués pour l’accompagner et l’aider à élaborer une plate-forme ou une feuille de route consensuelle commune à imposer au pouvoir, s’il tarde à s’organiser en force d’opposition unie durant la phase de transition démocratique, il risque bêtement de s’essouffler car les marches peuvent à tout moment s’estomper pour une raison ou pour une autre, surtout avec le machiavélisme du pouvoir, et combien même ce Hirak nous prouve chaque Vendredi et Mardi qu’il tient encore la route pour faire pression.

    – le pouvoir n’a pas l’air d’être trop dérangé par ces marches hebdomadaires car on observe qu’il déroule tranquillement sa feuille de route depuis le 22 février jusqu’à ce jour samedi 15 janvier 2020, malgré les 11 mois de marches et de manifestations. Les quelques point gagnés par le Hirak , dont certains intellectuels et partis politiques s’en contentent et s’en suffisent , est une quantité négligeable quoi qu’on dise, si on se réfère au noble et grand objectif qu’il se fixe.

    – Le pouvoir se joue de cette attitude presque estivale du Hirak, profite de son manque de cohésion et d’unité, de son incapacité à se constituer rapidement en force d’opposition non partisane, en force de proposition, pour se dire qu’il n’y a pas le feu à la maison, d’autant que les partis politiques dits de l’opposition en général n’ont pas les ressorts solides pour faire trembler son édifice. On verra cependant ce qui en sortira le 25 janvier avec les assises du PAD (pacte de l’alternative démocratique), avec les initiatives lancées çà et là pour une Conférence Nationale entre les forces pro hirakienne, la décision des étudiants à se constituer en force pour soutenir le hirak et les appels aux regroupement de la diaspora. On aurait aimé que çà aille plus vite, mais ce n’est pas aussi facile qu’on le dit.

    Conclusion : si demain le Hirak meurt de sa belle mort, ce qu’on ne lui souhaite pas, du fait qu’on l’ait laissé longtemps orphelin, seul dans la forêt à la merci des hyènes, je dirai à ces personnes, ces collectifs , ces intellectuels et ses partis politiques dits de « l’opposition » qui tardent à s’auto organiser autour d’objectifs clairs, de ne pas venir nous pleurer et nous pleurnicher demain si le Hirak faibli et que le pouvoir va arriver à finaliser sa feuille de route, l’appliquer et revenir à la situation d’avant le 22 février avec quelques bricoles de changer ! Ce jour là où nous sortiront nos mouchoirs, on saura nous rappeler notre irresponsabilité politique, nos élucubrations, vos envolés lyriques sans actions concrètes et sans engagement pour faire triompher cette grande révolution qui fait l’admiration de plusieurs pays.

    25
    1
      Brahim
      15 janvier 2020 - 18 h 21 min

      Cher compatriote internaute @appel au discernement. Magnifique ! Merci pour votre intéressante et lucide contribution !!

      8
      1
    Sarrazin
    15 janvier 2020 - 15 h 21 min

    De quel droit ce mR Sofiane Djilali choisit il de s auto proclamer porte parole de Tebboune et jouer l intermédiaire entre Tebboune et le Hirak?
    A t il été mandaté par le hirak où s agit il d’une démarche personnelle ambitieuse de sa part? Toujours est il que ce mR ne représente que lui même et qu il est seul à courir après la « soupe  »de Tebboune.
    Cette image semble être très algérienne qui consiste à s abaisser en signe de respect en se mettant à genoux devant ses maîtres, une telle servitude héritée du colonialisme, n’ayant pour but que de soutirer quelques faveurs en signe de reconnaissance à son asservissement, ou bien n’est _elle pas très marocaine, qui se veut être une preuve d allégeance a son seigneur et roi afin d accéder à quelque grâce .
    Soyons sérieux. Ne serait il pas grand temps pour le Hirak et pour ces millions d algériens qui le soutiennent, de désigner ses représentants, qui agiraient officiellement comme delegation du hirak auprès du système tenant du pouvoir, et porte parole du peuple pour défendre ses droits incontestables, pour une nouvelle république.
    Car derrière cette stratégie qui consiste a inviter, à s adresser, à cajoler individuellement certaines personnalités aurait pour but de se présenter en maître absolu face à la crise politique du mouvement, pour mieux la maîtriser à son avantage.
    Car c est aussi de cette manière assez subtile, que l’on réussit à mieux diviser pour mieux régner voire à déposséder le Hirak de ce pourquoi il existe.

    10
    4
    Zombretto
    15 janvier 2020 - 14 h 21 min

    « Tebboune compte libérer tous les détenus… »…
    Qu’attend-il alors ? L’affaire est d’une urgence extrême pourtant, et il est supposé avoir l’autorité de le faire, alors pourquoi attendre ?
    Ça me rappelle une blague de mon quartier sur notre facteur, pas très sérieux dans son boulot. On disait qu’en rencontrant son ami par hasard dans la rue, il lui a dit : « Wach rak, Alilou ? Hadi ghiba ya sahbi !… Tiens, justement, je me rappelle que j’ai un télégramme urgent pour toi. Ça fait un mois qu’il traîne à la poste, et chaque fois je me dis, wellaghir elyoum je vais faire un tour chez mon ami Alilou et lui donner son télegramme, mais chaque fois j’oublie. Ecoute, quand tu auras le temps, edreb doura 3endi leddar wella à la poste, je vais te le donner. »

    7
    2
    Samy
    15 janvier 2020 - 14 h 13 min

    Le Président Tebboune est certes mal élu vu les conditions dans lesquelles s’est déroulée son élection à la magistrature suprême.Mais il est entrain de déminer le terrain laissé par son prédécesseur qui a régné sans partage pendant 20 longues années laissant un pays dévasté sur tous les plans.Cette période a été suivie par les 9 mois du règne néfaste de Gaïd Salah faits de terreur et d’injustice.Personnellement je fais confiance au Président Tebboune pour faire de l’Algérie un Etat de droit où chaque Algérien aura sa place et où régnera la justice et l’équité loin du clanisme,du régionalisme et du racisme pernicieux résultat d’un endoctrinement néfastes que notre peuple pétri de valeurs humaines sûres ne connaissait pas.

    7
    20
    Yacine
    15 janvier 2020 - 8 h 39 min

    Je parie que les prochains heureux invités seront Benflis , Bengrina et Mihoubi en tant que lièvres de Tebboune pour les remercier pour services rendus . Viendra ensuite le président de l’énigmatique Président de l’association de la société civile Monsieur Arar et tous ceux qui ont participé au faux dialogue qui a amené à la fausse commission indépendante des élections que présidé un ancien ministre de l’injustice de Bouteflika en l’a personne de Charfi .

    24
    5
    Lghoul
    15 janvier 2020 - 8 h 20 min

    Sofiane Djilali pense que le pouvoir illégitime a fait une concession au peuple. Comment considèrer que libérer des gens innocents est une mesure positive ? Ils doivent non seulement les libérer mais leur demander des excuses et les dédomager car les vrais criminels et ceux qui ont dilapidé le pays sont toujours libres et intouchables. J’ai toujours remarqué dès le début que ce djilali n’est qu’une marrionette qui attend un peu d’attention quelque soit son origine.

    33
    6
      Anonyme
      15 janvier 2020 - 10 h 47 min

      C’est exactement ça! Libérer des innocents devient une faveur!! Manquerait plus qu’on lui donne le prix nobel de la paix

      25
      4
        TNT
        15 janvier 2020 - 13 h 31 min

        Comme si, avoir une opinion etait un crime !!!
        Ca situe bien le personnage…

        8
        2
        Klaha Jaïfa
        15 janvier 2020 - 16 h 08 min

        Pareil pour l’argument de faux jeton répété partout, ces derniers mois par les prostituées au système, qui n’ont cessé de nous dire qu’on devrait être reconnaissants à sa Majesté Fakhamatou, Gaid Salah, et l’armée à sa botte, de ne pas avoir tiré sur le peuple, visiblement pour ces connards, notre peuple de sauvages immondes mérite qu’on lui tire dessus à chaque fois qu’il descend dans la rue manifester. Or la prérogative primaire d‘une armée digne de ce nom, n’est elle pas de justement de veiller à défendre, et à protéger le peuple, et son territoire?
        Le mépris du peuple est devenu un reflexe chez ces gens là, il est temps qu’ils s’adaptent à la nouvelle donne, car nous ferons tout pour qu’ils payent tous, pour tous leurs crimes.

    Yacine
    15 janvier 2020 - 7 h 35 min

    Nous avons compris . Monsieur Djilali s’est frotté à l’opposition démocratique juste le temps d’avoir une visibilité et s’attirer la sympathie du peuple en révolution qu’il compte mettre à son profit dans la feuille de route du régime et ses plans pour refaire surface . Les masques sont tombés et les Algériens savent qui est qui et qui fait quoi . N’est ce pas lui qui réclamait un processus électoral pour le changement de régime garanti par l’armée que Gaid Salah a mis en place ? L’objectif de Djilali est atteint avec la désignation de Tebboune !!

    28
    7
      Klaha Jaïfa
      15 janvier 2020 - 9 h 26 min

      Vous avez tout à fait raison cher compatriote, les masques continuent de tomber, et c’est de bonne augure, la révolution est en fait en train de séparer le bon grain de l’ivraie tout naturellement.
      Djilali que j’avais découvert vers 2013, et pour qui j’avais jusque là du respect, à commencé à tomber de mon estime le jour où il avait rejoint le soit disant panel de dialogue, dirigé par le faux jeton Karim Younès, cette vipère lubrique et visqueuse qui œuvre encore d’arrache-pied à casser la Révolution.
      Le coup de grâce pour moi, Djilali l’a marqué lorsqu’il est allé en courant aux USA recevoir son prix de “ Leaders de la démocratie ”, qui lui a été décerné par l’ONG POMED (Projet pour la démocratie au Moyen-Orientà Washington », une succursale de la NED « National Endowment for Democracy » elle-même une officine de la CIA, autant dire du MOSSAD, alors que des centaines de manifestants, du Harak, et des militants associatifs est politique se faisaient arrêter avec violences, torturés pour certains, et tous croupissaient en taule, et pendant ce temps là Monsieur le Militan Sofiane Djilali de Djil Djadid recevait les honneurs d’une puissance étrangère à Wahington. Je le répète. « On ne pourra jamais rien construire qui puisse tenir debout, avec des matériaux pourris, et des fondations tout aussi pourries. »

      20
      5
      @Yassine
      15 janvier 2020 - 14 h 43 min

      Sofiane Djillali a toujours tenu le baton par le milieu.Il a su surfer entre le hirak et le systeme sans trop se mouiller.Ce n’est pas pour rien qu’il soit le premier chef de parti à ètre inviter par Tebboune.
      Tous les partis d’opposition n’ont plus lieu d’ètre.Ils etaient entretenus par le système.Leur opposition etait réduites à des communiqués ici et là dénonçant telle ou telle dérive su système.de l’autre ,leurs députés peuplent l’assemblée et donnent une légitimité au système et aux lois scelerates qu’il fait voter.
      Normalement ces pseudo-partis auraient du retirer tous leurs députés du parlement.Ils y sont encore.Tebboune tant qu’il n’invitera pas un Bouregaa,un Tabou,et d’autres proches du Hirak,rien n’est fait,et rien ne se fera.car l systeme gardera le controle.
      Tebboune promet la liberation des detenus,ce n’est pas du tout une faveur.C’est une obligation accompagnée d’excuse,de rehabilitation(comme l’exige Gheddiri) et d’indemnisation.Et ces libérations doivent ètre imperativement sans condition aucune qui permettra aux prevenus de reprendre à leur guise leur militantisme en faveur d’un état de droit.

      5
      1
    Hoggar
    15 janvier 2020 - 3 h 59 min

    Vous continuerez a vivre dans une republique arabo-islamique. Des que ce truc de republique arabe et islamique est la, toute liberte’ se DOIT d’etre INTERDITE, sinon C’EST SOIT PAS DEMOCRATIQUE, SOIT PAS ISLAMIQUE NI ARABE… accentuer l’onbiguite. Et les prisonniers Autonomistes du Mzab c’est quoi? une opinion politique ni plus ni moins !
    Le combat continue

    20
    12
    lhadi
    15 janvier 2020 - 0 h 42 min

    Le président de la république se doit de tirer les leçons des errements et des échecs de son prédécesseur qui considéra l’Algérie adamantine comme son latifundium.

    Il ne suffit pas de remporter une élection présidentielle pour s’imposer comme le président de tous les algériens. Y parvenir exige à tout le moins une certaine évolution personnelle, la prise de conscience d’une métamorphose nécessaire et même indispensable, sous peine de ne jamais franchir le simple statut d’ancien ministre.

    Le président de la république doit s’identifier à l’autorité souveraine que la constitution lui octroie et dont il se doit d’être toujours prompt et attentif à affirmer la prééminence qui s’y attache.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected]

    9
    18
    anonyme
    15 janvier 2020 - 0 h 02 min

    et par la suite ça sera la libération de la issaba

    14
    7
    Le Chant Des Cygnes
    14 janvier 2020 - 21 h 54 min

    Fabuleux, rien que cela!!!!
    Donc la justice chez nous continue et continuera à être une justice aux ordres!!
    Au moins supprimer le poste de Ministre de la Justice, cela fera des économies.
    Rien que le fait de dire cela, pour tout ceux qui ont encore un doute, il faut admettre une bonne fois pour toute que nous ne sommes pas une démocratie, et que si cela continue ainsi sans un vrai big-bang nous ne le serons jamais malheureusement.

    36
    9
      Anonyme
      15 janvier 2020 - 2 h 08 min

      Il faut libérer les détenus d’opinion injustement embastillés par GS, peut importe le procédé de leur liberation.
      La justice indépendante de la future Algérienne démocratique sera un long processus a mettre en place.
      On veut la liberation des détenus du Irak le plus vite possible!!!!

      18
      12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.