Sonatrach et Saipem règlent leurs différends à l’amiable

Saipem
Stefano Cao, PDG de Saipem. D. R.

Par Meriem Sassi – Les groupes algérien Sonatrach et italien Saipem ont décidé de régler à l’amiable leurs différends en mettant fin à la procédure d’arbitrage international et en optant pour un règlement à l’amiable qui permettra à Sonatrach d’être indemnisé à hauteur de 150 à 200 millions de dollars, selon M. Ould Kaddour, et à Saipem de renouer avec des contrats en Algérie notamment dans l’offshore. Les deux PDG ont exprimé leur émotion de reprendre le cours des affaires interrompues.

Stefano Cao, PDG de Saipem, a exprimé sa joie de revenir en Algérie à la faveur de la nouvelle page qui s’ouvre avec Sonatrach avec qui «il a travaillé dès 1979 pour sa première expérience professionnelle». Pour le PDG de Saipem l’accord signé aujourd’hui «est historique pour Saipem, ouvre de nouvelles opportunités d’affaires en Algérie, et des relations fructueuses pour de longues années à venir».

Le PDG de Sonatrach a également exprimé son émotion d’«enterrer une vieille histoire qui nous empoisonnait la vie». M. Ould Kaddour a souligné que «Saipem est un spécialiste de l’offshore et j’espère qu’avant la fin de l’année, nous pourrons conclure un accord dans ce domaine».

Il faut savoir que l’accord signé aujourd’hui met un terme aux procédures en cours concernant le contrat pour la réalisation d’une usine de liquéfaction de gaz à Arzew (train GL3Z), celui relatif à de réalisation de trois trains de GPL, d’une unité de séparation d’huile (LDHP) ainsi que des installations de production de condensat à Hassi Messaoud. Il s’agit par ailleurs d’un contrat de réalisation de l’oléoduc GPLLZ2 24 (ligne et station) à Hassi R’mel et d’un autre relatif à la réalisation d’une unité de production gazière et pétrolière sur le champ Menzel Ledjmet pour le compte de l’association Sonatrach-FCP, selon Sonatrach.

«L’accord est le résultat d’un dialogue constructif et représente une avancée importante dans les relations entre les deux sociétés. Sonatrach et Saipem ont exprimé lors de la cérémonie de signature, organisée ce matin au siège de Sonatrach, «leur satisfaction d’être parvenu à un accord définitif qui met un terme à un contentieux préjudiciable aux deux sociétés».

M. S.

Comment (3)

    Anonyme
    15 février 2018 - 11 h 10 min

    heureux les martyrs qui n’ont rien vu rien entendu rien soupçonnés rien entrevus rien devinés car quand on meurt pour la patrie à 20 ans on n’a qu’une obsession : la Patrie. J’enrage.




    2



    0
    Errai
    14 février 2018 - 15 h 14 min

    « indemnisation entre 150 et 200 millions de dollars ».
    Un flou de 50 millions de dollars qui pourront se volatiliser en cours de route.




    7



    2
    L'inspcteur
    14 février 2018 - 14 h 27 min

    Bonne nouvelle pour Chakib Khelil et ses complices et tant pis pour Sonatrach et le Trésor public, il parait qu’il était au cœur de cette opération qui a été monté spécialement pour le sauver.
    On verra si la justice suivra..




    11



    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.