Pitoyable Qatar

qatar émirat
L'émir du Qatar, Tamim Ben Hamad El-Thani. D. R.

Par R. Mahmoudi – Qui aurait imaginé qu’en 2011 l’émirat du Qatar, qui faisait alors la pluie et le beau temps (plutôt la pluie), allait se retrouver six ans plus tard dans cette situation d’Etat pestiféré, se rangeant du côté des victimes et négociant sa survie avec ceux-là mêmes qui l’avaient sous-traité pour détruire et ruiner des pays entiers ? Qui se souvient aujourd’hui de l’arrogant Premier ministre, qui était aussi chef de la diplomatie, porte-parole du gouvernement, rédacteur en chef d’Al-Jazeera et chambellan de palais, Jassem Ben Hamad, qui menait la Ligue arabe à la baguette et se plaisait à sermonner ses homologues en direct à la télévision ? Qui, en dehors des Frères musulmans et leurs affidés, pleurera la dégénérescence d’un régime qui a fait tant de mal et planifié la mort de tant d’Etats et de nations ?

Aujourd’hui, cet Etat confetti traverse une sérieuse crise existentielle qui risque de l’emporter, en se rendant compte, tout d’un coup, qu’il n’a plus sa place entre les deux grands voisins que sont l’Iran et l’Arabie Saoudite et que, pour un équilibre des forces dans la région, il doit s’effacer totalement ou se dissoudre dans l’une ou l’autre puissance. Voilà à quoi est réduit son rôle dans ce nouveau monde pour lequel il avait tant misé mais qu’il ne maîtrise plus.

Toutes ses accointances avec les Etats-Unis et Israël ne lui sont, aujourd’hui, d’aucun secours. Le limogeage brutal du secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, qu’on disait plutôt sensible aux pleurnicheries des Al-Thani, a enfoncé le dernier clou sur le cercueil de ce régime moribond. Il ne faut pas oublier que c’est sous le conseil avisé des cabinets et think tanks américains et israéliens que les dirigeants qataris avaient décidé de cultiver le soft power – la chaîne Al-Jazeera, née dans le cerveau d’un conseiller israélien – pour gagner les faveurs des Frères musulmans et lancer les pseudo-révolutions arabes pour fractionner le Maghreb et le Moyen-Orient et changer les régimes les moins dociles à l’égard du condominium israélo-américain.

Voilà donc le destin d’un petit émirat qui a été téléguidé par d’autres pour des desseins de reconfiguration de l’ordre régional qui le dépassent et qui dépassent de loin l’esprit étroit de ceux qui le gouvernent.

R. M.

Comment (8)

    Felfel Har
    16 mars 2018 - 15 h 39 min

    Les qataris et leurs affidés dans la région vont maintenant goûter au « sem lemqatar » de la trahison et de la conspiration contre d’autres pays. Ils apprendront à leur dépens que l’Occident n’a pas d’amis, juste des marionnettes qu’il utilise à son avantage exclusif. Me First and Me Only! Nous sommes au 21 ème siècle et les reliques du Moyen-Age (les monarchie, les principautés et le émirats) sont une espèce en voie de disparition. Même les républiques qui se mettent à rêver de monarchie et de transfert du pouvoir à leur(s) proche(s) vivront des cauchemars.

    bedraham
    16 mars 2018 - 11 h 53 min

    le QATAR est un Royaume qui a tres bien utiliser l’argent du petrole, la preuve…

    6
    2
    صالح/ الجزائر
    15 mars 2018 - 14 h 49 min

    1)- Qatar, les secrets du coffre-fort ( de la France !?)
    de Christian Chesnot et Georges Malbrunot
    Le Qatar : un nain à l’appétit d’ogre . Grâce à ses immenses réserves gazières, il peut tout s’offrir : des clubs sportifs, des pans entiers de l’industrie européenne, des palaces, la Coupe du monde en 2022 . Au terme de leur enquête au pays d’Al-Jazeera , Christian Chesnot et Georges Malbrunot lèvent le voile sur les coulisses de cet Etat confetti . Ils révèlent comment le Qatar a tenté d’acheter un veto russe à l’ONU et de noyauter l’UNESCO ou encore la Ligue arabe, les dessous de ses investissements en France, et comment il est passé de la diplomatie du carnet de chèques à l’armement des rebelles libyens et syriens .
    2)- Ce n’est pas le nain qui a grandi , le nain reste nain , mais c’est les grands ( de la ligue arabe , comme l’Algérie , l’Egypte , Irak , Syrie , Libye … ) qui se sont hélas rétrécis , à cause de l’impopularité des régimes de gouvernance , corrompus et corrupteurs , doublés de manipulations souterrains afin d’arriver à céder , le pouvoir , aux siens ( aux fils pour ceux qui en avaient ) .
    3)- Dans un enregistrement de la chaine française « France 2 » le ministre qatari des affaires étrangères Hamed Ibn Jassem, a osé dire à l’ambassadeur russe , Vitali Tchourkine , au Conseil de sécurité : « Je vous préviens de toute utilisation du veto sur la crise en Syrie, la Russie doit approuver la résolution, sinon elle perdra tous les pays arabes » . L’ambassadeur russe a répondu sèchement : « Si vous me reparlez sur ce ton de nouveau, il n y aurait plus une chose qui s’appelle le Qatar … respectez vous et reprenez votre taille initiale »

    30
    6
    LE NUMIDE
    15 mars 2018 - 10 h 27 min

    CONCLUSIONS GENERALES SUR LE QATAR ET SES MERCENAIRES :
    Le Qatar disqualifié par ses anciens partenaires du Golfe dont l’Arabie Saoudite ( sous la pression de l’Egypte en échange de son alliance ) , isolé dans un monde arabe qu’il a contribué à détruire durablement à travers ses milices des frères musulmans , est venu au Roi du Maroc comme une Serti aux abois , quémander une sorte de réchauffement de relations , sur le dos de l’Algérie et en faisant sa sortie infâme sur l’affaire du Sahara occidental .. mais ce delire ne le menera pas loin , car le ropi du Maroc à l’heure décisive du Sah choisira toujours l’Arabie Saoudite et enverra balader cette principauté microscopique et son petit emir d’Operette .. Le Qatar vient de perdre définitivement et stratégiquement la moindre estime de l’état algérien , apres avoir perdu il y a belle lurette celle de l’opinion populaire , ( sauf sa 5eme colonne constitués des partis des frères musulmans egytiens en Algérie comme Mokri , Naima , Djabala et quelques autres Mawalis qui s’agitent encore sur le scène politique algérienne ) …Que reste-t-il au Qatar ? presque rien et Erdogan embourbé comme un Sultan de Feuilleton dans le merdier kurde en Syrie et dont l’avenir est incertain dans une Turquie européanisée par 100 ans de nationalisme laïc et anti-arabe qui tôt ou tard reviendra à son Kemalisme Touranien pour sortir de la nasse arabe et aller rejoindre des horizons occidentaux comme toujours . Le Qatar est définitivement brulé avec les Perses qui ne lui feront jamais confiance , ni avec les Arabes de l’Irak et de l’Euphrate , en majorité chiistes , ni les Phéniciens chiistes et chrétiens du Levant ( Liban et Syrie ) qui ne lui pardonnent jamais les crimes de ses milices wahabistes qui ont commis tant de crimes sur leurs populations ; brulé aussi et depuis longtemps dans la sphère géostratégique des Egyptiens et des Berbères dont l’Algérie est le socle en Afrique du nord .. ni le roi du Maroc, ni ses Naima et ses Mokri , ni son argent ne peuvent sauver le Qatar qui sera broyé , tôt ou tard par la rancune bédouine tenace de la famille Saoud et des Al Nahyane d’Abou Dabi .. la Qatar est comme la fable de La Fontaine : la grenouille qui voulait être plus grosse qu’un bœuf

    36
    13
    Anonyme
    15 mars 2018 - 10 h 01 min

    Après le Maroc, c’est au tour du Qatar. Qui sera le prochain sur la liste de la haine gratuite ?

    26
    35
      Anonyme
      15 mars 2018 - 11 h 46 min

      Oh pauvre petite innocente victime marocaine arrête tu vas nous faire pleurer…

      29
      10
    Ziad ALAMI
    15 mars 2018 - 8 h 59 min

    La paix dans la Région MENA exige :
    1/- la disparition de la carte géographique de ce Machin dit « Qatar » ,
    2/- la transformation de cette Arabie Yahoudite en vrais lieux Saint de notre Islam El hanif appartenant à l’ensemble du monde musulman et donc géré par lui.
    3/- une urgente assistance au peuple marocain pour le soustraie l’esclavagisme et lui permettre ainsi de vivre dans la dignité.

    33
    11
    Abou Stroff
    15 mars 2018 - 8 h 06 min

    le qatar n’est (ne fut?) qu’un minable petit soldat de l’impérialisme et du sionisme et, en tant que tel, il ne mérite pas beaucoup d’attention de notre part (je pense que la mission qui lui a été dévolue par ses donneurs d’ordre est arrivée à son terme et que, donc, le qatar risque, d’un moment à l’autre, de disparaître en tant qu’état)
    ceci dit, il me semble que nous devons être vigilants et reconnaitre que: « La cause fondamentale du développement des choses et des phénomènes n’est pas externe, mais interne; elle se trouve dans les contradictions internes des choses et des phénomènes eux-mêmes » (Mao Zé Dong).
    en d’autres termes, concentrons nous sur nos ennemis internes (les couches sociales et les « forces » dont les intérêts sont convergents quand ils ne sont pas identiques avec les intérêts des puissances impérialistes et de l’entité sioniste) car, ces derniers sont les « chevaux de Troie » à travers lesquels nos ennemis externes peuvent nous attaquer et essayer de nous anéantir.
    moralité de l’histoire: si un peuple et ses dirigeants sont en osmose, ils sont invincibles. agissons donc pour que le peuple algérien ait les dirigeants qui soient en totale « résonance » avec ses aspirations justes.

    45
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.