Islam «compatible»

Macron France
La France de Macron a trouvé ses souffre-douleur vecteurs de son malaise : l'islam et l'immigration. D. R.

Par Mrizek Sahraoui – Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, la question notamment du chômage est secondaire, ne figurant ni dans les revendications syndicales, ni faisant les Unes des médias, encore moins d’attaques venant de l’opposition. Comme si la question ne se pose plus et que la France a retrouvé le plein emploi. Même les chiffres, qui sont régulièrement publiés lors des précédentes mandatures par Pôle-Emploi, ne font plus partie des commentaires syndicaux, des débats médiatiques et parlementaires. Alors que le problème des inactifs a depuis toujours été la préoccupation majeure des Français, et nombre d’élections présidentielles se sont jouées à l’aune des capacités des candidats à apporter des solutions au chômage qui demeure irrésolu, au regard du taux officiel des dernières statistiques.

La France a trouvé ses souffre-douleur vecteurs de son malaise : l’islam et l’immigration ! Désormais, le débat public tourne et se concentre sur la capacité de l’islam à se rendre oui ou non compatible avec les lois de la République, et des musulmans à se fondre dans la communauté nationale. Il n’y a plus d’alternative. Le vivre-ensemble, un discours creux auquel personne, même ceux qui en revendiquent la paternité, ne croit plus, relève de la chimère ; un concept obsolète parce qu’incapable de suivre l’évolution des choses, et inutile tant le schisme entre les tenants d’une France laïque, mais aux valeurs judéo-chrétiennes et les arrivants qui, eux, croient dur comme fer à la légitimité de leur présence ici, est consommé depuis longtemps maintenant.

L’ère du faire semblant de s’accepter, se tolérer et d’être d’accord sur un avenir commun est révolue. Nombre de Français haïssent l’immigré et ce qu’il a apporté, l’islam. Nombre d’immigrés musulmans détestent la France parce qu’ingrate et arrogante, ayant rompu le contrat et foulé aux pieds les promesses.

D’un côté, l’immigré, notamment musulman, est dit responsable de détricoter la maille au travers de laquelle il s’est subrepticement engouffré. Vu d’en face, c’est-à-dire, du point de vue de l’immigré, le Français est de toutes les façons mécontent quoi qu’on lui fasse, y compris épouser son mode de vie, adopter sa tradition culinaire et se renier jusqu’à l’histoire et l’identité. En clair, l’ex colon – cela ne se dit pas encore ouvertement – doit rester le colon avec les attributs dus à son statut, le colonisé doit demeurer dans son état, se soumettant, courbant l’échine, à défaut de totalement s’effacer. Autrement dit, une minorité invisible avec les droits qu’on eut bien voulu lui octroyer.

Des deux côtés sont nées des demandes contradictoires, les unes opposées aux autres, une incompatibilité accentuée par des éléments exogènes, venus complexifier une situation déjà bien difficile. Le conflit israélo-palestinien, la guerre d’Irak, de Syrie, le chaos libyen et la présence militaire française au Sahel, que d’aucuns voient comme une recolonisation savamment déguisée en lutte anti-djihadiste, ont un lourd impact sur la vie politique nationale.

Et le combat, à la base mené de façon binaire, se mène dorénavant, même dans la rue, entre trois entités, un triptyque qui se dispute jusqu’à l’existence ou à l’éradication de l’autre : le Français s’estimant victime de racisme anti-blanc, le Français d’origine juive d’antisémitisme et le Français musulman d’islamophobie.

En témoigne les commentaires accusateurs ayant accompagné la mort et les scènes de violences verbales – et pas que – ayant émaillé les obsèques de Mireille Knoll, cette octogénaire juive assassinée à Paris le 23 mars dernier.

Ce jour-là, à la demande du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), des Français, chefs de partis et députés de la nation de surcroît, sont interdits dans le cortège pompeusement appelé républicain. Sur les plateaux de télévision, des philosophes intellectuellement malhonnêtes ont surfé sur un acte odieux pour semer la confusion et l’amalgame, réclamant orbi et orbi la tête de l’islam radical, en réalité de l’islam tout court dont les représentants, au milieu de la procession, ont condamné un acte abject.

La France se meurt, non pas de sa diversité sociale, culturelle et cultuelle, et de tous les apports en richesses que des générations d’étrangers y ont apportés, mais de sa jalousie d’avoir été choisie comme seconde patrie par ceux qu’elle n’a pas invités à venir. Comme si elle aussi fut invitée (…) et à y rester aussi longtemps.

M. S.

Comment (16)

    Kamel
    5 avril 2018 - 15 h 30 min

    Il est vrai que la France et certains pays européens versent de plus en plus dans l’islamophobie, le racisme et le rejet envers l’islam particulièrement ! Les partis politiques extrémistes ont le vent en poupe actuellement et sont en progression constante ! Ce sont des attitudes qu’il faut combattre et dénoncer sans relâche bien évidemment !

    Mais il faut quand même dire une petite chose, puisqu’on parle ici dans cet article d’islam compatible ou non avec la république. Il existe effectivement certains musulmans de France qui ne font pas l’effort d’éviter de manifester ostentatoirement leur religion ! Certains internautes parlent d’une nécessité de réciprocité, c’est vrai mais les pays arabo-musulmans sont ce qu’ils sont hélas ! Mais moi je préfère vous donner un exemple très précis et concret d’un type de comportement chez certains musulmans de France. Je dis bien certains.

    Ayant eu à exercer la profession d’enseignant en mathématiques dans un collège dans la région Toulousaine, j’ai assisté à une réunion convoquée par le service de la Vie Scolaire pour examiner le cas d’un de mes élèves qui avaient plusieurs demi journées d’absences ! Au regard du dossier, sur les 17 absences non justifiées au cours du 1er trimestre (je parle d’absences non justifiées, car il y en avait plusieurs autres mais justifiées) eh bien douze (12) sont des absences le vendredi après midi. Lors de la discussion avec les parents pour expliquer le pourquoi de la chose, les parents (d’origine magrébine) ont répondu tout bonnement que les absences du vendredi après midi ne doivent pas être considéré comme « injustifiées » car c’est une obligation religieuse d’aller à la mosquée ! Ce sont les parents eux-mêmes qui parlent ainsi. Ils maîtrisaient très bien le français et sont installés en France depuis quelques années déjà !

    A vous de juger si dans ce cas très précis, l’islam est compatible avec la république ou pas !!!

    26
    4
    La loi du talion !
    5 avril 2018 - 14 h 41 min

    Cher compatriote internaute @LOUCIF, vous parlez de la nécessité d’une réciprocité entre les pays occidentaux chrétiens et les pays musulmans en matière de liberté de conscience et de culte, et je vous donne entièrement raison !

    On constate effectivement que les musulmans qui ont choisi d’aller vivre en occident chrétiens revendiquent sans cesse la construction de mosquées, exigent la distribution du hallal dans les cantines, revendiquent la liberté totale de pratiquer leur religion selon les pratiques et les coutumes de leur pays d’origine, revendique le voile islamique intégral etc… etc…. etc… alors que dans les pays musulmans tout velléité chez tout citoyen non musulman de revendiquer un quelconque exercice de liberté de culte ou e conscience est considérée comme une haute trahison envers l’islam, Dieu et le prophète ! Exemple : la hogra, l’intimidation et la persécution envers les quelques chrétiens algériens qu’on accuse, sans preuve, de prosélytisme et de danger pour l’Algérie !

    Quel paradoxe !!! Mais attention à l’effet boomerang qui fera très mal si un jour les pays occidentaux chrétiens exigent cette réciprocité !!!! Oeil pour oeil, dent pour dent, n’est-ce pas !!?

    25
    1
    AL- HANIF
    5 avril 2018 - 13 h 21 min

    Cet éditorial fait un état des lieux sur ce on quoi on avait alerté: la tentation de construire une vision négative non de l’islam mais de la visibilité de plus en plus grande de la pratique de musulmans, pour la majorité d’entre-eux français et n’ayant aucun pays de rechange.
    Le cynisme en politique qui cherche devant l’impuissance à régler la question sociale, à diviser en agitant la question identitaire suit une pente dangereuse.
    Titrer comme le fait, l’hebdomadaire l’Express, qui a enchaîné des ‘Une’ plus islamophobes les unes que les autres que » L’antisémitisme de voisinage tue  » et « révèle une haine du quotidien qui se banalise », vise surtout à exonérer les politiques de leurs liens avec les pays sponsors de l’islamisme et qui font la fortune de leur personnel politique de haut rang.

    Dans ce débat , réactivé par ce drame que constitue le meurtre d’une vielle dame par deux paumés, je n’ai vu comme dignité que celle du fils de la victime, refusant jusqu’au bout d’être otage d’un agenda sournois et d’une récupération politique.

    Que le franco-tunisien Hakim El Karaoui, ex plume de Raffarin , ami de Macron et ex-pair banquier soit appelé à la rescousse pour donner ses lettres de noblesse à la vision complotiste d’un certain islam n’est d’aucune surprise. Accréditer l’idée que la critique de l’Etat d’Israël relevait de l’antisémitisme le plus primaire et que les enfants de l’immigration étaient allaités au lait de la haine du juif est un raccourci dangereux. Valls citant Kamel Daoud pour pointer l’islamo- gauchisme et une soi-disant alliance brun-rouge-vert est très attendu.

    Il ne s’agit pas de nier que certains discours confusionnistes existent et qu’ils relaient un antisémitisme primaire mais ils ne relèvent pas d’une idéologie structurée. La facilité avec laquelle des mouvement djihadistes ont pu recruter au sein de l’Europe et plus particulièrement en France et en Belgique, témoigne d’un laxisme ancien et peut-être bienveillant pour la mouvance islamiste lorsqu’elle entre dans les plans de l’agenda interventionniste du changement de régime.
    Il ne s’agit pas non plus de nier que des forces coalisées poussent à la Aliyah de la communauté juive, en jouant sur son sentiment d’insécurité réel pour conforter la thèse du foyer juif qui les attend; l’annexion des territoires occupés et l’enterrement de la question palestinienne.

    On nous présente comme radicalisés des personnes en impasse identitaire, économique dont vous fuirez la compagnie au bout de deux minutes. L’UOIF, dominée par une vision rétrograde de l’islam que je combats, et sous coupe du Makhzen, encadrée par ses agents, travaille depuis des décennies avec l’argent de l’Arabie saoudite et du Qatar à une fausse ré-islamisation de la France quand le seul projet est de construire des bataillons électoraux pour peser sur les municipalités et les autorités politiques et promouvoir les thèses wahabistes.

    Aubry à Lille, Juppé à Bordeaux, comme d’autres ailleurs ont perdu leur âme dans cette compromission avec le diable islamiste en costume cravate et poinçon salafiste sur le front pour rappeler le projet transnational et la mort à long terme des Etats-Nations, au profit de la chimérique Oumma à inscrire dans la réalité physique d’un Califat.

    La réunion du Bourget conçue pour renvoyer une image de force est orpheline de son prédicateur vedette Tarek Ramadan, cheville ouvrière du projet et Qatar et Arabie saoudite jouent la discrétion. Ben Salman junior a changé le logiciel!

    Il est vrai que la société française était devenue multiculturelle et que la laïcité permettait une coexistence pacifiée avant que Qatar et Arabie saoudite ne déversent leurs milliards pour conforter les jeunes dans un statut victimaire, d’éternels minoritaires, ne les arrachent à leur affiliation première et à l’amour du pays d’origine.
    Lors de la décennie noire, toutes ces forces ont convergé pour naufrager l’Algérie , et quand un certain professeur se fait Torquemada pour doctement asséner que l’idéologie occidentale canadienne ou anglaise était neutre et que tout contact avec la culture française était constitutive du statut d’auxiliaire de Hizb França, j’espère seulement pour lui qu’il se tient loin du foyer de contamination de la langue et de la culture françaises.
    Si son passeport détient un seul visa de ce pays honni, alors après cette charge, les mots n’auront plus de sens.

    Il est vrai que nul ne peut citer comme à Londres le nom d’un maire de grande ville, se définissant comme musulman dans le privé, ni à l’assemblée et encore moins au sénat.
    Cependant l »agression de pompiers dans les quartiers n’est pas une vue de l’esprit, ni l’insistance stupide des maris de n’avoir à faire dans les hopitaux qu’à des femmes médecins pour leurs épouses en nom d’une vision de l’islam qui braque la société française et prépare le choc des civilisations.
    Je connais des familles d’origine arabe qui paniquent à l’arrivée d’immigrés venus de pays subsahariens et qui ne pensent qu’à déménager.

    Pour rester crédible et ne pas toujours voir la poutre dans l’oeil du voisin, je dois signaler le caillassage du Alger-Oran dont j’étais à bord il y une semaine, avec vitre brisée et risque de blessures pour passagère enceinte et passagers.
    Devant mon courroux, un passager régulier de la ligne m’a confirmé que ces agressions étaient fréquentes aux abords de certaines régions que l’on appelaient  » zones de turbulences » et que la seule parade était de baisser la tête.
    Alors continuons de baisser la tête!

    31
    1
    lhadi
    5 avril 2018 - 13 h 07 min

    Bien que le sionisme n’est ni une religion, ni une race, ni un peuple, mais une idéologie politique raciste ; Bien que l’antisémitisme est, lui, une forme de racisme, de xénophobie qui rejette… les juifs et non la politique d’un Etat, le président de la république Française qui, lors d’une de ses sorties médiatiques déclara : « Nous ne céderons rien à l’antisionisme car il est la forme réinventée de l’antisémitisme ».

    Ce raccourci peu digne atteste que la France, en termes politiques et médiatiques, est soumise au diktat du lobby sioniste notoirement connu pour être un ardent combattant contre la religion musulmane : religion d’humanisme et de tolérance pour les croyants et les incroyants ; une religion musulmane par définition laïque donc compatible avec la loi fondamentale de la république Française et ses symboles : liberté, égalité, fraternité.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    39
    5
    Anonyme
    5 avril 2018 - 12 h 06 min

    Tout au long du Moyen Age, l’Europe fut livrée aux barbares, comme chacun sait, tournant ainsi le dos à la pensée antique. Les traditions philosophiques et scientifiques furent perdues et ce n’est qu’après une amnésie de sept siècles, qu’ils réapparurent et suscitèrent à nouveau de grands débats intellectuels en Europe.
    Bien entendu, l’ethnocentrisme ne tint aucun compte de l’apport considérable des philosophes et scientifiques musulmans dans l’avènement de la Renaissance de l’Europe, pour faire croire ainsi que cette résurgence ne pouvait relever que du miracle et préparer les alibis nécessaires en vue d’instaurer une ère de domination coloniale.
    Pourtant, durant tous ces siècles, des musulmans venus du Maghreb faisaient de AL Andalus une terre de rencontres culturelles entre Orient et Occident qui permit d’accroître d’apports décisifs les savoirs de l’Antiquité et de l’Orient ancien, pratiquement dans tous les domaines, notamment ceux de la philosophie, des sciences, y compris la médecine et l’astronomie, en passant par la géologie et le nautisme, ainsi que dans l’architecture, comme l’Alhambra de Grenade et la grande mosquée de Cordoue par exemple, la musique et le vêtement.
    Dans le domaine technologique, les premiers ingénieurs musulmans conçurent moulins à eau, moulins à vent, horloges hydrauliques, fontaines, automates et autres ouvrages fondés sur l’hydraulique et la mécanique qui se répandirent autour de la Méditerranée et y exercèrent une grande influence. En particulier, leurs études de génie civil et d’arpentage firent considérablement progresser les techniques de construction des ponts, barrages, canaux et systèmes d’irrigation. Dans le domaine militaire, les armées musulmanes du royaume de Grenade se servirent au XIIIème siècle et pour la première fois en Europe, de la poudre noire et introduisent les armes à feu qui allaient révolutionner la technologie militaire.
    C’est ainsi que les trésors de la pensée antique furent récupérés et développés par des philosophes et des scientifiques musulmans qui constituèrent, à leur tour, des apports éminemment utiles à l’Europe. Ces quelques exemples montrent combien le rayonnement sans égal que connut le monde musulman du IXème au XIIIème siècle, notamment dans les pays méditerranéens, pourrait constituer une source commune d’où l’on pourrait puiser des raisons de travailler ensemble de manière synergique et dans le respect des cultures.

    5
    5
      Kamel
      5 avril 2018 - 15 h 50 min

      @Anonyme, mais alors qu’attendent nos autocrates, nos gouvernants et nos monarques pour retrouver cet islam dont vous parlez, cet islam de l’ouverture, cet islam de la tolérance, cet islam de la science et de la culture, cet islam de la connaissance dont a bénéficié l’humanité, cet islam qui a su s’abreuver et s’imprégner des connaissances des autres civilisations comme celles de la Chine, de la Perse et de l’Inde ….. !!!???

      23
      1
    Kahina-DZ
    5 avril 2018 - 11 h 52 min

    Mais le tapis rouge sera toujours déroulé pour recevoir les banquiers et les producteurs de cet intégrisme qui a rendu les musulman incompatibles (selon les critères de ces philosophes de la société invisible/secrète)

    15
    8
    Anonyme
    5 avril 2018 - 11 h 41 min

    Tout ce qu il ne faut pas faire c est de se sentir scandalise et impressionne par cet extremisme dans les declarations et cette islamophobie choisies comme strategie electorale pour pousser les jeunes Francais musulmans a la radicalisation et a commettre des actes extremistes et les pousser a se jeter dans les bras des Islamistes extremistes pour mieux les exploiter a commettre l irreparable, c’est a dire apporter de l’eau aux moulins de l extreme droite et des partis conservateurs, tels l ex front national des Lepen ou les republicains de Sarkosy ou meme le parti de Macron et son extremite de droite agressive.
    Il est tres important pour nous Francais musulmans de garder notre sang froid, et surtout ne jamais reagir aux provocations d ou qu elles viennent. Nous allons assister a des discours de haine de tous les cotes, nous allons assister a une evolution plus agressive encore au proche orient sur l injustice qui y règne, mais restons calme car nous sommes condamnes a reussir pour etre les meilleurs dans nos etudes universitaires et notre travail pour atteindre les meilleurs resultats.
    Organisons nous pour devenir une veritable force electorale sur la scene Francaise, pour influencer et changer le cours des evenements a notre avantage, et ne jamais tomber dans le piege de la radicalisation… car c est le but principal de leurs discours et leurs provocations.

    28
    5
      LOUCIF
      5 avril 2018 - 13 h 05 min

      @Anonyme magnifique proposition que de s’organiser en tant que citoyens musulmans de France, qu’on soit d’ailleurs d’origine immigrée ou natifs en France, pour participer à la vie citoyenne, à la vie politique locale et nationale dans le but d’acquérir des droits au même titre que les autres citoyens français dits non musulmans. Il ne faut pas être dans une posture de victimaire mais plutôt aller au combat en tant que citoyen sans nécessairement le faire en tant que musulman car s’est contre productif !

      Il faut certes être fier de sa culture, de ses origines, de sa religion, être fière de l’art en général de son pays d’origine et de ses ancêtres, etc… mais le faire par des démonstrations communautaires ou religieuses c’est néfaste et contre productif !

      18
      4
    LOUCIF
    5 avril 2018 - 11 h 07 min

    Monsieur Mrizek Sahraoui

    Oui Monsieur il est très possible pour les musulmans de France ou des pays occidentaux de vivre en compatibilité avec les valeurs, les mœurs des sociétés occidentales ! Il suffit juste:

    – de ne jamais affirmer publiquement et ostensiblement que la loi du Coran est au dessus de la Constitution et des lois des pays d’accueil ! Çà ne sert à rien de provoquer alors qu’il est possible comme le suggèrent la loi et les coutumes islamiques de respecter les pays non musulmans qui les accueillent.

    – d’éviter d’être agressif dans la revendication légitime des musulmans à exercer convenablement leur religion. La laïcité permet en effet l’exercice de toute religion et c’est un droit inaliénable. Cela se traduit déjà par l’existence des mosquées, même en quantité encore suffisante. Il faut quand même faire remarquer que les autorités et les citoyens des pays musulmans voient toujours d’un mauvais œil ou même répugnent à voir s’ériger une église ou une synagogue sur leur territoire et considèrent déjà leurs propres citoyens chrétiens ou protestants ou athées comme des ennemis de l’islam et des pays musulmans !

    – d’éviter de recourir aux prières de rue pour revendiquer le manque de lieux de culte. Il faut privilégier la négociation avec l’autorité politique et les élus pour trouver des terrains d’entente à l’exercice du culte d’une manière sereine et responsable. Il faut mettre fin en urgence à la revendication de porter le voile islamique intégral ou non intégral dans les administrations, les écoles et les universités. C’est une absurdité d’affirmer que le voile intégral islamique est une obligation coranique.

    – de s’abstenir de déclamer chez eux que l’islam est au dessus des autres religions au motif que c’est la dernière religion révélée.

    – de s’abstenir de chercher à obtenir des faveurs ou des égards particuliers envers les citoyens musulmans au motif que la pratique de l’islam est plus rigoureuse et contraignante que les autres religions ( on peut citer les demandes d’aménagements des horaires de travail pour le mois du ramadhan, les demandes de jours supplémentaires pour la célébration des cultes de l’Aid, les sollicitations auprès des établissements scolaires (écoles primaires, collèges , lycées) de ne pas prendre en considération les absences des élèves le vendredi après midi au motif que la prière du vendredi est obligatoire etc… etc….) Un bon musulman est celui qui vit sa religion en son for intérieur, discrètement et sans comportement ostentatoire , même dans habillement ! Je n’ai pas lu encore dans le Coran qu’un musulman doit nécessairement s’habiller en kamis, en gandoura, en hidjab, en 3hbaya pour avoirs droit au paradis ! Dans les pays musulmans, tout cela peut s’expliquer et se justifier, mais chez les kofars je ne le crois pas ! Enfin, ce n’est pas demain qu’on comprendra tout çà et qu’on se rendra à l’évidence.

    – d’admettre enfin que les commerces dits « hallal » sont autorisés et se développent d’une manière exponentielle alors que dans les pays arabes ouvrir par exemple une charcuterie peut entraîner un lynchage public, voire une pendaison haut et court à un poteau électrique. La réciprocité dans ce domaine là devrait être une évidence et couler de source.

    PS : il y a une seule chose que les citoyens musulmans des pays occidentaux doivent refuser de faire : celle de se croire obliger de descendre dans les rues pour protester séparément et entre musulmans contre des attentats faits soit disant au nom de l’islam et de cris Ellah Ouakbar. Les manifestations, les condamnations ou les recueillements doivent se faire tous ensemble avec le reste des citoyens et de la population et non entre communautés ! Les citoyens musulmans l’ont d’ailleurs déjà fait et prouver en maintes occasions en participant aux marches, d’autant qu’ils ont été eux-mêmes victimes du terrorisme ! A mon avis, les musulmans devraient répondre à ceux qui font pression sur eux pour sortir dans la rue seuls entre eux pour dénoncer les attentats ou l’islam politique, qu’il le feront le jour où les citoyens juifs sortiront seuls entre eux dans la rue pour affirmer que le fait de condamner et de combattre le sionisme ne signifie pas être anti sémite !

    49
    3
      awrassi
      5 avril 2018 - 15 h 53 min

      En France, il y a un paramètre dont personne ne veut parler parce qu’il est typiquement lié à la lutte des classes et donc dangereux à évoquer. Les anciens émigrés musulmans ont toujours prié en catimini et n’ont jamais fait de bruit, mais leurs enfants et leurs petits-enfants ont été oubliés socialement et politiquement. Non, par manque de compétence, mais le plus souvent parce qu’ils sont nés colonisés et qu’ils doivent mourir colonisés ». En d’autres termes, la France n’a jamais fait une place aux 2e et 3e générations d’émigrés musulmans. Elle leur a certes octroyé la nationalité, le gîte et le couvert, mais elle leur a refusé toute ascension, voire existence, sociale. S’est constitué dans leur esprit une lutte acharnée contre la France, qu’ils méprisent au plus haut point et contre laquelle ils se battent avec leurs moyens, l’un d’eux nous étant très connu : la « taghanant » ! Evoquer les frustrations sociales des émigrés maghrébins et noirs serait parler « lutte des classes » et éveiller des consciences. La classe dirigeante française – tous partis confondus – ont préféré parler « guerre civilisationnelle » ou « culturelle ». C’est sous Giscard et Chirac que se sont construites la plupart des mosquées. Non pour aider les musulmans à prier mais pour les empêcher de réveiller les banlieues. Marx n’a-t-il pas dit que la religion était un moyen de lutte contre les prolétaires ? De toute façon, l’Occident finira par imploser, car il ne pourra pas indéfiniment vivre sur le dos des pauvres … L’islam et les musulmans ne cacheront pas longtemps ses dérives et son hypocrisie.

      9
      4
    Anonyme
    5 avril 2018 - 10 h 08 min

    Depuis déjà bien longtemps, le monde musulman a fermé ses portes à ses propres philosophes sur ordre d’un Calife qui a cru, à tord, que la meilleure réponse à donner aux occidentaux qui ne cessaient de relever des prétendues « contradictions » dans le Coran, était ….. le silence !……
    C’est ainsi que l’Occident chrétien s’imposa militairement et surtout philosophiquement au reste du monde. L’approche scientiste prônée par Pascal, Descartes et Kant permit à l’homme occidental de développer son ethnocentrisme triomphant, au détriment de toutes les autres cultures qui lui étaient étrangères. Cette tendance à répudier toutes les manifestations culturelles et les comportements éloignés de ceux auxquels nous nous identifions fut la conséquence des succès remportés par les peuples occidentaux dans les domaines économique et social et fait naître le sentiment d’une supériorité de leur civilisation par rapport à toutes les autres cultures. La théorie dite de la convergence a même prévu un couronnement de l’histoire de l’humanité par un gigantesque phénomène d’involution culturelle au profit de cette civilisation.
    Claude Lévy-Strauss écrivit à ce sujet :
    « L’attitude la plus ancienne et qui repose sans doute sur des fondements psychologiques solides, puisqu’elle tend à réapparaître chez chacun de nous quand nous sommes placés dans une situation inattendue, consiste à répudier purement et simplement les formes culturelles, morales, religieuses, sociales et esthétiques qui sont les plus éloignées de celles auxquelles nous nous identifions : « Habitudes de sauvages, cela n’est pas de chez nous. On ne devrait pas permettre cela, etc. », autant de réactions grossières qui traduisent ce même frisson, cette même répulsion en présence de manières de vivre, de croire ou de penser qui nous sont étrangères »
    Selon le célèbre anthropologue et ethnologue français, l’ethnocentrisme a de tout temps existé et a eu des conséquences historiques dramatiques, avec parfois de lourdes connotations raciales: Ainsi, pour l’antiquité grecque, tout ce qui n’est pas grec est barbare. Dans l’oreille d’un Grec, « barbare » évoquait le chant inarticulé des oiseaux et dans son origine latine, le terme « sauvage » renvoyait clairement à un genre de vie animal, contraire aux valeurs de la civilisation. Des siècles plus tard, tout ce qui n’était pas européen est sauvage et donc, dans la mesure du possible, à civiliser. L’ethnocentrisme apparaît ainsi comme un préjugé consistant à reléguer certains hommes au rang animal ou végétal et à les rejeter dans la nature comme des corps étrangers à une culture privilégiée.
    Par ailleurs, une des conséquences de la survalorisation de la technique par l’occident fut le préjugé de l’évolutionnisme social: Antérieur dans sa formulation à l’évolutionnisme biologique de Darwin, celui-ci consiste à penser que les sociétés se sont succédées dans le temps historique selon un ordre rigoureux de perfectionnement croissant.
    Cette théorie envisage les différents états culturels comme des étapes plus ou moins avancées dans un processus de développement linéaire qui conduit fatalement toutes les sociétés à un même point : le point d’excellence, celui justement qu’aurait atteint la société occidentale avec la révolution industrielle.
    Mais l’histoire nous enseigne que l’humanité ne progresse nullement de manière linéaire et qu’il est rare que les effets s’additionnent pour former une combinaison favorable. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que ces belles certitudes se soient trouvées récemment compromises, d’un part, par le développement même de la pensée scientifique concluant à l’interaction entre culture et science, et d’autre part, par la réussite économique et technologique de certains pays non occidentaux comme la Chine, l’Inde ou le Brésil, dont la vision du monde est rigoureusement étrangère à celle du monde occidental.

    18
    11
      Anonyme
      5 avril 2018 - 11 h 18 min

      Deconstruire l’occident pour relativiser la modenité ne fait pas faire un pas de plus au « monde islamique ». L’uniformisme oummiste tue le pays-Numide-. Les arabes créateurs de l’islam- bon ou mauvais c’est du subjectif- se libèrent de l’anti-occident et anti-judaisme, alors que l’Algeristan s’offre comme cobaye de l’islamicus

      9
      3
    awrassi
    5 avril 2018 - 7 h 47 min

    L’article aurait été excellent s’il n’avait pas omis la secte qui contrôle, oriente et dirige et ses desseins : la franc-maçonnerie et ses illuminati. Personne ne me fera croire que la France est dirigée par des Français normaux !

    10
    7
      marxopolos
      5 avril 2018 - 9 h 36 min

      « Les philosophes intellectuellement malhonnêtes…c’est de cela dont il s’agit, j’ai cru comprendre. Ils sont tous francs-maçons.

      10
      5
      LOUCIF
      5 avril 2018 - 12 h 07 min

      @awrassi , d’accord avec toi . J’ajoute que la France est de plus en plus entre les mains des pro-sionistes et des pro américains ! C’est une vérité évidente ! Il suffit d’écouter les propagandes des radios et des télévisions françaises (en continu ou non) ainsi que certains journaux pour s’en rendre compte. La France d’en haut a choisi son camp , c’est clair !

      17
      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.