L’UMA est morte, vive…

UMA chefs
Quel avenir pour l'UMA ? D. R.

Par Sadek Sahraoui – Comme à chaque fois, les chefs d’Etat de la région se sont échangé, le 17 février dernier, de chaleureux vœux à l’occasion de la célébration de l’anniversaire de la création de l’Union du Maghreb arabe (UMA). Sur papier, et dans les discours, tout le monde tient à la construction maghrébine. L’on rappelle même qu’il s’agit d’un «choix stratégique» et d’une «revendication populaire» qu’il faut absolument réaliser. La logique aurait voulu qu’avec un consensus aussi fort, l’UMA soit au moins l’égale non pas de l’Union européenne mais au moins des autres communautés économiques régionales africaines. Or, il n’en est rien.

Cela fait maintenant vingt-neuf ans depuis que l’ensemble existe. Et le bilan de toute cette période est des plus nullissimes. En vingt-neuf longues années, rien n’a pratiquement été fait qui va dans le sens d’un raffermissement des liens entre les cinq pays du Maghreb. Les échanges économiques entre cinq pays sont presque nuls. Au plan politique, ce n’est guère mieux. Hormis le fait de s’échanger hypocritement de façon épisodique des messages rappelant les bienfaits de l’intégration régionale, les dirigeants de la région ne se sont d’ailleurs pas réunis en sommet depuis des lustres. Tout le monde se déteste royalement.

Près de trente années après la signature, à Marrakech, du Traité constitutif de l’Union du Maghreb arabe, on ressent même aujourd’hui une volonté chez certains de briser ce joli rêve d’union des peuples de l’Afrique du Nord contre les récifs de la cupidité et de calculs mesquins. A tout le moins, presque plus personne ne croit en cette Union maghrébine tant rêvée par la génération de militants qui a libéré nos pays.

Plutôt que d’essayer de dégripper la machine, certains comme Mohammed VI ont préféré plutôt démissionner et aller frapper à la porte d’autres communautés régionales. Si le Maroc attend avec impatience le feu vert pour intégrer la Cédéao et couper le pont avec l’UMA, la Tunisie a, quant à elle, déjà décroché son ticket d’entrée au marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa). Même la Mauritanie à qui l’Algérie a créé une monnaie et une banque centrale ne semble plus se projeter dans l’UMA.

Autrement, pourquoi le président Mohammed Ould Abdelaziz négocierait-il aussi en ce moment un statut de membre observateur au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest si ce n’est pour assurer ses arrières en cas d’effondrement de l’Union maghrébine ? Ce constat confirme que l’UMA n’est pas moribonde. Elle a plutôt passé l’arme à gauche. N’y a-t-il que l’Algérie qui n’arrive pas à le voir ?

S. S.

 

Comment (17)

    Anonyme
    22 février 2018 - 20 h 21 min

    Peut être que c le début de la fin des c… « arabes »? A force de dire et faire des bêtises on fini par s’en rendre compte. Pourquoi uma?? Pourquoi arabe?? Pourquoi ligue arabe?? Aucun pays arabe ne s’entend avec son voisin!! Les européens doivent bien rigoler.. Pauvres  » arabes »! Pourtant ibn khaldoun aurait dit » les arabes se sont entendus pour ne jamais s’entendre »?




    2



    2
    Le Patriote
    21 février 2018 - 22 h 18 min

    Pour la énième fois les Algériens doivent se rendre à l’évidente évidence: U.M.A. signifie:
    Utopie du Maghreb Arabe.Et s’il faut terminer le titre avançons cette solution:
    « L’UMA est morte, vive UPM Union Pour la Méditerranée créée par Sarkozy pour Israël et présidée par un Jordanien dont le pays est en Méditerranée comme Isrël est en Europe ou comme le Maroc est dans le Golfe.
    A quand la vraie UMA: Union du Maghreb Amazighe?




    7



    6
    Zombretto
    21 février 2018 - 21 h 18 min

    L’un de ces pays n’existe même plus, la Libye. La Libye est divisée et peut-être pour de bon. Les pays qui forment des unions, comme l’UE ont quelque chose de positif à apporter les uns aux autres. Ils ont tous de solides économies chacun tout seul, mais en mettant leurs forces ensemble, ils créent un bloc plus puissant. Tandis que les pays du Maghreb ou du Moyen Orient, qu’est-ce qu’ils ont à offrir les uns aux autres ? Qu’est-ce qu’ils ont à partager ? La corruption, la misère, l’ignorance ? Ce sont tous des zéros, alors zéro plus zéro plus zéro plus autant de zéros que vous voudrez, le total est toujours zéro. C’est peut-être même pire que ça : ces pays sont des moins que zéro, donc -1 + -1 = -2, c’est à dire qu’en s’unissant ils ne feront qu’aggraver leur situation. L’Algérie donnera des harraga et des imams au Maroc, le Maroc donnera des trafiquants de drogue et des prostituées à l’Algérie ?




    8



    7
    JCT
    21 février 2018 - 20 h 17 min

    Non pour le Maghreb Unis qui ne le sera jamais pr plusieurs raisons socio économiques et politiques et d autres facteurs que ns connaissons bien ; mais nous nous engageons a crée dans le futur si on veut devenir une très grde puissance et pas seulement régionale  » UNITED STATES OF ALGERIA  » ; c’ est pas mieux franchement . ceux seront des états unis d’ Algérie avec le temps ; bien mieux que l UMA; L UA; et le MAGHREB UNIS car trop divisé alors que la ils parleront avec une seule voix ctre les autres occidentaux ou autres au nom de cette puissance qui nous réuniras tous les africains et maghrébins « UNITED STATES OF ALGERIA » ! ON a déjà ce rôle quelque part depuis des années au sein de l UMA et de l UA et nous en subissons svt les conséquences pr les autres ; effacement des dettes de ses pays ; conciliations règlements des conflits ; gendarme ds la région donc pkoi continuer ou en faire davantage donc cette UA ou la ligue arabe ; nous la quitterons des que ce projet verra le jour . LE continent algérien avec ses états unis inch Allah bien sur avec leurs consentements ; les pays avec leurs peuples voterons librement si ils veulent adhéré ou pas ; c’est une façon de voir les choses autrement aussi et fini l Afrique et le Maghreb à l avenir!




    8



    15
    MELLO
    21 février 2018 - 14 h 22 min

    Pourquoi d’ailleurs l’Union du Maghreb Arabe ? Toute la problématique est à chercher dans cette appellation.
    Pour qu’un groupe régional puisse aller très loin , il faudrait aller chercher dans les fondements historiques de cette entité socio-géographique. Personne ne peut nier que l’aire historique des Berbères couvre toute l’Afrique du Nord, de l’Égypte à l’Atlantique. Espace immense composé de régions géographiques très différenciées, le monde berbère est divers sur le plan des modes de vie traditionnels, des densités humaines, des cultures matérielles et des insertions géopolitiques. Par son espace géographique et historique, marqué par des langues et une religion communes ainsi qu’une certaine homogénéité culturelle, sociale et ethnique arabo-berbère, le Maghreb semble offrir une cohérence d’ensemble.
    Les trajectoires historiques de ces pays, depuis le XIXe siècle, sont relativement similaires, puisqu’ils ont connu la conquête coloniale européenne (française et italienne) et ont mené conjointement des luttes indépendantistes intenses qui ont forgé le sentiment d’une destinée commune et la volonté d’une union politique et économique: Cette Union refroidie d’abord, par la question du tracé des frontières établi par la France en Afrique du Nord, qui se pose après les indépendances, ainsi les politiques d’arabisation appliquées au Maroc et en Algérie, dans les années 1960,qui imposent une uniformisation linguistique et culturelle qui rejette dans l’espace domestique et privé la pluralité des langues et des cultures.
    Maintenant que la question berbère ne se pose plus aussi bien au Maroc qu’en Algérie , de nouvelles avancées seront , sans aucun doute, enregistrées dans cette Union Nord Africaine des peuples.
    Par ailleurs, les récents bouleversements socio-politiques qu’a connus l’Afrique du Nord, la question de la relance de l’Union du Maghreb semble prendre un nouveau tournant, après les visites de Mohamed Marzouki effectuées en Algérie et au Maroc, et il semble bien donc que la question de la relance de l’Union est à l’ordre du jour. Mohamed Marzouki , plus réaliste que jamais, précise dans ce cadre que l’obstacle à l’Union Nord Africaine avait été représenté par les dictatures qui ont pour particularités de s’affronter non de s’unir. Tout au long de ses quatorze ans d’existence, l’UMA n’a été capable ni d’aider ses deux principaux membres à résoudre le problème qui les oppose, ni de « faire avec ». Alors l’UMA  » persévère dans son être  » et fait semblant d’exister.
    Pendant ce temps, les gens sérieux, Européens et Asiatiques en particulier, dépassent leurs conflits séculaires et construisent de vraies unions.




    13



    6
    BabElOuedAchouhadas
    21 février 2018 - 14 h 20 min

    Ce machin dit « UMA » a ete un subtefuge de H2 pour asseoir ses chimeriques approches expensionnistes basees sur son fameux concept divin de « Grand Maroc » en Afrique du Nord au detriment du Droit international et selon le meme modele du « Grand Israel » au Moyen Orient.
    Ce concept aurait eu le merite de detourner l’attention du peuple marocain Amazigh de son miserable quotidien tout en renforcant son allegeance a ce auto-proclame descendant de notre Prophete (QSSL) et ce, en contre parti des mirages illusionnistes soutenus par une consommation abusive et a bon marche du Haschich.
    Le probleme est que feu Chadli est tombe dans ce piege avec une naivete deconcertante et les encouragement de la France. chose que feu Boumediene n’aurait jamais acceptee.




    23



    9
    FATEM95
    21 février 2018 - 10 h 48 min

    Heureusement que l’ UMA est un projet mort né , reste l’escroquerie de la ZALE a enterrer ,, tout en surveillant bien les frontières , avec des Anes on fait pas des chevaux de course , de la part de Bouteflika c’est pour flatter sa majesté Bobi VI
    qui aime les compliments ,il vaut mieux s’ouvrir sur de nouveau horizons !et il vaut mieux rester seul que mal accompagné le soleil brille pour tout le monde !!




    31



    11
    Z0RO
    21 février 2018 - 10 h 35 min

    L UNION DU MAGHREB ARABE est une realite incontournable qu entavent nos dirigeants pour leur interets personnels. Bientot le peuple ARABE majoritaire au maghreb avec ses freres berberes les plus sinceres reprendra sa destinée en main pour concretiser son union arabe et musulmane préconisée par le coran ..
    Signe ZORO. …Z……




    14



    41
      AÏT Chaalal
      21 février 2018 - 12 h 47 min

      Autant que citoyen algérien je vous le dis et avec ma haute voix que l’UMA n’a jamais été une revendication populaire ni chez nous en Algérie , ni dans d’autres country de l’Afrique du Nord . Le jour où l’ensemble des pays de l’Afrique du Nord récupèrent leur vraie identité culturelle amazighe, on parlera après l’UMA ( L’union de Maghreb Amazigh ) .De nos jours il est très recommandé de démantelé l’UMA et même la ligue Arabe car c’est un obstacle major qui frein l’évolution et le développement de notre pays …Vive l’Algérie amazighe , à bas l’union des arabes .




      27



      14
    M'hamed HARMOUCH
    21 février 2018 - 10 h 32 min

    Heureusement que cette coquille vide de l’UMA est morte sinon les quatre autres pays qui la composent auraient été aujourd’hui des pays du Haschich, de la Prostitution, de la pédophilie et de la soumission et ce, par simple contagion.




    30



    15
    Ahmed ADDOU
    21 février 2018 - 10 h 18 min

    Comment voulez-vous construire un ensemble économique fiable et prospère quand vous avez un voisin qui :
    1/- fait de l’expressionnisme envers ses voisins, sa seul politique de voisinage (Mauritanie 1961, Algérie 1963, Sahara Occidental 1975).
    2/- sur les 39 Accords de l’UMA signés par les 5 États membres, ce même pays expensionniste n’a fait ratifier par son Parlement que 9 Accords parce très favorables à son pays (alors que le Parlement Tunisien a ratifié 32 Accords, 35 pour l’Algérie, 29 pour la Mauritanie et 24 pour la Libye).




    27



    14
    Ziad ALAMI
    21 février 2018 - 10 h 07 min

    Cet hybride dit UMA, était mort avant sa creation artificielle et ce, en raison de la ruse et des subterfuges de son concepteur le Glaoui H2 et dont les lettres du sigle traduisent :
    1/- U : UNION contre nature entre une Narco-Monarchie esclavagiste et tyrannique et un ensemble de pays en plein apprentissage des ingrédients de ce qu’est un Démocratie Républicaine.
    2/- M : MAGHREB un terme représentant la plus grosse tromperie du monde de la part du Glaoui H2 et est à l’origine de tous les problèmes expensionnistes que connaît notre Région.
    En effet le mot « maghreb » qui désigne le Maroc en arabe à était imposé par le Glaoui H2 dans l’intitulé « UMA » afin qu’il soit inoculé dans le subconscient des peuples de la Région en préparation des concepts expensionnistes basés sur des considérations pseudo-historiques pour imposer la thèse du « Grand Maroc » selon le modèle « Israélien » de « Grand Israël » au dépend du Droit international.
    Pour preuve le terme « maghreb » usité par le Makhzen pour désigner notre Région n’est utilisé par aucune Organisation ni Institution Régionale et/ou Internationale qui officiellement, préfèrent utiliser le terme Afrique du Nord voire MENA (Meddle East and North Africa)pour désigner notre Région .
    Nos grands parents ont fait la même chose en creant en 1926 l’Etoile Nord Africaine.
    3/- À : ARABE. Comment cette prédatrice famille allaouite venue de l’Arabie Yahoudite ose-t’elle imposé ce terme à toute une Région peuplée de près de 100 d’âmes purement Amazigh ?
    Ce n’est pas là, la plus grosse tromperie du Gloui H2 rien que pour faire plaisir à ses cousins et néanmoins maîtres des féodales Monarchies arabes du Golfe ?
    Voici quelques éléments d’analyses de la mort avant naissance de cette UMA aux objectifs en totale opposition avec les inspirations du peuple Amazigh d’Afrique du Nord.




    28



    18
    Anonymeplus
    21 février 2018 - 9 h 56 min

    Les ensembles économiques de part le monde se font par et pour les peuples.
    L’uma à été décidé politiquement voilà pourquoi elle est morte née, aucune étude économique, sociale n’a été faite auparavant pour voir la viabilité de ladite union.
    De plus, nos voisins de l’est et de l’ouest voyaient cette union comme une vache laitière qui allait être profitable d’abord et avant tout à leur pays et sans aucun avantage pour l’Algerie. J’en veux pour preuve tous les produits subventionnés par l’état algérien et qui font aujourd’hui encore le bonheur des contrebandiers tunisiens et marocains.
    Ces 2 pays sont allés négocier leur partenariat avec l’ue tous seuls, comme des traîtres, alors que s’ils voulaient réellement une intégration nord africaine, ils auraient dû consulter l’Algérie pour avoir plus de poids lors des négociations et par conséquence plus d’avantages parce qu’ils auraient été 3 pays qui parlent au nom de 80 millions de personnes, encore une preuve de la mauvaise foi de nos voisins et du caractère égoïste de leur démarche.
    Dernièrement, la tunisie est allée se fourrer dans un ensemble anglophone !!! elle qui parle français alors que le royaume de la drogue lui a essuyé une fin de non recevoir pour intégrer la cedeao.
    Voilà qui prouve à qui veut bien comprendre que nos voisins s’en foute éperdument de l’uma et de son devenir, ils sont comme des sangsues qui sont à l’affût du moindre centime pour le mettre à leur actif.
    Les ensembles économiques dans le monde se casse la gueule, regardez le royaume uni qui sort des griffes de L’ue et qui sera suivi par d’autres pays européens qui se sentent bridés par la commission européenne, et parfois, même leur souveraineté et bafouée par des commissaires obscures.
    L’avenir de l’Algérie est dans le partenariat mixte avec un pays tiers, là l’Algérie négociera d’égal à égal, quoi de plus normal que 2 pays qui sont liés par un traité économique Win/Win.
    Quand on signe un partenariat économique avec plus de 25 pays d’un côté et l’Algérie seule de l’autre, on comprend tout de suite pour qui la balance commerciale sera profitable.
    La sortie de l’uma est actée, il faut maintenant s’atteler à intégrer les BRICS, s’en donner les moyens avec des objectifs précis, s’est plus que faisable pour peut que la volonté soit au rendez vous, nous avons trop tardé à vouloir faire le bonheur de traître qui n’ont jamais hésité à nous poignarder dans le dos. Finit les concessions et autre embrassades de crocodiles, chacun pour soit et Dieu pour tous.




    24



    11
    Rachid Djha
    21 février 2018 - 9 h 18 min

    L’ UMA est morte, vive l’ ENA (Etoile Nord Africaine) avec ses six (06) Républiques (Mauritanie, Sahara Occidental, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye).




    24



    25
    RAYES AL BAHRIYA
    21 février 2018 - 8 h 03 min

    Veritas Hypocritas….




    5



    7
    Anonyme
    21 février 2018 - 7 h 55 min

    L AVENIR DE L ALGÉRIE.C EST L AFRIQUE .L UMA EST MORT.




    19



    13
    Chaoui
    21 février 2018 - 6 h 12 min

    L’élément de trop de l’UMA :
    L’enseignement de ces 40 dernières années avec l’occupation et tentative d’annexion du territoire des Sahraouis par le Maroc nous témoigne s’il en est qu’avec ce pays, au vu de ses alliances, procédés et mauvaises foi chroniques, que même s’il venait contraint de quitter le territoire des Sahraouis, AUCUNE union ou association ne peut se faire avec lui. NI demain, ni un jour.
    L’Algérie devrait dorénavant s’abstenir à jamais de proposer au Maroc de relancer l’UMA, et davantage s’atteler à bâtir une zone économique avec nos plus fiables voisins que sont Tunisie, Libye, Mauritanie et la RASD. Là est notre avenir.




    22



    21

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.