Russie-Algérie : des relations étroites et une convergence de vues sur diverses questions

Messahel Moscou visite de travail
Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, sera demain en Russie pour une visite de travail. New Press

La Russie et l’Algérie «entretiennent des liens étroits» et «partagent beaucoup de choses en commun en politique étrangère», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères à la veille de la visite en Russie du chef de la diplomatie algérienne, Abdelkader Messahel. Au cours de sa visite, le ministre algérien aura demain lundi des entretiens avec Serguei Lavrov, son homologue russe, avant de rencontrer successivement le Secrétaire du Conseil de sécurité de Russie, Nikolaï Patrouchev, et le vice-président du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe), Ilias Oumakhanov. Les deux chefs de la diplomatie donneront une conférence de presse conjointe, lundi à l’issue de leur rencontre.

«Nous considérons l’Algérie comme l’un de nos principaux partenaires en Afrique et dans le monde musulman. La Russie et l’Algérie partagent beaucoup de choses en commun en politique étrangère», a indiqué le ministère des Affaires étrangères russe dans un communiqué, ajoutant que les deux pays «prônent la garantie de la stabilité et de l’équilibre des intérêts dans les relations internationales, le renforcement du rôle central de l’ONU, et le respect des normes et des principes fondamentaux du droit international, notamment le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes sans ingérence extérieure. Nos approches se rejoignent, par exemple, sur la Syrie et la Libye».

«Par nos efforts communs, nous avons réussi à rendre les liens russo-algériens très bénéfiques. Diversifiés et riches, ils englobent aussi bien le domaine matériel, et notamment la coopération militaro-technique et énergétique, que les échanges socioculturels. Depuis plusieurs années, nos échanges dépassent 3 milliards de dollars», a ajouté la déclaration de la diplomatie russe. Le ministère des Affaires étrangères russe a rappelé que durant la visite en Algérie du Premier ministre, Dmitri Medvedev, en octobre 2017, «il a été convenu d’un vaste programme de démarches concrètes, lequel s’étendra également aux domaines de pointe, notamment à l’usage de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques».

La Commission intergouvernementale russo-algérienne mixte pour la coopération commerciale, économique, scientifique et technique, «qui s’est déjà réunie huit fois et qui fonctionne avec succès, est appelée à jouer un rôle actif dans la mise en œuvre de ces plans», poursuit le document du ministère des Affaires étrangères russe, qui se dit convaincu que «les conditions sont réunies pour poursuivre une coopération étroite avec l’Algérie, et que nos liens traditionnellement amicaux continueront d’évoluer positivement».

R. N.

Commentaires

    Tchus
    19 février 2018 - 0 h 40 min

    C’est vrai , les Algériens et les Russes ont beaucoup de choses en commun.
    Et qui se ressemblent s’assemblent.




    1



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.