Trump et les pays de m…

Trump et les pays de m...
Donald Trump. D. R.

Par Aziz Ghedia – Quand le président américain Donald Trump avait qualifié certains Etats africains de «pays de m…», nous nous sommes offusqués. Beaucoup d’Algériens avaient mal pris la chose et n’ont pas digéré cet abject qualificatif, tout en croyant ou, du moins, en espérant au fond d’eux-mêmes que notre pays ne soit pas, dans l’esprit de Donald Trump, dans le même panier que ces pays-là. C’est le moins qu’on puisse dire. Pour une fois, les Africains – certes, pas tous, mais au moins une partie de la classe intellectuelle africaine – ont pris leur courage à deux mains et ont répondu de la plus belle manière au président américain.

L’activiste kényan Boniface Mwangi a, par exemple, appelé à «ne pas confondre les dirigeants de m… que nous les Africains élisons, avec notre beau continent. Notre continent est le plus béni de tous, mais il a été violé par des impérialistes, en collaboration avec nos dirigeants de m… pendant des générations».

Ainsi, pensions-nous, l’honneur des enfants du continent africain était sain et sauf. Sauf qu’en ce qui nous concerne, il est tout à fait possible que, au vu de ce qui se trame dans les coulisses pour imposer le cinquième mandat, Donald Trump, avant de lancer ces insanités, avait certainement bel et bien à l’esprit le plus grand pays d’Afrique, l’Algérie en l’occurrence. Les questions qu’il faut se poser maintenant sont : est-ce qu’un pays comme l’Algérie, un pays qui a connu l’une des plus belles révolutions du monde, mérite cela, c’est-à-dire le fait d’être traité, même de façon allusive, de pays de m… ? Comment en est-on arrivé là ? Où est la karama, la dignité, des Algériens ?

Un cinquième mandat pour un président gravement malade, en fin de cycle biologique pour rester dans le politiquement correct, est-ce vraiment utile pour l’Algérie ? Ce serait une grave erreur de ne s’en tenir qu’à cette solution. L’Algérie ne manque pas d’hommes sérieux et patriotes qui pensent à l’intérêt général. Pourquoi ne pas tenir compte, par exemple, de la dernière proposition faite par Jil Jadid et désigner un candidat de consensus qui gérera une période de transition, limitée dans le temps, en attendant de régler de façon définitive et démocratique cette question de gouvernance par l’organisation d’élections libres et transparentes ?

A. G.
Membre fondateur de Jil Jadid

Comment (4)

    Anonymeplus
    25 février 2018 - 8 h 27 min

    Le citron ! Il faut le presser jusqu’au bout.




    1



    0
    chanakhadra
    25 février 2018 - 1 h 23 min

    s’il n’y a pas de trucage on gagne les élections ! tel est le « programme  » de tous les chefs de partis. Donc aucun présidentiable en vue et par conséquent nous voulons garder big little man




    0



    0
    Rayés Al Bahriya
    25 février 2018 - 0 h 33 min

    Seule la vérité blesse.

    Alors chiche….sortez de la merde….




    0



    0
    lhadi
    24 février 2018 - 11 h 35 min

    Ya akhi Aziz,

    Un responsable de Parti politique doit tisser un lien avec le peuple et donner force à un slogan patriotique qui éveille la conscience de la jeunesse Algérienne qui, en ces temps difficiles pour la nation algérienne, se détourne du cadre institutionnel, économique et social.

    Il lui importe de faire en sorte qu’une insurrection des consciences se fasse afin que la jeunesse algérienne médite, s’inspire de la bonne et exaltante tranche de notre histoire dont la source a été : Courage ! Détermination ! Patriotisme !

    Dans son allégorie des métaux, Platon classe les hommes en groupes d’or, d’argent et de plomb. La jeunesse Algérienne, laissée en friche par un pouvoir autiste, est de l’or pur.


    Cette jeunesse, qui veut vivre son temps, bâtir son avenir tout en bâtissant l’avenir du pays, a de l’or dans sa brillante intelligence, de l’or dans sa chaleur et son humanité, de l’or dans sa tolérance et sa générosité, de l’or dans sa loyauté et son abnégation infaillibles.


    La jeunesse algérienne a toutes les qualités et les compétences appropriées pour organiser, diriger notre pays vers une voie nouvelle conforme aux intérêts du peuple et de la nation.

    Sans l’apport de cette force vive de la nation, tout voeu de changement sera pieux.

    
Fraternellement lhadi
    
([email protected])










    8



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.