Le sénateur Benzaïm échappe-t-il à la commission de discipline du FLN ?

FLN conseil de discipline Benzaïm
Ould-Abbès a-t-il été sommé de se rétracter sur le cas Benzaïm ? New Press

Par Hani Abdi – La commission de discipline du FLN, réactivée il y a un mois, ne va pas auditionner le sénateur «frondeur» Abdelwahab Benzaïm le mardi 13 mars, comme prévu. La raison est que le président de cette commission est absent pour des soins médicaux. Le bureau politique du FLN a ainsi décidé de suspendre l’activité de la commission jusqu’au retour de son président. Aucune date de retour n’a été avancée. Mais l’argument avancé par le bureau politique du FLN n’est pas convaincant.

Pour les fins observateurs, il s’agit d’une reculade du secrétaire général du parti, Djamel Ould-Abbès, qui aurait subi des pressions de la présidence de la République afin qu’il lève le pied et évite d’attiser davantage les tensions au sein du FLN. Djamel Ould-Abbès a, faut-il le préciser, réactivé la commission de discipline, à laquelle il a transmis les dossiers de plusieurs cadres du parti. Parmi eux, le député d’Annaba, Baha-Eddine Tliba, pour avoir créé, contre l’avis du parti, une coordination nationale de soutien au 5e mandat et impliqué des personnalités nationales dans sa démarche sans leur aval.

Il y a également le cas plus récent, à savoir celui du sénateur Benzaïm, qui devrait passer demain devant la commission de discipline pour avoir réclamé le limogeage de la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit. Mais le sénateur Benzaïm a refusé d’abdiquer, maintenant ses propos et défendant son droit de s’exprimer librement et de critiquer, quand il le juge nécessaire, l’action de l’Exécutif. Il est allé loin en appelant à un putsch contre Djamel Ould-Abbès qu’il qualifie de «dictateur» qui rejette le débat au sein du parti. Avec la suspension de l’activité de la commission, le sénateur Benzaïm échappe-t-il à la sanction ?

H. A.

Comment (6)

    Le Patriote
    13 mars 2018 - 19 h 20 min

    pour régler le problème de ce sénateur, O-A devrait lire et s’inspirer de la pièce de théâtre « Caligula » d’Albert Camus. Il découvrira que cet empereur romain devenu fou au point de s’ériger en dieu et croire que son cheval « Incitatus » était une « combinaison de tous les dieux » et devait être adoré. Au point que Caligula envisagea de le nommer consul (l’équivalent de ministre). Furieux et révoltés les membres du Séant (SPQR) rechignèrent mais n’osèrent pas le dire. Sauf un qui du bout des lèvres osa le dire.
    Caligula prit mal la chose et demanda à cet imprudent : « et toi, qui t’a fait sénateur? » puis ordonna à tous les sénateurs de prendre des balais ert balayer l’hémicycle. Ils s’éxecutèrent sous leqs sarcasmes du fou, pas si fou que ça, qui les traita d’incapables même pour balayer. Et il eut cette formule qui resta célèbre:
    == il est plus facile de faire d’un balayeur un sénateur, que d’un sénateur un balayeur »




    2



    1
    Anonyme
    13 mars 2018 - 18 h 33 min

    Oui benzaim échappera car il a le culot de dire NON à la dictature. Mais il y a plus important que ça … mais ou es passer le gros fut de titi ou bien le bidon de zébra ambulant de tliba qui devrait passer devant la commission disciplinaire. Hahaha la justice des copains et des coquin et du laisser passer et aller..




    1



    0
    CHAOUI-BAHBOUH
    13 mars 2018 - 7 h 10 min

    Le voleur volé, il est urgent de traduire le menteur, imposteur et parasite des instance du F.L.N à leur tête OULD ABBAS, ce ne sont pas les autres, mais cet individu le malade imaginaire, il est temps au gouvernement de balayer devant leur porte, car en cas de soulèvement sociale, il emportera tout ce monde qui gravite autour du Clan comme un camembert qui est plus que fait et dégage une odeur nauséabonde !!!




    4



    2
    Le Ducs
    13 mars 2018 - 5 h 56 min

    Notre héro national à encore perdu,avec Tliba et puis avec Monsieur Benzaim;seul succès d’avoir aidé son fils a quitté le territoire sans etres jugé pour cause de racket et corruption;…




    8



    0
    Anonyme
    13 mars 2018 - 2 h 21 min

    On dirait que D.O.D est pigé. S’il persiste avec ses mensonges, il finira par avoir 1 nez aussi long que celui de Pinocchio, et bien avant les Présidentielles de 2019.




    5



    0
    Anonyme
    13 mars 2018 - 0 h 20 min

    C tant mieux pour Ould Abbas,car il aurait laissé des plumes. La position de benzaim est honorable,c la position que devraient avoir tous les sénateurs députés qui défendent l’intérêt du pays: dire les vérités librement même si elles ne pleurent pas ; ne pas toujours brosser comme des larbins. La critique est bienfaitrice,c le moteur qui permet l’amélioration ,d’éviter des erreurs. Jouer au larbin c très facile,passer la pommade,lever les mains pour tout.. C c comportements complices qui ont méné le pays à la faillite.




    3



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.