Pétrole : alors qu’elle était la voix de la modération, l’Arabie Saoudite durcit sa position

pétrole
L'exploitation du pétrole de schiste aux Etats-Unis a déstabilisé le marché. D. R.

Pendant des décennies, l’Arabie Saoudite a été la voix de la modération au sein de l’Opep, repoussant l’exhortation de membres comme le Venezuela et l’Iran à la hausse des prix du pétrole. Ce rôle semble en train de changer, selon l’agence Bloomberg.

Grâce aux réductions de production impulsées par l’Opep, les prix du brut ont doublé par rapport à leur niveau d’il y a deux ans et les réserves de pétrole gonflées sont presque revenues à la normale. Pourtant, le ministre saoudien de l’Energie, Khalid Al-Falih, veut aller plus loin. Les producteurs devraient continuer à couper pour toute l’année, même si cela provoque une pénurie d’approvisionnement, a déclaré Al-Falih. «Si nous devons un peu équilibrer le marché, alors qu’il en soit ainsi», at-il déclaré aux journalistes à Riyad la semaine dernière.

Cette évolution reflète les pressions sans précédent auxquelles l’Arabie saoudite fait face alors que le prince héritier Mohammed Bin Salman se lance dans un programme de réformes économiques radicales.

«Si vous êtes Mohammed Bin Salman et que vous essayez de réinventer radicalement votre pays (…) vous avez besoin d’un certain prix pour le faire fonctionner», a déclaré Helima Croft, responsable de la stratégie matières premières chez RBC Capital Markets LLC.

Auparavant content d’un baril à 60 dollars, Al-Falih perçoit désormais 70 dollars comme le niveau où les prix du brut devraient s’échanger, selon des sources proches du dossier citées par Bloomberg.

Au cours de l’année écoulée, l’Opep et la Russie – autrefois féroces rivales du marché pétrolier – ont dirigé une coalition de 24 producteurs visant à réduire la production excédentaire provoquée par les forages de schiste américains. Leur objectif de réduire les stocks de pétrole à leur moyenne quinquennale est enfin atteint, mais les deux géants de l’énergie suggèrent maintenant de modifier cet objectif, car ils encouragent les autres producteurs à limiter l’offre.

Aller au-delà des objectifs initiaux et maintenir les prix soutenus sert également un certain nombre d’objectifs internes pour le royaume saoudien. Des prix plus élevés du brut pourraient aider à obtenir une évaluation pour Saudi Aramco plus proche des 2 000 milliards de dollars envisagés par le prince Mohamed Ben Salman, un chiffre que certains analystes jugent irréaliste. Les revenus supplémentaires peuvent également permettre des réductions plus graduelles des subventions généreuses et des emplois du secteur public qui sous-tendent l’économie saoudienne. Alors que les prix rebondissaient, le prince Mohammed s’est déjà rétracté sur certaines tentatives d’austérité face au mécontentement social le mois dernier, renouvelant les subventions de l’Etat alors qu’il tente de gagner le soutien populaire pour des plans de transformation à plus long terme.

L’attitude saoudienne plus belliciste sur les prix contraste fortement avec son attitude des années précédentes, constate Bloomberg. Dans les années 1970, le ministre de l’époque, cheikh Ahmad Zaki Yamani, avait prévenu les autres membres de l’Opep que la vague de hausse des prix du pétrole se retournerait contre eux. Il a été prouvé que les pays consommateurs ont développé des réserves d’énergie dans des endroits comme l’Alaska et la mer du Nord et que la part de marché du groupe a stagné pendant des années.

Lorsque le pétrole avait bondi à près de 150 dollars en 2008, les tentatives du ministre saoudien du Pétrole, Ali Al-Naimi, de calmer le jeu ont également fait face à l’opposition d’autres pays de l’Opep désireux de profiter de revenus en hausse. Les prix ont chuté l’année suivante.

La dynamique montre quelques signes d’inversion. Après que le brent ait dépassé les 70 dollars fin janvier, le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh – un producteur de l’OPEP qui avait souvent l’habitude de se battre pour des prix plus élevés – a déclaré que 60 dollars suffisaient.

Enhardis par le succès de leur stratégie jusqu’à présent, les Saoudiens poursuivent maintenant des niveaux de prix qui mèneront finalement à l’échec, a déclaré Eugen Weinberg, responsable des études de marché des matières premières à la Commerzbank AG à Francfort. Le redressement des prix du brut américain stimule la production record d’huile de schiste des Etats-Unis, qui devrait dépasser l’Arabie Saoudite et la Russie en tant que premier producteur mondial de brut cette année, selon les prévisions du ministère de l’Energie. Une nouvelle vague d’approvisionnement pourrait facilement faire baisser les prix à nouveau, selon un analyste. «Les Saoudiens sont trop confiants», selon des analystes cités par Bloomberg. «Leur objectif est devenu des prix plus élevés, peu importe le coût. Mais cela ne fonctionnera pas dans un marché comme celui-ci.»

R. E.

 

Comment (2)

    nectar
    19 février 2018 - 14 h 16 min

    Pour les américains, leur pétrole de schiste est toujours rentable, dans la mesure ou les autres pays producteurs trichent sur les quotas alloués. Il va de soi, que ceux qui payeront l’addition à long terme, ce sont les pays comme le nôtre ou leur économie, même leur survie est basée sur un mono-produit..Si les saoudiens espèrent que le baril soit rapidement à 70 dollars, c’est pour avoir de la souplesse pour les réformes engagées par le prince e héritier, sans créer un désordre social…Ce pays a plus de latitude financière et des avoirs faramineux pour résister, en plus de cette manne divine qui s’appelle le pèlerinage..

    2
    1
    Anonyme
    19 février 2018 - 11 h 54 min

    Quand les Saoudien prennent une décision, les USA ne sont jamais très loin. Cette volonté n’aurait elle pas pour objectif de rendre le pétrole de schiste américain rentable.

    9
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.