Le FLN appelle le président Bouteflika à briguer un 5e mandat

FLN
Djamel Ould-Abbès, secrétaire général du FLN. New Press

Par Hani Abdi – Après plusieurs mois de suspense, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbès, exprime clairement «le souhait de la base militante du parti» de voir le président Bouteflika briguer un cinquième mandat.

Dans une intervention devant les membres de la commission de coordination du parti, M.Ould Abbès a fait part de la volonté des militants qui appellent, selon lui, le président Bouteflika – qui est également président du FLN – à se porter candidat pour un nouveau mandat.

Pour Djamel Ould Abbès, qu a interdit, faut-il le rappeler, aux militants du parti de parler du 5e mandat, la décision finale revient au concerné, à savoir le chef de l’Etat qui pourrait répondre favorablement aux militants de son parti comme il pourrait abdiquer. Ainsi, tout en préparant le 5e mandat, le secrétaire général du FLN semble chercher à brouiller les pistes en faisant encore planer le doute sur les intentions du chef de l’Etat. Mais tout semble indiquer que le président Bouteflika va briguer un autre mandat. Il y a d’abord la fameuse «révélation» de son ami, l’avocat Mustapha Farouk Ksentini, selon lequel le chef de l’Etat lui aurait fait part de sa volonté de continuer et de briguer un 5e mandat. Même si la présidence de la République a tenté de réduire l’effet des propos de Ksentini en l’accusant de mensonge, ses déclarations continuent à être reprises et citées dans l’argumentation de ceux qui parlent d’un 5e mandat en préparation.

Aussi, il y a le bilan de 20 ans passés à la tête du pouvoir qui est en préparation au niveau du FLN, qui fait associer tous les départements ministériels. Autrement dit, il s’agit d’un bilan fait par le gouvernement. Certains observateurs évoquent également le rôle joué par la présidence de la République dans l’apaisement du front social. Plusieurs départements ministériels ont été instruits, à l’instar de celui de l’Education et de la Santé, pour redoubler d’efforts afin de régler tous les conflits socioprofessionnels en suspens.

Tout porte donc à croire que le FLN et bien d’autres partis s’échinent, sans tambour ni trompette, à préparer le terrain pour le 5e mandat. Le dernier léger remaniement ministériel et la prochaine sortie du chef de l’Etat à Alger entrent dans ce cadre. La machine se met visiblement en branle. Et en face, rien ne semble pouvoir l’arrêter.

H. A.

Comment (57)

    Zaatar
    9 avril 2018 - 8 h 37 min

    La décision de candidature de Bouteflika pour un cinquième mandat n’a dû souffrir aucune hésitation. Mais l’annonce de la déclaration de candidature de Bouteflika est et reste laborieuse. Par tactique et par gêne.
    Si l’on suit l’explication de son secrétaire général, le FLN appelle Bouteflika à briguer un autre mandat parce que les militants lui ont demandé de le faire. Mais y avait-il, pour le régime, une possible autre option que celle de la candidature de Bouteflika? Non, parce que l’hyper-personnalisation du pouvoir fait que la “légitimité” interne au régime n’est pas mécaniquement transférable à un autre candidat, même de son choix. Le pouvoir, dans sa structure clanique actuelle, est, en quelque sorte, condamné à choisir entre Bouteflika et la désintégration.
    Si cette candidature — une nécessité politique pour le régime — est ainsi annoncée par bribes, c’est d’abord par souci tactique : ne pas susciter une réaction massive et instantanée à ce énième coup de force contre le minimum démocratique, le principe d’alternance.
    C’est, ensuite, parce que le clan a bien conscience de l’absurdité de la situation et éprouve quelque gêne à informer de sa décision de perdurer à travers une candidature infondée au plan démocratique, injustifiée au vu du bilan de gestion du Président et aberrante au regard de son état de santé. Mais soit. Nous voici fixés. Y compris sur l’argument de campagne : le bilan du Président, justement. Et si, justement, l’argumentaire a précédé “l’aveu” de candidature, c’est parce qu’il y a quelque culpabilité à perpétuer un règne politiquement et économiquement désastreux. L’inventaire auto-élaboré, probablement promis au plus grand tapage médiatique, permettra de déblayer un terrain largement défavorable aux prolongations. Un bilan qui servira à introduire la candidature plutôt qu’à la légitimer, car le pouvoir n’a jamais compté sur son bilan objectif pour durer ; il a surtout compté sur le contrôle du vote et sur le rapport clientéliste qu’il a progressivement établi avec une classe politique globalement médiocre et avide, des coteries insatiables, des milieux d’intérêts divers, des corporations sensibles à la corruption légalisée, de larges catégories sociales assistées…
    Trop d’intérêts ne peuvent plus se passer de ce régime, en effet. Et n’attendent que le feu vert pour lancer leurs appels à la cinquième mi-temps. En attendant le renfort de tous ces soutiens, toutes les dépendances politiques et économiques du pouvoir s’emploieront bientôt à présenter le bilan présidentiel sous son meilleur jour. Et maintenant que la saison des appels à candidature, au singulier, est ouverte, aux abonnés de la rente de se manifester. En masse. Et on s’apercevra que même la crise financière n’aura pas entamé leur fidélité, maintenant que le pouvoir leur a fait la démonstration que la planche à billets peut parfaitement remplacer le puits de pétrole ! Pourvu qu’ils y aillent avec mesure ; il y a risque de télescopage. Comme le pouvoir a toujours une longueur d’avance, la question de son candidat passe avant même la question des élections.




    1



    0
      Anonyme
      10 avril 2018 - 19 h 45 min

      «Choisir entre Bouteflika ou la désintégration» ?!?
      ———————————————————–
      Alors, le choix sera vite fait :
      – Nul n’est indispensable ici bas !
      – Bouteflika ne sera pas éternel !
      – Aucun pays, aucun peuple n’a disparu avec la disparition de son président.
      – Après lui, la terre ne s’arrêtera pas de tourner et aucun cataclysme ne viendra empêcher la vie de continuer son petit bonhomme de chemin !
      – L’Algérie n’a jamais manqué d’enfanter des Hommes et des Femmes de grande valeur !
      – De ces personnes, il en existe des centaines qui ont la capacité de faire mille fois mieux que Bouteflika…
      Enfin, merci d’arrêter de nous prendre pour des corniauds nés de la dernière pluie.




      1



      0
    Anonyme
    9 avril 2018 - 4 h 02 min

    Mon président sera celui qui mettra fin au pillage marocain de notre patrimoine
    Mon président sera celui qui fera tout pour barrer la route à la colonisation de l’Algérie par les migrants
    Mon président sera celui qui donnera un coup de pied aux 450 000 agents du makhzen qui circulent en Algérie
    Mon président sera celui qui combattra le Haschisch marocain, le tueur de la jeunesse Algérienne
    Mon président sera celui qui dira NON aux sectes religieuses des wahhabites
    Mon président sera celui qui combattra le charlatanisme et redonnera à l’intellectuel sa place dans la société
    Mon président sera celui qui épargnera au peuple de courir derrière un sachet de lait,




    2



    0
    Felfel Har
    9 avril 2018 - 2 h 18 min

    L’insatiable Ould Abbès s’entête à imposer un 5ème mandat car il sait qu’il en profitera en récoltant quelques miettes pour services rendus. Celà lui suffira pour calmer sa boulimie, sa soif d’argent, alors que lui et son rejeton s’en sont déjà mis plein les poches. Mais qu’il médite bien ce proverbe turc: « Celui qui mange l’estomac plein, creuse sa tombe avec ses dents ». Cette leçon est valable pour tous ces goinfres qui n’arrêtent pas de se remplir les poches sur le dos des Algériens mêmes quand elles sont déjà bourrées et pour tous ceux qui ne savent pas quitter la table quand plus personne ne veut d’eux, ni de leur entourage. « ♫S’en aller, ♪ sans se retourner…♫ » (Charles Aznavour)! C’est le cadeau qu’attendent les Algériens pour 2019.




    3



    0
    Anonyme
    8 avril 2018 - 18 h 35 min

    Demain, il va rouler dans les rues d’Alger. Il prendra son bain de foule
    Le FLN va ramasser toutes les veuves qui ont eu un logement pour applaudir




    10



    0
    Anonyme
    8 avril 2018 - 18 h 20 min

    Il a bien dit « s’il ne veulent pas de moi ,je les laisse à leur médiocrité  » . En 1999 les revenus algériens provenaient à 97 % des hydrocarbures , aujourd’hui en 2018 nos revenus proviennent toujours des hydrocarbures. Où est la médiocrité.




    106



    0
    ChitaDZ
    8 avril 2018 - 17 h 05 min

    il vaut mieux avoir un Bouteflika que l’on connais par coeur qu’un Rachid Nekkaz qui ouvrirais notre pays aux imposteurs du Monde entier pour piller l’Algérie et remplir nos Hôtels de prostitués comme nos ennemies du Makhzen !!




    2



    23
    ChitaDZ
    8 avril 2018 - 16 h 59 min

    Vive nos Chouhadas, et les vrais Moudjahidines, qui se sont battus contre les colonisateurs et aux patriotes de ce glorieux pays, et d’une grande Histoire avec un grand H et aux FLN qui avais chassés les traîtres du GPRA pour protéger se grand peuples algériens reconnues et respectés par beaucoup de pays à part nos ennemis de l’Ouest qui font leur maximum comme Rachid Nekkaz le TRAITRE qui voudrais remettre le pays aux mains des colonisateurs du Monde entier !!
    Alors de grâce votons en Masse pour notre président qui nous a protégés de l’islamismes terroristes et obscurantiste !!




    3



    21
      Anonyme
      8 avril 2018 - 18 h 01 min

      LA SOLUTION DU PROBLÈME ALGERIEN EST SIMPLE :DISSOUDRE LE FLN ACTUEL ET SON APPENDICE LE RND ! mais les khobsistes au pouvoir font la politique de l autruche !




      10



      1
      Anonyme
      8 avril 2018 - 18 h 07 min

      J aime bien Boutelika mais chez lui en retraite en se faisant soigner et entoure de sa famille jusqu a la fin de ses jours !IL AUT ETRE LUCIDE ET SAGE !




      13



      1
    Anonyme
    8 avril 2018 - 16 h 38 min

    il n’est pas algériens mais il nous l’a bien joué, il devenait milliardaire avec ses enfants et nous les gens d’ici on a rien wallah eux ou moi.




    12



    3
    Anonyme
    8 avril 2018 - 16 h 15 min

    De grâce, par respect aux Chouhadas, aux vrais Moudjahidines, aux patriotes de ce glorieux pays, au FLN historique (Novembre 54-Juillet 62) et à ses valeureux fondateurs, n’attribuez pas ce nom prestigieux à l’actuel ex parti unique.




    15



    0
    Moskosdz
    8 avril 2018 - 15 h 05 min

    Vraiment,ils sont c….ces dinosaures !!.




    13



    2
    Amine
    8 avril 2018 - 12 h 01 min

    Mon seul souhait avant de crever, crever tel est le mot chez nous, les gens intègres dans ce pays ne meurent pas mais crèvent c’est de voir tous ces prédateurs qui pillent le pays depuis 20 ans mis en prison et déchus de la nationalité algérienne tel est mon seul voeu en ce bas monde




    32



    1
    Anonyme
    8 avril 2018 - 10 h 27 min

    Si c’est le cas un nouveau royaume va naître, Royaume d’Algérie donc il faut changer les papiers.




    38



    3
    Khaled
    8 avril 2018 - 9 h 19 min

    Il faut se mobiliser et crier haut et fort: NON AU 5ème MANDAT! NON AU 5ème MANDAT! NON AU 5ème MANDAT!




    36



    1
    Zaatar
    8 avril 2018 - 8 h 56 min

    Ils sont nuls au FLN, c’est un sixième mandat qu’il faut appeler le président bouteflika à briguer. L’appétit est bien venu en mangeant. Maintenant nous sommes en plein rythme de croisière….




    26



    1
    l'horreur
    8 avril 2018 - 7 h 46 min

    Le clan des prédateurs veulent le garder pour sucer de plus belle le pays




    33



    3
      ChitaDz
      8 avril 2018 - 17 h 02 min

      ne parle pas de cette façon de notre honorable président car si il est un peut fatiguer il nous protège contre nos ennemies du Makhzen et de Nekkaz leur espion




      2



      16
    CHAOUI-BAHBOUH
    8 avril 2018 - 7 h 22 min

    …c’est le début et la fin des 4 mandats avec la 5ème, l’anniversaire qui est loin d’avoir dit son dernier mot Ce clown à une peur bleu qu’un nouveau Président le remplace, à condition, qu’il ne soit pas du Clan de OUJDA, Alors le livre des comptes va être examiné à la Loupe, malheur aux voleurs, les faux Moudjahedines, aux passe droits les pistons du portable des voles de médicament, du personnel qui orientent les malades dans les cliniques privées enfin bref, tous ceux qui vivent du mal acquit, l’éternel jugement sur Terre et demain en Enfer, (Ou les mésaventures de Lucie Fer, une sorcière au cœur de pierre qui veut sortir de son enfer de solitaire. À coups d’assonances en tous genres, Lucie dit OULD ABBAS, décide de gagner son lot de « papouilles », et de « poutous et tout et tout… » en se trouvant une moitié. Mais comme une sorcière ne manque pas forcément de naïveté, Lucie court d’une déception à l’autre… et se venge de tout et de tous en jetant des mauvais sorts (qui transforment ses interlocuteurs en monstres !), suite ……..




    19



    4
    anti monarchie
    8 avril 2018 - 6 h 41 min

    je veux un nouveau président! kom boutef!!! et bon rétablissement à notre cher président.. .




    6



    29
    anti monarque
    8 avril 2018 - 6 h 38 min

    moi je l aime bien boutef…
    c est vrai qu il est très fatigué et malade et âgé…
    du moment qu il mettent un président au pouvoir de la même politique du même courant ….conservateur .




    7



    34

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.