Franches explications pour clore un débat (III)

littérature algériens naturalisés
Kamel Daoud. D. R.

«M’tornis» : une discussion édifiante

Par le professeur Abdellali Merdaci – Ceux qui me lisent, et qui m’ont lu, savent que je suis engagé depuis très longtemps dans un combat quasi-solitaire pour l’autonomisation de l’espace littéraire algérien, subjugué et phagocyté par la France littéraire (Cf. mon ouvrage Engagements. Une critique au quotidien, Constantine, Médersa, 2013). Depuis le Manifeste de la littérature-monde en français, en 2007, signé par l’Algérien Boualem Sansal, les littératures de langue française de l’ancien domaine colonial français sont constituées en périphérie de la littérature française. Dans notre pays, les conséquences plus visibles et plus anciennes de la mainmise néocoloniale française restent la déterritorialisation et la dénationalisation de la littérature algérienne (principalement de langue française), qui datent des lendemains de l’indépendance. Aujourd’hui, il y a deux littératures pour un seul pays : celle qui se fait à Alger et celle qui est imposée par Paris, barrant dans le monde la première, fortement minorée. Il faut en prendre acte : le pamphlet de Rachid Boudjedra apporte une avancée considérable dans la réflexion sur une possible littérature algérienne autonome, débarrassée de ses «contrebandiers de l’Histoire», de ses harkis et de la gangue de l’institution littéraire française.

Youcef Benzatat («Sur les pas de Rachid Boudjedra contre les ‘‘mtornis’’», AP, 2 avril 2018) m’interpelle – indirectement – sur le «mtorni», un personnage qui appartient à l’imaginaire de notre pays, réintroduit dans le margouillis de notre société déphasée depuis son ébranlement par l’islamisme armé dans les années 1990. Dans plusieurs travaux, j’ai théorisé le concept de néo-indigène et son corollaire le néo-indigénat. Il fallait opportunément donner une appellation usuelle au phénomène : le «mtorni», en ses habits neufs, y répond.

Recentrant notre discussion sur Slimane Benaïssa, Benzatat réalise stylistiquement une boucle. C’est très astucieux de s’interroger sur l’étonnement de celui qui s’étonne tout en étant lui-même dans le double étonnement dans lequel il me projette devant Kaddour Naïmi. L’étonnement, ressassé en la circonstance, décrit-il un cercle vertueux de la connaissance ou une vraie décompensation de l’analyse de l’intrusion du politique dans la culture en Algérie ? Le bilan de son quart de siècle de francité que Slimane Benaïssa fignole dans un quotidien national suivi par l’officialisation par le ministre de la Culture Mihoubi de sa nomination à une responsabilité dans le champ culturel national sont concomitants, presque orchestrés. Ils se déclinent dans une continuité : la citation à l’ordre du Mérite national attribuée au réalisateur français d’origine algérienne Merzak Allouache, premier naturalisé de cette cohorte des années 1990, dévoyé en Israël, dans ses festivals du cinéma où il se rend avec son passeport français. Benaïssa et Allouache ne sont pas seuls, précédés par le cinéaste Mahmoud Zemmouri, décédé en 2017, criant encore au début des années 2010, plus de vingt ans après avoir émigré en France, son «dégoût total» de l’Algérie et son envie de «continuer en France». Ils sont rejoints par le cinéaste naturalisé Lyès Salem, signant un film L’Oranais (2014), une caricature du FLN de la guerre et de l’après-guerre, plus acclimaté dans les miasmes d’alcool et les bordels que dans les luttes nationales, qui espérait courir le montrer en Israël, mais qui y a renoncé sous la pression du Comité algérien de boycott d’Israël, en raison d’un financement gouvernemental algérien. Quel est donc ce pays qui donne de l’argent à un cinéma qui insulte sa mémoire de la guerre ? Mais il n’y a pas que le théâtre et le cinéma. La littérature fut-elle la plus traitresse ? L’écrivain Anouar Benmalek savoure un doux plaisir à entrer en Algérie avec son passeport français, pris en charge par le gouvernement algérien, pour participer à des manifestations algériennes et s’exprimer impudemment au nom des Algériens et de la littérature algérienne ; il en a témoigné publiquement. Salim Bachi, qui martelait, à son arrivée en France, qu’il n’a pas d’avenir en Algérie, prétend incarner sa littérature. Et tutti quanti… En fait, c’est toujours la semblable engeance de grappilleurs sans vergogne.

Or, ces personnalités du théâtre, du cinéma, de la littérature, de la musique (Ah ! Cheb Khaled !), des arts plastiques, n’ont pas le souci de ce qui a été leur pays, jeune nation sortant du colonialisme, et à la première occasion ils ont pris le large. Si leur idéal de vie est la France, il aurait été plus indiqué pour eux de ne plus revenir dans leur ancien pays, en insatiables grappilleurs, privilégiés par le pouvoir contre des intellectuels, artistes et écrivains algériens loyaux. J’ai vainement cherché dans les nombreuses déclarations et écrits de ces Français d’origine algérienne l’amorce d’une réflexion critique sur leur situation, il n’y en a pas. Ils ont souvent quitté leur pays pour des compensations très matérielles, un hédonisme pantelant et une sorte de fixation jouissive du bonheur retrouvé de l’ancienne mère-patrie.

Espace théâtral libéré et universalité

J’insiste sur cet aspect fort curieux. Je lis, majoritaires dans le forum d’Algeriepatriotique, des Algériens encourageant et défendant à outrance, systématiquement, tout ceux qui font le choix d’être contre leur pays. Soit ces Algériens du Net n’ont aucune conscience nationale, aucune solidarité de groupe, indispensables à un pays libre et indépendant, parce qu’elles n’ont pas été enseignées par l’école, la société et la famille ; soit ce sont des parents et des amis des mis en cause qui interviennent en nombre pour les rédimer de leurs penchants ; j’ai aussi lu que ce sont des Marocains, se faisant passer pour des Algériens, qui polluent les débats nationaux du site.

Essayez, à titre d’exemple, d’éclairer l’itinéraire d’écrivain en France de Kamel Daoud, guidé par Mme Françoise Nyssen, patronne d’Actes Sud et actuelle ministre de la Culture du président Macron, qui a énergiquement entrepris la réécriture de son premier opus Meursault dans le sens qu’attendaient les héritiers Camus, un fait que le trublion oranais ne conteste pas, vous serez sans répit accusé de «jalousie». Daoud réussit en France et peu importe le prix d’indignité qu’il aura concédé à cette réussite, promu, entre autres, par Pierre Assouline, chef de file du lobby sioniste de la littérature française, et protégé par Bernard-Henri Lévy, fossoyeur de la Libye. Ce ne sont pas des rumeurs, mais des faits objectivement observables et vérifiables de l’histoire littéraire. Pourquoi les Algériens ne s’interrogent jamais sur les raisons du succès fabriqué en France d’écrivains algériens, qu’ils ont vu naître chez eux, qui ne maîtrisent pas la langue de ce pays, mais qui savent, selon les caverneux agendas français, communiquer sur le système politique algérien, l’islam, les Arabes, la Palestine et le sexe des migrants ? Cette incompréhension, je la ressens dans ce débat sur Slimane Benaïssa.

Je salue, toutefois, les rares lecteurs d’Algeriepatriotique, fidèles à notre patrie, malgré les jours contraires. Ils savent débusquer une défection sous les plis de drapeaux étrangers. Comme celle de cet ex-étudiant d’une université de Constantine, qui m’accuse de dénaturer la culture constantinoise et ses acteurs dont j’ai été, œuvres à l’appui, un des premiers initiateurs (Cf. mon ouvrage de référence Constantine, itinéraires de culture, 1962-2002, Constantine, Simoun, 2002, la toute première synthèse éditée sur la culture constantinoise et ses acteurs). Cet ancien étudiant, dont la formation en Algérie et la bourse dans un pays anglophone ont été payés par l’argent du contribuable, s’exprime au nom d’une «diaspora» établie à l’étranger. Il est, en 2018, l’exact double de Benaïssa. Peut-on imaginer qu’il revienne comme lui en Algérie, un quart de siècle après, pour en remontrer à son pays et à ceux qui l’auront servi avec constance, sans fléchir dans leurs convictions et dans leur attachement à leur patrie, pendant que lui servait et aidait son pays d’adoption, tout en se réclamant d’une fumeuse qualification diasporique ? Cet ancien étudiant sermonneur, qui n’aura peut-être pas honoré sa dette envers son pays, se donne le droit de le quitter sans solde de tout compte. Pour lui, comme pour Benaïssa, il faut appeler les choses par leur nom. La défection et la trahison ne sont ni morales ni respectables.

Certains lecteurs d’Algeriepatriotique me reprochent de vouloir faire les lois. Ce n’est pas mon rôle. Je fais de la critique, ce qui est différent. C’est par ma présence sur le front de la culture nationale que je suis légitime à redire encore une fois mon désaveu de la décision du gouvernement et de son ministre de la Culture. Le Festival du théâtre international de Béjaïa appelle dans un contexte d’espace théâtral national algérien, frappé d’anomie, un choix national et patriotique. Quand est-ce que l’Etat et ses représentants arrêteront-ils de donner du grain à moudre à ceux que Rachid Boudjedra a désignés, à juste titre, comme des «contrebandiers de l’Histoire» et de fabriquer de véritables exilés de l’intérieur dans tous les secteurs de la vie publique ? Il faut qu’ils apprennent à rendre justice à ceux qui servent leur pays et lui apportent leur compétence, leur abnégation et leur dévouement. Ce sera toujours une ligne honorable dans un programme politique.

Je dénonce l’odieux impromptu du retour en Algérie de naturalisés français peu moraux, en restant convaincu de l’universalité des arts, facteur de rapprochement et de paix entre les cultures. Lorsque le théâtre algérien, autonome et libéré, aura trouvé sa voie dans ses combats et sa digne place dans la société et dans le théâtre des nations, il ne sera jamais exclu que la profession fasse appel à un étranger pour diriger une de ses manifestations internationales, et même un Français dont le parcours n’est pas entaché au strict gradient de notre Histoire nationale.

A. M.
(Suite et fin)

Comment (9)

    Yacine
    10 avril 2018 - 14 h 14 min

    Si la majorité des Algériens qui interviennent sur AP apportent leurs soutiens à Kamel Daoud , Boualem Sansal …et tant d’autres , en se positionnant contre les écrits de Rachid Boudjedra , Abdellali Mardaci et Youcef Benzatat c’est qu’ils pensent , et moi le premier , que les écrits de Daoud et Sansal sont des expressions libres et en tant que telles , elles ne sont pas indemnes de toutes critiques , alors que Boudjedra lui , écrit dans un moule particulier , celui que la politique culturelle officielle avait imposé depuis l’indépendance !




    0



    1
    Zaatar
    9 avril 2018 - 12 h 40 min

    Il est des gesticulations qui ne servent et ne riment souvent à rien quand on connait les véritables problèmes du pays et du peuple Algérien. D’ailleurs le système au pouvoir tire profit de cette ignorance blafarde du peuple et oeuvre sans cesse à la maintenir. D’où cette sois disant « diversification » de notre culture qui n’a en fait que contribuer à bouleverser encore plus les habitudes et les mœurs de chacun et ce à des desseins inavoués et qui n’ont concernés que les individus eux mêmes dont le narcissisme n’est plus à démontrer maintenant. il suffit justement de lire ces tas de « lectures » à branle bas le tas pour s’en rendre compte en fait de la véritable nature de chacun.




    1



    2
    AL - HANIF
    7 avril 2018 - 18 h 52 min

    @ Merdaci
    Bis repetita placent. Vous avez eu raison de multiplier les chroniques car enfin votre point de vue émerge et m’épargne le procès d’intention , procédé auquel je répugne.
    Une lectrice – commentatrice ( que je retrouve avec plaisir) vous confirmera que j’aurai presque utilisé vos mots et partagé votre constat pour dénoncer cet impérialisme doctrinal qui nous intime, de toujours partir de ses tropismes, et de ses seules préoccupations, et qui construit une littérature de relégation
    ( bêtement nationaliste à ses yeux) et encense des mercenaires de la plume prêts à n’importe quel acte Faustien pour la notoriété.

    Pour ces derniers, la Terre Promise s’obtient en devenant supplétif idéologique et il vous sera asséné l’argument du chiffre de ventes comme indicateur et preuve du génie littéraire. Le livre de Sansal m’est tombé des mains et seul un critique de Télérama a eu le courage de le qualifier d’illisible, comme de nombreux lecteurs
    Je commençai à douter de mon jugement. La séquence historique mondiale trouve une illustration majuscule chez Pierre Tervanian dans  » La Mécanique raciste » qui rend compte de l’encadrement de la dite société civile par l’oligarchie qui manufacture du prêt-à-penser.
    Avec son ancienne éditrice devenue ministre de la culture, Daoud a pris la bonne roue,celle qui mène à la consécration planifiée, celle qui le fait citer par Valls, Finkie, Zemmour et consorts et être intronisé chez les officiants Ali Badou et Leila Slimani, vrais agents d’influence du Maroc, et qui le poussent à agonir sa société.
    N’est pas Jonathan Swift qui veut et à jouer de la satire sociale, et notre Gulliver-Daoud a atteint son vrai plafond de verre au grand dam de son employeur ‘Le Point’ consterné par ses limites intellectuelles. Je le tiens de bonne source!
    Il croyait jouer dans la cour des grands, il reste confiné dans le bac à sable.
    Sa dénonciation de l’intégrisme ne suffit plus à lui conserver le capital de sympathie.
    Ses interpellations rappelaient non pas un chroniqueur mais un médecin légiste se penchant avec délice sur le cadavre en décomposition de l’Algérie en une magistrale démonstration de la haine de soi.
    Je préfère être un réac avec les miens qu’un vendu ‘glorieux’ des coteries occidentales.




    7



    15
      L'Autruche
      8 avril 2018 - 0 h 17 min

      Hé bien, Mr Al Hanif, sur ce coup je confirme…!! Et j’ai beaucoup aimé votre dernière phrase: « Je préfère être un réac avec les miens qu’un vendu ‘glorieux’ des coteries occidentales. », voyez-vous, pour moi, c’est valable pour toutes les autres questions que vous connaissez…!
      Le K.D de mes soucis qui veut nous dénuder de toutes les composantes de notre identité est mal dans sa peau, un autre tourmenté qui se cherche encore, un complexé qui a honte d’assumer son arabité et son Islam, d’ailleurs je ne sais pas s’il renie aussi son Amazighité.!
      Il a voulu jouer avec le feu et il s’est brûlé, on n’entendra plus parler de lui d’ici peu..la poubelle de l’histoire quand à elle sera toujours là pour l’accueillir..ainsi que ses semblables.! Ma Yab9a Fel Oued Ghir Hjarou.

      Parfois avant de vouloir trop philosopher, il vaut mieux commencer par passer chez un psychanalyste….à toute fin utile…. !!!




      5



      13
    l'Autruche
    6 avril 2018 - 23 h 43 min

    Bravo Mr A.M, un article de haute facture…!! Effectivement, je ne sais pas ce qui arrive à nos zécrivains, je crois qu’ils sont devenus des péripatéticiens..…pour atteindre une renommée de la honte.!!
    C’est devenu à la mode, ces zécrivains de la dernière pluie qui veulent tous obtenir le titre de philosophe à deux sous, comme BHL….. !!! Ainsi ils sont invités sur des plateaux TV et dés qu’un « journaliste » français leur tend le micro,ils remettent en cause et scient les composantes structurantes de leur identité, conséquence ils obtiennent le soutien des médias sionistes..et reçoivent toute sorte de prix, distribués pour la plupart, par des organismes infestés d’étoiles bleues..!
    Il faut dire qu’ils sont en soif de notoriété à bas prix, , ils critiquent leur pays, leurs concitoyens, leur religion, leur identité..etc…..et là, ils seront sûrs d’obtenir des prix (des os)….et peut être un Bonus, qui sera une visite guidée à ladite Israël pour pleurer sur le mur des lamantations..!




    6



    23
    Anonyme
    6 avril 2018 - 17 h 30 min

    Pourquoi « franches ». Les autres elles étaient comment?




    11



    0
    nectar
    6 avril 2018 - 16 h 07 min

    Monsieur Merdaci, on ne peut pas empêcher, dans une société comme la notre bâtie sur l’hypocrisie et la trahison des uns envers les autres, que de telles personnes puissent en profiter et manger aux deux râteliers (Algérie et la France) .Notre société musulmane à son Dieu qui se nomme argent et la corruption sa religion…La trahison se trouve à tous les strates de la société de haut en bas, sinon on ne serait pas là à s’entredéchirer sur des détails et à faire de notre pays ce qu’il est après 55 ans d’indépendance…




    22



    9
    abdel
    6 avril 2018 - 15 h 48 min

    monsieur medarci, ,jamais la france n’a ete jamais considérée par les algeriens comme leur mère-patrie,et ceci de 1932 a 62,et et ensuite d’ou vous vient cette aversion pour vos compatriotes,qui le restent malgrès tout??? ils se sont éxilés et après? nul n’est prophète en son pays,ne fallait -il pas les retenir en leur offrant de bonnes conditions pour travailler?




    35



    5
    Mazouzi
    6 avril 2018 - 13 h 09 min

    Monsieur A.M.,

    j’ai lu vos articles les uns après les autres sur ce journal en ligne que je consulte quotidiennement et dont je me délecte. J’aime pas la brosse, mais je suis vraiment contre cette faune corrompue et corruptible à merci par les nostalgiques de fafa et éternels chiens de garde des mamelles de cette dernière jusqu’à épuisement du liquide nourricier. Ils ne seront ni les grands écrivains de ce qu’ils croient être ni les privilégiés des arcanes des médias français s’il dénigraient… le ou les pays dont leur nouvelle mère patrie en ai la tutrice.
    Vive l’Algérie Debout et qui le restera envers et contre tous.




    13



    29

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.