Nouveaux raids aériens contre Douma : plus de 30 civils, dont plusieurs enfants, tués

Syrie Douma raids aériens
Le régime syrien est sur le point de reconquérir le dernier bastion rebelle à Damas. D. R.

Le régime syrien a mené des raids aériens vendredi contre Douma, l’ultime poche rebelle dans la Ghouta orientale, aux portes de Damas, pour la première fois depuis une dizaine de jours, après l’échec de négociations sur un retrait des insurgés.

Ces frappes interviennent alors qu’un accord d’évacuation des rebelles de cette poche rebelle a achoppé jeudi sur des divisions internes au sein du groupe Jaich al-Islam, dont l’aile dure refuse catégoriquement de quitter la ville.

Au moins 32 civils, dont 7 enfants, ont été tués et 50 autres blessés dans les raids aériens, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). «Les morts arrivent à l’hôpital en morceaux, nous n’arrivons même pas à les identifier. Il y a plus de 20 blessés, dont plusieurs sont dans un état critique», raconte un médecin dans un hôpital local. «Le personnel médical est totalement débordé», ajoute-t-il.

Selon l’agence officielle Sana, l’aviation syrienne a effectué des frappes en représailles à des «tirs de roquettes» de rebelles contre «plusieurs quartiers résidentiels aux abords de Damas, ayant tué une personne et blessé 15 autres».

La veille, environ 20 bus affrétés par le régime de Bachar Al-Assad ont pénétré dans la zone de Douma avant de rebrousser chemin. Il s’agissait du 4e convoi, après trois jours consécutifs d’évacuations, à l’issue desquels environ 3 000 combattants et civils ont été transférés vers le Nord syrien.

Le groupe islamiste Jaich al-Islam, qui tient encore Douma, n’a jamais confirmé avoir conclu un accord d’évacuation et est resté muré dans un silence total, tiraillé entre les partisans et opposants à ce départ organisé.

Selon M. Abdel Rahmane, «sur les 10 000 combattants de Jaich al-Islam, plus de 4 000 refusent catégoriquement de sortir».

Opération au sol ?

Après avoir pilonné sans relâche durant cinq semaines les zones rebelles de la Ghouta orientale, tuant plus de 1 600 civils, le régime syrien est parvenu à des accords d’évacuation avec deux groupes rebelles, Ahrar al-Cham et Faylaq el Rahmane. Face aux réticences de Jaich al-Islam, il avait massé des renforts autour de Douma, n’excluant pas une reprise de l’offensive militaire pour faire plier les insurgés.

«Ces frappes aériennes ouvrent la voie à une opération au sol. Les négociations ont échoué et le régime veut désormais imposer ses conditions. Ces frappes sont un avant-goût de ce qui pourrait arriver si les conditions du régime ne sont pas acceptées», explique Nawar Oliver, spécialiste de la Syrie au centre de réflexion Omran, basé en Turquie. «Mais il y a toujours une possibilité que Jaish al-Islam accepte à la dernière minute et évite l’opération militaire», ajoute-t-il.

Le groupe islamiste chercherait un accord de réconciliation qui lui permettrait de rester à Douma en tant que force de police. En attendant, les habitants, dont 22 000 ont déjà fui la ville au cours des dix derniers jours, vivent dans l’expectative.

«Confusion»

«C’est très tendu et il y a beaucoup de confusion. Nous ne savons pas où nous allons», confiait à l’AFP Mohamad, 20 ans, quelques heures avant les bombardements meurtriers. «Certains disent qu’il y aura une réconciliation et que les choses iront mieux, et d’autres rumeurs circulent sur une nouvelle campagne de bombardements et un déplacement forcé», avait-il ajouté.

Plus de 46 000 combattants et civils ont déjà été évacués de l’enclave rebelle dans la Ghouta en vertu des deux premiers accords négociés par Moscou, précieux allié de Damas.

Le régime syrien, qui est sur le point de reconquérir l’intégralité du dernier bastion rebelle aux portes de Damas, a également dans le viseur quelques poches dans le sud de la capitale contrôlées par le groupe jihadiste Daech.

R. I.

Comment (2)

    Amazighkan
    7 avril 2018 - 9 h 12 min

    ..le groupe terroriste chercherait un accord de réconciliation, ça serait une erreur grave du régime syrien d’accéder à cette demande. Les islamistes savent faire le dos rond quand le vent est défavorable mais ils ne perdent jamais le nord. Le mieux c’est de les aider à rejoindre leur paradis fantasmagorique et tout le monde sera quitte.

    2
    2
    Moh
    7 avril 2018 - 0 h 51 min

    Le groupe islamiste Jaich al-Islam ??? vous voulez dire le groupe terroriste Jaich al-Islam. IL faut nommer les criminels par leur vrais nom svp.
    l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) est une association financé pas George Soros le terroriste sioniste numéro 1…. OSDH est géré par une seule personne, un Syrien qui vie a Londres et il a aucune idée de ce qui se passe en Syrie il dénonce ce que la CIA, Israël et George Soros lui demande de dénoncer.
    Le régime de Bachar est un régime de gens courageux et honorable leur armé a détruit Daech on leur doit tous une chandelle, sans eux on serait tous fini en ce moment, bouffé par le monstre Daech. Vive La Syrie libre Vive Bachar el Assad et vive la Russie.

    9
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.