Hemarnia sera définitivement radié des rangs de l’UGTA

Hemarnia radiation UGTA
Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de l'UGTA. New Press

Par Hani Abdi L’ex-responsable de l’organique à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Mohamed-Tayeb Hemarnia, vit-il ses derniers jours au sein de cette organisation syndicale ? Selon des sources syndicales, cet ex-membre du secrétariat national risque la radiation définitive des rangs de l’UGTA, lui qui a été éjecté de son poste de secrétaire national en septembre 2017 et de l’union de wilaya d’Annaba, dans le sillage du limogeage d’Abdelmadjid Tebboune du poste de Premier ministre.

La procédure de radiation, déjà enclenchée, devrait être entérinée par la commission exécutive nationale (CEN), instance suprême entre les deux congrès. Cette décision, envisagée depuis quelques mois, affirment nos sources, est motivée par «le travail de sédition» qu’il aurait entrepris au sein de l’organisation «au profit de forces occultes». On reprochait également à Mohamed-Tayeb Hemarnia son «travail de sape» de la centrale syndicale. Pour nos sources, il aurait fortement affaibli l’UGTA par la «marginalisation des syndicalistes actifs, fédérateurs et efficaces sur le terrain au profit d’hommes qui lui soient proches et fidèles».

«Hemarnia avait laissé l’UGTA sur le plan organisationnel dans un état piteux. Il a laissé beaucoup de conflits organiques persister et prendre de l’ampleur. Il s’échinait à tisser sa propre toile dans le but d’atteindre le sommet de l’organisation. Son départ a mis à nu cette gestion plus que contestable», assurent nos sources. Il faut souligner que M. Hemarnia avait appelé récemment dans un communiqué les syndicalistes à se soulever contre le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd. Son appel semble être lié au lancement de la procédure de radiation.

Mohamed-Tayeb Hemarnia a été pendant de longues années proches d’Abdelmadjid Sidi Saïd. Pour certains syndicalistes, «il était son serviteur par excellence, avant de tenter de forcer son destin en œuvrant à tourner en sa faveur des situations de tensions ayant surgi au sommet de l’Etat». D’ailleurs, Mohamed-Tayeb Hemarnia fait partie des syndicalistes de l’UGTA, comme feu Abdelkader Malki, qui ont été nommés, sur proposition de Sidi Saïd, dans le tiers présidentiel du Conseil de la nation.

H. A.

Comment (6)

    Boukerzaea
    3 mars 2018 - 12 h 11 min

    De tout temps l’Ugta est à la solde du pouvoir fait pas se leurrer: le syndicalisme nait et grandi sur le terrain!!

    PREDATOR
    3 mars 2018 - 8 h 56 min

    cet ours polaire doit être jeter en Antarctique

    12
    1
    Un travailleur
    2 mars 2018 - 21 h 43 min

    Quel syndicalisme l’UGTA pratique-t-elle ? Absente du terrain, c’est dans les salons, avec des milieux douteux, qu’elle « milite ». Ce sont les syndicats indépendants qui font du syndicalisme et qui représentent les travailleurs. Pour preuve toutes ces grèves qui paralysent le pays alors que l’UGTA est impuissante. C’est vraiment fou de désigner ce pseudo syndicat comme représentant des travailleurs aux tripartites.

    12
    2
    Felfel Har
    2 mars 2018 - 19 h 01 min

    Si son mentor Abdelhak Benhamouda était encore en vie, il l’aurait étranglé de ses propres mains pour avoir dévié du vrai syndicalisme. Il festoie avec le patronat et il vient pleurnicher avec les prolétaires, quel toupet?

    13
    3
    DZ_HORR
    2 mars 2018 - 17 h 27 min

    Au fait a quoi sert l’UGTA maintenant et en quoi ce Sidi Said est utile a la societe? Il a deja depasse Fakhamatou IV par la longevite a son poste.

    13
    3
    nectar
    2 mars 2018 - 16 h 52 min

    Le vizir qui voulait devenir Calife..Au pays des courbettes, n’importe qu’elle zombie peut atteindre les sommets. Il faut seulement savoir caresser les poils dans le bon sens..

    18
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.