Le président de la République signe 5 décrets liant l’Algérie à plusieurs pays

France Bouteflika
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. New Press

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé dimanche à Alger à la signature de cinq décrets portant ratification d’accords, de conventions et d’un mémorandum liant l’Algérie à plusieurs pays, conformément à l’article 91-9 de la Constitution, indique un communiqué de la présidence de la République.

Le premier décret porte sur la ratification de «la constitution et de la convention de l’Union africaine des télécommunications (Le Cap décembre 1999 et révisé à Harare en 2014), précise la même source.

Le second décret ratifié est inhérent à l’accord entre le gouvernement de la République algérienne, démocratique et populaire et le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique relatif à «l’assistance mutuelle entre leurs administrations des Douanes, signé à Alger le 2 décembre 2010».

S’agissant du troisième décret ratifié, il porte sur un «Mémorandum d’entente dans les domaines de la protection du consommateur et du contrôle des produits et des services entre le gouvernent de la République algérienne, démocratique et populaire et le royaume d’Arabie Saoudite, signé à Riyad le 15 novembre 2016», précise la même source.

Le quatrième décret ratifié est relatif à «l’accord de coopération entre gouvernent de la République algérienne, démocratique et populaire et le gouvernement de la République du Mali dans les domaines de la protection des végétaux et de la quarantaine végétale, signé à Bamako le 3 novembre 2016».

Le dernier décret ratifié a trait à «la convention d’entraide judiciaire en matière pénale entre le gouvernent de la République algérienne, démocratique et populaire et le gouvernement de la République française, signée à Paris le 5 octobre 2016», conclut le communiqué de la Présidence.

R. N.

Comment (6)

    Reseau
    26 février 2018 - 8 h 01 min

    Mr Abdelaziz Bouteflika à signer cinq décrets rejoignant les pays où les présidents sont élus à vie,et la modification intérêts la constitution par apport à leurs intérêts personnels,oubliant que la vie n’est pas éternelle

    9
    1
    Anonyme
    26 février 2018 - 0 h 45 min

    «Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé dimanche à Alger à la signature de cinq décrets […] conformément à l’article 91-9 de la Constitution […]»
    Trêve de mépris ! Cette Constitution, n’est finalement respectée que dans les «signatures» de décrets, loin des regards du peuple algérien, seule et unique source du pouvoir ? Pourquoi ne l’est-elle donc pas quant aux autres responsabilités et devoirs constitutionnels du Chef de l’État ? Pourquoi ne s’adresse-t-il donc pas au peuple algérien (depuis pratiquement 5 longues années déjà) ?! Pourquoi l’Algérie n’est plus représentée par son président dans le concert des nations ? Pourquoi les Chefs d’États, qui comptent sur la scène internationale, rechignent à venir en visite en Algérie ? Pourquoi un pays comme l’Algérie, et un peuple en entier, doit-il subir une situation inadmissible, comme celle qu’on lui impose injustement et contre son gré ? Pourquoi l’Algérie devrait-elle accepter un recul pareil juste à cause de la maladie d’un de ses principaux responsables ? Ceci est totalement intolérable et que chacun endosse ses responsabilités devant les algériens et devant Allah !

    11
    2
      Anonyme
      26 février 2018 - 18 h 12 min

      Celui qui méprise le peuple algérien sera à son tour méprisé, et par les algériens et par Allah. Et l’Histoire est là pour le prouver.

    Anonyme
    26 février 2018 - 0 h 18 min

    J’ai lu les 6 décrets et je n’ai pas trouvé c’est leur intérêt.

    5
    2
    Anonyme
    26 février 2018 - 0 h 16 min

     »S’agissant du troisième décret ratifié, il porte sur un «Mémorandum d’entente dans les domaines de la protection du consommateur et du contrôle des produits et des services entre le gouvernent de la République algérienne, démocratique et populaire et le royaume d’Arabie Saoudite, signé à Riyad le 15 novembre 2016», précise la même source ».

    Je ne comprends pas ce décret avec l’Arabie Wahhabite ??
    On va protéger les pèlerins Algériens qui mangent dans les restaurants Wahhabites lors du Hadj.

    Moh
    26 février 2018 - 0 h 12 min

    Vos protégés du Club des Pins et et les planqués proches de nos responsables de Paris vous disent merci, la crise n’est pas pour tout le monde, c’est du pain que vous nous avez enlevé à des familles Mr le président !
    ————————————————————————————————————————————————–

    Selon les détails fournis par le budget de fonctionnement de l’Etat, publié dans l’avant-dernier Journal officiel, l’Etat a alloué pour la gestion de la résidence d’Etat de Club des Pins la modique somme de 400 millions de dinars, soit l’équivalent de 40 milliards de centimes.

    Ces subventions ne concernent pas que les institutions existant en Algérie. Ainsi, le Centre culturel algérien à Paris dispose d’une subvention de 140 millions dinars, prélevée sur le budget du ministère des Affaires étrangères. Le centre relève de l’ambassade d’Algérie à Paris.

    10
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.