Le Cnapeste appelle le ministère de l’Education au dialogue et rassure les élèves

Cnapeste ministère élèves
Sit-in du Cnapeste devant la direction de l'éducation à Djelfa. New Press

Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste) a appelé, mercredi dans un communiqué, le ministère de l’Education nationale à un dialogue «sérieux» sur les revendications soulevées, rassurant les élèves quant à leur prise en charge «psychologique et pédagogique».

«Au terme d’un débat sérieux et responsable tout au long de sa session extraordinaire de trois jours, le Cnapeste a décidé de mettre fin à la grève, appelant les enseignants à rejoindre leurs postes à partir de jeudi 1er mars 2018 et à maintenir la session du conseil national ouverte», précise la même source.

Le Cnapeste, qui appelle le ministère de l’Education nationale à «un dialogue sérieux sur les revendications soulevées», a décidé de tenir des assemblées générales suivies d’assemblées de wilaya pour expliquer le contenu du communiqué du conseil national (02/2018) actuel».

La décision du conseil intervient conformément aux orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui a appelé à plusieurs occasions à «faire aboutir le dialogue social et à instaurer la confiance avec les partenaires sociaux».

Mettant l’accent sur «la force de ses représentants au dialogue et à la mobilisation, le conseil a appelé les responsables du secteur de l’éducation nationale à assumer leurs responsabilités et à éviter à l’école algérienne l’impasse».

Pour rappel, le Cnapeste a soulevé des revendications socioprofessionnelles, dont l’application des procès-verbaux nationaux et locaux signés avec les responsables du ministère de l’Education, particulièrement le procès-verbal du 19 mars 2015 et les procès-verbaux des wilayas de Blida et de Béjaïa.

Pour sa part, la Justice a déclaré «illégale» la grève enclenchée par ce syndicat, ce qui amené le ministère à prendre des sanctions à l’encontre des enseignants grévistes.

Selon des chiffres officieux relayés dimanche dernier par la presse nationale, quelque 4 000 enseignants grévistes auraient été révoqués.

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, avait assuré, mardi, que toutes les mesures appropriées seront prises pour la réintégration des enseignants radiés, réaffirmant que ces derniers peuvent faire un recours auprès des directions de l’éducation pour leur réintégration, et ce, dans le cadre d’une commission paritaire.

La première responsable du secteur a rassuré, le week-end dernier, les élèves et leurs parents que toutes les mesures avaient été prises pour garantir leur droit constitutionnel à l’enseignement, en ayant à cœur le principe d’équité et d’égalité des chances.

R. N.

Commentaires

    Anonyme
    1 mars 2018 - 21 h 39 min

    Par quel miracle les terroristes salafistes du CNAPESTE / DAESH sont ils devenus subitement calmes et gentils

    1
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.