The Guardian : petit rappel pour le chameau qui ne voit plus sa bosse

The Guardian Algérie
Le Londres qui pleure... D. R.

Une contribution d’Al-Hanif – En matière de presse, le périmètre de la ligne éditoriale est mouvant et se déplace au gré des époques et des agendas idéologiques. The Guardian fut un très bon quotidien, référence de la presse écrite britannique, avant que sa version papier ne s’effondre et qu’il ne se réfugie dans le numérique, à la déontologie moins scrupuleuse. Le voir aujourd’hui sacrifier à la recherche du scoop exotique et donner un coup de bélier à un pays, en inventant même une «bélieraumachie» ou tauromachie du pauvre, est consternant.

Si Charles Dickens ou son héros David Copperfield venaient à visiter le Londres d’aujourd’hui, ils seraient aux premières loges pour voir la faillite du projet politique «Big Society» de David Cameron.

Et toute personne de bonne foi brandirait comme preuve la permanence du fossé entre riches et pauvres, et l’avertissement du Premier ministre et écrivain Benjamin Disraeli, qui sonnait l’alarme en 1845 sur le risque de fracture et d’éclatement de l’Angleterre entre les deux nations – celle des nantis et celle des exclus.

L’ouvrage Les Deux Nations (Tale of Two Nations) de Disraeli, même dans sa forme romancée, doit être au programme de tout étudiant en sciences politiques ou de toute personne s’intéressant à la chose publique. Le diagnostic de cet homme politique, pourtant classé à droite, lui a permis de mener une action qui l’installe dans le panthéon des très grands hommes d’Etat et comme le plus grand Premier ministre de l’empire.

Le Londres, version carte postale de la City de Westminster, celui qui rit et draine banquiers, cohortes de touristes, hommes d’affaires et rentiers du Golfe autour de la National Gallery, de Buckingham Palace, du Pall Mall, en passant par la cathédrale de Saint Paul et de la Tour de Londres, dans laquelle des corbeaux noirs veillent sur les joyaux de la couronne, existe bel et bien comme carte de visite glamour.

Harrods est toujours incontournable pour les portefeuilles bien garnis, et nos amis du Golfe, escortés de leurs femmes dopées par la fièvre acheteuse, exhibent leurs achats comme des trophées, avant de se diriger vers les hôtels de luxe à proximité.

Pour apercevoir le Londres qui pleure, il suffirait de se juger sur la grande roue du Millenium Eye pour avoir une vue plongeante sur les milliers de sans-abri qui vivent sous Waterloo Bridge.

La vision est encore plus effrayante et plonge dans la gêne le voyageur qui vient du continent, bercé par le doux roulis de l’Eurostar, et se voit confronté à une véritable microsociété qui vit dans les marges sous Waterloo Bridge. Ce pont, situé entre Black Friars Bridge et Hungerford Bridge, est une véritable cour des miracles de la déchéance sociale, et vous culpabilisez à vie parce vous venez de payer un café et un rachitique sandwich au fromage pour plus de 18 euros au buffet de la gare. Les femmes, même moins nombreuses que les hommes, souvent jeunes, mendient et se dirigent avec flair vers la personne qu’elles pensent charitable. Londres intramuros compte plus de 8 000 sans-abri et le pays 317 000, selon le dernier recensement d’une organisation caritative fiable.

A un jet de pierre du palais de la reine, l’ascenseur social grippé, rouillé, cassé, semble définitivement bloqué, non seulement pour ces exclus de la croissance mais pour tous les derniers de cordée de l’Angleterre d’en bas. Dans ce Londres où le thermomètre vous transforme en glaçon en hiver, des milliers de personnes sont dans la rue et les mal-logés sont légion. Dans les écoles, les enfants dont les parents ne peuvent fournir un petit-déjeuner ne parviennent pas à maintenir leur attention, et nombre d’écoles organisent une distribution de collations avant le démarrage des cours.

Des centaines de migrants qui ont cru à l’eldorado traînent dans les grands magasins chauffés pour échapper aux morsures du froid, ombres fantomatiques échouées dans cette ville mirage. Le pays, qui a fait de la représentation de sa famille royale un business juteux, fait de royalties et de produits dérivés, et de matraquage médiatique, n’arrive plus, comme aux siècles précédents, à cacher la mort sociale et le désespoir qui frappent les plus fragiles de ses concitoyens.

L’organisation End Child Poverty, en pointe dans la dénonciation de la fracture sociale, recense plus de 720 000 enfants dans le pays issus de familles en grande précarité. Le spectacle d’enfants défaillants de faim, incapables de suivre une activité pédagogique pour cause de sous-alimentation, a alerté enseignants et société civile. Ceci a été identifié comme relevant de la plus grande urgence sociale.

Comme du temps de Dickens, chômage endémique, réductions drastiques d’aides sociales et déterminisme poussent les familles vers les soupes populaires et les dons alimentaires. Ces générations sacrifiées par le libéralisme, lorsqu’elles vivent à Londres, font partie intégrante du Londres qui pleure et se meurt.

Les happy few peuvent continuer à faire leur cinéma et The Guardian sa dérive vers une presse avilie.

J’observe cette dérive, comme on voit un ami se noyer sans que l’on puisse lui porter secours, avec peine, car je fus un lecteur régulier du Guardian du temps du format écrit et de sa ligne éditoriale de centre gauche.

A.-H.

Comment (22)

    benchikh
    21 février 2018 - 20 h 08 min

    Il ne faut pas oublier cher El-Hanif ,que l’Angleterre est un pays coloniale ,il a des racines partout dans le monde ,USA,Canada ,South A,Australie,New Zélande,……etc Le citoyen Londonien à le choix de changer de continent ou il trouve son confort .

    Nadjma
    19 février 2018 - 15 h 48 min

    La misère est toujours et où qu’elle soit affligeante certes mais la Grande Bretagne est un pays où règle la DEMOCRATIE, cela veut dire que la politique exercée dans ce pays, comme dans les autres pays européens de l’ouest, passe par les urnes, votée par le peuple. Les anglais ont voté pour la politiqué de leur pays, doit on pleurer pour leurs pauvres alors qu’il semblerait que certains de ces pauvres ont eux mêmes voté pour leur misère? ils sont tellement convaincus que leur système est une démocratie qu’ils ont même essayer de l’exporter dans d’autres pays à coups de bombes, de mitrailleuses, d’armes chimiques, d’Elquaida, de daesch etc… Que dire sinon qu’il est évident que le libéralisme sauvage et inhumain adopté par l’occident allait les mener à cette catastrophe. D’un côté les très, très riches et de l’autre côté la misère la plus noire et cela n’est qu’un début car ces pays là jouissent encore un peu du produit des pillages insensés qu’ils ont fait à travers le monde, qu’arrivera t’il quand ils ne pourront plus piller personne. Le problème, le seul problème c’est qu’ils ont forcé d’autres pays de par le monde à adopter ce système fou et destructeur. Cela ne fait certainement pas plaisir de voir des pauvres en GB mais cela fait encore moins plaisir de voir la misère aux Philippines et dans d’autres pays car la différence c’est que les anglais ne peuvent s’en prendre qu’à eux mêmes c’est le produit de leur belle Démocratie. Les peuples européens passent leur temps à traiter de Dictature tous les pays qui veulent un peu d’égalité alors …

    5
    8
    Amine
    19 février 2018 - 14 h 49 min

    Excellent papier en réponse à ces journaleux occidentaux qui excellent dans la désinformation

    9
    3
    Felfel Har
    18 février 2018 - 21 h 11 min

    Il ne faut surtout pas oublier comment l’Angleterre, la France et les autres pays colonialistes ont bâti leur fortune: en volant et en pillant les ressources d’autres pays, ils ont pris de l’avance sur le reste de la planète. Maintenant qu’ils ont dilapidé leur pactole, ils ont recours aux mêmes stratagèmes, cad provoquer des guerres (en Libye, en Syrie, au Sahel, au Soudan….) pour faire main basse sur des ressources qui ne leur appartiennent pas. Relisez La Fontaine quand il nous apprend cette morale: « la loi du plus fort est toujours la meilleure »!

    20
    7
    Alfa
    18 février 2018 - 19 h 02 min

    ….Mais là ou le bas blesse, c’est qu’on est en train de comparer 2 situations diamétralement opposées. Le HOMELESS(sans Abri) anglais ou autre a choisi de vivre ce mode de vie tandis que notre jeunesse n’a pas choisi de vivre dans la rue, on les a contraint à le faire et rongé par la solitude et l’oisiveté, ne trouvant rien à faire, se retrouve malgré lui dans la rue pour ensuite fuir son pays au risque de se retrouver dans la rue et en terre étrangère de surplus. Le homeless anglais peut demander de l’aide social au gouvernement qui est contraint de le lui verser tandis que notre sans abri sans revenu aucun n’a d’autres solutions que la mendicité pour survivre avec les quelques SOUS amassé par la mendicité. NE DIT-ON PAS QUE « L’OISIVETÉ EST MÈRE DE TOUS LES VICES. »

    14
    25
    #CORRIDA
    18 février 2018 - 17 h 07 min

    sans tomber dans ce genre de comparaison car on ne peut comprarer des sans abris à des combats de moutons , par contre vous auriez mieux fait de parler des corridas où des taureaux sont stupidement sacrifiés (et de quelle maniére ) au 21 éme siécle …pour le plaisir des yeux …

    7
    6
      Anonyme
      19 février 2018 - 11 h 58 min

      A propos de la Corrida. Il faut arrêter de présenter la corrida comme un supplice pour le taureau, en fait la corrida est le seul espace ou un animal n’est pas traité en aliment tout simplement, la corrida est le seul espace ou le taureau est une star, si on posait la question aux taureaux pour ou contre la corrida c’est sûr qu’ils voteront tous POUR. Si j’étais taureau je préférerais de loin être dans une arène que dans une assiette.

    socrate
    18 février 2018 - 16 h 16 min

    C’est bien de montrer que tout le monde ne roule pas sur l’or en occident. Oui, il y a des pauvres en Europe ! Il n’y a pas de paradis, d’eldorado par delà la méditerranée .

    10
    4
    Bareme
    18 février 2018 - 12 h 18 min

    L’Angleterre, petit pays de 130 289 Km2 est là 5ème puissance économique mondiale et 3ème puissance militaire du monde ;
    Elle a un PIB de 2618 milliards de dollars (hors hydrocarbures ).
    La superficie de l’Algérie est de 2,382 millions km² et son PIB est de 263 milliards de dollars (tout hydrocarbures ) et classés au 42èmr rang.
    L’Angleterre possède 53 millions d’habitants. Nous sommes à 40 millions.
    Bien que le recensement chez nous est à l’image des élections, il aurait été utile au rédacteur de l’article de faire un comparatif sur le pourcentage de la population démunie en Algérie et en Angleterre, le niveau du système de santé en Algérie et en Angleterre (exemple : la reine d’Angleterre se fait soigner en Angleterre comme le citoyen anglais lambda. Ils ne vont pas se faire soigner à l’étranger ). Il aurait fallu également faire un comparatif sur le système de production et d’exportation anglais :
    L’Angleterre produit : des Machine-outil, Équipements électriques, Machines automatiques, Équipement ferroviaire, Chantiers navals, Aéronautique, Véhicules motorisés, Équipements de réseaux de télécommunications, Métaux, Produits chimiques, Charbon, Pétrole, Papier et Papeterie, Agroalimentaire, Textile, Vêtements, Biens manufacturés .
    Ses Exportations s’élèvent à environs 503,4 milliards $ ( en Biens manufacturés, Pétrole, Produits chimiques, Agroalimentaire, Boissons, Tabac).
    L’algerie exporte pour à peine 30 milliards de $ et 95 % de ses exportations constituent des hydrocarbures.
    Donc il faut relativiser, rester sérieux et ne pas essayer de comparer l’incomparable par fierté mal placée.

    56
    28
      Chibl
      18 février 2018 - 13 h 58 min

      Dommage, je ne peux voté qu’une seule fois pour votre commentaire, chez nous ont compare une trottinette a un missile intercontinental. allez y comprendre quelque chose!!

      39
      45
        ness
        18 février 2018 - 19 h 25 min

        Même si l pays est considéré comme riche et on connait l’Histoire. Comment ce pays s’est enrichie ?? N’importe qu’elle personne qui se rend au moins à Londres ne peut contredire cet article. Beaucoup de pauvre, beaucoup de misère et le clivage entre les classes saute aux yeux

        11
        7
      mouatène
      18 février 2018 - 20 h 41 min

      cher ami bonsoir. vos comparaisons sont justes et vous n’avez pas manqué de la citer dans l’ordre, sauf que vous avez oublié un point essentiel et important: l’angleterre a été toujours un pays colonisateur et a pillé plusieurs pays, quant à l’algérie a toujour été pillée. bonne soirée.

      17
      5
    FETHI
    18 février 2018 - 11 h 54 min

    Bravo pour cet article, vive les ALGERIENS de tout les bords.

    22
    14
    Anonymes!....
    18 février 2018 - 11 h 44 min

    Je mets en exergue votre misère pour cacher la nôtre!….Mais pour l’un il a fallu plusieurs siècles pour atteindre cet état de fait, pourl’autre un demi siècle aura suffit!…..En fait quelque soit la nationalité (Monarchie séculaire ou République « cinquantenaire »), uniquement les proches du pouvoir sont des nantis! La plèbe, ou chair à canon représentée pour l’un par « David Copperfield » ou pour l’autre par « Omar Gatlatou el misirya » sont ceux qui ne savent pas trafiquer et magouiller!….

    17
    9
    khalilsadek
    18 février 2018 - 11 h 16 min

    Apparament leur bosse est bien pourrie!! il fallait s’y interresser avant de s’occuper d’une simple distraction des jeunes algeriens.

    6
    12
    Anonyme
    18 février 2018 - 11 h 14 min

    Excellent article. Il ne faut cependant pas perdre de vue que, chez nous aussi, le libéralisme sauvage fait des ravages. Ces ravages chez nous sont atténués par la clémence moins rude qu’en Europe et du fait de la solidarité familiale qui n’a pas complètement disparu (mais qui disparaîtra tôt ou tard à cause du tarissement des moyens familiaux ou de la boulimie pathologique des esclaves des biens matériels).
    Partout dans le monde, les inégalités se creusent de plus en plus entre les riches et les pauvres, ce qui mènera l’humanité vers sa disparition inéluctable. Les plus célèbres scientifiques et économistes (Hawkins et Stieglitz entre autres ) ne cessent d’alerter sur cette catastrophe imminente.
    Qu’est ce que c’est que cette humanité où d’un côté des émirs donnent un salaire de 3 millions d’euros à un Neymar pour taper dans un ballon et de l’autre des millions de sans logis qui crèvent la faim (homeless and hungry). Indignons nous Bon Dieu notre humanité est en train de foutre le camp !

    32
    4
    Vérité
    18 février 2018 - 10 h 39 min

    Comparer l’incomparable c’est la réponse des tètus,comparer un pays qui a colonisé presque les trois quart de l’univers;a un pays oublié meme par ses propres dirigeants ont investissant des sommes colossal dans ce pays;qui comptent y vivre après avoir pillé notre pays;c’est vrai par apport a nos voisins du Niger et Mali nous sommes loin devant et pour combien de temps;notre nation a été bradé par les ex-collabos du colonialisme

    32
    29
    صالح/ الجزائر
    18 février 2018 - 8 h 36 min

    « Riyad — La coalition militaire arabe sous commandement saoudien, engagée dans la guerre au Yémen, a indiqué lundi avoir fait « un usage limité » de bombes à sous-munitions britanniques, un type d’armes interdites par une convention internationale.
    Ces armes peuvent contenir plusieurs centaines de mini-bombes qui se dispersent sur un vaste périmètre, mais n’explosent pas toutes, se muant de facto en mines antipersonnel tuant et mutilant en majorité des civils pendant et après les conflits » .
    AGENCES DE PRESSE
    « L’utilisation d’armes à dispersion de fabrication américaine, britannique et brésilienne a été constatée ( au Yémen ) » .
    « Même si le calme est revenu, la vie et les moyens de subsistance de civils, notamment de jeunes enfants, continuent à être menacés au Yémen à l’heure où ils reviennent chez eux, sur ce qui s’apparente désormais à des champs de mines. Ils ne pourront pas vivre en sécurité tant que les zones contaminées aux alentours de leurs habitations et de leurs champs ne seront pas identifiées et débarrassées de sous-munitions meurtrières et d’autres munitions non explosées » .
    AMNESTY INTERNATIONAL

    13
    8
    rimka
    18 février 2018 - 4 h 51 min

    la roue tourne. les plus forts d aujourd’hui seront les plus faibles de demain et les plus faibles d aujourd’hui seront les plus fort de demain. il n y a plus d avenir dans les pays occidentaux se sont des etats mortifères. ils ont rendu licite l ilicite et rendu l ilicite le licite c est pourquoi ils doivent payé.

    26
    28
      Anti GMG
      18 février 2018 - 11 h 58 min

      Ils ont rendu l’illicite licite OK ça je suis d’accord (même si certains parmi nous « les faibles » s’empressent à leur emboîter le pas, mais ceux qui rendent le licite illicite c’est nous kho smahli….

      9
      4
    BiniAzzoe
    18 février 2018 - 4 h 38 min

    C’est qoui ça !? La Grande Bretagne, petit pays de 200 mille km2 mais cinquiéme puissance economique et 3 éme puissance militaire au monde habitée par des SDF ??
    WHAOU !!
    J’ai toujours suivi avec bonheur vos éditoriaux mais raison garder SVP.
    MERCI à AGP.

    15
    17
    derguez
    18 février 2018 - 3 h 59 min

    Hanif est exellent, humblement j’affirme il a l’etoffe d’un écrivain, il faut dire que les algériens c’est un peuple avec du talent!

    41
    16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.